Fiche anatomie : L’épaule

Depuis que j’enseigne, et je crois que c’est un peu la même chose pour les professeurs de yoga vinyasa, mes élèves un peu débutants, se plaignent parfois de douleurs aux épaules causées par la répétition des vinyasa pendant le cours.
Evidemment, afin de leur éviter trop de courbatures musculaires (surtout pour les débutants), je réduis le nombre de vinyasa entre les postures et je leur propose des adaptations (demi-chaturanga). Je prends aussi beaucoup de temps pour décortiquer le passage planche-chaturanga-urdhvamukha afin qu’ils protègent leurs muscles et articulations…. Cependant, cela ne suffit pas toujours et en début de cours suivant, lorsque je demande s’il y a des douleurs à me signaler, il y a une ou deux personnes qui reviennent sur les contractures musculaires ressenties au niveau des épaules et/ou des bras.
J’ai donc eu envie de faire une fiche anatomie sur cette partie du corps, très sollicitée dans notre vie quotidienne.

20101214anatomieepaules2__052094200_1109_16072013

La région morphologique de l’épaule permet la jonction du tronc avec le membre supérieur au niveau du bras. Elle comporte plusieurs articulations qui concourent à en faire l’articulation la plus mobile du corps humain. Elle permet d’orienter le membre supérieur dans l’espace, permettant en particulier à la main, d’assurer ses rôles de préhension et de communication avec l’environnement situé à sa portée.
L’épaule est un complexe d’articulations et de muscles qui solidarisent le membre supérieur au tronc. C’est l’articulation la plus mobile du corps mais elle peut devenir facilement instable du fait de l’articulation entre une surface plane et une surface sphérique.
De vastes arcs de mobilité dans les trois plans de l’espace permettent à l’épaule d’assurer une multitude de fonctions telles que : atteindre, soulever, porter, pousser, propulser et positionner la main.
Une synergie parmi les muscles moyens d’union actifs assure la précision fonctionnelle.
Nous comptons 4 os au sein de l’articulation de l’épaule : le manubrium sternal (ainsi que le premier cartilage costal), la clavicule, l’omoplate (scapula), la tête humérale.
De nombreux muscles comme le grand pectoral, le trapèze, le deltoïde, le supra-épineux….
Et énormément de tendons et de ligaments qui permettent à tout cet ensemble de se mouvoir assez librement.

Les membres supérieurs sont moins puissants que les membres inférieurs, il faut les entretenir tout en réussissant à les décontracter parfois, ce qui est très difficile puisque ce sont des membres ultra-sollicités. De nombreux muscles des épaules vont jusque dans le cou, ce qui permet de renforcer cette région mais en veillant au placement des cervicales.

Amplitude des mouvements
Parfois pendant un cours, vous pouvez entendre : « si vos épaules ne sont pas encore très ouvertes, mettez les mains plus en avant »…. L’épaule, nous l’avons vu, est composée de 3 articulations différentes. Ces trois articulations permettent à l’épaule d’effectuer les mouvements vus plus haut. Cependant ces amplitudes de mouvements sont très variables d’une personne à une autre. En fonction du positionnement des os, de la « souplesse » des ligaments et des tendons…. etc…. certains mouvements pourront être freinés et leur amplitude diminuée. Avec un travail régulier, cette amplitude évoluera mais nous serons toujours soumis à des réalités biomécaniques/biologiques que nous ne maîtrisons pas.

Pathologies
Fractures et luxations de la ceinture scapulaire et de l’humérus
Fractures de la scapula (anciennement omoplate)
Fractures de la clavicule
Fractures de l’extrémité supérieure de l’humérus
Luxations traumatiques de le ceinture scapulaire

Lésions traumatiques acromio-claviculaires et sterno-claviculaires
L’entorse acromio-claviculaire (communément appelée « séparation de l’épaule ») : elle est habituellement le résultat d’un traumatisme direct à la région de l’épaule qui produit une ou plusieurs déchirures, à des degrés variables, de certains ligaments.

Autres types de douleurs
La douleur à la région de l’épaule est la plainte à caractère musculosquelettique la plus fréquente en médecine après les maux de dos. Elles peuvent avoir d’autres origines que l’épaule même.
Cervicales : Si une personnes se plaint de douleurs à l’épaule et en même temps de douleurs au niveau des cervicales, il y a de fortes chances que ce soit la douleur des cervicales qui induise la souffrance de l’épaule. Ces douleurs peuvent aussi entrainer une perte de motricité, des déficiences sensitives, une irradiation douloureuse dans l’avant-bras….
Le syndrome d’accrochage de l’épaule.
L’instabilité de l’épaule qui inclut la luxation et la subluxation.

Traitements
Repos total en cas de « tendinite » ou de courbatures musculaires trop intenses, ostéopathie et dans certains cas nécessitant une opération, on peut placer une prothèse.

guerir_epaule_mag_banner

Assouplissement de l’épaule
Comme nous l’avons vu dans la partie sur l’amplitude des mouvements, nous ne sommes pas tous égaux face à la mobilité de nos épaules. D’ailleurs, les deux épaules peuvent être dissymétriques en matière de souplesse ou de mobilité.
1/ assouplissement articulaire
– Mouvement antérieur : Plier le bras devant soi et ramener l’avant-bras jusqu’au thorax, paume de main orientée vers soi. Idem de l’autre côté.
– Mouvement latéral : Debout, les bras le long du corps et tournés en rotation externe maximale tout en gardant la paume de main vers l’avant. Monter le bras vers l’avant en abduction, paume de main vers le ciel = on cherche la voie de passage mais sans forcer.
2/ étirement du grand dorsal
– Allongé sur le sol, on cherche à effacer la lordose lombaire avec les pieds à plat et les jambes fléchies. On relève la tête en la tenant avec les mains puis on lâche et on lève les bras au dessus de la tête.
3/ étirement du trapèze
– Allongé sur le dos, genoux fléchies, le bassin en rétroversion et le menton légèrement rentré. Croiser les deux bras sur la poitrine et écarter les omoplates. On peut aussi incliner la tête d’un côté puis de l’autre.
4/ étirement du grand pectoral
– Allongé sur le côté gauche, jambes fléchies, glisser le bras droit (bras du dessus) en arrière du corps vers le sol, la main et l’avant-bras vont toucher le sol mais pas l’épaule = torsion de la taille. Faire un arc de cercle avec la main droite paume de main vers le ciel ou vers le sol pour sentir les différences. Idem de l’autre côté.

Renforcement des muscles superficiels
1/ muscles antérieurs
– A quatre pattes, porter plus ou moins de poids sur les mains (attention aux poignets). Cela renforce les grands et petits pectoraux ainsi que les deltoïdes antérieurs. Pour plus d’intensité, faire l’exercice en planche.
2/ coordination épaule/cou
– Epaules en avant, faire des mouvements de cou (avance, recule, extension, flexion). Idem avec les épaules vers l’arrière.
3/ abaissement actif de l’omoplate (souvent pratiqué en cours)
– Lever le bras sur le côté en laissant l’omoplate monter. Puis baisser l’omoplate. Idem de l’autre côté. On peut faire l’exercice en montant le bras par devant.
4/ abaissement de la tête humérale
– Assis sur un siège, coude posé sur un accoudoir, sans tension (on baisse l’omoplate). Idem de l’autre côté.

Voilà pour cette deuxième fiche anatomie. J’espère que vous aurez découvert des choses sur l’épaule et que vous les garderez à l’esprit lors de votre prochaine séance.
A très bientôt avec un nouveau focus !

Publicités

3 réflexions sur “Fiche anatomie : L’épaule

  1. Bonjour , cet article m’a particulièrement intéressé . Je luxe très fréquemment des épaules et surtout la droite étant hyperlaxe … Avant d’arriver à la prothèse ( cas extrême et si l’os est vraiment abimé ) , il y a d’autres opérations plus douces et moins traumatisantes comme l’acromioplastie sous arthroscopie ou d’autres opérations moins invasives ! Les activités corporelles comme le yoga permettent de renforcer et de bouger les articulations en douceur et ainsi d’éloigner ces opérations le plus possible. Merci Alexandra .

  2. Hello,
    Super intéressant même si parfois un peu complexe… et j’ai bien peur de ne pas tout saisir sur les exercices, notamment d’assouplissement… est-ce que tu aurais des photos/dessins explicatifs ?

    Merci !!

  3. vos conseils concernant les traitements de la tendinite sont aberrants! repos total complètement dépassé et l’ostéopathie! renseignez vous d’abord!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s