La nécessité du bon prof

Au cours de ma pratique, j’ai, comme vous le savez, testé plusieurs styles de yoga, plusieurs studios et donc plusieurs professeurs.
J’abordais déjà ici les « avantages » à pratiquer de la sorte…. Enfin dans la façon dont je conçois mon apprentissage.
Cette approche est propre à chacun, certains auront besoin d’avoir des repères, d’être suivis systématiquement par le même professeur et de se rendre dans le même studio de yoga. Les raisons sont différentes à chaque fois (le coût, la proximité géographique, la symbiose avec la manière d’enseigner de leur prof, les amitiés qui se nouent au fur et à mesure….). Le yoga est une pratique très personnelle, parfois (souvent) introspective et les interactions qui existent dans des sports collectifs peuvent parfois faire défaut : On vient, on déroule son tapis, on pratique et on s’en va…. Si ce n’est un bonjour/au revoir, on n’a pas trop l’occasion de taper la causette ou de se faire des amis…. Et du coup le fait de fréquenter le même studio, aux mêmes horaires peut permettre de créer du lien.

mtd-yoga1

Ma démarche est dont TOTALEMENT à l’opposé de cela. Je picore, je teste, je cherche, j’essaie, je suis parfois ravie et parfois un peu déçue…. Cependant j’ai toujours l’impression, le sentiment, d’avoir appris, grandis et je conserve au fond de moi un quelque chose de chaque cours – même ceux qui me plaisent un peu moins.

J’ai lu récemment que trouver le bon professeur de yoga n’est pas chose aisée du tout. Au-delà du style de yoga, il faut que le cours plaise, que les variations et l’approche du prof conviennent. Il faut pouvoir se sentir bien dans le studio, « comme à la maison » pour pouvoir y revenir facilement et avoir envie surtout.
Mais beaucoup de facteurs subjectifs entrent en jeu. Des choses qui relèvent du ressenti, de l’impression, du feeling… Ces choses-là ne s’expliquent pas et parfois on prend une carte dans un studio pour des raisons objectives (praticité and co) mais on peine à y retourner car il n’y a pas de feeling.

Mais ce qui m’a le plus interpelée dans cet article c’est la question du timing…. Quel rapport entre le timing et le choix de son professeur me direz-vous ? Et bien l’article met le doigt sur un élément encore plus subjectif, à savoir qu’il est possible de trouver le bon professeur uniquement lorsqu’on est prêt à trouver le bon professeur… Vous voyez l’idée ?
Il faut donc accepter de se laisser guider, de faire confiance, de lâcher prise et de s’en remettre à l’expertise, aux compétences et à l’enseignement d’une tierce personne.
Lorsqu’on est jeune, on n’a pas toujours la faculté de discerner ce qu’il nous faut en matière d’apprentissage. En vieillissant et en pratiquant le yoga – qui incite à l’écoute de soi – on perçoit mieux si telle ou telle façon de pratiquer nous convient… Si telle façon d’expliquer les variations ou les « thèmes » des cours nous vont….
Et faire confiance, en vieillissant, n’est-ce pas plus difficile ??

Bref, tout cela pour dire que je ne pense pas être encore prête à trouver le bon professeur et en même temps, pour le moment, cela ne me semble pas freiner mon cheminement, donc patience….

Et vous, est-ce que vous avez trouvé le prof qui vous va ??

Publicités

Une réflexion sur “La nécessité du bon prof

  1. J’ai trouvé le prof qui me va après en avoir connu un qui ne me correspondait pas, qui me stressait. Ce qui est drôle, c’est que celui qui me stressait était plutôt attiré par le védânta, comme moi, et celui qui me convient est plutôt bouddhiste. Comme quoi…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s