Le cas du gratte langue

Depuis peu, j’ai un nouveau jouet : un gratte langue !
Offert par une très gentille amie qui savait que j’en voulais un. Jusqu’alors j’utilisais une petite cuillère que je raclais sur ma langue au moment du brossage de dents le matin.
Maintenant je dispose d’un vrai gratte langue en cuivre qui vient de chez Chin Mudra et je suis très contente !

Qu’Est-ce qu’un gratte langue ?
Pas de faux-ami, ici, un gratte langue sert à gratter la langue afin de la nettoyer.
Le gratte langue est idéal pour enlever la pâte blanche produite par la flore bactérienne de la surface de la langue (véritable poison car elle affaiblit le système immunitaire). Choisir son gratte langue en cuivre est une bonne idée car le cuivre à des vertus anti-septique mais si vous n’en avez pas, une cuillère ou une spatule en bois feront bien l’affaire.
Le gratte langue est employé en Inde depuis plus de 6000 ans pour la pratique du Hrid dhauti qui est un Kriya.
Les kriyas sont des techniques de nettoyage destinées à purifier le corps et l’esprit de l’intérieur en se débarrassant des toxines tant physiques que mentales.
Tout comme nous prenons soin de notre corps « extérieur » tous les matins dans la salle de bains, les kriyas sont une hygiène quotidienne permettant de nettoyer les organes, de faire circuler l’énergie, libérer l’esprit et le cœur. Une véritable douche intérieure, que les yogis ont toujours pratiqué.

Ces techniques corporelles et respiratoires se pratiquent en général le matin à jeun, mais il arrive qu’on utilise certaines de ces techniques (Nauli ou Kapalabhati) au sein des cours de yoga.
Les Kriyas sont au nombre de six (Sat Karma Kriyas) :
•Dhauti (nettoyage de l’estomac – et de la langue)
•Basti (nettoyage de l’intestin)
•Neti (nettoyage du nez)
•Nauli (nettoyage abdominal)
•Kapalabhati (nettoyage respiratoire)
•Trataka (nettoyage des yeux)

grattelangue

Est-ce que ça change vraiment quelque chose pour l’organisme ?
Je crois que oui, vraiment. Je ne peux parler que de mon expérience personnelle mais je me nettoie le nez et la langue quotidiennement depuis environ 8 mois et je trouve que ma santé est meilleure qu’avant. J’ai l’impression que ces deux techniques permettent à mon corps de se réveiller et je suis certaine qu’elles le purifient. Je me sens toujours mieux après et si il m’arrive de ne pas me nettoyer le nez et la langue – par manque de temps – je sens une gène et cela me dérange.
D’autre part, j’ai la sensation que mon corps est plus disposé à la pratique posturale après ces nettoyages et de manière générale, j’ai l’impression que ma journée se déroule mieux.

Je vous encourage vivement à tester ces pratiques. Pour le nettoyage du nez, si vous n’avez pas le matériel, c’est un peu plus compliqué. Mais pour la langue, c’est très simple même sans matériel. Une cuillère ou une spatule en bois et hop le tour est joué. Il est conseillé de gratter la langue après le brossage de dents. Moi je préfère le faire avant mais chacun voit midi à sa porte, l’essentiel étant de le faire !
Essayez cette routine pendant 1 mois et vous verrez que vous vous sentirez bien plus léger et désencombré. Vous ne pourrez plus vous passer de ce moment de purification, croyez moi !

Publicités

Faire du yoga… sans faire du yoga

A cause de ma blessure, je ne peux pas réellement pratiquer comme je le fais habituellement.
Habituellement, je pratique environ 4 fois par semaine + le cours collectif d’ashtanga que je prends avec Patrick le vendredi.
Avec ma blessure, les cours collectifs sont devenus très compliqués car je ne peux pas tout faire et pire, je me fais mal, car entraînée par le rythme du cours et mon envie de bouger sur mon tapis, je n’écoute plus les sensations de mon corps et je force un peu trop. Mon kiné m’a demandé d’arrêter les cours collectifs il y a environ 1 mois. Et depuis 15 jours, j’avais l’interdiction complète de pratiquer chez moi car suite à une séance où il m’a beaucoup manipulée, il m’avait conseillé de rester tranquille afin que mon corps puisse ressentir les bénéfices de la séance.
Mais voilà…. Ne pas pratiquer le yoga à la maison, c’est très difficile, voire mission impossible. La pratique fait partie d’une sorte de routine, tout comme le fait de se laver le nez le matin… Alors tout stopper ce n’est pas simple.

Il fallait que je trouve une solution pour ne pas mourir de frustration.
SOLUTION N°1 : PRANAYAMA ET MEDITATION
Avoir mal à la fesse ne signifie pas pour autant qu’il faille arrêter de respirer ou de méditer. M’asseoir pour méditer n’est pas une chose facile pour moi. Cela me demande un vrai effort. C’est plus simple lorsque je médite à la fin d’une pratique posturale. Mon corps est complètement repu de mouvement et le mental est beaucoup plus disposé à se concentrer… M’asseoir sans avoir bouger au préalable, ce n’est pas très naturel pour moi.
Alors avant de méditer, je pratique un pranayama. Si la séance a lieu le matin, je vais faire un pranayama plutôt énergique (kapalabathi par exemple), si la séance à lieu le soir j’irai vers un pranayama plus doux (nadi shodhana). Je commence par m’asseoir en sidhasana (le plus souvent), puis je m’étire un peu les flancs, la nuque, les épaules. Puis je garde l’exercice de respiration pendant 15 minutes environ. A la fin du pranayama, je refais un étirement (nuque, épaules, flancs). Enfin je cale mon minuteur et referme les yeux pendant 10 ou 15 minutes. Ca dépend su temps dont je dispose. Je médite sur la respiration ou en égrenant mon japa mala. Parfois je médite avec des sons de la nature… Ca dépend vraiment de l’inspiration du moment.
A la fin, je ne me sens pas aussi « bien » qu’après une pratique posturale mais ça m’aide beaucoup à gérer la colère et la frustration liées à ma situation.

la-meditation-plus-efficace-que-le-placebo-contre-la-douleur

SOLUTION N°2 : LE LECTURE
C’est une solution vers laquelle je me tourne beaucoup dans ma vie de manière générale lorsque quelque chose me contrarie et que je ne sais pas bien comment gérer. Je choisi un livre (en ce moment « LE POUVOIR EST EN VOUS » prêté par une amie) et je décide de le lire de façon très assidue (plusieurs heures par jour). J’ai l’impression que les livres vont m’apporter un soutien, une réponse…. Certains plus que d’autres on est d’accord, je ne me suis pas tournée vers « TOMTOM ET NANA »…. ^^ La lecture « développement personnel » ou « yoga » permet aussi de garder un pied dans les questionnements de vie, spirituels, qui m’accompagnent au quotidien. JNANA YOGA, le yoga des textes et du savoir est donc une bonne « alternative » en période de réduction de KARMA YOGA (yoga de l’action).

SOLUTION N°3 : LA PRATIQUE POSTURALE
Hein, quoi ??? Mais je viens de dire… Et oui…. Qui n’est pas constitué de paradoxe???
Tout ce qui mobilise l’arrière des jambes, on oublie ! Ha oui mais donc, il ne reste pas grand chose… Vrai et faux. Certaines postures de yoga restoratif comme supta baddhakonasana par exemple ou jathara parivartanasana me font beaucoup de bien. Encore certains équilibres comme Vriksasana ne sollicitent pas trop ma blessure. Enfin les bras de gomukasana ou de garudasana et certaines postures d’inversion comme salamba sarvangasana (la chandelle) sont top à pratiquer en préparation à mes pranayama.
Donc ma blessure n’est pas un gros game over en matière de pratique. Il faut simplement réfléchir sans s’énerver et trouver des chemins pour poursuivre l’apprentissage.

4497962607-ffd2784fe2-o-d-1000x666

Tout cela pour vous dire que même en période de blessure et d’impossibilité temporaire de pratiquer le yoga, on peut toujours réussir à trouver un moyen de faire du yoga, de vivre dans le yoga. C’est plus difficile, le chemin est moins balisé car c’est à chacun de savoir ce qui lui convient et de trouver la bonne façon de faire. Qu’on souffre d’une tendinite à l’épaule, d’un poignet douloureux ou d’une bursite ischiatique (like me), il est toujours possible de pratiquer en adaptant. Et ça c’est vachement bien !

J’ai testé pour vous… un matin chez Aroma-zone

Ma tentative d’huile de massage « maison » a réveillé en moi une certaine curiosité concernant les huiles essentielles. Comme je vous le disais, les huiles essentielles je les connais un petit peu, comme tout le monde je crois. J’en utilise en diffusion dans mon intérieur pour créer des ambiances et pour m’aider à dormir souvent. J’en utilise également pour « pumper » mon vinaigre blanc (presque l’unique produit d’entretien que j’utilise chez moi) et enfin j’en use de temps en temps pour soulager quelques bobos (maux de tête). Mais après cette recette d’huile de massage, je me suis mise à penser que je pouvais sans aucun doute remplacer certains produits allopathique contenus dans ma pharmacie par des huiles essentielles bien choisies.
Donc vendredi matin, je me suis retrouvée dans un atelier organisé par Aroma-Zone sur la thématique « trousse d’urgence » et huiles essentielles.
Alors avant de vous parler de l’atelier, je digresse rapido sur le lieu. Cette boutique est simplement magnifique. C’est simple, tu entres et immédiatement tu as envie de tout acheter tellement les produits sont mis en valeur et le lieu agréable.
Par contre j’ai eu un aperçu un peu trop rapide à mon goût et comme je n’avais pas le temps de m’attarder après l’atelier, je n’ai pas pu fureter et trouver mon bonheur en produits divers et variés. Nul doute que j’y retournerai d’ici peu.

boutique-spa-1  boutique-aromazone

93495186_o

L’atelier
2h d’atelier d’aromathérapie sur le thème de la trousse d’urgence. Alors en quelques mots, il s’agit d’avoir avec soi les huiles essentielles indispensables pour soigner les bobos du quotidien. Les maux de têtes, les coups, les nausées, les problèmes d’endormissement… etc… 10 huiles essentielles assez facile d’utilisation – même si on n’est pas expert !
Je ne vais pas entrer précisément dans le contenu de l’atelier. Aude Maillard, l’aromathérapeute qui anime l’atelier, travaille dur pour ses ateliers et je ne vais pas divulguer ce qui lui permet de gagner son pain…
Mais ce que j’ai envie de vous dire…
On a commencer par aborder les bases, les principes importants afin de manipuler les HE correctement et sans danger. Puis on a passé en revue 10 HE, leurs spécificités, leurs effets et les principes de précaution pour pouvoir les utiliser au quotidien.
Ce que j’ai vraiment aimé c’est que Aude Maillard est très pédagogue, très claire. Ses explications, même pour un novice, sont appréhendables rapidement. Elle explique les choses avec beaucoup de simplicité, ce qui rend cet atelier très accessible. On a vraiment l’impression que l’utilisation des HE peut devenir simplissime !!!
A la fin de l’atelier, j’avais découvert 5 ou 6 huiles que je ne connaissais pas du tout et leurs applications. J’avais aussi remis à niveau mes connaissances en matière de précautions.

diffuseur-pour-huiles-essentielles-arkopharma  ateliers-aroma-zone8

Evidement j’espère bien pouvoir suivre d’autres ateliers, car Aroma-Zone en propose plein. Ce ne sera pas avant la rentrée de septembre car il y a un petit break d’été et tous ceux de juin et juillet sont déjà complets !
Cependant je compte bien acquérir un livre sur l’aromathérapie afin de poursuivre mon apprentissage.

Une huile de massage maison

En parallèle de l’enseignement du yoga, je travaille quelques heures par semaine chez BIO c BON, une enseigne bio qui distribue à peu près tout ce qui est issue d’un mode de fabrication biologique. Du radis à la poêle à frire en passant par des graines et des bodys pour bébé ! A peu près tout quoi !!
Et dans le magasin où je travaille, il y a une naturopathe qui gère le rayon bien-être. Alors contrairement à ce qu’on pourrait espérer ou attendre de moi, je ne suis pas tellement calée en matière de produits naturels. Je connais mes basiques comme l’utilisation de certaines huiles essentielles par exemple ou encore les propriétés de quelques plantes sur les organes mais je ne suis absolument pas une experte. On en est très loin d’ailleurs. Mais aucun problème puisque tous les lundis et mardis je fréquente Elisabeth au magasin et que elle, elle s’y connaît drôlement bien !
Donc de temps en temps elle me conseille sur des produits ou des « cures » à suivre – lorsque je prenais beaucoup d’anti-inflammatoires par exemple, afin de rétablir un peu mon foie après mon traitement.

Et récemment on discutait des huiles et baumes de massages « tous fais » qu’on achète en pharmacie (Saint-Bernard, Voltaren, Arnica, etc…). Ces baumes sont souvent « efficaces » car leur formule est très travaillée mais l’inconvénient c’est qu’ils contiennent des substances inconnues. Et je sais que pour certains, c’est un véritable problème de ne pas connaître exactement les compositions.
De mon côté je ne suis pas très regardante. Je privilégie le résultat. C’est mon côté très pragmatique et peu soucieuse de « l’avenir ».
Cependant, ayant autour de moi des personnes avec des peaux très réactives, je m’intéresse à des alternatives un peu plus naturelles qui me permettent de connaître parfaitement les compositions et ainsi d’éviter les réactions allergiques.

Donc j’ai voulu préparer moi-même une huile de massage pour le corps. Je vous préviens de suite, cet article ne va pas révolutionner le monde, ni vous révéler un secret, c’est juste pour partager et si ça peut vous donner envie de chercher des alternatives et changer un peu vos habitudes ce sera déjà vachement cool.

Une bonne huile de massage, c’est d’abord, à la base, une bonne huile végétale. Pour les soins maison l’idéal est de choisir une huile végétale de qualité, de première pression à froid, vierge, et si possible bio. Ensuite, à vous de choisir l’huile qui vous plaît le plus : huile d’olive, de sésame, de coco, de pépins de raisin, de macadamia… Chacune a des propriétés spécifiques : l’huile d’amande douce est apaisante, l’huile de germes de blé est anti-âge, l’huile d’argan est réparatrice… Vous pouvez vous renseigner sur internet ou auprès des spécialistes dans les enseignes bio. Cette huile va servir de base à votre soin.
Ensuite il va falloir vous munir de plusieurs huiles essentielles à mélanger à votre huile végétale :
– L’huile essentielle de gaulthérie : c’est l’huile de prédilection contre les douleurs musculaires. Elle est à la fois anti-inflammatoire et chauffe localement le muscle pour dissiper la douleur rapidement.
– L’huile essentielle de lavandin super : l’une des meilleures huiles essentielles pour détendre les muscles bloqués par le stress. Dénoue les contractures et soulage les douleurs musculaires. Cette huile essentielle possède également des propriétés relaxantes pour l’esprit et apporte sérénité et bien être.
– Le macérât d’arnica est reconnu pour soulager les contusions, les chocs, les douleurs musculaires et tendineuses.
– Le macérât de millepertuis : anti-inflammatoire, antalgique et antidouleur, il est très utile pour soulager les tensions dans le dos et le cou.
Utilisation : Masser les zones endolories 2 à 3 fois par jour pendant 3 à 4 jours.
Précautions : Ne convient pas aux femmes enceintes ni aux enfants de moins de 12 ans. C’est bien de faire un test sur la peau afin de voir si vous tolérez le mélange. Et on évite les zones du visage et tous contacts avec les yeux ou les muqueuses. Cette huile est photosensibilisante, ne pas utiliser avant une exposition au soleil.

huile-maison-raffermissante-décolleté-buste-pola huilemassage-pola

La recette :
Huile végétale (moi j’utilise de l’huile de chanvre) : 10ml
Huile essentielle de Gaulthérie : 20 gouttes (attention à être précis, cette huile est très puissante et peut créer des réactions de brûlure)
HE de Lavandin super : 45 gouttes
Macérât d’arnica : 20ml
Macérât de millepertuis : 20ml
Il faudra verser tous les ingrédients dans un flacon d’environ 50ml qui se referme correctement. Cette huile se garde à l’abri de la lumière pendant environ 6 mois.

Vous pouvez trouver ces ingrédients en magasins bio. Le flacon vide s’achète en magasin de déco ou de loisirs créatifs.
A vous de tenter !