Prendre des notes de yoga

Vous savez, je fais partie de ces filles qui ont toujours eu un carnet ou un journal intime – on peut appeler cela comme on veut… Dans lequel j’écris mes impressions, des souvenirs, ce que je pense de telle ou telle relation, j’y note des projets, des idées… mais aussi des conneries et j’y gribouille des petits trucs (cœurs, soleils, bonhomme qui fait un sourire ou un clin d’œil….) Ce genre de choses ! Mais comme beaucoup d’autres filles (je l’espère), je ne tiens pas longtemps, je ne suis pas très appliquée et très assidue. Je ne pense pas systématiquement à sortir mon carnet pour y noter ma journée. Et du coup j’ai tout un tas de calepins et autres cahiers d’école entamés et inachevés. C’EST MAL !

Depuis cet automne et le début de cette aventure professionnalisante yogi-esque, j’ai souhaité me doter des trois carnets de yoga. J’en avais déjà un – sur les trois – que j’avais transporté avec moi jusqu’en Grèce et qui a également fait le voyage jusqu’en Inde en février. C’est mon carnet de « retraite/stage ». J’y note ce que je fais pendant mes journées de retraite yoga ou pendant les stages ou les ateliers que je suis. Je tente de me souvenir de la séquence réalisée, de certaines postures réussies ou non, des émotions ressenties, de l’état d’esprit dans lequel je me trouvais. Je me note des remarques ou des idées à garder en fonction du contenu du cours. J’y écris aussi ce que j’ai fait dans la journée (lorsque j’étais en Grèce ou en Inde par exemple) afin de voir si certaines activités influent sur ma fatigabilité ou mon humeur…. C’est un carnet chronologique écrit au stylo bille bleu et assez bien ordonné. Comme j’ai le temps de me poser dessus pour écrire, il est très propre car j’ai le temps de réfléchir à ce que je veux y mettre, à ce que je veux garder.

IMG_20150410_145308

Mon deuxième carnet est bien plus épais et servira pendant ma formation « Gérard Arnaud ». Je souhaite y noter ce que je vais apprendre pendant ces jours de formation. A priori, nous n’avons pas le droit de prendre des notes pendant les cours (à vérifier) mais je compte bien faire marcher ma mémoire pour retranscrire ce que j’aurais retenu dès qu’un moment libre se présentera. Pour l’instant, ce carnet ne prend pas la poussière – bien au contraire. Il me sert de bloc-notes pour tout ce qui touche à la création de mon statut d’auto-entrepreneur (je vous ferai un article là-dessus prochainement car c’est une vraie joie d’avoir à faire à l’administration française). J’y note les questions relatives à mes indemnisations Pôle emploi, à ce qui va évoluer lorsque j’aurais changé de statut, à mes déclarations, à la fiscalité…. Du bonheur je vous dis. Bref, je compile là dedans et lorsque j’arrive à avoir un conseiller (n’importe qui en fait) en ligne ou en face à face, je sors l’objet et décoche mes questions comme une furie ! Dans le lot, j’obtiens deux ou trois réponses valables à chaque fois que je m’empresse de noter dans ce calepin pour ne rien oublier et m’y référer en cas de doute. J’utilise un crayon à papier et prends mon carnet à l’envers (en commençant par la fin) pour ce qui est relatif au statut et tout ça….

Le dernier carnet est celui dans lequel je note des idées de séquences. Pour moi la plupart du temps mais – depuis peu- pour les cours que je commence à donner. Construites à partir de bribes de cours ou autour d’un thème, j’écris les enchaînements, les variations, les possibilités et je dessine des bonhommes bâtons pour visualiser les postures. Je tiens beaucoup à ce carnet, j’ai presque un attachement émotionnel (on se comprend) car j’y laisse des bouts de choses que j’ai aimé faire en cours ou que j’aimerais approfondir, comprendre ou encore transmettre. Je fais appel à une mémoire corporelle pour écrire les séquences, je me rappelle de sensations physiques, de postures confortables ou inconfortables… Parfois je me remémore le geste, l’étirement, la contraction, le relâchement, la douleur aussi… C’est presque comme si c’était mon corps qui laissait une partie de lui dans ce carnet et c’est pour cela qu’il est si important, car je n’y note que ce que j’ai déjà expérimenté, comment pourrait-il en être autrement ?…

Je ne sais pas si tout le monde fonctionne comme cela, ce n’est pas très important au fond. Je ne sais pas non plus si c’est ma formation littéraire qui me pousse à écrire, à laisser des traces ou encore mon côté fi-fille qui a besoin d’extérioriser les émotions, ou bien encore la peur d’un Alzheimer précoce ou du syndrome de l’imposteur… Bref, je n’en sais rien du tout mais ces trois carnets répondent à un besoin chez moi et ils me rassurent.

Et vous, vous allez bien??? 😉 Vous écrivez aussi ???

Publicités

5 réflexions sur “Prendre des notes de yoga

  1. Coucou !

    Oui, j’ai commencé à tenir mon « journal » il y a 20 ans. Il n’est pas quotidien mais plus qu’hebdomadaire. J’y exprime mes bonheurs, mes peines, mes découvertes, mes rencontres, mes états d’âme, des réflexions, des décisions. TRès longtemps, je l’ai tenu au crayon (oui, je suis amoureux des crayons !!!), mais depuis 6 mois je suis passé au bic; quelle (r)évolution.
    En fait je considère mon journal comme mon petit psy de poche ! Il m’a bcp aidé et je recommande à tous de tenir un cahier/carnet/journal. Bise à toi.

    Malgré que je suis un « sénior », j’aime suivre ton blog car il est imprévisible et très spontané.
    Mais — pardonne-moi — au plan du yoga il ne m’apprend rien.

    • Je n’ai pas la prétention d’être un puit de savoir en terme de yoga. Le blog n’est pas un dictionnaire ou un manuel de pratique, c’est plutôt un lieu d’échanges…
      Mais si ce blog vous apporte quelque chose, et bien je m’en réjouis !

  2. Hello Alexandra!
    Je suis un peu comme toi je note tout! (idées, séquences, brouillons d’articles, mes cours, etc)! Principalement parce que je suis tête en l’air et que si je ne mets pas ce qui me passe par la tête sur papier tout de suite j’oublie… j’avoue ça devient parfois gênant quand je me lève la nuit pour noter une séquence à laquelle j’ai rêvé! (depuis ma formation les séquences me hantent la nuit haha)! Ça te fait ça toi aussi?
    N’empêche tu es super bien organisée dans tes carnets! Je n’en ai qu’un et c’est un peu le désordre. Tant que je m’y retrouve 🙂
    À bientôt!

    • Parfois oui je rêve de séquences ou de morceaux de séquences. Je me revois en train de faire telle ou telle posture et j’ai l’impression que cela m’aide à comprendre comment la faire évoluer au prochain coup. Une réelle obsession 😉
      A bientôt

  3. Pour ma part j’ai un carnet de poche (moleskine, je les adore) qui compile, tout…du coup, grosse consommation de ce support. Sinon j’ai aussi pris l’habitude d’utiliser l’application Day One pour compléter mes carnets. J’utilise aussi Evernote quand les notes deviennent plus que cela…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s