Ouverture du cœur

Aujourd’hui je vous propose une courte séquence backbends (flexions arrières) afin de travailler l’ouverture du cœur et la zone de Anahata chakra, le chakra du cœur.

J’ai fait des bonhommes bâton pour illustrer, j’espère que ce sera clair !

Lorsqu’on travaille cette partie du corps, on va solliciter tout le corps mais davantage le dos. Il faut savoir que le dos est une chose très délicate, à manier avec précautions afin de ne pas créer de lésions ou de trop grosses contractures musculaires. Où que vous en soyez dans votre pratique, écoutez ce qui se passe dans votre dos pendant les postures et redescendez d’un cran si le bas du dos ou les cervicales protestent.

Quoi qu’il arrive, vous allez certainement vouloir faire des contre-postures systématiquement (la boule ou balasana). Il est préférable d’attendre la fin de la séquence pour arrondir le dos. Si vous étirez la colonne dans un sens et la remettez à chaque fois dans l’autre sens, vous perdez les bénéfices de l’ouverture et du travail. Entre chaque posture, cherchez à remettre de la verticalité dans la colonne en restant assis sur les genoux ou allongé sur le ventre mais n’entrez pas dans les flexions avant. Attendez la fin de la séquence pour cela.

1/ Echauffement
Pour les quelques minutes d’échauffement, je vous conseille de commencer par des salutations au soleil qui auront le mérite de réveiller le corps – plus ou moins en douceur en fonction de l’intensité que vous y mettrez. Vous pouvez rester plusieurs respirations dans chaque posture de façon à mobiliser le corps progressivement.

2/ Les postures / à enchainer avec un vinyasa OU PAS (c’est comme vous le sentez)
Le sphinx : Sur le ventre, les jambes sont tendues à l’arrière et les coudes viennent se poser sur le sol en dessous des épaules. Les avant-bras sont posés, paumes de mains vers le sol. Dans cette posture, vous allez vous tracter en essayant de ramener le buste entre les coudes. Cela va ouvrir la poitrine. Attention à ne pas affaisser les épaules dans le cou – garder une structure haute (scapulaire) solide – et attention à ne pas tirer avec les cervicales – le regard se place devant vous à l’horizontal = l’idée c’est de projeter la poitrine vers l’avant.

Bsphinxetcobra

Bhujangasana (le cobra) : Sur le ventre, front au sol, les mains viennent se place de chaque côté du buste à hauteur des aisselles ou de la poitrine, les coudes sont décollés du sol et pointe vers l’arrière de la salle. En inspirant on décolle front et haut de la poitrine (zone claviculaire) du sol. On pourra monter plus ou moins en fonction de la mobilité des lombaires. On gardera les bras pliés et les épaules dégagées du cou avec le regard à l’horizontal. Attention à ne pas vouter la poitrine, on garde le sternum projeté vers l’avant et les épaules bien basses. Si ça pince, montez moins haut le buste. Cette posture permet de ressentir fortement le bas du dos. Pour savoir quels sont les muscles engagés par cette posture, une fois en cobra, décollez les mains du sol et ressentez dans le dos la contraction des muscles dorsaux.

Urdhvamukha (chien tête en haut) : Le départ est le même que pour le cobra. On va essayez de venir tendre les bras en gardant le plus possible le pubis sur le sol. Cette posture est très exigeante pour le bas du dos. Si les lombaires protestent un peu, éloignez les mains de votre buste afin de laisser le dos s’habituer et progressivement rapprochez les mains du buste. Si ça pince de trop, redescendez.

Burdhvamukha

Salabhasana (la sauterelle) : Sur le ventre, en inspirant, on commence par la demi-sauterelle en décollant une jambe et le bras opposé. On garde le front au sol. Puis on fait l’autre côté. Puis on décolle même bras, même jambe et idem de l’autre côté. Enfin sur une inspiration, on cherche à décoller les deux jambes et les deux bras, la tête se lève du sol et le regard est dirigé vers le sol – on reste quelques respirations dans cette posture.

Bsauterelle

Ushtrasana (le chameau) : Sur les genoux écartés de la largeur du bassin, fesses relevées du sol on place les mains dans le bas du dos pour prendre un demi-chameau. Grâce à l’appui des mains on va garder le pubis projeter vers l’avant et les cuisses bien à la verticale des genoux (on ne va pas s’asseoir). On dresse la colonne et en inspirant on va monter le regard vers le ciel et cambrer le dos pour amener la tête vers l’arrière. Pour faire le chameau complet, on va crocheter les orteils dans le sol de manière à avoir les talons surélevés. On va poser main droite sur talon droit et main gauche sur talon gauche en gardant le pubis le plus en avant possible et si possible la tête relâchée à l’arrière. Certaines personnes ne se sentiront pas très bien en relâchant la tête. Si c’est le cas, gardez la tête droite et le regard vers l’avant de la salle. Pour sortir de la posture, ne revenez pas comme une brute, lâchez un talon et replacez la main sur la hanche, puis l’autre.

Bushtrasana

Setu bandha sarvangasana (le demi-pont) : Sur le dos, les pieds sont dans le sol, jambes pliées. On rapproche les talons des fessiers de façon à toucher les talons avec le bout des doigts. Les mains se posent, paumes vers le sol de chaque côté du corps. En inspirant on décolle bassin du sol en pressant dans les pieds. On se retrouve avec l’arrière de la tête, les omoplates, les bras et les pieds dans le sol, le reste du corps s’élève vers le ciel. En expirant on déroule vertèbre par vertèbre pour réappliquer le dos dans le sol. ON refait en cherchant à monter de plus en plus le bassin jusqu’à pouvoir venir entrecroiser les doigts des mains à l’arrière sur le sol. On pousse encore plus pour « monter » sur les épaules, cela ouvre très fortement la poitrine et la zone du cœur.

Bdemipont // On peut faire la même chose en plaçant un support (une brique) sous le sacrum à la montée et ainsi déposer le bassin sur la brique. On peut également placer une brique sous les omoplates afin de reposer le haut du buste sur le support et laisser la poitrine s’ouvrir.

Bdemipontsupports

Eka pada rajakapotasana (le pigeon) : Quatre pattes. On place genou droit derrière poignet droit. On laisse la jambe gauche se tendre à l’arrière et on décale le pied droit et le bas de jambe droit afin de laisser la hanche droite descendre vers le sol. Plus le pied droit monte vers le haut du tapis, plus l’étirement est intense (attention au genou). Une fois dans la posture on va chercher à se redresser en plaçant une main de chaque côté du corps et en ouvrant la poitrine. Attention à ne pas garder les épaules dans le cou. Si vous le souhaitez, ensuite, versez vers l’avant et sentez l’étirement se faire dans la fesse droite. // On fait l’autre côté.

Bekapadaraja

Dhanurasana (l’arc) : Sur le ventre, on commence par le demi en pliant jambe droite à l’arrière et en venant saisir pied droit avec main droite. Pour ce faire on relève le buste en plaçant son avant bras gauche à l’avant comme support. On fait l’autre côté. Pour la posture complète, front au sol, venez saisir vos chevilles par l’extérieur avec vos mains. En inspirant montez le buste et les jambes, vos bras servent d’élastiques entre vos chevilles et votre buste. Pressez les pieds vers l’arrière et vers le ciel afin de monter plus haut le buste. Le regard se positionne à l’horizontal. En expirant, vous relâchez. Ce sont les jambes qui permettront au buste de se décoller davantage et à la poitrine de s’ouvrir.

Bdhanurasana

Urdhva dhanurasana (le pont) : Sur le dos, placez vos mains proches de vos oreilles avec les doigts des mains vers vos pieds. Pliez les jambes et posez les pieds près de vos fesses. En inspirant vous venez poser le sommet du crâne sur le sol –  décollez le bassin et en pressant dans les mains et décollez les omoplates du sol. Une fois sur le crâne, faites un stop et sur la prochaine inspiration tendez les bras et décollez tête du sol. Une fois dans la posture complète, cherchez à rapprocher vos pieds de vos mains et à placer les aisselles au dessus de vos poignets.

Une fois la séquence des backbends terminées, revenez progressivement chercher la verticalité de la colonne vertébrale et ensuite passez à la suite de votre pratique. Terminez par un savasana de façon à laisser au corps le temps d’intégrer le travail.

Voilà pour ce petit focus ouverture du cœur à faire chez soi. J’espère que vous testerez !

A vite pour la suite 🙂

 

Publicités

Moment de solitude #1

Vis ma vie de prof de yoga…. Lors de mon article sur la dure vie des profs de yoga, quelques réactions / commentaires sont ressortis du lot et m’ont donné envie de vous raconter des petits instants drôles – ou pas – que je vis chaque jour au contact de mes élèves.

Pour ce premier article, je voulais vous parler du contact physique entre mes élèves et moi. J’ai systématiquement les mains froides, même lorsque je n’ai pas particulièrement froid, j’ai deux glaçons à la place des mains et des stalactiques à la place des doigts. Lorsque je corrige mes élèves, lorsque je passe pour les ajuster, je sais que mes mains sont froides et que le contact ne sera pas forcément des plus agréables pour eux. Parfois je prends le temps de me frotter les mains pour les réchauffer mais ce n’est pas toujours évident ni efficace d’ailleurs…. ^^

S’ils portent des vêtements assez longs, je ne suis pas en contact direct avec leur peau et c’est mieux mais dans les postures de flexions avant (pince ou papillon par exemple), les tee-shirts remontent assez souvent et si je veux ajuster le dos, je touche parfois directement leur peau.

La semaine dernière, alors que je commençais à apposer les mains pour corriger une élève – au moment des postures assises/flexions avant donc dans un moment qui se veut un peu plus calme que le début du cours…. –  elle s’est écriée « putain de merde, t’as les mains vachement froides!!!!! ». J’ai été choquée par son cri et tous les autres élèves se sont retournés vers nous. Voyant son regard totalement désemparé et rempli d’excuses, je me suis mise à rire nerveusement. Je suis partie dans un fou rire, incapable de m’arrêter. Elle a commencé à s’excuser puis constatant que je ne parvenais pas à m’arrêter de rire, s’est mise à rigoler elle aussi. Deux ou trois autres élèves ont profité de l’instant pour se plaindre également de ma température corporelle en se moquant gentiment de moi…. Et tranquillement tout le monde s’y est mis avec sa propre analyse et sa propre explication quant à la température de mes mains…. et tout cela en rigolant joyeusement !

Essayant de reprendre le contrôle de la classe – pas sans effort car les larmes de rire me coulaient sur les joues – j’ai donc donné mes indications à distance, sans les toucher. Cependant rien à faire, la réaction de mon élève me revenant en tête, j’ai eu énormément de mal à contrôler ce fou-rire.

mains-glacons-froid-glace2

Mis à part cet épisode, je me questionne souvent sur le rôle du toucher dans la correction, l’ajustement, pour un professeur. Il faut faire attention car certains élèves apprécient être touchés et d’autres pas du tout. On s’en rend compte assez vite, certains se contractent » dès qu’on s’approche d’eux ou se corrigent avant même qu’on les touche… D’autres au contraire « réclament » le contact physique, se laissent faire sous les mains…. C’est intéressant – surtout lorsqu’on constate qu’entre eux, si il se produit un contact imprévu, les réactions sont assez vives. Ils s’excusent de s’être touchés, ils se réajustent pour ne pas se « gêner », comme si le contact était intrusif, dérangeant, déplaisant…

Je dis toujours : « si vous touchez quelqu’un, faites lui un calin ! » Dans cette société où le toucher est impudique, où le contact physique peut parfois être violent (bousculade dans les transports) ou mal interprété, je m’arrange systématiquement pour qu’il se produise un contact entre mes élèves ou qu’ils se touchent eux-même. Je crois que c’est très chouette de retrouver ce contact physique – gratuit, innocent, bon enfant – de l’autre et de soi-même.

Malasana à la maison

Cela faisait super longtemps que je n’avais pas proposé de petite séquence yoga à faire à la maison. ET comme vous connaissez ma légendaire mesure en toutes choses, je publie deux séquences yoga maison cette semaine. Une aujourd’hui avec un focus sur une posture que j’aime bien MALASANA et une autre à venir – un YIN tout doux…
Pour prendre Malasana, il faut écarter les pieds assez généreusement, plier les jambes et laisser le bassin « s’alourdir » au milieu en essayant de garder les talons au sol et les genoux le plus ouverts possible. Si les talons se décollent, laissez les se décoller 😉 Les mains sont paume contre paume devant la poitrine et les coudes pressent contre l’intérieur des genoux afin de maintenir leur ouverture. On veillera à garder le dos bien droit et redressé.

Voil) pour les quelques conseils concernant cet asana. Je n’ai rien inventé pour cette séquence MALASANA et je remercie particulièrement le site Teenytinyom pour cette illustration bonhommes.

Focus-on-malasana

J’espère que vous aurez l’occasion de la tester chez vous ! Je la conseille pour l’ouverture des hanches et du bassin. Vous pouvez la réaliser plus ou moins rapidement en fonction de vos envies du moment. Si vous décidez de pratiquer dans un flow Yin, restez plusieurs respirations dans chaque posture. Si vous souhaitez la réaliser en dynamique, enchainez chaque posture sur une inspire et une expire. La règle, lorsqu’on ouvre le cœur ou qu’on étire, on inspire, si on se penche en avant ou qu’on « se replie », on expire….
J’ai déjà testé cette séquence de nombreuses fois et mes élèves l’apprécient beaucoup. La posture de MALASANA est en général assez plaisante – à condition de ne pas souffrir au niveau des genoux.

Testez-la à votre tour et dites moi ce que vous en avez pensé !

Yog’art photography

OMG, ces images sont si belles…. Elles font rêver mais ne sont pas frustrantes, non??? Qu’en pensez-vous ? Ce sont des photos d’art, inaccessibles, certainement retouchées mais qu’importe, elles me transportent dans un univers où le yoga serait très esthétique, assez loin de ce que je recherche lorsque je « monte » sur mon tapis mais ce n’est pas grave, c’est si beau…

La thématique du jour, nous l’aurez deviné, du noir et blanc et une touche d’urbanisme….

Ces photos ne sont pas libres de droit. Elles proviennent en grande partie du site Yogicphotos.com.

6c5e44e3f83870a4ddd0d1126541945c

uttana-padasana   supta-kurmasana

tumblr_mwltmpNhDx1rn5diyo4_1280

tumblr_msy096SUEm1sot984o1_1280  bhujangasana

eka-pada-viparita-dandasana-bis

79e209_4205fa3becb340eca91fe8cf39223b24_png_srz_900_600_85_22_0_50_1_20_0