La Bhagavad-Gita

On avait déjà parlé ici des YOGA-SUTRA de Patanjali, texte fondateur du yoga. La BHAGAVAD-GITA est tout aussi importante que le texte de Patanjali pour les yogis et aussi pour les hindouistes. C’est un texte issu de l’épopée très connue Le Mahabharata et est souvent considéré comme un abrégé de toute la doctrine védique. La Bhagavad-Gita est composée de 18 chapitres. Ses enseignements se rapportent au thème de la conquête de soi-même.

Origine : Les indianistes d’accordent à penser que le texte a été écrit entre le 5ème et le 2ème siècle avant J.C.

Contexte : L’histoire se déroule au début de la grande guerre entre les Pandava, fils du roi Pandu, et les Kaurava. Arjuna, un des 5 Pandava et Krishna sont sur le champ de bataille du Kurukshetra (région de l’Inde) entre les deux armées. Arjuna doit annoncer le début du combat mais, voyant des amis et des parents dans le camp opposé, il est désolé à la pensée que la bataille fera des morts parmi ses proches et hésite. Il se tourne vers Krishna pour exprimer son dilemme et demande conseil.

Contenu : La Bhagavad-Gita conte l’histoire de Krishna, 8ème avatar de Vishnou et d’Arjuna, un prince guerrier en proie au doute devant la bataille qui risque d’entrainer la mort des membres de sa famille, les kaurava, qui se trouvent dans l’armée opposée – ça vous l’avez compris…. Le poème se compose de 700 distiques, divisées en 18 chapitres. Le récit est constitué du dialogue entre Krishna et Arjuna. Il enseigne que même si tous les chemins diffèrent, leur but fondamental reste le même : réaliser le Brahman* et échapper au cycle des renaissances à travers la réalisation du soi.

Verset 2.39 : Tu as reçu de Moi, jusqu’ici, la connaissance analytique de la philosophie du Samkhya. Reçois maintenant la connaissance du yoga, qui permet d’agir sans être lié à ses actes.

Verset 2.71 : Celui que les plaisirs matériels n’attirent plus, qui n’est plus esclave de ses désirs, qui a rejeté tout esprit de possession et qui s’est libéré de la tyrannie de l’égo, peut seul connaître la sérénité parfaite.

Verset 6.17 : Qui garde la mesure dans le manger et le dormir, dans le travail et la détente peut, par la pratique du yoga, adoucir les souffrances de l’existence matérielle.

Verset 18.70 : Et celui qui se pénétrera de cette conversation sainte échangée entre nous, je considérerai qu’il m’a offert le sacrifice en esprit.

Bhagavad-Gita

L’enseignement :
Verset 4.41 : Celui dont le savoir spirituel a déraciné les doutes, et qui, ayant renoncé aux fruits de ses actes, s’est établi fermement dans la conscience de son moi réel, celui-là, ô conquérant des richesses, demeure libre des chaines de l’action. Krishna instruit Arjuna sur un grand éventail de domaine à commencer par celui qui résout le dilemme d’Arjuna, la réincarnation, signifiant par là que les vies perdues dans la bataille ne le sont pas véritablement. Krishna continue d’exposer un grand nombre de sujets spirituels, parmi lesquels plusieurs yogas différents. Dans le 11ème chapitre, Krishna dévoile à Arjuna qu’il est l’incarnation du Dieu Vishnou.

La guerre est une métaphore. Elle permet d’exposer les confusions, les doutes, les conflits que toute personne rencontre. La Gita s’adresse à cette discorde en nous et enseigne les yogas qui permettent de l’apaiser :
– Bhakti Yoga = voie de la dévotion du Dieu personnel
– Jnana Yoga = voie de la connaissance
– Karma Yoga = voie de l’action juste

Pour Krishna, la racine de toutes les douleurs est l’agitation de l’esprit provoquée par le désir. Il faut calmer l’esprit par la discipline des sens. Le refus total de l’action est tout aussi nuisible qu’une totale indulgence. Selon la Bhagavad-Gita, le but de la vie est de libérer l’esprit et l’intellect de leurs complexités et de les concentrer sur la gloire de l’Ame. Ce but peut être réalisé par les 3 yogas.

Le texte finit par un chant exposant la doctrine du renoncement, qui permet d’échapper au Samsara, le cycle des renaissances.

* Brahman : Terme sanskrit utilisé dans plusieurs religions de l’Inde (Védisme, Brahmanisme, Hindouisme). Il désigne selon le contexte : les textes védiques ; la puissance mystérieuse grâce à laquelle les rites sont efficaces ; le Sacré ; l’Absolu ; la seule réalité dont la manifestation (maya) n’est qu’une illusion ; la conscience qui se connaît en tout ce qui existe ; l’existence supra-cosmique qui sous tend le cosmos. = Principe ultime sans commencement ni fin, sans naissance ni mort. = Conscience cosmique présente en toutes choses. = Tous les dieux de la religion hindoue ne sont que des facettes, des incarnations du Brahman.

 

Voilà pour ce petit résumé de la Bhagavad-Gita que je vous invite à lire sans plus attendre !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s