New in #1

Et voilà, quoi de mieux qu’une petite virée shopping lorsque l’on décide de se prendre sérieusement en main « sportivement parlant » ???
Je vous parlais en effet ici de mes bonnes résolutions sportives de ce mois de septembre : du sport, du sport et encore du sport – après tout, chacun fait ce qu’il veut 😉
Mais pour mener ce projet à bien, il me fallait m’équiper en conséquence…. Interdiction de courir en Converses ou avec des vieilles Nike toutes usées ! Et pour le yoga idem, c’est tellement plus confortable de pratiquer avec une brassière de sport ou un vrai pantalon adapté…..
CEPENDANT, mes finances n’étant pas aussi extensibles qu’un yoga pant en lycra, j’ai dû aller faire mes emplettes chez des marques abordables.
J’ai ainsi découvert qu’H&M propose une ligne sport avec des pantalons, des tee-shirts, des sweats, des sous-vêtements…. etc….
Et sinon pour les chaussures, alors là, on ne rigole pas, il est i-n-d-i-s-p-e-n-s-a-b-l-e (oui je découpe chaque lettre) de choisir une bonne paire de chaussures et donc d’y mettre le prix !
Donc direction NIKE STORE – qui propose des produits un peu moins chers car de la saison précédente…. Alors ok je n’ai pas les dernières Nike à la mode mais j’ai de bonnes running pour une soixantaine d’euros – je trouve que c’est correct – et leur look n’est pas si mal – qu’en dites-vous ??

IMG_20140915_103321        IMG_20140915_103223

Sur ces photos donc, mes chaussures d’amour qui me donnent la sensation de sauter telle une gazelle s’approchant d’un point d’eau en Afrique lorsque je cours (amis de la poésie bonjour) alors qu’en vrai je dois ressembler à un phacochère (je file la métaphore africaine) se traînant péniblement au milieu d’une journée de canicule !
Aussi deux brassières, celle de couleur orange vient de chez H&M, la noir c’est Nike. Deux tops de sport : les deux sont de chez H&M… et la yoga pant vient de chez H&M aussi !!!!

Si vous avez d’autres bons plans fringues de sport pas trop chères, je suis preneuse !

On reparlera de mon planning sport qui a un peu évolué – vous vous en doutiez, ha oui ?

Publicités

Portrait yoga…. Emma

J’aimerais inaugurer avec vous une nouvelle rubrique…. J’aurais pu l’appeler « les gens bien » car toutes les personnes dont je vais vous parler ici sont formidables. Qu’elles enseignent ou pratiquent le yoga, elles ont croisé, croisent ma route tous les jours et m’influencent…

C’est Emma qui ouvre le bal…
Emma est une ancienne collègue de travail devenue mon amie, ma yogini friend avec qui on se challenge et on se pousse lorsque la motivation diminue… Bref, Emma c’est ma copine 😉

10642616_631735896940190_1205324579_o

Peux-tu te présenter en quelques mots (prénom, âge, métier…) ?
Je m’appelle Emma (31 ans) je suis chargée de production dans un théâtre parisien. Je vis et travaille à Paris depuis 7 ans avec une parenthèse en 2010 : suite à pas mal de changements dans ma vie, j’ai tout plaqué pour aller passer une année en Australie.

Depuis combien de temps fais-tu du yoga et pour quelles raisons avoir commencé ?
En rentrant de cette année j’ai trouvé quasi immédiatement un travail (dans un théâtre donc) et j’ai senti l’anxiété et le stress revenir au galop et s’installer dans ma vie. Ca se manifestait par des tensions musculaires dans le dos, pas hyper douloureuses, mais gênantes au quotidien. C’est là que j’ai décidé de tenter le yoga pour la première fois. Une activité qui mêle travail sur le corps mais aussi sur l’esprit.

Où est-ce que tu pratiques ? Quel style de yoga ?
C’était donc en 2011 à la Maison Populaire de Montreuil par un cours de Vinyasa Yoga avec Antoine Clairon. J’ai commencé en cours d’année, donc il a fallu que je m’accroche, c’est ce qu’Antoine m’a dit immédiatement. Ce qui m’a marqué aussi c’est qu’il a introduit ce cours en précisant les valeurs de non violence du yoga, envers les autres mais aussi envers soi : être indulgent avec soi-même et accepter de progresser à son propre rythme sans se comparer aux autres. Ca m’a permis de m’accrocher … et j’y suis encore … 3 ans après.

Qu’est ce qui te plait dans le yoga / qu’est ce qui te challenge ?
Le vinyasa est une pratique dynamique qui me correspond, j’aime ressortir du cours avec un pèche d’enfer et un esprit apaisé. Cette pratique me donne vraiment l’impression de me reconnecter avec moi-même et de faire circuler l’énergie dans mon corps. Développer la souplesse du bas de mon dos est un peu mon challenge physique et côté mental j’ai encore beaucoup de chemin à faire pour mettre mon esprit au repos et enfin appréhender la pratique de la méditation sereinement.

Est-ce que l’enseignement yoga que tu suis a des influences sur ta façon de vivre au quotidien ?
Depuis une retraite yoga et jeûn l’année dernière, j’ai intégré certaines choses du yoga dans ma vie : certains kryia (neti, kapalabhati, trataka, Dhauti) que je pratique souvent.
L’idée maintenant c’est les asanas au quotidien, avoir la discipline de pratiquer 20 à 30 minutes les matins pour aborder la journée avec sérénité … !

 

Le site de la Maison populaire de Montreuil – c’est ici 

Pranayama

J’en parlais dans mon article sur la reprise et les bonnes résolutions, à la rentrée, une des choses les plus difficiles à faire (mis à part conserver le bronzage) est de rester cool, de ne pas se laisser déborder par tout ce qui arrive en même temps en septembre….

Le stress, l’angoisse ou même parfois la fatigue peuvent se traduire de différentes façons…. Difficultés d’endormissement, maux de ventre, de tête, mal au dos, plus ou moins d’appétit…. Je n’ai pas 50 remèdes à vous conseiller. Je vais juste vous parler du pranayama, la respiration en sanskrit qui est la base du yoga mais qui peut également vous servir dans d’autres circonstances….

Prāṇāyāma (devanāgarī : प्राणायाम ) est un terme sanskrit qui correspond dans les Yoga Sūtra de Patañjali au quatrième membre (aṅga) du Yoga. Prāṇayāma est la discipline du souffle au travers de la connaissance et le contrôle du prāṇa, l’énergie vitale universelle.
Ce terme désigne encore un mouvement respiratoire orienté (ā-yāma) vers le souffle vital qui le précède et le soutient (pra-ana).
La pratique du mouvement respiratoire (ā-yāma) et la notion du prāṇa qui soutient fondamentalement cette respiration consciemment dirigée varient selon les écoles de yoga. Le rāja yoga, le yoga de la Kuṇḍalinī, ou le haṭha yoga décrivent différemment les éléments constitutifs, les pratiques, et le but de cette discipline du souffle.

Ne connaissant pas toutes les approches, je peux cependant vous parler plus précisément du pranayama dans le hatha yoga.
Dans le hatha yoga, la respiration est intrinsèquement liée au mouvement. Chaque mouvement se fait sur une inspire ou une expire. Il faut être précis. Les techniques de prāṇāyāma sont employées pour commander le mouvement des énergies subtiles dans le corps, ce qui produit une augmentation de la vitalité.
Parmi les exercices les plus courants du prāṇāyāma, on peut citer :
– la simple prise de conscience de la respiration (qui est utilisée dans les techniques de méditation),
– la respiration complète, qui met en jeu successivement le bas de l’abdomen, la région de l’estomac, le thorax et les clavicules (ceci à l’expiration comme à l’inspiration),
– la respiration alternée, inspiration narine droite, expiration narine gauche, puis l’inverse ; on ferme la narine non utilisée en appuyant avec un doigt mais on peut apprendre à s’en passer avec de l’entraînement,
– la respiration Ujjayi, que l’on obtient en s’imaginant inspirer et expirer au moyen d’un orifice situé au niveau du larynx ; on doit sentir le flux d’air à ce niveau et l’entendre, un peu comme le son que fait Dark Vador en respirant.

En tout état de cause et peu importe les « types » de respiration, il s’agit d’une respiration lente (3 à 4 cycles par minute), très régulière, y compris pendant les postures. (Cela n’empêche pas l’utilisation d’une respiration rapide dans certains exercices.)
La concentration de l’attention sur les muqueuses respiratoires entraîne un ralentissement cardiaque qui, chez des personnes entraînées pourrait aller jusqu’à une suspension momentanée du rythme cardiaque.
Ce n’est qu’une fois les âsanas (postures) et les exercices sur le prāṇa réalisés que la méditation peut être abordée efficacement.

Les bienfaits de la respiration :
1 – RÉGÉNÉRATION DU CORPS
. Fixe l’énergie contenue dans l’air
. Favorise élimination des toxines
. Assure une meilleure assimilation
. Permet une sexualité / sensualité plus épanouie
. Produit un rajeunissement des tissus et favorise les processus de guérison
. Permet une perception et une détente des tensions corporelles.

2- ÉQUILIBRE ÉMOTIONNEL
. Calme le système nerveux
. Oriente et équilibre les énergies psychiques
. Développe une meilleure synchronicité : corps /émotions / pensées

3 – CALME MENTAL
. Apporte la clarté mentale, favorise le discernement, la résolution positive des problèmes.
. Équilibre les deux Hémisphères cérébraux
. Génère un sentiment de paix intérieure permettant la confiance en soi-même
L’ ancienne science du ‘ Prana Vidya ‘ ou ‘ connaissance du prana ‘ concerne surtout les aspects émotionnels et mental en relation avec le contrôle du souffle.

just-breathe

Deux exercices de respiration :
Kapalabhati
Cette forme de respiration n’est pas considérée à proprement parler comme un exercice de pranayama. Cependant, il s’agit d’un exercice de nettoyage capable de changer radicalement notre état mental – donc je vous en parle… C’est l’expiration qui est accentuée pendant que l’inspiration est un peu plus passive…
Il s’agit d’une respiration rapide et rythmée qui purifie et amène le cerveau à un état de grande clarté d’esprit. C’est également une respiration qui « chauffe » le corps. On l’utilise notamment en yoga détox. Il faut pratiquer kapalabhati plusieurs minutes pour en ressentir les effets.
En position assise, on inspire et expire par le nez de façon rapide (courte inspire, courte expire). Au moment de l’expiration l’abdomen se contracte pour expulser l’air. On respire ainsi plusieurs fois (une trentaine) puis on prend une grande inspire et une grande expire. On suspend le souffle à l’inspiration suivante (il faut que ça reste confortable), puis on expire totalement. On peut recommencer un cycle de kapalabhati deux ou trois fois.
Cette technique de respiration est conseillée aux personnes stressées, qui se sentent « mentalement » débordées ou dépassées. Elle procure une ventilation complète des poumons, prévenant ainsi efficacement pneumonies et autres pneumopathies ; renforce la musculature respiratoire ; détoxifie et désacidifie le sang. Kapalabathi permet de faire le vide et de voir plus clairement les choses qui nous entourent. Elle rend la respiration plus légère et subtile.

Respiration à contre-courant (pratiloma pranayama)
Cette respiration procure un équilibre énergétique durable en agissant sur les polarités énergétiques de l’homme, symbolisées par la lune et le soleil. Chaque astre est relié à un canal. Ida (canal) est associée au côté gauche, à la narine gauche et à la lune. Pingala fonctionne avec le côté droit et la narine droite et le soleil. L’idée est d’équilibrer les deux canaux. Cette respiration fait penser à un trident car on inspire par une narine pour expirer par les deux narines, on ré-inspire par le milieu et on expire par la gauche… La respiration par la narine gauche stimule la partie droite du cerveau, celle qui est en lien avec les émotions et l’intuition. La respiration par la narine droite stimule la partie gauche du cerveau qui est responsable de la pensée rationnelle. Changer et alterner l’entrée du souffle permet d’équilibrer les deux parties.
On fait comment ???
En position assise, on repli l’index et le majeur de la main droite, l’annulaire et l’auriculaire restant tendus et joints pendant tout l’exercice. Respirez plusieurs fois profondément et régulièrement par le nez, l’inspire et l’expire ont la même durée.
A la fin d’une inspiration, fermez la narine droite à l’aide du pouce de la main droite et expirer par la narine gauche. Inspirez par la narine gauche (conservez vos coudes à l’écart de votre corps pour permettre à la cage thoracique de « bouger ». A la fin de l’inspire, abaissez la main droite et expirer par les DEUX narines en même temps. Puis inspirez par les deux narines. Fermez la narine gauche avec l’annulaire et l’auriculaire, expirez et inspirez par cette seule narine. Puis abaissez la main et expirez par les deux narines…. et on recommence par les deux narines puis à gauche….
On peut refaire ce cycle plusieurs fois. Au bout de quelques minutes, observez le calme qui s’installe en vous et l’équilibre intérieur.
Cette respiration favorise la respiration nasale, améliore l’interaction entre intuition et intellect, aide à trouver un meilleur équilibre entre activité et détente…

J’ai testé pour vous…. Le prana flow

Un peu « d’histoire »…
La créatrice du prana flow yoga, Shiva Rea, réside à Los Angeles. Contrairement au ashtanga yoga, les enchaînements de prana flow yoga sont créatifs, ils changent d’une classe à l’autre selon l’effet recherché : un cours peut avoir un fil conducteur (par exemple activer le centre du corps) ou proposer une combinaison d’effets si bien que l’objectif du cours peut être d’énergiser, de relaxer, d’assouplir, de renforcer et/ou de cibler plus précisément les jambes, le ventre ou les bras. Le cours se déroule en musique pour sensibiliser à la pulsation du souffle et de la posture. On trouve dans un cours de prana flow des séquences de difficulté croissante qui permettent à des débutants et des gens plus expérimentés de pratiquer ensemble et à tous de construire sa pratique de yoga en décelant ses points forts et ses points faibles.

Shiva-Rea-Author-photo shiva-rea-prana ShivaReaYoga2

Comment se déroulent les cours?
Le prana flow yoga est une pratique de yoga en musique. C’est un yoga séquentiel où les asanas (postures) sont enchaînées avec le souffle. Les cours sont construits selon des séquences intelligentes qui procèdent par étape, permettant de développer graduellement tonus et souplesse. Les séquences varient d’un cours à l’autre, certains cours sont énergisants, d’autres ressourçants, permettant ainsi de faire une expérience vraiment complète de yoga. Les cours incluent du pranayama (exercices de respiration), un travail énergétique du ventre pour construire la force du centre du corps et un travail dynamique dans les asanas même pour apprendre au corps les actions clés nécessaires à la construction de la posture. Les cours de niveau débutant donnent accès aux principes du travail d’alignement par la pulsation et aux séquences essentielles des suryanamaskaras, des flexions arrière et des inversions. Les cours de niveau avancé proposent des constructions de séquences plus élaborées et la construction d’asanas plus complexes.

Le cours que j’ai pris avec Laurence Gay
J’ai commencé le yoga avec Laurence, il y a 3 ans (vous vous souvenez, poussée par ma collègue/amie). Le studio avait fermé et je m’étais retrouvée dans une sorte d’errance de studio de yoga. Laurence enseignait toujours mais je ne pouvais plus me rendre à ses autres cours.
Depuis que je prends des cours au Yoga Village, j’ai vu qu’elle y avait quelques classes. Pendant les vacances, avec un planning un peu modifié, il m’a été possible de suivre une classe avec elle. Une classe de prana flow – évidemment!!
Notre fil conducteur de ce cours était l’ouverture des hanches (ce que je déteste préfère). Nous avons donc enchaîné – en musique – des salutations intégrant des variations, des postures permettant de faire travailler cette zone.
Autant vous dire que j’en ai bavé (pour parler poliment) ! Les difficultés allant crescendo, le début du cours s’est très bien déroulé pour moi et s’est un peu corsé au fur et à mesure. Jusqu’à avoir envie de partir (ok j’en rajoute mais quand même) lorsqu’elle nous a proposé cette posture :

HP_D05_OPENER_sized

Je me suis vue empotée, gauche et ultra raide puisque évidemment que ma position ne ressemblait PAS DU TOUT à celle-ci !!!

Bref, ce que j’ai aimé dans ce cours :
– revoir Laurence qui enseigne de façon très chouette, très pédagogique, douce….
– travailler sur une zone en particulier, plus je pratique, plus j’aime axer mes séquences sur un point
– sentir que mon corps avait vraiment travailler dans les hanches. Car même si je redoute ce travail-là, je ne m’épargne pas pour autant et je suis assez contente de l’avoir fait après coup.
Ce que j’ai moins aimé :
– je ne parviens pas à pratiquer en musique. Soit je trouve la musique très anecdotique, soit je suis tellement concentrée que je ne l’entends même pas, soit je trouve que le prof ne l’utilise pas de façon optimale…. Bref la musique et moi en yoga on ne s’est pas encore rencontrées !

Le prana flow c’est pour qui ?
Ce n’est pas très différent du vinyasa (flow ou dynamique). On enchaîne les postures d’une façon ou d’une autre en travaillant spécifiquement telle ou telle zone. Et on le fait en musique….
Pour ceux/celles qui pratiquent le vinyasa, ça ne vous changera pas beaucoup, ne le faites pas pour découvrir quelque chose de totalement différent, vous seriez déçus.
Mais si vous aimez le vinyasa et avez envie de travailler en musique et en axant sur une zone, c’est juste parfait !
Ce cours-là n’était pas ultra dynamique mais j’ai déjà pratiqué de façon très rapide avec Laurence, en montant en cardio…. Cela dépend du fil conducteur choisi.

Alors voilà pour ce petit bilan, personnellement je reprendrai des cours de prana flow, car j’aime beaucoup travailler de façon ciblée.
Si vous avez des questions ou des commentaires, surtout n’hésitez pas !
Le blog de Laurence Gay c’est ici.
Le site de Yoga Village avec le nouveau planning des cours, c’est ici.

J’ai récupéré la première partie de ce post sur le blog de Laurence Gay. Merci d’en faire un usage respectueux.
Les images de Shiva Rea sont issues de différents sites – merci de les utiliser correctement et de ne pas les dénaturer.