Fiche anatomie : Le diaphragme

Que celui ou celle qui n’a jamais entendu son professeur parler du diaphragme lève la main…. NON ??? Personne ???? NORMAL !!!!
Pas besoin d’être un yogi expérimenté ou un chanteur lyrique pour savoir ce qu’est le diaphragme, on est d’accord, cependant un petit article « succinct » sur le sujet me semblait être une idée assez cool… Sait-on jamais, ça pourrait servir 😉

QU’EST CE QUE LE DIAPHRAGME
Le diaphragme est une sort de cloison faite de muscles et séparant la cavité thoracique de la cavité abdominale.
Le diaphragme est donc un muscle constitué de deux hémicoupoles, droite et gauche, à convexité supérieure. Il est innervé par le nerf phrénique qui naît des racines cervicales C3 C4 et C5.

Le rôle physiologique du diaphragme dans la ventilation pulmonaire est fondamental. Il est le plus volumineux et le plus important des muscles inspiratoires : sa contraction, en créant une dépression dans la cavité thoracique, permet l’entrée d’air dans les voies respiratoires. Son relâchement permet à l’inverse l’expiration passive. La contraction du diaphragme est périodique et automatique. Chaque contraction du diaphragme initie un cycle respiratoire. La fréquence de sa contraction définit la fréquence respiratoire. Il est possible de modifier volontairement sa fréquence de contraction.
Pour un ordre d’idée, lorsque le diaphragme d’une personne s’abaisse d’1 cm, c’est 500 mL d’air qui entrent dans ses voies respiratoires.

diaphragme2

MÉCANISME
Le mécanisme d’inspiration se décompose en deux phases.
La phase abdominale (ou respiration abdominale): elle résulte d’un aplatissement des coupoles, et d’un abaissement du centre phrénique, et a pour conséquence un appel d’air au niveau des poumons. Le mouvement étant dirigé vers le bas, les viscères abdominaux s’en trouvent comprimés : on observe alors un « gonflement du ventre », le muscle abdominal transverse jouant un rôle de contre appui.
La phase thoracique : le centre phrénique devient le point fixe alors que les fibres continuent de se contracter en entraînant une élévation des côtes basses (les côtes basses étant à la base dirigées vers le bas, il suffit alors de les horizontaliser : c’est l’action du diaphragme). Cette élévation augmente le diamètre de la cage thoracique.

Diaphragmatic_breathing

QUAND LE DIAPHRAGME FONCTIONNE MAL
Pathologies et troubles du fonctionnement
On peut souffrir d’hernie diaphragmatique ou encore de plaie du diaphragme. Le trouble le plus fréquent est un syndrome chronique d’hyperventilation, dit « maladie du soupir » : ce syndrome est d’origine psychosomatique. Il peut être lié au stress, à l’angoisse, à un choc émotionnel, etc. et se traduit physiologiquement par un « blocage » du diaphragme dont les filaments d’insertion restent contractés.
Parallèlement au traitement de la cause du trouble psychologique proprement dit, ce syndrome peut être apaisé par l’apprentissage des techniques de la respiration abdominale.

APPRENDRE A RESPIRER
Lorsqu’on parle de respiration on pense classiquement soit à inspirer, soit à se lancer dans des mouvements commandés appris dans diverses revues ou livres. On ne pense pas à expirer et si on tente de le faire, on ne se rend pas compte que le corps, conditionné par un quotidien qui laisse peu de place à l’activité corporelle naturelle, ne fonctionne pas de façon optimale. Pour ce qui est de bien respirer, les conséquences sont importantes : respirer de façon insuffisante amène une ventilation plus rapide, des échanges gazeux moins corrects, une absorption d’oxygène moins efficace, un contrôle mental plus difficile. le Yoga l’enseigne : souffrance, angoisse, nervosité vont avec une respiration rapide, sans profondeur et avec dispersion mentale.
Mais pour bien respirer, il ne faut pas lutter contre le corps, mais d’abord, lui redonner les moyens de bien respirer, ce qui passe par la détente du diaphragme, sans laquelle aucune respiration ne peut être correcte et complète.
Le manque de mobilité du diaphragme vient des moments où nos émotions mous ont submergés. Notre diaphragme a désappris à bien bouger, à assurer son rôle de piston dont le bénéfice est double puisqu’il concerne aussi bien les organes au-dessus de lui, que ceux en dessous qui assurent la digestion, l’assimilation, l’élimination.

cropped-Desktop1

YOGA ET DIAPHRAGME
De même que la fonction respiratoire est â la base de toute vie, elle constitue un des plus importants chapitres du Raja-Yoga ; encore faut-il définir ce qu’elle est et les moyens de l’utiliser.
Conscience du souffle et du travail diaphragmatique
La conscience du souffle est un point d’ancrage pour le mental. On parle en terme de « passivité », le seul effort volontaire étant lié au mental. S’il est risqué d’imposer un rythme, une amplitude, un blocage du souffle ou un effort volontaire allant à l’encontre de notre nature, nous pouvons agir sur l’appareil respiratoire lui-même en observant d’abord son fonctionnement, puis en l’amplifiant avant d’agir de façon directe sur la musculature et l’ossature.
Lorsqu’il entreprit de rédiger ses « Yoga-Sutra » sur lesquels repose tout le Yoga actuel, Patanjali, il y a plus de 20 siècles, plaça la pratique posturale avant celle des techniques énergétiques liées au souffle. Il voulait dire par là même que seuls ceux qui avaient une maîtrise totale des postures pouvaient se permettre de passer à des techniques respiratoires plus élaborées parce que :
• corps et esprit étaient prêts,
• le système respiratoire pouvait supporter les conséquences du Prânâyama,
• les conditions favorables â une respiration correcte se trouvent réunies dans un corps souple et fort.

La pratique posturale a pour but de recréer et de maintenir ces conditions qui permettent l’emploi optimal de l’ensemble de l’appareil respiratoire et l’établissement définitif d’une respiration naturelle et pleinement efficace.
Il faut enfin noter qu’on ne lutte pas contre une tension par la violence mais par la douceur et la patience.

Publicités

Une réflexion sur “Fiche anatomie : Le diaphragme

  1. Question respiration, elle est oubliée dans de nombreuses activités corporelles et c’est dommage car grâce à elle, on peut aller plus loin en douceur. Tu as raison, la douceur est le maître mot pour aller de l’avant! Belle journée Alexandra.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s