Séquence ouverture des épaules

Aujourd’hui je vous propose un échauffement et une très courte séquence à pratiquer à la maison dans le but d’ouvrir le cœur et d’améliorer la mobilité des épaules. Il s’agit d’une bonne préparation lorsqu’on travaille les flexions arrières (backbends) ou lorsqu’on fait une séquence sur ANAHATA CHAKRA ou VISHUDDHA CHAKRA.

Commencez par vous installer en position assise. Fermez les yeux. Concentrez vous sur votre respiration et faites le vide. Redressez la colonne vertébrale à l’inspiration et laissez le bassin se déposer dans le sol un peu plus à chaque expiration.
restez ici le temps qu’il faut pour sentir que vous êtes prêt pour la séquence.

ASSIS EN TAILLEUR – les mains sur les genoux
Echauffement de la nuque avec des cercles de tête – dans les deux sens.
Paumes de mains tournées vers le ciel – inspirez pour monter les bras vers le ciel, étirez le corps – Paumes de mains vers le sol – expirez pour ramener les mains sur les genoux = x 5 cycles
Cercles avec les bras d’avant vers l’arrière (inspirez à la montée, expirez à la descente) = x 5 cercles
idem d’arrière vers l’avant = x 5 cercles
Posez la main gauche au sol à côté de votre bassin et étirez le flanc droit en tirant main droite vers le ciel et légèrement en diagonale = restez 5 respirations
Idem à gauche = restez 5 respirations
En expirant versez au centre devant les jambes, dos rond = restez 5 respirations

4 PATTES
Marjaryasana / Bitilasana = Inspirez pour creuser le dos et regarder vers l’avant / Expirez pour arrondir le dos et rentrer le nombril vers la colonne vertébrale = x 5 cycles
Adhomukha svanasana = En expirant, montez le bassin vers le ciel en poussant dans les mains. Etirez le dos et l’arrière des jambes en douceur = restez 5 respirations.

 

A GENOUX
Saisissez la sangle ou la ceinture. Attrapez la dans chaque main et régler la longueur afin que la distance soit d’environ 1 mètre.
En inspirant monter les bras vers le ciel en tenant la sangle. En expirant faites un cercle vers l’arrière toujours en tenant la sangle. Revenez les bras vers l’avant avec le même procédé = 5 cercles
// si c’est trop difficile, il faut écarter les mains d’avantage.
Resserrez les mains de quelques centimètres et reprenez les cercles avec précautions. Il faudra peut être passer un bras puis l’autre au dessus de la tête (soyez prudents). Revenez les bras vers l’avant avec le même procédé = 5 cercles
Si c’est ok, resserrez encore un peu les mains (attention à vos épaules) et reprenez l’exercice une dernière fois.

Passez à 4 pattes pour adhomukha = restez 5 respirations

Revenez à genoux (Sans la sangle)
Entrelacez les doigts des mains dans le dos et placez les paumes de mains jointes à droite de la taille. Avec la main droite, tirez légèrement sur la main gauche = restez 5 respirations
Idem de l’autre côté
Bras de gomukhasana = Placez la main droite entre les omoplates et venez saisir le bout des doigts à l’arrière avec la main gauche = restez 5 respirations
Idem de l’autre côté

Passez à 4 pattes pour adhomukha = restez 5 respirations

Vous pouvez arrêter la séquence ici en reprenant une assise et en ressentant les effets de ces exercices.
Vous pouvez aussi enchainer avec quelques salutations au soleil et des postures qui ouvrent le cœur et mobilisent les épaules…
=> NATARAJASANA
=> USTRASANA / LE CHAMEAU
=> DHANURASANA
=> URDHVA DHANURASANA
=> …

Bonne séance 🙂

Publicités

J’ai testé pour vous la cure « berlingot »

Récemment j’ai eu envie de m’essayer à une cure SO SHAPE. Je vous explique.
Après les écarts et les apéros de cet été, j’ai senti le besoin de faire une remise à zéro alimentaire dans le but de retrouver un équilibre et de m’alléger un peu. Je trouvais que depuis quelques semaines je mangeais d’avantage, j’avais l’impression d’être tenue par le sucre et la gourmandise, il fallait faire quelque chose.
Je connais depuis longtemps le principe de ces cures sur 5, 14 ou 28 jours qui peuvent parfois être à base de poudre à diluer dans l’eau, à base de soupe ou de jus de fruits/légumes. Peu importe, toutes ces cures visent le même résultat : déclencher une perte de poids et permettre aux utilisateurs de rompre un schéma alimentaire vicieux.

A la base, je ne suis pas fan de ces méthodes. Je pense qu’un rééquilibrage alimentaire, s’il est nécessaire, peut se faire sans passer par des aliments modifiés ou des « produits » industrialisés. De plus je crois qu’il est difficile de suivre ces méthodes car elles ne répondent pas au besoin de mâcher la nourriture et nous privent un peu du plaisir lié à l’alimentation.
Si une « cure » détox est utile, le simple fait de choisir des légumes très digestes, de supprimer l’apport de sucre et de diminuer le gras et le salé devrait suffire… Mais parfois c’est compliqué ! La vie quotidienne ne permet pas toujours d’avoir le temps pour cuisiner et plutôt que de se jeter sur les sandwichs et les plats préparés, ces cures proposent une alternative avec des produits pré-dosés et consommables immédiatement.

Comme vous l’avez compris, j’ai donc essayé. J’ai souhaité commander une cure de 5 jours, ce qui comprenait donc 10 berlingots à diluer avec de l’eau grâce à un shaker (fourni également). Au niveau des goûts, j’avais choisi des sucrés pour le matin (chocolat / 2x chocolat blanc et vanille / Capuccino / Café) et pour le soir, je me suis tournée vers des salés (soupe du jardin / soupe à la tomate / 2x risotto champignons / pasta pesto).
Globalement j’ai trouvé les goûts plutôt bons et réussis – mis à part le risotto. Pour les sucrés, je les ai tous trouvé très bons.
Ce qui est vraiment pratique avec ce type de produits, c’est la facilité et la praticité d’utilisation. Et sur 5 jours ce n’est pas trop déprimant de manger de cette manière.
Mon avis sur cette cure est plutôt positif, comme je le disais c’est assez bon, pratique et simple au quotidien. Les résultats, en ce qui me concerne, sont bons mais pas hallucinants non plus…. D’un autre côté je n’avais pas non plus 10 kg à perdre… En 5 jours, j’ai perdu 1,5kg et environ 1,5 cm un peu partout sur le corps. Mais ce qui m’intéressait plus particulièrement était de réduire mes portions et rompre avec un schéma alimentaire un peu trop copieux et gras.
Cependant une fois cette cure terminée, je dois bien dire que j’avais très envie de manger et de mâcher de véritables aliments. C’est ici que ce genre de cures doivent faire des progrès selon moi – encore un peu du moins – et se rapprocher encore un peu plus de la texture des vrais aliments.

Une de mes amies s’est lancée dans la vente de produits énergisants (compléments alimentaires) pour les sportifs et les personnes souhaitant maîtriser leur alimentation. Au départ, je regardais cela du coin de l’œil sans vraiment m’y intéresser. En lui rendant visite cet été j’ai été forcée de constater que ces produits étaient efficaces en terme de contrôle de poids. Elle avait pris 40 kg pendant sa grossesse et a tout reperdu notamment grâce à ces produits. Il s’agit de la marque BEAUTY SANEsur ce lien vous trouverez toutes les infos.
Evidemment je précise que cet article n’est pas sponsorisé, je le rédige car lorsque je découvre quelque chose qui mérite d’être partagé, je le partage !
Bref, depuis 3 semaines, j’utilise plusieurs produits qu’elle m’a conseillé et que je prépare essentiellement lorsque je n’ai pas le temps de manger correctement (entre les cours) ou encore le matin lorsque je sais que mes journées vont être bien remplies.
J’ai pris un produit sucré (vanille) que je prépare le matin et un produit salé (omelette) que je prépare le soir.
Le produit vanille est savoureux par contre le produit omelette n’est pas terrible. Il est difficile à cuisiner selon moi et au final pas très pratique.
J’ai choisi le thé « amélioré » légèrement coupe-faim, qui est très bien et la poudre drainante à diluer dans l’eau pour éliminer toute au long de la journée…
L’avantage de ces produits – au delà de l’aspect contrôle/perte de poids – est leur pouvoir rassasiant. Comme ils sont riches en protéines, ils évitent les coups de barre et les fringales entre les repas, ce qui est vraiment cool pour moi qui vais de cours en cours avec des horaires un peu « découpés ».

Je ne sais pas si c’est votre cas, si ces produits pourraient répondre à vos attentes/besoins mais je sais que de mon côté j’étais plutôt sceptique et finalement je leur ai trouvé des qualités insoupçonnées. Ils me rendent bien service et évitent que je me jette sur n’importe quoi lorsque j’ai « faim ».

N’hésitez pas à me dire votre avis sur ce type de cure, je suis curieuse. Avez-vous déjà utilisé des cures similaires ?? bref, dites moi 🙂
Je peux aussi vous mettre en contact avec ma copine qui vend ces produits, si cela vous intéresse.

Gâteau au chocolat et noix de cajou

Comment pumper une recette simplissime de gâteau au chocolat pour qu’il devienne mémorable ??
En ajoutant des noix de cajou par exemple, c’est la recette que je vous propose aujourd’hui.

INGREDIENTS (pour 6 personnes) :
60 grammes de sucres
60 grammes de farine
2 œufs
un sachet de levure chimique
une pincée de sel
60 grammes de beurre
200 grammes de chocolat noir

RECETTE :
Préchauffer le four à 180 degrés pendant 10min
Faire fondre le chocolat et le beurre séparément au micro-ondes
Dans un récipient, mélanger le sucre, la farine et la levure.
Casser les œufs et les ajouter aux ingrédients secs – mélanger.
Ajouter le beurre, mélanger – puis le chocolat – mélanger.
Concasser les noix de cajou (sans aller jusqu’à de la poudre – il faut garder des morceaux).
Ajouter les noix de cajou à la préparation.
Chemiser le moule puis répartir la préparation à l’intérieur.
Faire cuire à 200 degrés pendant 25min.
Laisser refroidir puis démouler.

N’importe quelle recette de gâteau un peu classique peu être rendue plus originale avec quelques noix ou noisettes ou encore avec du caramel (mélangé à la préparation)… Bref, laissez-vous aller, imaginez, mélangez des goûts et amusez-vous !

Très belle fin de semaine

Infiltrera….. ou pas

Je souhaitais vous parler aujourd’hui d’un problème qui m’obsède de plus en plus. D’un sujet qui me prend la tête et qui entraine un maximum de questionnements.
Aujourd’hui, je vous parle de ma blessure et des choix qui s’offrent à moi pour essayer de la traiter et de guérir.

Mais revenons quelques mois en arrière pour ceux qui ne connaissent pas le contexte et pour resituer un peu la situation.
Depuis décembre 2016, j’ai une grosse blessure à l’arrière de la jambe droite. Je suis sensible des ischio-jambiers depuis longtemps car même avant la pratique du yoga postural, lorsque je pratiquais la danse, j’avais parfois la sensation d’une grande raideur à l’arrière des jambes et pour acquérir une certaine souplesse, cela me demandait beaucoup de patience et de travail.
Ma découverte du yoga a certainement suivi la même trajectoire que pour beaucoup de personnes. J’ai commencé par pratiquer une fois par semaine, puis deux fois… je faisais des stages ou des ateliers… Quelques années plus tard, j’ai désiré entamer une formation pour devenir professeure, m’obligeant à pratiquer quotidiennement durant plusieurs semaines (juin 2015). C’est à ce moment-là que la sensation à l’arrière des jambes est devenue pénible (car répétée).
J’avais mal à chaque pratique et c’est à cette époque que j’ai commencé à me badigeonner les jambes de crème chauffante afin de réduire la douleur.
Cette sensation a diminué lorsque la formation s’est arrêtée. Ma pratique est redescendue à 3 séquences par semaine. J’avais mal lors de ces pratiques mais je mettais cela sur le compte de mon manque de souplesse avéré 😉
J’ai pratiqué de cette manière durant 6 mois.

A l’hiver 2015/2016, la douleur s’est faite plus intense. Elle me réveillait la nuit, me faisait mal en station assise ou debout et même en dehors du tapis.
J’ai donc consulté un médecin du sport qui, suite à une échographie, a découvert que ma douleur était liée à une bursite ischiatique située au niveau de l’insertion entre le groupe musculaire ischio-jambier et l’os de l’ischion.

Le protocole proposé fut 20 séances de kinésithérapie, un rendez-vous chez un podologue/posturologue et une infiltration. Le kiné qui m’a traitée à l’époque a proposé les ondes de choc. Comble de la blague, au-delà de la douleur provoquée par ce traitement, j’ai appris plus tard qu’il n’était pas du tout recommandé pour ce genre de blessure !
Je n’ai pas souhaité faire l’infiltration mais j’ai accepté de porter des semelles conçues par le podologue afin de rétablir ma posture. Malgré le port réguliers des semelles, je n’ai pas senti d’amélioration.
La deuxième visite chez le médecin du sport a confirmé mon impression, la bursite était toujours là.
J’ai de nouveau refusé l’infiltration. J’ai décidé d’entamer un traitement par cryothérapie ainsi qu’un protocole shiatsu avec une praticienne formée par MICHEL ODOUL.
Ces deux options m’ont fait beaucoup de bien et m’ont bien soulagée. Les vacances d’été sont arrivées juste après et le repos étant le meilleur traitement possible pour ce type de blessure, j’en ai profité pour me reposer et ralentir ma pratique personnelle, me concentrant sur d’autres aspects du yoga.
En septembre j’allais mieux et décidais de mettre de côté ces problèmes afin de reprendre une pratique posturale guidée par Patrick Frapeau en ashtanga.

La formation professionnalisante de Patrick Frapeau a démarré en janvier 2016 et à ce moment-là les douleurs étaient en embuscade. Discrètes entre les cours et bien ressenties une fois sur le tapis. De janvier à juillet 2016, j’ai continué ma pratique tout en reprennant la kiné avec un nouveau praticien qui – cette fois-ci – a adapté les soins à ma pathologie 🙂 Ce qui m’a vraiment soulagée.
A l’été 2016 j’ai stoppé les séances de kiné car j’allais vraiment mieux et la dernière visite chez le médecin du sport a confirmé via l’échographie que la bursite était réduite.

Depuis mars 2017, les douleurs sont revenues avec une nouveauté, j’ai à présent également mal à l’arrière de la jambe gauche…. #lagrosseloose
Rebelote, visite chez le médecin du sport en mai 2017 avec même diagnostic et séances de kiné à la clef 🙂
L’infiltration est de nouveau évoquée et de nouveau écartée.

Aujourd’hui je vois le kiné deux fois par semaine et je compte essayer l’acupuncture. Sans doute je vais revoir la praticienne shiatsu afin de me soulager.
Mon kiné, lorsque nous avons repris les séances, a insisté sur l’option de l’infiltration, précisant que les séances de kiné ne suffiraient pas et ne soigneraient pas la bursite. Pour lui, seule l’infiltration permettra de réduire significativement la bursite.

Cette option est de plus en plus mise en avant par les professionnels de santé que je rencontre et même si pour le moment je refuse de m’y soumettre, j’y pense de plus en plus.

J’hésite à me faire infiltrer car les arguments des médecins ont tendance à me convaincre. La blessure est difficilement accessible via les électrodes ou les massages de par la profondeur de sa position. Le travail de renforcement musculaire et d’étirements progressifs n’est pas très efficace non plus. J’en suis à presque deux ans de souffrance épisodique avec des moments ultra pénibles et difficilement supportable.
D’autre part la douleur m’empêche de pratiquer à ma guise et a clairement mis un frein à mon évolution yoga.
Je vous passe la colère, l’incompréhension, les sentiments d’injustice et de frustration avec lesquels je compose depuis tout ce temps…

Mais une partie de moi refuse cette option car trop invasive et il n’est pas certain qu’elle se révèle efficace. D’autre part, le fait de refuser cette option m’a poussée à travailler différemment, à aborder ma pratique posturale sous un autre angle, à la mixer avec d’autres façons d’envisager le yoga (méditation, apprentissages des textes, pranayama…). J’ai aussi appris que l’alimentation et les soins moins invasifs pouvaient me soulager et je pioche donc dans ces alternatives – en complément – afin de me soigner.

Voilà où j’en suis aujourd’hui. J’hésite à me faire infiltrer. Le prochain RDV chez le médecin du sport sera sans doute déterminant mais avant cela, comme je le dis plus haut, je vais tout tenter pour éviter cet acte chirurgical.

J’en appelle à votre avis. Je sais que vous n’êtes pas médecin et pas spécialiste (enfin si un spécialiste passe par là, je suis ok pour un vrai conseil) mais que feriez vous à ma place ? Vous êtes vous déjà retrouvé dans cette situation ? Avez-vous un conseil ou une idée d’un autre traitement à me soumettre???
N’hésitez pas, je vous lirai avec grand plaisir et je suis prête à essayer beaucoup de protocoles avant l’infiltration.