La Grèce 3/3 – Bilan perso

=> Je n’ai pas encore récupéré les photos de cette retraite…. Mais promis dès que je les ai, je vous les montre !!

Donc aujourd’hui on attaque la dernière partie de mon bilan de la retraite yoga que j’ai effectuée mi-juillet… C’est la dernière partie et certainement la plus difficile à rédiger. J’ai commencé en vous mettant l’eau à la bouche avec de jolies photos puis je vous ai retranscris le programme de la semaine en restant la plus objective et précise possible… Maintenant il faut se mouiller un peu, donner « sa version des faits » et parler du ressenti, pas évident. Il est parfois assez difficile de partager des expériences, de les raconter à des gens qui n’étaient pas là et d’autre part, les sentiments éprouvés, les évolutions, les changements sont intériorisés, il n’est pas du tout facile de faire passer cela et encore moins par écrit. Alors par avance excusez-moi si je vous semble confuse ou embrouillée, je ne sais pas moi-même comment dire ce qui s’est passé en moi durant ce séjour…. Je me lance tout de même !

Le postulat de départ :
1 semaine sur l’île de Paros en Grèce dans un hôtel super chouette pour pratiquer du vinyasa flow yoga. Stage ouvert à tous à raison de 2h de pratique le matin et 2h le soir. Au milieu, chacun est libre de faire ce qui lui plaît.

La prof* :
Premier contact privilégié à l’aéroport (en attendant notre vol) je me rends compte que Marion Souléliac* (c’est son nom) m’inspire beaucoup de choses. Une grande sympathie pour commencer et ça c’est cool, de la confiance aussi, de la douceur (elle voyage en famille) et un je ne sais quoi de coolitude très à propos car je vous rappelle que je suis aussi en vacances ! Elle me questionne sur « mes antécédents » yoga, sur ce qui m’amène à faire ce stage…On papote 5 min et je me sens proche d’elle pour diverses raisons liées au feeling, c’est une rencontre, mais aussi à l’âge, Marion à 30 ans (j’en ai 28), à ce qu’elle dégage de sérénité aussi… Voilà on commence à s’embrouiller !!!
Bon, première réunion de « la team » (j’appellerai les stagiaires la team), premier tour de table, présentations, explications rapides du déroulement de la semaine, conseils, Marion passe en revue chacun d’entre nous, essaies de retenir nos prénoms (on est 12) et nous questionne sur nos « niveaux yoga », nos habitudes de pratique, nos blessures éventuelles, nos attentes aussi…. Elle me plaît décidément beaucoup. Elle est gentille et déjà très à l’écoute.
Marion s’est révélée être une EXCELLENTE prof. Après avoir suivi de nombreux cours avec différents profs, je crois pouvoir faire le distinguo entre un bon et un moins bon mauvais prof.
Hyper attentive, pédagogue, concise et claire dans ses explications, ses directives, ses ajustements, ses conseils, je prends énormément de plaisir pendant les classes. Elle se lève tôt pour pratiquer seule puis nous accueille avec le sourire, un mot gentil pour tout le monde et hop dans la joie on est parti pour 2h de yoga.
Elle montre, explique, corrige, passe auprès de tous pour ajuster, préciser, réexpliquer (ce qu’on attend tous de notre prof de yoga en vrai mais qui n’arrive pas si souvent).
Je ne suis pas la seule à la trouver chouette, débutants et un peu plus confirmés s’accordent pour dire qu’elle est super, qu’elle prend le temps, qu’on comprend bien et que grâce à elle on progresse !
On dit ça quand elle n’est pas là, on n’est pas de fayots non plus 😉

Les cours
Encore un point que j’attribue à Marion. Ok c’est son job mais tout de même…. Les séquences étaient ULTRA bien pensées les unes par rapport aux autres. Chaque séquence préparait celle à venir et chaque séquence répondait et permettait d’intégrer celle qu’on avait fait précédemment. Je me suis surprise à penser que je trouvais son approche et l’articulation de ses cours très fines, très subtiles. Nos corps (le mien tout du moins) se renforçaient, s’assouplissaient, se détendaient de classe en classe. On pouvait intégrer un mouvement, un ajustement, un détail de façon très évidente grâce à l’enchaînement des séquences.
Comme je vous l’expliquait dans le 2/3, on travaillait par zone, en nous concentrant sur un ou deux chakras et en développant une pratique afférente. Du coup à la fin de la séquence on ressentait les effets de la pratique sur la zone en question, c’était très intense aussi puisque concentré.

Les autres / la team
Ouvert à tous, ce stage était donc l’occasion de pratiquer avec des débutants et des moins débutants… Dans les faits, il n’y avait pas de pratiquant confirmé. La plus grande partie des stagiaires étaient novices, l’autre partie pratiquait depuis 2 ou 3 ans maxi… Qui peut le plus peut le moins me dit Marion le premier jour et c’est tout à fait ce qui s’est passé. Mais je me suis aussi rendue compte que ceux qui partaient du début ont assez vite pris confiance et « rattrapé » les autres. A la fin du stage, chacun avec ses capacités, ses limites, ont a tous énormément appris et progressé.
Moyenne d’âge de 35 ans et essentiellement féminine, la team était composée de personnes venant d’horizons variés (plusieurs suisses, une sud-africaine, un allemand, des français, des parisiens (si Paris est un Pays)) qui partageaient tous l’envie de découvrir ou d’approfondir une pratique yoga. A partir de cela, on s’est tous très bien entendu, nous discutions énormément, nous partagions au sujet du yoga mais pas que… Et puis on faisait certaines excursions ensemble, c’était le côté très sympa aussi de pouvoir sortir en petit groupe de l’hôtel pour profiter de l’île.

Le challenge physique
4h de yoga par jour pendant 5 jours. Moi au départ : « Ouai on pourrait peut être en faire plus par jour…. » / Moi le mercredi : « je suis claquée, vite mon lit ! » C’est un peu caricaturale, car finalement le corps supporte plutôt très bien l’effort physique même en plein soleil. La fatigue se faisait sentir évidemment surtout lorsque le réveil sonnait à 7h30. Les après-midis pour le dire clairement, presque tous, nous dormions sur des transats pour récupérer. Cependant je pensais que le corps accuserait plus le coup et notamment à cause de la chaleur. Le corps humain est exceptionnel et s’adapte assez vite à des températures plus élevées, à une pratique plus fréquente. Il dose l’effort et se ménage entre les classes… Intelligent n’est-ce pas ?
Je crois avoir progressé, compris certaines choses, amélioré ma pratique à différents niveaux. Sur le plan physique je me sentais plus forte dans mes bras, mes jambes, un peu plus souple aussi…

Le challenge mental
Après je ne vous cache pas que certaines séquences ont été plus difficiles pour moi. Les étirements sont toujours redoutés…
J’ai tout de même une qualité – je le crois en tout cas – je ne lâche pas facilement, je ne me dégonfle pas et je fait preuve de persévérance. Ainsi lorsqu’une posture est difficile ou un étirement un peu plus douloureux, je respire, je réajuste mais je ne lâche pas ! Si je perds l’équilibre, je me replace, si j’ai mal, je souffle…
Un aveu : mercredi pendant la séquence du matin (twists et ouverture de hanches) j’ai craqué, complètement. Il m’a fallu quitter la classe pour aller me calmer plus loin (ici comprendre dans les toilettes). J’étais désorientée et je comprenais mal ce qu’il se passait puisque cela ne m’était jamais arrivé.
Dans ma famille on préconise de se calmer d’abord, de « s’asseoir » sur ce qui ne va pas et de reprendre le problème BIEN plus tard. C’est ce que j’ai fait. Une fois calmée je suis revenue sur mon tapis pour continuer.
A la fin du cours, toujours fragilisée, je discute avec Marion et comprends qu’il ne faut pas résister, se battre contre ça, accepter. « C’est normal » me dit-elle « et c’est bien que ça se passe maintenant ».
Je comprends que pour certaines femmes, travailler le chakra Svadhisthana (bas-ventre, élément eau, le symbole de la mère) est particulièrement difficile. Visiblement pour moi c’est le cas.
Il n’y a pas de solution si ce n’est recommencer et Marion me conseille de NE PAS FUIR le travail sur cette zone.
On verra bien.

Bon ben voilà, je crois avoir fait le tour de ce bilan perso. Il y a certainement de nombreuses choses dont je n’ai pas parlé ici mais c’est difficile d’être exhaustif. Alors si vous avez des questions plutôt, n’hésitez pas dans les commentaires, c’est avec plaisir que je répondrai.

* Marion Souléliac n’a pas encore de site web mais vous pouvez la retrouver notamment au Tigre-Yoga à Paris.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s