Infiltrera….. ou pas

Je souhaitais vous parler aujourd’hui d’un problème qui m’obsède de plus en plus. D’un sujet qui me prend la tête et qui entraine un maximum de questionnements.
Aujourd’hui, je vous parle de ma blessure et des choix qui s’offrent à moi pour essayer de la traiter et de guérir.

Mais revenons quelques mois en arrière pour ceux qui ne connaissent pas le contexte et pour resituer un peu la situation.
Depuis décembre 2016, j’ai une grosse blessure à l’arrière de la jambe droite. Je suis sensible des ischio-jambiers depuis longtemps car même avant la pratique du yoga postural, lorsque je pratiquais la danse, j’avais parfois la sensation d’une grande raideur à l’arrière des jambes et pour acquérir une certaine souplesse, cela me demandait beaucoup de patience et de travail.
Ma découverte du yoga a certainement suivi la même trajectoire que pour beaucoup de personnes. J’ai commencé par pratiquer une fois par semaine, puis deux fois… je faisais des stages ou des ateliers… Quelques années plus tard, j’ai désiré entamer une formation pour devenir professeure, m’obligeant à pratiquer quotidiennement durant plusieurs semaines (juin 2015). C’est à ce moment-là que la sensation à l’arrière des jambes est devenue pénible (car répétée).
J’avais mal à chaque pratique et c’est à cette époque que j’ai commencé à me badigeonner les jambes de crème chauffante afin de réduire la douleur.
Cette sensation a diminué lorsque la formation s’est arrêtée. Ma pratique est redescendue à 3 séquences par semaine. J’avais mal lors de ces pratiques mais je mettais cela sur le compte de mon manque de souplesse avéré 😉
J’ai pratiqué de cette manière durant 6 mois.

A l’hiver 2015/2016, la douleur s’est faite plus intense. Elle me réveillait la nuit, me faisait mal en station assise ou debout et même en dehors du tapis.
J’ai donc consulté un médecin du sport qui, suite à une échographie, a découvert que ma douleur était liée à une bursite ischiatique située au niveau de l’insertion entre le groupe musculaire ischio-jambier et l’os de l’ischion.

Le protocole proposé fut 20 séances de kinésithérapie, un rendez-vous chez un podologue/posturologue et une infiltration. Le kiné qui m’a traitée à l’époque a proposé les ondes de choc. Comble de la blague, au-delà de la douleur provoquée par ce traitement, j’ai appris plus tard qu’il n’était pas du tout recommandé pour ce genre de blessure !
Je n’ai pas souhaité faire l’infiltration mais j’ai accepté de porter des semelles conçues par le podologue afin de rétablir ma posture. Malgré le port réguliers des semelles, je n’ai pas senti d’amélioration.
La deuxième visite chez le médecin du sport a confirmé mon impression, la bursite était toujours là.
J’ai de nouveau refusé l’infiltration. J’ai décidé d’entamer un traitement par cryothérapie ainsi qu’un protocole shiatsu avec une praticienne formée par MICHEL ODOUL.
Ces deux options m’ont fait beaucoup de bien et m’ont bien soulagée. Les vacances d’été sont arrivées juste après et le repos étant le meilleur traitement possible pour ce type de blessure, j’en ai profité pour me reposer et ralentir ma pratique personnelle, me concentrant sur d’autres aspects du yoga.
En septembre j’allais mieux et décidais de mettre de côté ces problèmes afin de reprendre une pratique posturale guidée par Patrick Frapeau en ashtanga.

La formation professionnalisante de Patrick Frapeau a démarré en janvier 2016 et à ce moment-là les douleurs étaient en embuscade. Discrètes entre les cours et bien ressenties une fois sur le tapis. De janvier à juillet 2016, j’ai continué ma pratique tout en reprennant la kiné avec un nouveau praticien qui – cette fois-ci – a adapté les soins à ma pathologie 🙂 Ce qui m’a vraiment soulagée.
A l’été 2016 j’ai stoppé les séances de kiné car j’allais vraiment mieux et la dernière visite chez le médecin du sport a confirmé via l’échographie que la bursite était réduite.

Depuis mars 2017, les douleurs sont revenues avec une nouveauté, j’ai à présent également mal à l’arrière de la jambe gauche…. #lagrosseloose
Rebelote, visite chez le médecin du sport en mai 2017 avec même diagnostic et séances de kiné à la clef 🙂
L’infiltration est de nouveau évoquée et de nouveau écartée.

Aujourd’hui je vois le kiné deux fois par semaine et je compte essayer l’acupuncture. Sans doute je vais revoir la praticienne shiatsu afin de me soulager.
Mon kiné, lorsque nous avons repris les séances, a insisté sur l’option de l’infiltration, précisant que les séances de kiné ne suffiraient pas et ne soigneraient pas la bursite. Pour lui, seule l’infiltration permettra de réduire significativement la bursite.

Cette option est de plus en plus mise en avant par les professionnels de santé que je rencontre et même si pour le moment je refuse de m’y soumettre, j’y pense de plus en plus.

J’hésite à me faire infiltrer car les arguments des médecins ont tendance à me convaincre. La blessure est difficilement accessible via les électrodes ou les massages de par la profondeur de sa position. Le travail de renforcement musculaire et d’étirements progressifs n’est pas très efficace non plus. J’en suis à presque deux ans de souffrance épisodique avec des moments ultra pénibles et difficilement supportable.
D’autre part la douleur m’empêche de pratiquer à ma guise et a clairement mis un frein à mon évolution yoga.
Je vous passe la colère, l’incompréhension, les sentiments d’injustice et de frustration avec lesquels je compose depuis tout ce temps…

Mais une partie de moi refuse cette option car trop invasive et il n’est pas certain qu’elle se révèle efficace. D’autre part, le fait de refuser cette option m’a poussée à travailler différemment, à aborder ma pratique posturale sous un autre angle, à la mixer avec d’autres façons d’envisager le yoga (méditation, apprentissages des textes, pranayama…). J’ai aussi appris que l’alimentation et les soins moins invasifs pouvaient me soulager et je pioche donc dans ces alternatives – en complément – afin de me soigner.

Voilà où j’en suis aujourd’hui. J’hésite à me faire infiltrer. Le prochain RDV chez le médecin du sport sera sans doute déterminant mais avant cela, comme je le dis plus haut, je vais tout tenter pour éviter cet acte chirurgical.

J’en appelle à votre avis. Je sais que vous n’êtes pas médecin et pas spécialiste (enfin si un spécialiste passe par là, je suis ok pour un vrai conseil) mais que feriez vous à ma place ? Vous êtes vous déjà retrouvé dans cette situation ? Avez-vous un conseil ou une idée d’un autre traitement à me soumettre???
N’hésitez pas, je vous lirai avec grand plaisir et je suis prête à essayer beaucoup de protocoles avant l’infiltration.

Publicités

Séquence force et équilibre

Une séquence assez courte à réaliser chez soi dans le but de travailler son équilibre, sa force et son ancrage.

ASSIS – Prenez le temps pour vous poser, pour entrer en contact avec votre souffle et faire le vide.
CONTRACTION DU PERINEE : A l’inspiration contractez le plancher pelvien / le périnée // A l’expiration relâchez. reprenez ce va-et-vient plusieurs fois et ressentez les effets. Les organes se retrouvent massés entre le diaphragme qui descend et le périnée qui remonte.
Cet exercice peut aussi être fait en contractant le périnée sur l’expiration et en relâchant à l’inspiration. De cette manière, le diaphragme et le périnée « montent » en même temps ce qui crée une sensation de légèreté.
La contraction du périnée est importante dans les séquences d’équilibre car elle engage le bas ventre, la zone de muladhara chakra et svadhisthana chakra qui participent de l’ancrage et de la stabilité du corps et de l’esprit.

4 PATTES – mains sous les épaules et genoux sous le bassin
MARJARYASANA / BITILASANA (dos creux à l’inspiration, dos rond à l’expiration). Exécutez ces asanas en engageant le périnée à l’expiration.

 
INSPIRATION => Tendez bras droit vers l’avant et tendez jambe gauche vers l’arrière – restez 3 respirations
idem de l’autre côté.
ADHOMUKHA SVANASANA – prenez le temps pour mettre en place la posture et bougez légèrement si cela vous aide à détendre l’arrière des jambes.
UTTANASANA – marchez les pieds vers les mains et stationnez ici quelques instants avant de dérouler le dos pour revenir à la verticale.

DEBOUT
– Equilibre sur demi-pointes. A l’inspiration montez sur demi-pointes et reposez en expirant. Répétez plusieurs fois en prenant le temps. La montée dure tout le long de l’inspiration et la descente tout le long de l’expiration. Engagez le bas ventre et contractez le périnée.

SURYA NAMASKARA A – 2 cycles – prenez le temps de bien respirer et d’exécuter lentement les transitions. Restez concentré sur le bas-ventre et les engagez le nombril vers la colonne.

UTKATASANA => Depuis la posture de la chaise, faite glisser le pied gauche vers l’arrière pour vous retrouver dans une grande fente avant (genou arrière reste décollé du sol). Restez plusieurs respirations.
Ramenez les mains sur le cœur et entrez dans PARIVRITTA ANJANEYASANA (coude gauche à l’extérieur du genou droit en torsion). Restez plusieurs respirations.
En conservant la torsion et en EXPIRANT, ramenez le pied gauche à côté du pied droit en engageant le bas ventre pour éviter le déséquilibre, vous êtes dans PARIVRITTA UTKATASANA.
Revenez dans TADANASANA (posture debout les bras le long du corps)
REPRENEZ A GAUCHE.

 

VRIKSASANA – Depuis la posture de TADASANA, ramenez le pied droit dans la racine de la cuisse gauche. Placez les mains sur le cœur en namaste. Contractez le bas ventre et redressez-vous. Restez plusieurs respirations.
Idem à gauche.

ASSIS
DANDASANA – Les jambes tendues et serrées, le dos droit et les mains posées légèrement en arrière de la ligne des fesses. Restez ici plusieurs respirations en engageant le bas-ventre et en contractant les cuisses. Le dos reste droit.

ALLONGE
SETU BANDHA SARVANGASANA – Les pieds déposés proche des fessiers et jambes pliées mais sans être en contact. Les bras étirés le long du corps. Montez le bassin vers le ciel en poussant dans les pieds. Les jambes restent parallèles. Ici engagez le périnée en essayant de ne pas contracter les fesses. Restez plusieurs respirations et déposez au sol.

SAVASANA – Dans la posture du cadavre, restez le temps qu’il faut afin de ressentir les effets de la pratique. Concentrez-vous sur les sensations dans la région du bas-ventre et essayez de vous détendre. Respirez paisiblement sans contrôler le souffle.

REVENIR A L’ASSISE et terminer la séquence en respectant vos envies (méditation, respiration….etc…)

Bonne pratique !

J’ai testé pour vous…. 3 produits LUSH

Aujourd’hui je reviens avec un « crash test » mais il ne s’agit pas d’un studio de YOGA pour une fois, il s’agit d’une gamme de produits d’hygiène/beauté dont j’avais déjà parlé sur le blog il y a un milliard d’années !!! lol
Je veux vous parler de la gamme de produits LUSH – je précise à toutes fins utiles que cet article n’est pas sponsorisé, vous savez que ce n’est pas mon genre 🙂

Lorsque j’ai testé les produits LUSH la première fois, il y a 3 ou 4 ans environ, je n’étais pas « éveillée » comme aujourd’hui sur les questions de maltraitances animales, ni de produits BIO, ni même encore d’anti-gaspi…. Pauvre petite ignorante que j’étais… 😉
Bref tout cela pour dire qu’à présent, lorsque j’achète des produits et notamment des cosmétiques, ces questions-là sont très importantes et pèsent au moment du choix.
Pour mon anniversaire (janvier), une amie m’avait offert un coffret complètement dingue venant de chez AROMA ZONE avec des produits bio et des compositions impeccables.
Mais ce coffret s’épuise et il m’a fallu refaire le tour des boutiques pour trouver les cosmétiques qui me conviendraient.
Donc lorsque j’achète je vérifie :
– La composition
– Le fait que les produits ne soient pas testés sur les animaux (label clair)
– La packaging pour éviter le gaspillage (adieu tube de dentifrice empaqueté dans un carton)
Et avec ces trois critères, je me suis naturellement tournée vers THE BODY SHOP et LUSH.
J’ai quelques produits de chez THE BODY SHOP (démaquillant, baume à lèvres et baume universel), je pourrais éventuellement vous faire un zoom dessus si cela vous intéressé.
Lors de ma dernière virée shopping, je me suis donc arrêtée chez LUSH afin d’y trouver un gel douche, un nettoyant visage et un hydratant visage.

Je vous entends déjà, les produits LUSH ne sont pas BIO… NON en effet et les produits THE BODY SHOP non plus (sauf une gamme). Cependant la composition n’est pas dégueulasse et les produits utilisés sont « frais ».

Voici le bandeau que l’on peut lire sur le site de la marque :

Les produits que j’ai acheté et que je teste en ce moment sont vraiment très bien et – pour le moment – tiennent leurs promesses.
J’ai demandé à la vendeuse un hydratant pour le visage. J’ai une peau sèche mais qui a tendance à faire des petits boutons. Je voulais donc un hydratant pas trop gras mais qui hydrate quand même ma peau assoiffée. Elle m’a conseillée CELESTIAL qui est formulée à base d’eau de vanille, d’huile d’amande et de beurre de cacao. Elle évite les rougeurs et la sensation de tiraillement sans être grasse.
J’en suis très satisfaite, ma peau est hydratée et souple et elle laisse sur le visage comme un film un peu huileux mais pas gras.

 

J’ai aussi demandé un nettoyant visage. Avec les mêmes contraintes liées à mon type de peau et en sachant que j’ai tendance à avoir des boutons d’acné. La vendeuse m’a fait essayé ANGELS ON BARE SKIN qui est un exfoliant équilibrant formulé à base de lavande, d’amande et de kaolin. Je trouve la texture dingue, il s’agit d’une sorte de pâte, comme de l’amande en poudre qui devient crémeuse avec un peu d’eau. Les petits bouts d’amande et de lavande moulus exfolient le visage en douceur et laissent la peau douce – l’odeur est canon aussi !!

 

Dernier produit acheté lors de cette virée, le gel douche YUZU ET CACAO. Je suis difficile pour les gels douches car je n’aime pas les odeurs trop fortes au réveil. Il faut que ce soit suave, un peu sucré mais pas trop et je redoute les agrumes car trop présents à l’odeur de mon point de vue. Chez LUSH c’est difficile car il y a des agrumes un peu partout…. Je me suis donc rabattue sur YUZU ET CACAO qui sent plutôt bon. C’est le produit dont je suis le moins satisfaite. Il n’est pas dingue, l’odeur n’est pas ouf et je le trouve un poil trop liquide…
J’ai bien envie de tenter les savons, car il n’y a pas d’emballage et ils sont très colorés, ça peut être sympa le matin de se laver avec ces petits bouts d’arc-en-ciel !

Voilà pour ce test LUSH.
Les prix ? Ne sont pas hallucinants. Ils sont équivalents à THE BODY SHOP et à d’autres marques de cosmétiques bio/cruelty free… etc…
Le gel douche coûte 22 euros dans sa version 250ml
La crème visage coûte 27 euros pour 45g (un peu cher)
Le nettoyant coûte 17 euros pour 100g (raisonnable)
Bon à savoir : si vous n’avez pas de magasin LUSH près de chez vous, on peut commander en ligne directement sur leur site web !

Je pense essayer les savons donc et un hydratant pour le corps…. Je vous en reparlerai 🙂

Des jus qui soignent

A cause / grâce à ma blessure, je suis obligée de chercher autour de moi des solutions pour limiter la consommation d’antidouleurs / anti-inflammatoires. En effet, comme beaucoup de personnes, je préfère ne pas passer par la case médicaments lorsque je dois me soigner. Evidemment, lorsque la migraine me visse la tête, je prends un Doliprane ou un Nurofen mais pour le reste, si je peux me diriger vers des traitements « naturels » et moins invasifs, j’aime autant !
Lorsque mon foie est encombré, je nettoie avec du radis noir, lorsque ma blessure aux ischio-jambiers me fait souffrir d’avantage, j’augmente ma consommation de curcuma… etc…
Je ne suis pas certaine à 100% du résultat de cette méthode mais entre ça et prendre des anti-inflammatoires, mon choix est vite fait.
Dans cette idée, je me tourne de plus en plus vers des aliments « qui soignent » avec de véritables vertus pour le corps.

Alors aujourd’hui je vous livre une recette d’un smoothie « purifiant ». Parfait si vous avez l’impression que le corps tourne au ralenti, que vous vous sentez lourd. Ce smoothie va purifier le sang et donnera un grand coup de fouet à votre organisme.

SMOOTHIE TOUT VERT POUR LA DIGESTION ET POUR AUGMENTER LE FER DANS LE SANG
1 pomme granny / 1 fenouil / 1/2 concombre / 1 avocat épluché et dénoyauté / 1 petite grappe de raisin blanc
Passez tous les ingrédients au blender avec 100ml d’eau filtrée jusqu’à l’obtention d’un smoothie lisse. Si la texture est trop épaisse, on peut ajouter de l’eau.

Ce smoothie est enrichi en minéraux, il est anti-inflammatoire et diurétique.
A vous de jouer !

    

A RETENIR
Les aliments parfaits pour purifier le corps :
Gingembre – le gingérol, contenu dans cette racine est très efficace pour tuer les parasites et les mauvaises bactéries.
Avocat – Riche en fibres et en bon gras, il est bourré de vitamines et minéraux et possède de fortes propriétés anti-inflammatoires.
Brocoli – Riche en nutriments, il purifie le sang et contient des composés anticancer et antioxydants qui aident le foie à détoxifier.
Coriandre – Purifie le sang et nettoie le corps des métaux lourds.

Je reviendrai prochainement avec la recette d’un smoothie avec d’autres vertus.