Auto-promo

Me revoilà !

Je vous parlais il y a peu de mon planning « occupationnel » entre le module 1 et le module 2 de la formation ! J’ai oublié de vous mentionner le plus important – ou presque !!!

Ca y est, j’ai un site web professionnel ! Pas un autre blog, non, non madame, un vrai site pro, avec des rubriques et la possibilité de me contacter, si, si je vous jure !!! Ici, on peut déjà se parler, s’envoyer des mails mais avec le site pro, on passe dans un autre monde : celui du formulaire de contact !!! Truc de fou !

Ha oui…. et j’ai aussi des cartes de visite !!! On ne m’arrête plus 🙂

Bref, tout ça pour dire que je suis super contente, et j’espère que vous me suivrez aussi dans cette aventure. Jetez y un œil et dites moi ce que vous en pensez !

www.alexandrarevolteyoga.com

DSC00012ok2BIS

 

Publicités

Portrait yoga…. Patrick Frapeau

Vous connaissez maintenant mon AMOOOUUUUR pour mon professeur de yoga – Patrick Frapeau. Vous savez à quel point j’aime suivre ses cours, ses ateliers, partir en week end yoga avec lui…. Je vous ai chaudement recommandé de prendre ne serait-ce qu’un cours avec lui afin de pouvoir vous faire votre propre opinion (et ne pas penser que je suis son attachée de presse) !

J’ai longuement hésité avant de demander à Patrick de répondre à ces quelques questions. Car même si j’aimerais jeter son talent à la face du monde pour que chaque personne sur cette terre puisse savoir quel excellent professeur il est, parfois j’aimerais le cacher, afin de le garder pour moi toute seule… Oui je vois, vous pensez que je suis folle, et vous n’avez sans doute pas tord, mais voilà, c’est comme ça, les cours de Patrick sont souvent bondés et je me dis que si je continue d’en parler comme cela sur le blog (avec ma petite audience), il faudra bientôt investir dans un hangar pour suivre ses cours !!!!

– Patrick lira certainement ces lignes et je vois déjà sa tête – il est si humble qu’il ne se rend pas compte de l’influence qu’il a sur moi.

Enfin bon, je ne sais pas si vous partagez mon excitation, mais voici en quelques lignes, le portrait de MON professeur de yoga – PATRICK FRAPEAU.

Patrick

Peux-tu te présenter en quelques mots ?
– Je suis professeur de yoga , j’enseigne depuis 10 ans l’Ashtanga et le Vinyasa. Je suis aussi masseur, je pratique le massage thai et la réflexologie. J’ai été danseur, comédien, acrobate aérien pendant 20 ans. J’ai co-géré deux bars, j’ai été attaché de presse…
Je viens de Paris et sa région.

Quand et comment as-tu commencé le yoga ?
– J’ai commencé le yoga il y a 15 ans avec ma prof de danse de l’époque qui suivait une formation de yoga Iyengar. Elle incorporait dans sa barre au sol certains asanas qui ont éveillé ma curiosité. Puis s’en suit une période dans le Hatha yoga  avec la méthode Nil Hahoutoff. A l’époque j’avais des insomnies… Et j’entends parler du Mysore style qui se pratique très tôt le matin. L’Ashtanga ne m’était pas totalement inconnu car j’avais acheté quelques mois auparavant le manuel de John Scott grâce auquel je pratiquais seul chez moi.
L’Ashtanga reste depuis ce temps ma pratique quotidienne.

Est-ce que tu penses que le yoga t’a changé / Qu’est-ce que cela t’apporte de pratiquer le yoga ?
– Je pense que les changements sont déjà là, en place, prêts à éclore. Pour paraphraser Eric Baret, c’est un pressentiment qui s’exprime. Le yoga a été pour moi l’expression du changement qui s’opérait en moi depuis longtemps ; comme une fête.

Penses-tu que le yoga ait pénétré d’autres sphères de ta vie ? Si oui, de quelle manière ?
– Le yoga a pénétré toutes les sphères de ma vie mêmes les plus obscures. Le yoga m’invite à plus d’écoute.

Est-ce que tu as une posture préférée ?
– Ma posture préférée est sirsasana (la posture sur la tête).

Qu’est-ce qui te challenge, ou te semble compliqué dans le yoga ?
– Certains préceptes sont difficiles à appliqués dans nos sociétés modernes. Je prends ces obstacles comme des cadeaux qui me permettent de me questionner, de me réajuster, de m’aligner.
Mais ce qui me paraît le plus compliqué est l’enseignement.

Portait-Patrick-Frapeau-Bio Mysore-practice-in-Paris

Comment et pourquoi t’est venu l’envie d’enseigner le yoga?
– Mon professeur de l’époque m’a proposé de suivre la formation qu’il mettait en place. Comme je n’avais pas les moyens de me l’offrir, en échange je donnais des cours dans le centre ou avait lieu la formation. J’ai adoré et j’ai continué.

Peux-tu parler en quelques mots de ta formation ? De tes professeurs ?
– Cette formation était de 200 heures et calquée sur le modèle Yoga Alliance. J’ai eu la chance de la faire avec mon professeur qui me suivait depuis quelques années et dont je continuais à suivre l’enseignement pendant les modules de formation. J’ai continué à le suivre après.
Tout en enseignant moi même, je continuais de l’assister sur des stages, des ateliers. Nous avons même partagé un programme de Mysore. J’ai suivi d’autres formations notamment en Anusara, en Pranayama, en Hatha yoga… Parallèlement à tout cela j’ai fait de nombreux voyages en Inde et notamment à la kpjayi de Mysore ou j’ai étudié plus d’une année auprès de Sharat.
En 2013 je suis  devenu professeur autorisé niveau 2 (autorized teacher level 2). A cette occasion je l’ai assisté tous les matins.
Tous les ans j’y retourne pour pratiquer.

Quel(s) style(s) de yoga pratiques-tu et enseignes-tu ?
– Je pratique l’Ashtanga , j’enseigne l’Ashtanga et le Vinyasa.

Quel est le meilleur conseil qu’on t’ait donné ?
– Relax (Sharat)

Quel(s) conseil(s) donnes-tu à tes élèves ?
– Un conseil est personnel il ne peut pas s’appliquer à tous.

Un dernier mot pour la route ?
– Santé

S’occuper avant le module 2 de formation

Comme vous le savez, je suis une formation certifiante en Vinyasa yoga auprès de Gérard Arnaud. Cette formation se déroule en deux parties : la première à eu lieu fin avril/début mai et la seconde commence le 13 juin.

J’en parlais dans le bilan du module 1, le rythme que nous avons eu était intense avec plusieurs heures de pratique tous les jours – sans journée off. Quand la première session s’est terminée, je me suis accordée deux jours sans pratique (j’avais des résidus de douleur dans ma hanche gauche) puis je suis allée à la journée Portes Ouvertes du Studio Omm Yoga (mes impressions à lire ici).

Ensuite il s’est aussi passé 3 jours sans pratique. Pour diverses raisons, je n’ai pas déroulé mon tapis, ni chez moi, ni en studio. Le jeudi, soit 6 jours après la fin du module 1, je suis retournée prendre un cours au Studio Gérard Arnaud avec Gérard Arnaud. Ca m’a fait un bien fou !

Voilà pour le petit « retour sur terre » suite à ce premier moment de formation…. Car pendant plus de 15 jours, tout tournait autour de ça et l’atterrissage en terre « habituelle » a été tâtonnant (??? je ne savais pas trop comment le formuler).

A la fin de ce module, je me suis posée la question : « que faire avant que le module 2 démarre ? ». Du yoga, bien entendu, lire des livres (j’en ai encore 10 en attente – qui sont conseillés dans la biblio fournie par le studio G.A), pratiquer seule à la maison, donner des cours…. Oui mais comment ?? Car le fait de pratiquer quotidiennement pendant 15 jours fatigue, certes, mais crée un rythme, une cadence. Dans tous les cas, je ne peux pas me rendre tous les jours dans un studio – c’est financièrement et logistiquement impossible. Donc je peux pratiquer seule. C’est un peu ça le gros avantage de ces aventures condensées (retraites, stages, formations…). Cela te donne la possibilité de refaire des séances par toi-même.

Mais est-ce que je veux – pour autant – reprendre exactement le même rythme que j’avais avant la formation ??? En fait, non, je ne crois pas. Je souhaite développer ma pratique personnelle, seule, chez moi et réduire un peu mes visites dans les studios parisiens. Question de coût mais aussi de challenge perso. Aller dans un studio et suivre un cours collectif, c’est assez simple. Tu mets tes fesses dans les transports en commun (je l’accorde c’est peut être ça le plus dur) et une fois sur place, tu te laisses guider pendant 1h30.

Dérouler son tapis à la maison, c’est une autre paire de manches ! Il y a 1000 sollicitations lorsqu’on est chez soi – 1000 tentations devrais-je dire ! Internet, la TV, un thé, un café, le chien, le chat, les enfants, les tâches ménagères…. Bref, autant de distractions qui nous font repousser la séance. Mais c’est justement ça le challenge : réussir à dégager un vrai temps – immuable – quotidien ou quasi quotidien pour pratiquer. Un de mes objectifs étant de pouvoir enseigner, je ne suis pas certaine – si ça fonctionne – d’avoir le temps pour me rendre dans des studios pour pratiquer. Le développement de la pratique à la maison est donc indispensable.

Donc j’ai un mois. Un mois entre les deux modules pour accentuer ma pratique autonome. J’aimerais thématiser mes séances pour travailler des points précis (Inversions, ouverture des hanches, assouplissement, back bends… etc…). En terme de cours collectifs, je continue évidemment de me rendre au Studio Gérard Arnaud (mais un peu moins souvent), je vois toujours Patrick chez Yoga Village avec qui j’ai également prévu un atelier au Tigre Yoga Club. Puis je partirai à Lyon pour participer aux Rencontres Internationales de Yoga.

Voilà vous savez tout ! J’étais contente que ce premier module se finisse, mais à présent j’ai hâte que ça recommence 😉

J’ai testé pour vous… La série B Ashtanga

Hello,

je suis de retour pour vous raconter le dernier atelier yoga que j’ai suivi. Il s’agissait d’une introduction à la deuxième série Ashtanga proposée au Tigre Yoga Club. C’est l’excellentissime Patrick Frapeau qui était aux commandes ! Je vous vois venir, certains diront que j’en fais des caisses avec ce prof, mais prenez une fois un cours avec lui et si vous n’êtes pas contents, je m’engage à vous dédommager ! Sans blague !!!

Bref toujours est-il que le décors est posé…. Ha non j’oubliais, lorsque je suis ce type d’atelier, j’ai toujours peur de me retrouver avec des monstres qui arrivent à se nettoyer les oreilles avec leurs orteils…. En arrivant, je n’étais – à priori – pas déçue, puisque les participants à l’atelier avaient tous l’air de sortir d’une boite de contorsionnistes ! Heureusement pour moi, que ce soit vrai ou pas, j’ai tellement été prise par le contenu du cours que j’en ai très vite oublié de mater les autres tapis 😉

Le Tigre Yoga Club est un studio situé près du métro Iéna, assez classieux (SPA, petite restauration, massages…) qui propose des cours de yoga, pilates…. Je vous laisse visiter leur site ici.

Je vous avais aussi déjà parlé de l’Ashtanga. Discipline exigeante et immuable dans sa façon d’être pratiquée. Composée en séries, rassemblant des postures qui se pratiquent systématiquement dans le même ordre. On dit qu’une posture prépare à la suivante et ainsi de suite… On dit aussi que cet ordre permet au yogi de ne pas avoir à « réfléchir » à ce qui vient après et peut donc plus facilement se concentrer sur son alignement, voire entrer en méditation à mesure qu’il effectue les asanas. Tout cela est plutôt vrai. On dit aussi que c’est un peu difficile – plus difficile que les autres types de yoga – et que lorsqu’on connaît bien la ou les séries, cela favorise la pratique autonome (Mysore).

11303696_10153419622723690_1065066438_n       11271137_10153419622743690_205097230_n

11287306_10153419622293690_719861735_n

Je ne connais pas la première série par cœur. Ce n’est pas le yoga que je pratique habituellement. Par contre, toutes les postures de l’Ashtanga se retrouvent dans le vinyasa yoga. Je n’ai donc pas découvert réellement les asanas. Ce qui change, c’est la façon dont on les enchaine (il n’y a pas de « liant » entre les postures). Evidemment la difficulté des séries est crescendo. La seconde est donc plus difficile que la première. Patrick nous a expliqué que c’était la série de purification du système nerveux – série appelée également Nadi Shodana qui nettoie donc les canaux (Ida et Pingala essentiellement) énergétiques.

La chose que je reproche à cet atelier et que je reproche à chaque fois lorsque je prends un cours où on chante des mantras au départ…. PERSONNE , AUCUN PROF n’explique jamais ni ce qu’on chante, ni ce que cela signifie ! Du coup, personnellement, je me retrouve à baragouiner un truc incompréhensible dans lequel j’ai du mal à mettre une intention puisque JE NE SAIS PAS ce que je suis en train de dire ! Par pitié, si vous lisez ce blog et que vous êtes professeurs, ne laissez pas vos élèves sur le bord de la route des mantras…. Commencez par leur expliquer même en deux mots ce qu’ils signifient. Après ils feront ce qu’ils pourront pour répéter après vous mais au moins, un petit éclaircissement ce serait cool!

Nous avons donc travailler des postures en commençant par leur préparation. Nous nous sommes aidés de supports (murs, sangles, tapis….) et nous avons parfois travaillé à deux. Nous avons étudié Pasasana (le nœud), Shalabasana A, B, Bhekasana (la grenouille en français je crois), Dhanurasana (l’arc), Ushtrasana (le chameau), Kapotasana, Bakasana A et B (la grue), Bharadvajasana et Ardha Matsyendrasana (torsions), Eka Pada Shirsasana et Yoga Nidrasana….

nadi_sodhana_serie_page_1

C’était intense mais dosé. C’était surtout très intéressant de voir des postures avancées qu’on ne retrouve pas systématiquement lorsqu’on prend des cours collectifs. C’est ça qui – de plus en plus – me plait. Qu’on me propose des postures – que je ne parviens pas encore à prendre on est d’accord – qui me challengent, qui me questionnent et me font découvrir des chemins inconnus dans mon corps ou dans mon esprit.

Voilà ce que je peux dire de cet atelier. Je suis ravie de l’avoir suivi bien entendu et je suis contente de constater que ma pratique évolue, se modifie.