La dure vie du prof de yoga

Etre professeur de yoga n’est pas chose aisée. Je le découvre jour après jour. Comme l’iceberg, certains aspects de ce « métier » m’étaient connus mais une grande partie était enfouie sous la surface. Par exemple, je n’avais pas idée de l’énergie qu’il me faudrait pour assurer 13 cours par semaines. Chaque jour je rentre vidée, épuisée (j’ai été malade aussi, ce qui n’arrange rien – mais quand même). Je suis heureuse – attention – mais je n’ai plus de jus en fin de journée et accessoirement je n’ai plus de salive tant j’ai parlé !

Le temps de préparation des cours aussi était très sous-estimé. Je passe beaucoup de temps à imaginer, écrire et tester mes cours, mes séquences…. Tout ça pour parfois me rendre compte une fois face aux pratiquants que ça ne fonctionne pas : « ha oui mince, ici il n’y a pas de brique/sangle, bon on va faire sans^^ – haaaaem » Et d’ailleurs, en parlant de temps de préparation, il est très compliqué de faire entendre aux « employeurs » que ce temps doit être compté lorsqu’on envisage une rémunération.

Une anecdote, mon meilleur moment de solitude cette semaine a été lorsque j’ai demandé à mes élèves de se mettre par deux pour réaliser un exercice. Elles étaient 22 ! Il a fallu plus de 5 minutes pour qu’elles se mettent en binôme et arrêtent de parler afin que j’explique l’exercice – c’est très long 5 minutes…. Sur le coup je me suis détestée de perdre ce temps précieux en logistique. Elles sont un peu trop nombreuses et ne se connaissent pas encore bien, du coup on a pris trop de temps pour la mise en place et lorsque le cours dure 1h, c’est compliqué…. Devant ce fiasco, je me suis détendue et promis de ne plus refaire cet exercice à moins d’être avec un plus petit groupe ou avec des personnes qui se connaissent un peu mieux.

Blog_GymYoga_chat-pensifblog

J’entends souvent des commentaires du style « tu dois être vachement détendue toi avec tous les cours que tu donnes » ????? Hein, quoi ???? Heeeeeuuuuu pas vraiment non…. C’est certain que ma vie est enviable comparée à d’autres situations et je suis ravie du choix que j’ai fait en devenant professeure de yoga. Cependant, je ne crois pas pouvoir qualifier ce « travail » de 100% serein ou de zen. La recherche de nouvelles structures partenaires, la préparation des cours, l’anticipation, les recherches qu’il faut mener sur les pathologies/blessures des élèves, les déplacements, les explications, la comptabilité, l’administratif…. Et comme on est son propre patron, il n’y a pas de coupure ou de temps off. Pour le moment en tous cas, mes journées sont remplies de yoga, ce qui est chouette, mais parfois j’éprouve le besoin de m’aérer, de faire autre chose, afin de me ressourcer et de repartir ré-énergisée pour les prochains cours…. et pour l’instant je n’y arrive pas. J’ai même du mal à trouver des créneaux pour ma propre pratique, c’est fou !

Loin de me décourager, je crois qu’il faut de la patience afin que tout cela se mette en place. Je pense qu’avec le temps j’aurais « rôdé » certaines séquences que je pourrais réutiliser pour mes cours. J’espère que l’administratif deviendra une routine et qu’il me faudra moins de temps pour faire les démarches….. J’espère que tous mes « ratés » du début deviendront de beaux souvenirs – ou du moins des souvenirs marrants – et qu’ils constitueront la base de ma pédagogie et le point de départ à cette aventure que je souhaite la plus longue possible.

Des ajustements et de la patience, voilà ce qu’il faut à un professeur de yoga débutant !

Namaste

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s