bloganniversary

Ca y est, c’est comme une relation qui aurait franchi un certain cap, le blog fête ses 3 années d’existence. C’est beaucoup 3 ans, même si cela parait peu.
3 ans, c’est des heures et des heures passées à chercher, à lire, à écrire, à trouver des sujets yoga, des recettes, des idées de séquences…
Des heures et des heures à prendre des photos, la plupart du temps un peu ratées…
Des heures et des heures à tester des professeurs ou des studios de yoga pour pouvoir en parler ici…
Mais c’est surtout des discutions inspirantes sur des sujets très divers et en même temps reliés par la discipline du yoga d’une façon ou d’une autre…
Ce sont aussi des recherches qui m’ont poussée à en découvrir et à en apprendre d’avantage sur moi et sur cet art…
Ce sont encore des rencontres avec des personnes que je suis maintenant à travers les réseaux sociaux et que j’espère rencontrer un jour dans la vraie vie…

Même si la tenue d’un blog est chronophage et exigeante…
Même si je suis passé par des phases de lassitude…
Même si je reçois des mots un peu durs et pas toujours très bienveillants…
Même si j’ai pensé laisser-tomber quelques fois…
Même si le rythme de publication est parfois irrégulier…
… Je savoure chaque mot écrit ici
… Je souris chaque fois que je lis un commentaire intéressant ou un retour d’expérience
… Je suis heureuse de constater que le blog est suivi et que son contenu doit apparemment convenir à quelques personnes
… j’apprécie chaque échange et travaille à ne pas me laisser déstabiliser par ceux qui sont blessants
… Je me remets en question et essaie d’améliorer l’outil et le contenu dès que je le peux
… Bref, je continue d’apprendre grâce à MONBLOGYOGA
… et je prends toujours beaucoup de plaisir….

ALORS MERCI POUR TOUT !
Car s’il n’y avait pas de visiteur, si vous n’étiez pas là, ce blog n’aurait aucune raison d’être 🙂

A très vite pour la suite
NAMASTE

Publicités

Mieux dormir avec le yoga, c’est possible

La journée du sommeil aura lieu en France le 22 mars et à cette occasion, j’avais envie de vous parler un peu du lien qui existe entre yoga et sommeil… car la pratique du yoga a sans aucun doute un impact sur la qualité de notre sommeil.
Que celui ou celle qui n’a JAMAIS eu de problème pour s’endormir…. à la veille d’une journée importante… ou encore après une journée riche en émotions…. se fasse connaître sur le champ !
Nous nous sommes tous déjà retrouvés à tourner et virer dans notre lit, un coup trop chaud, un coup trop froid, à regarder le réveil toutes les 10 minutes, avec 10 000 pensées en tête, à attendre que le sommeil daigne se pointer… et souvent vainement.
Les problèmes d’endormissement et de sommeil sont malheureusement très fréquent chez les français. Une étude de 2012 nous donnait quelques chiffres (source LE MONDE):
– Le rythme de sommeil des Français est déréglé essentiellement par des réveils nocturnes. Près de sept sondés sur dix (69 %) affirment se réveiller au moins une fois la nuit, dont 11 % disent se réveiller au moins trois fois chaque nuit.
– Plus d’un tiers des personnes interrogées (36 %) affirme souffrir d’au moins un trouble du sommeil. L’insomnie est le trouble le plus fréquemment cité par les répondants (18 %), devant les troubles du rythme du sommeil (17 %), le syndrome des jambes sans repos (6%) et le syndrome d’apnée du sommeil (5 %).
– L’endormissement est aussi fréquemment cité généralement chez les actifs et plus particulièrement les actifs qui cumulent plusieurs heures de déplacement par jour.

Les raisons de ces difficultés sont nombreuses : Les nuisances extérieures (lumières de la ville qui pénètrent dans la chambre ou le bruit des rues), les smartphones, les activités de loisirs (TV, consoles de jeux…) qui gardent l’activité du cerveau assez élevée ou encore un diner trop riche.
Nous avons souvent conscience de ces facteurs mais avons du mal à nous en délester (les portables près du lit par exemple)…

Dans le but d’apaiser un peu son corps et son esprit, je vous propose quelques postures à pratiquer en fin de journée pour faire redescendre l’énergie et trouver plus facilement le sommeil.

VIPARITA KARANI – contre un mur (image)
Placez-vous contre un mur avec les jambes tendues le long du mur et le buste au sol. Gardez les jambes aussi tendues que possible, les bras détendus le long du corps ou les mains posées sur le ventre.
Fermez les yeux et conservez la posture pendant 10 respirations.

EKA PADA RAJAKAPOTASANA – le pigeon (image)
Depuis la posture du quatre pattes, déplacez le genou droit derrière le poignet droit, le genou reste plié. Déplacez légèrement le pied droit vers la gauche afin de ne pas garder le pied sous la cuisse. Le bassin peut ainsi descendre vers le sol et la jambe gauche (arrière) s’étirer. Placez les avant-bras au sol et relâchez la tête.
Conservez la posture 10 respirations et faites la même chose avec la jambe gauche.

SUPTA BADDHA KONASANA – sur le dos
Allongez vous sur le sol et placez les plantes de pieds en contact avec les jambes pliées et ouvertes de chaque côté. Laissez le poids des genoux faire le travail et ne « papillonnez » pas avec les jambes. Les mains pourront se placer sur le ventre ou le long du corps.
Restez immobile pendant 10 respirations.

HALASANA – pour les pratiquants de yoga habitués
Toujours sur le dos, tendez les jambes vers le ciel et amenez les pieds à l’arrière de la tête pour les poser au sol (jambes tendues). Si les pieds ne touchent pas le sol, on viendra soutenir la posture en plaçant les mains dans le dos. Si les pieds touchent le sol sans sensation d’inconfort au niveau des cervicales, on peut enlever les mains du dos et étendre les bras au sol. Eloignez les cuisses de votre visage en tendant les jambes.
Restez dans la posture 10 respirations.

 

 

SALAMBA SARVANGASANA – la chandelle
Le dos au sol et les jambes tendues vers le ciel. Le bassin est décollé du sol avec les mains dans le dos pour maintenir la verticalité de la posture. Les pieds tirent vers le ciel afin de dynamiser les jambes et de ne pas « s’écrouler » dans le bassin.
Conservez la posture 10 respirations avant de redescendre en douceur.

JATHARA PARIVARTANASANA 1 – la torsion simple au sol (image)
Sur le dos, jambes pliées, déposez les jambes à droite et laissez la tête se tourner vers la gauche. Les bras sont ouverts en croix et paumes de mains vers le ciel. Restez dans la position 10 respirations
idem à gauche.

Ces postures ont toutes pour effets de ralentir le rythme cardiaque et de faire baisser la tension. Elle permette au corps de trouver de la détente et du relâchement. Elles favorisent l’endormissement et une meilleure qualité de sommeil.
Si on évite de manger trop lourd (digestion difficile) et de garder les écrans allumés trop longtemps, on augmente nos chances de mieux dormir !

Si vous avez des astuces ou des conseils pour mieux dormir, n’hésitez pas à les partager en commentaires 🙂

Végétarien… deux ans et demi plus tard

Aujourd’hui je vous propose un article un tout petit peu « prise de position » sur le végétarisme. Loin de moi l’idée de convertir qui que ce soit ou de justifier mon alimentation.
Je voudrais plutôt partager les deux ou trois réactions que j’entends souvent lorsque je cherche un resto ou lorsque je préviens les gens de mon régime alimentaire. Ici je ne parle pas de mes proches, qui depuis deux ans se sont adaptés et acceptent très bien cette spécificité. Je voudrais d’avantage parler de ces gens qui sont carnivores et qui ne se sont jamais penchés sur la question du végétarisme comme alternative viable et équilibrée à une alimentation « classsique » qui de plus en plus – à mon avis – touche à sa fin.

Je me retrouve parfois face à des personnes qui réagissent vraiment vivement à mon choix alimentaire. J’entends des « mais c’est n’importe quoi de ne plus manger de viande, tu dois avoir des carences » ou encore des « comment ils font les éleveurs pour vivre avec des gens qui sont comme toi ? ».
Et je passe les « de toute façon c’est une mode », « c’est difficile de manger à l’extérieur lorsqu’on est végétarien, ce doit être très dé-sociabilisant » et le magnifique « mais ça ne fait pas chier ton mec que tu sois végétarienne ? »

314_1_320vintroduire_le_vegetarisme_en_famille_sans_se_casser_la_noix_-_anik_routhier_montreal_pour_enfants

Alors en règle générale, je ne réponds rien et je n’essaie pas de justifier quoi que ce soit. Mes choix ne concernent que moi et si les personnes qui m’entourent ne sont pas comme moi il n’y a aucun problème. Je ne demande pas aux gens d’arrêter de manger de la viande devant moi et je ne dis rien lorsque je vois de la charcuterie ou des plats de fruits de mer. Chacun fait comme il le sent et je n’ai rien à dire là-dessus…..
…. Donc j’apprécierai énormément que l’inverse soit vrai. Lorsque je suis en soirée et que mon régime alimentaire vient sur le tapis des discussions, je tente toujours de faire diversion – surtout si je sens autour de moi des sensibilités différentes. Car je ne veux pas devoir me justifier ni expliquer les raisons de ma décision, surtout lorsque l’oreille qui m’écoute n’est pas prête à entendre ce que j’ai à dire et cherche à me coincer sur le sujet des œufs ou des produits laitiers par exemple.
Je trouve ça dingue de demander à quelqu’un de justifier sa façon de vivre lorsqu’elle ne gêne pas les autres dans leur quotidien !!!
Je ne porte aucun jugement sur l’alimentation des gens et je n’essaie pas de les convaincre alors que la cause animale m’est de plus en plus importante et que les scandales de maltraitance sont avérés.
Je crois profondément qu’un changement d’alimentation est en marche de façon globale mais beaucoup d’entre nous ne seront jamais prêt à intégrer ses modifications… et voilà, c’est comme ça, ce n’est pas un problème pour moi.

Je ne me considère pas de tout comme militante sur le sujet. J’ai fait des choix pour moi, qui ne concernent que moi et je n’ai pas de démarche ou de discours visant à convaincre mes proches (famille, amis, petit copain) ou à les faire changer. Si un jour ils prennent conscience de la barbarie animale et qu’ils souhaitent modifier leurs habitudes, je serais ravie évidemment, mais je ne veux rien forcer. Car un changement d’alimentation, pour qu’il soit durable, doit être motivé et intérieurement voulu avec sincérité – non pas pour suivre la mode. Mais je considère que chacun fait ce qu’il veut et je ne juge absolument jamais les personnes qui mangent de la viande ou du poisson.

Il serait bien que les uns comme les autres, peu importe le « camp », arrêtent de juger, de provoquer, de discuter les moindres détails, d’essayer de rallier à leur cause, de contredire….
Personne n’est parfait et il est compréhensible que certains fassent des entorses au contrat. Alors afin que le vivre ensemble soit possible et harmonieux, il suffirait simplement de laisser les gens tranquille et de tolérer leurs choix même si on le les comprends pas.

Gratin de fruits d’hiver

Comment se faire un peu plaisir sans culpabiliser juste après ?
Si vous vous posez cette question de temps en temps, cette recette est pour vous !

INGREDIENTS (2/4 personnes)
Pour les fruits :
3 kiwis // 3 clémentines // 2 bananes // 1 bâton de cannelle (facultatif) // 1 sachet de sucre vanillé

… et pour le « gratin »:
20cl de crème d’avoine // 6 C.S d’amandes torréfiées et mixées // 30 g de sucre // 3 cl de liqueur GRAND MARNIER

RECETTE 
Couper des fruits en morceaux. Ici j’ai pris les fruits d’hiver mais cette recette fonctionnera très bien avec les fruits de votre choix (attention aux saisons). Les déposer dans une poêle à feu doux et les laisser compoter pendant 5 à 10 min en surveillant afin que ça ne fasse pas de la purée. Si vous aimez la cannelle, placez le bâton dans la poêle afin que le gout se transmette aux fruits.
Dans un moule ou des ramequins individuels placez les fruits cuits et saupoudrez d’un sachet de sucre vanillé.

Pour le gratin :
Dans un bol, mélangez la crème d’avoine, les amandes torréfiées et mixées en poudre et les 30g de sucre.
Versez ce mélange sur les fruits, et placez dans un four préchauffé (th 6) pendant environ 15 min. EN SURVEILLANT LA CUISSON.
Pour les jours de pluie ou pour les envies un peu plus gourmandes, on pourra saupoudrer de cacao cru avant d’enfourner.
A déguster tiède de préférence.

gratin-de-fruits-dhiver-au-grand-marnier

N’hésitez pas à être créatif ! On peut ajouter quelques noix de cajou écrasées, quelques noisettes… On peut essayer avec des pommes ou des poires (attention à la variété pour qu’elles ne se défassent pas totalement à la cuisson)…
Bref, faites-vous plaisir et essayer des associations !
Bon appétit 🙂