Namasté

Dans la lignée de l’article anatomique sur les mains, j’ai eu envie de rédiger un post sur la signification du mudra Namasté qu’on retrouve en début et fin de séance yoga. Beaucoup de mes élèves m’ont posé la question cette semaine. D’ailleurs, pour un geste répété aussi régulièrement, je suis étonnée que la question sorte seulement maintenant !

Le MUDRA « NAMASTÉ »
Le mot sanskrit mudra signifie « geste de la main qui dirige le courant vital à travers le corps ». Namaskara Mudra, beau geste de prière, est effectué en joignant les deux mains près du cœur, la tête légèrement inclinée vers l’avant pendant que l’on prononce « Namasté ». Il est considéré comme une humble salutation provenant directement du cœur et accordé réciproquement par l’interlocuteur.

La salutation hindoue signifie : « Le divin en moi honore le divin en vous ». L’expression est utilisée lorsque l’on se réunit ou que l’on se quitte. Cette position des mains est toujours adoptée au début et à la fin d’une classe de yoga. De plus, quelques-unes des postures de yoga, telles que Suryanamaskar (salutation au soleil), Tadasana (montagne), et Vriksasana (arbre), etc. utilisent cette position des mains.

Il existe des variations, à savoir les mains au milieu de la poitrine en guise de salutation à nos pairs, les mains au niveau des yeux en salut à un gourou ou bien les mains tendues au-dessus de la tête ou en prosternation vers l’avant en salut au Divin. Une forme existe aussi avec les mains ouvertes placées côte à côte, comme les mendiants pour recevoir des dons, ou lorsqu’un adorateur supplie la grâce de Dieu dans le temple.

Indian_sadhu_performing_namaste

Comment fonctionne le mudra et quelles richesses ses connaissances nous apportent-elles?
En effectuant le mudra de la prière, Namaskara Mudra, les paumes et les cinq doigts se touchent entièrement les uns les autres. Les mains sont des organes d’action, et les nerfs moteurs — qui se terminent dans le cortex moteur — contrôlent leurs mouvements. En même temps, les mains sont des organes sensoriels.
La sensibilité tactile des paumes et du bout des doigts est fournie par différents nerfs dont les impulsions sont transmises au cortex sensoriel et dans les zones adjacentes afin que les stimulations sensorielles participent à la sensation finale. Les doigts comportent également une capacité « extra-sensorielle » : les sensibilités cutanées acoustique et optique. Les expériences montrent que, inconsciemment, la peau des mains perçoit des stimuli lumineux et une différenciation complète des couleurs.

Le mudra neutralise les côtés positif (homme) et négatif (femme) du corps. Lorsque les doigts touchent une autre partie du corps, un circuit énergétique se crée. Cela permet à l’énergie, qui autrement se serait dissipée, de circuler dans le corps, le long des nadis (courant d’énergie).

Lorsqu’on pratique des mudras avec les doigts joints, le cortex moteur s’active à des niveaux très subtils. Une fois Pingala Nadi activé, un signal remonte alors vers le cerveau par Ida Nadi. En gardant les zones extrêmement sensibles que sont les doigts dans une certaine position pendant un moment, une boucle d’énergie se déplace du cortex moteur jusqu’à la main et de nouveau vers le cerveau. Les pensées et les expériences surviennent. Lorsque nous découvrons nos dimensions plus subtiles, nous apportons un éclairage nouveau en nous observant avec détachement.
En appuyant fermement les paumes des mains l’une contre l’autre, les deux hémisphères de notre cerveau communiquent et s’équilibrent. La main droite est dirigée par l’hémisphère gauche du cerveau, et la main gauche par l’hémisphère droit. Lorsque nous nous joignons les mains, nous créons un circuit fermé, une situation de stimulation cérébrale répartie de façon égale, ce qui génère l’équilibre mental. Cela offre une meilleure possibilité de concentration paisible.
Les circuits stimulés sont ensuite amenés dans la sphère de la conscience. La répétition, sur une certaine période de temps, rend ces actions subtiles plus conscientes, et nous devenons progressivement plus conscients de leurs effets. Ensuite, le mudra augmente en puissance, nous apporte la connaissance et nous relie à notre soi supérieur.

Comment effectuer le MUDRA ?
• La beauté du mudra Namaste est qu’il peut être pratiqué debout, assis ou couché. Asseyez-vous de façon confortable (Sukhasana/tailleur, Ardha-padmasana/demi-lotus, Padmasana/lotus, ou de toute autre asana assise) le dos droit et la tête alignée avec la colonne vertébrale.
• Placez les paumes des mains ensemble, les coudes sur les côtés, les pouces au centre du cœur, les mains alignées dans une position de prière. Les doigts sont ensemble, pointant vers le haut. Les mains sont serrées fermement et uniformément.
• Soyez conscient de vos mains qui se touchent. Soyez conscient de votre respiration.
• Ce mudra met l’accent sur le centre du cœur, Anahata Chakra, le siège de l’émotion, de l’amour, de la compassion. Ainsi, l’esprit se tourne vers ces qualités. Sentez l’absence d’égocentrisme, l’amour et l’équilibre.

Le mudra est un geste qui diminue notre sens de l’ego, notre égocentrisme et qui nécessite une certaine humilité pour bien le faire. Ce geste de la main symbolise l’unité, le rassemblement de la dualité et de la fragmentation. L’unité se vit à l’intérieur de soi (corps, âme et esprit) et à l’extérieur (connexion à tous les êtres vivants).

Anjali+Mudra

Quelques effets additionnels de NAMASTE
• Un mudra peut bien fonctionner par lui-même. Toutefois, quand il est associé à une bonne attitude mentale et émotionnelle, son efficacité est multipliée.
• Du point de vue psychologique et cognitif, le mudra de la prière demande un état d’humilité, en considérant autre chose d’autre que soi-même, en présentant ses différences et en les appréciant.
• Le yogi reconnaît l’existence d’une entité supérieure. Ici, le terme « supérieur » est employé dans son sens philosophique. Cela suppose l’abandon de l’identité, de l’individualité et de l’attitude égoïste de possession.
• Le courant nerveux du corps converge dans les pieds, le plexus solaire et les mains. L’énergie psychique quitte le corps à ces endroits précis. Pour enraciner cette énergie et équilibrer les flux de prana circulant à travers le système nerveux, les yogis croisent les jambes dans la posture du lotus et portent leurs mains ensemble. Le mudra de la prière agit comme une simple asana par l’équilibrage et l’harmonisation de nos énergies pour nous garder centrés, posés et mentalement protégés. Il « ferme » notre aura, nous blindant psychiquement. Il nous empêche de devenir trop extériorisé. Nous restons donc proches de notre nature intuitive, notre conscience supérieure.
• Namaste est aussi un geste d’amitié, de gentillesse et de gratitude ou de reconnaissance spéciale. Cette forme de reconnaissance est si belle et si gracieuse qu’il suffit de regarder deux personnes en Namaste, pour en voir la beauté.
• De plus, dans le mudra Namaste, nous unissons et équilibrons les deux côtés du centre du cœur. Ainsi, le geste indique que nous sommes liés par un espace d’équilibre et d’amour. C’est un geste simple et beau qui procure à la fois un signal intérieur et extérieur à ces deux qualités. Voilà ce qu’est l’amour divin. Il est équilibré et unificateur, et pas seulement une démonstration des émotions. Plus nous sommes équilibrés, plus d’amour nous laissons couler. Ce mudra est l’un des moyens les plus raffinés de salutation, car il reconnaît la lumière de l’autre et nous rappelle notre propre lumière.

En conclusion
Autant le yoga est un exercice visant à mettre tous les niveaux de notre existence, y compris physique et intellectuel, en parfaite harmonie avec les rythmes de la nature, autant le geste de Namaste est le Yoga en lui-même. Ainsi, il n’est pas surprenant que toute classe de yoga commence avec l’exécution de ce geste profondément spirituel. Ce que nous appelons la vie se trouve dans le corps; ce que nous appelons l’éternité s’y trouve également. Le corps n’est pas « cela », mais « cela » est le corps. Notre existence, dans ce monde, est toujours plongée dans une dimension de la vie qui est psychophysiologique en elle-même : nous sommes le corps, l’esprit et la psyché (l’âme) tous ensemble.
Selon l’indianiste Renov, la « méditation dépend de la relation entre les mains (mudras), la bouche (mantras) et l’esprit (yoga) ». L’exécution de Namaste est composée de ces trois activités.
Ainsi, Namaste équivaut en substance à la méditation, le langage de notre esprit en conversation avec Dieu.

Publicités

2 réflexions sur “Namasté

  1. Il n’y a d’ailleurs pas qu’en Inde que ce mudra est utilisé. Dans tous les pays d’Asie (enfin ceux que je connais) on l’utilisait chaque fois qu’on disait merci… En tout cas, merci d’en avoir dit autant sur ce sujet!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s