Moment de solitude #1

Vis ma vie de prof de yoga…. Lors de mon article sur la dure vie des profs de yoga, quelques réactions / commentaires sont ressortis du lot et m’ont donné envie de vous raconter des petits instants drôles – ou pas – que je vis chaque jour au contact de mes élèves.

Pour ce premier article, je voulais vous parler du contact physique entre mes élèves et moi. J’ai systématiquement les mains froides, même lorsque je n’ai pas particulièrement froid, j’ai deux glaçons à la place des mains et des stalactiques à la place des doigts. Lorsque je corrige mes élèves, lorsque je passe pour les ajuster, je sais que mes mains sont froides et que le contact ne sera pas forcément des plus agréables pour eux. Parfois je prends le temps de me frotter les mains pour les réchauffer mais ce n’est pas toujours évident ni efficace d’ailleurs…. ^^

S’ils portent des vêtements assez longs, je ne suis pas en contact direct avec leur peau et c’est mieux mais dans les postures de flexions avant (pince ou papillon par exemple), les tee-shirts remontent assez souvent et si je veux ajuster le dos, je touche parfois directement leur peau.

La semaine dernière, alors que je commençais à apposer les mains pour corriger une élève – au moment des postures assises/flexions avant donc dans un moment qui se veut un peu plus calme que le début du cours…. –  elle s’est écriée « putain de merde, t’as les mains vachement froides!!!!! ». J’ai été choquée par son cri et tous les autres élèves se sont retournés vers nous. Voyant son regard totalement désemparé et rempli d’excuses, je me suis mise à rire nerveusement. Je suis partie dans un fou rire, incapable de m’arrêter. Elle a commencé à s’excuser puis constatant que je ne parvenais pas à m’arrêter de rire, s’est mise à rigoler elle aussi. Deux ou trois autres élèves ont profité de l’instant pour se plaindre également de ma température corporelle en se moquant gentiment de moi…. Et tranquillement tout le monde s’y est mis avec sa propre analyse et sa propre explication quant à la température de mes mains…. et tout cela en rigolant joyeusement !

Essayant de reprendre le contrôle de la classe – pas sans effort car les larmes de rire me coulaient sur les joues – j’ai donc donné mes indications à distance, sans les toucher. Cependant rien à faire, la réaction de mon élève me revenant en tête, j’ai eu énormément de mal à contrôler ce fou-rire.

mains-glacons-froid-glace2

Mis à part cet épisode, je me questionne souvent sur le rôle du toucher dans la correction, l’ajustement, pour un professeur. Il faut faire attention car certains élèves apprécient être touchés et d’autres pas du tout. On s’en rend compte assez vite, certains se contractent » dès qu’on s’approche d’eux ou se corrigent avant même qu’on les touche… D’autres au contraire « réclament » le contact physique, se laissent faire sous les mains…. C’est intéressant – surtout lorsqu’on constate qu’entre eux, si il se produit un contact imprévu, les réactions sont assez vives. Ils s’excusent de s’être touchés, ils se réajustent pour ne pas se « gêner », comme si le contact était intrusif, dérangeant, déplaisant…

Je dis toujours : « si vous touchez quelqu’un, faites lui un calin ! » Dans cette société où le toucher est impudique, où le contact physique peut parfois être violent (bousculade dans les transports) ou mal interprété, je m’arrange systématiquement pour qu’il se produise un contact entre mes élèves ou qu’ils se touchent eux-même. Je crois que c’est très chouette de retrouver ce contact physique – gratuit, innocent, bon enfant – de l’autre et de soi-même.

Publicités

2 réflexions sur “Moment de solitude #1

  1. Tes mains froides ne sont pas en cause car il y a des personnes qui ont eu des traumatismes et quand on les touche leurs réactions sont violentes car c’est une atteintes à leur corps et ils n’ont pas réglé certaines choses… Quand je travaillais avec les enfants en situation de handicap , je leur demandais si je pouvais les toucher … ! Sinon penses à une chaufferette des mains ( décathlon ) 😉 … Bel AM …

  2. Ah c’est drôle que tu évoques ce sujet parce que je me suis fait cette réflexion hier lors du stage : ‘je suis contente d’avoir ma soeur avec moi parce que je n’aimerais pas avoir à faire le massage à quelqu’un que je ne connais pas, et vice-versa’. J’ai cette aversion du contact physique avec les personnes que je ne connais pas (le shampoing chez le coiffeur est une torture), par contre pas de problème avec mes professeurs de danse, osthéo & co … Pourtant le travail assisté/en binôme est bénéfique pour changer de référentiel en termes d’appuis, de centre de gravité ; bref je crois que c’est une quadrature du cercle !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s