Portrait Yoga…. Audrey

Aujourd’hui, on fait connaissance avec Audrey, ma copine de yoga… Vous vous souvenez, Audrey c’est elle qui m’a poussée à commencer le yoga il y a 3 ans !

Peux-tu te présenter en quelques mots (prénom, âge, métier…) ?
Audrey, 32 ans, je travaille depuis toujours au service de la culture, et plus particulièrement du spectacle vivant.

Depuis combien de temps fais-tu du yoga et pour quelles raisons avoir commencé ?
J’ai commencé à pratiquer le yoga alors que je suivais une formation professionnelle aux arts de la scène à Lyon, il y a dix ans. Marie Zighera, chorégraphe et directrice du centre transmettait la danse contemporaine dans son principe actif, celui d’une présence au monde, dans un « ici et maintenant ». Je faisais alors l’apprentissage d’exercices respiratoires, du souffle dans le mouvement, de la vitalité de l’énergie centrée, de l’alignement posturale etc. Et les bienfaits de la relaxation pour la gestion du stress avant d’entrer sur un plateau m’ont beaucoup servi à cette époque. Mais je réalise que la danse butoh, que j’avais étudié a l’université juste avant, intégrait déjà tous ces concepts. Quand la puissance est contrôlée de l’intérieur, elle va a l’essentiel. La danse devient organique. Le yoga comme le butoh sont des pratiques ancestrales en Orient !

Où est-ce que tu pratiques ? Quel style de yoga ?
Étant souvent en mouvement, je pratique où je peux. A Paris l’offre est telle que ce n’est pas une difficulté de trouver un cours qui nous convienne. C’est une autre histoire en province. Mais ça se développe à grand pas de toute façon partout. L’Occident a soif de culture ayurvedique aujourd’hui. Le style de yoga que je pratique ? Je ne sais pas répondre à cette question. Je pratique le yoga.

Qu’est ce qui te plait dans le yoga / qu’est ce qui te challenge ?
J’aime ce temps donné à mon bien être avant tout, à cette connexion entre mon corps et mon mental. J’aime aussi l’effort physique que cela me demande. Et j’aime chercher le confort dans l’inconfort. Me dire que c’est possible et le trouver parfois, à force de persévérance.

Est-ce que l’enseignement yoga que tu suis a des influences sur ta façon de vivre au quotidien ?
Oui mais je ne suis pas du tout une yogi ! Je veux dire que je ne pratique pas quotidiennement. Mais pouvoir me connecter, me connecter a moi même, est un luxe que je m’offre dans la vie oui ! Cette quête de tenir des postures en yoga, de chercher à adapter son corps a la contrainte fait échos au quotidien de toute façon. Certaines situations, positions nous sont d’emblée insupportables mais pas insurmontables si on garde confiance en notre capacité d’adaptation par l’apprentissage. Un mental de samouraï quoi ! Mais je ne suis pas sûre d’en avoir encore vraiment les bénéfices dans mon quotidien. Il faudrait que je lui consacre beaucoup plus de temps… J’y pense !

Tu as beaucoup voyagé, peux-tu parler un peu de ce voyage ? As tu vu ou pratiqué le yoga dans d’autres pays ? Peux-tu en parler un peu ?
Je suis partie un an faire le tour du monde. Un rêve de gosse mais aussi un profond besoin de renouveau. Une routine devait cesser, une autre commençait. J’ai aussi rencontré le partenaire idéal pour le faire. L’on découvrait chaque jour de nouveaux endroits, de nouvelles personnes, et de nouveaux challenges. Le voyage s’est fait au maximum par la terre et chez l’habitant lorsque les conditions étaient réunies. Là encore, au quotidien, adaptation et apprentissage étaient de rigueur pour apprécier chaque moment avec intensité. Notre esprit s’est ouvert et notre appréhension de cultures diverses nous a grandement enrichi.

L’Inde, le pays du Yoga, a été une révélation ! Je comprenais que cette pratique n’était pas un simple exercice physique mais bien un art de vivre. Et comme tout art de vivre que l’on souhaite épouser, il déroute de prime abord, demande à ce qu’on l’observe dans un premier temps, qu’on le singe ensuite, et qu’on l’intègre enfin. Dans la philosophie hindou, il y a un Veda a propos des hommes qui dit : « Enfants ils s’attachent à l’étude, jeunes gens recherchent les plaisirs, vieillards pratiquent l’ascèse, et c’est dans le yoga qu’ils achèvent leur existence. » J’ai croisé a Varanasi, sur les bords du Gange, des êtres d’un certain âge dans cette posture de dernière étape. C’est impressionnant de les voir là, en position du lotus, des heures, des jours, des années durant, à méditer en vue de l’élévation ultime.

Je terminerai sur une expérience de l’autre côté de l’Atlantique, à San Francisco où le cours se déroulait dans une église perchée sur les hauteurs de la ville, Grace Cathedral. Sur ses murs, une collection d’oeuvres d’art, et parmi elles, un triptyque de Keith Haring. Et une centaine de personnes a pratiquer en son choeur avec un musicien live. Ce genre d’harmonie a la fois esthétique et spirituelle, débordante de bonnes vibrations ! Si ça peut donner des idées, je suis partante pour chercher un lieu saint 😉

IMG_1684

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s