Teaser de rentrée… Atelier yoga

Je sais bien qu’en ce début de mois d’août vous avez plus probablement la tête à faire vos valises, à profiter du soleil et à peaufiner votre bronzage qu’à penser à la rentrée de septembre… Cependant, je viens vers vous aujourd’hui avec une petite information yoga sympathique ! Un atelier yoga de rentrée 🙂
Car oui, il faudra bien revenir et pour que cela se fasse dans les meilleures conditions, quoi de mieux qu’un petit moment yoga histoire de se remettre en forme et envisager la frénésie de septembre avec bonne humeur !

JEUDI 7 SEPTEMBRE DE 19H30 A 21H30
Lors de cet atelier tout en nuances, nous alternerons entre pratique posturale dynamique et séquence détente, entre énergie et relaxation, entre volonté et lâcher-prise.
Deux heures pour reprendre contact avec son corps et retrouver des bases pour aborder la rentrée du bon pied.

Accessible à tous,
Tarifs :25 euros (adhérents de l’association) / 30 euros (extérieurs)
Lieu : Métamorph’oz, 3 rue de Verdun – 78590 Noisy-le-Roi
Inscription : directement en prenant contact avec l’association ou en m’envoyant un email.

Alors, je vous y retrouve ?
A très bientôt pour d’autres informations concernant la rentrée 2017-2018 🙂

Publicités

Retour sur l’atelier de Patrick Frapeau – Les postures arrières

En rédigeant le titre je me suis dit : « Soit mes lecteurs vont lever les yeux au ciel en voyant le nom de Patrick Frapeau pour la millième fois sur ce site, soit ils se disent… tiens oui ça fait longtemps qu’elle n’en avait pas parlé… »… Alors, verdict ??
Dimanche 4, Patrick donnait un atelier à Yoga Village sur le thème des postures arrières. Je ne savais pas trop à quoi m’attendre car le descriptif de l’atelier était assez énigmatique :
« Dans l’ouverture de la poitrine le monde n’est plus vécu comme une réalité extérieure, l’on devient la totalité de l’univers » Patrick Frapeau. Les postures arrières ~ La vision derrière le regard ou les coulisses du monde »
Voilà, voilà….

Je vous passe le chapitre sur le fait que l’atelier était noir de monde, des élèves de Patrick mais aussi des « nouvelles » têtes qui viennent parfois de loin… Rambouillet ou même la Saône-et-Loire !!! C’est dire ! 😉
Mais que des pratiquants désireux de comprendre l’intitulé de l’atelier et de découvrir ce que « faire partie du tout » signifie, chouette programme.

Ce que j’ai apprécié dans cet atelier au-delà du fait que ce soit mon professeur qui le donne, c’est le choix de postures qu’il a souhaité nous enseigner. Evidemment, je ne vais pas revenir sur sa pédagogie incroyable et sa façon subtile et en même temps « franche » de nous amener vers telles ou telles positions. Patrick a de nombreuses années d’expériences derrière lui et transmet le yoga avec une grande justesse et un sens aigüe de l’alignement.

Quand on parle de postures arrières, je m’attendais un peu naïvement à pratiquer urdhva dhanurasana (le pont) ou encore Kapotasana… Mais Patrick avait fait des choix d’asanas bien plus originaux et représentatifs de la thématique.
Bien entendu nous avons vu urdhva dhanurasana ou adho mukha vriksasana ou pinchamayurasana… Mais nous avons surtout vu Eka pada rajakapotasana sous tous les angles. Cette posture qui est évidemment un backbend et qui, dans ses versions avancées, est très exigeante et très complète.
Tout l’atelier était construit comme un immense krama destiné à amener les postures pics. Et du coup le corps était tout à fait prêt à entrer dans des asanas qu’on voit rarement pendant un cours classique. Et c’est ce que j’aime avec l’enseignement de Patrick. Tu peux te laisser guider sans trop réfléchir à ce qui vient ensuite car il fait en sorte que chaque détail du cours soit une pierre pour construire l’édifice final… sans que tu l’ai vu venir la plupart du temps 🙂
Je ne sais pas si c’est à cela qu’on reconnaît un bon professeur mais vraiment c’est un vrai bonheur que de se laisser mener vers des asanas avancés lorsqu’on est élève et c’est très enrichissant d’analyser par la suite le déroulé de l’atelier lorsqu’on est professeur débutant comme moi.
Je vois ces ateliers comme la suite logique de ma formation de professeur. J’espère affiner d’avantage mon enseignement à son contact.

patrick postures-arrieres-patrick-frapeau-yoga-village-paris

Je suis sortie de là un peu chamboulée car les postures arrières remuent pas mal de choses mais quelques heures après je me sentais plus sereine, plus calme, comme apaisée…. Une partie de moi a certainement touché du doigt la notion de « totalité de l’univers ».

Je ne sais pas si Patrick aura l’occasion de refaire un atelier cette année, je ne peux que vous conseiller de garder un œil sur ses activités en regardant son site web ou en suivant l’actualité des centres dans lesquels il enseigne (Le Tigre, Yoga Village, Rasa).

Namaste les amis

Retour sur l’atelier Back to basics

Dimanche 24 janvier avait lieu le deuxième atelier que je proposais cette année. Il était question de reprendre les postures « de base » du yoga vinyasa et de découvrir deux séquences (une yin et une vinyasa) à refaire chez soi.
12 participants, presque tous faisant partie de mes élèves réguliers, étaient venus dans le but de revoir les asanas « courants » pratiqués pendant leurs cours de vinyasa et SURTOUT apprendre deux séquences afin de pratiquer chez eux.
J’avais proposé cette thématique car beaucoup de mes élèves me confient avoir envie de faire du yoga chez eux mais ne sachant pas par quel bout prendre les choses ou comment dérouler une séance, finissent par laisser tomber.
Mais tout en leur proposant des supports avec des postures à refaire, il était indispensable de reprendre les ajustements et alignements de ces dernières afin que le travail en autonomie soit constructif.

BILAN DE CET ATELIER 
– la gestion du temps
Et bien pour commencer je dirai que 3h d’atelier ça semble long mais au final c’est très court. Quelques jours avant, je ne cessais de me demander comment j’allais bien pouvoir tenir 3h sans ennuyer les participants…..
Une fois l’atelier commencé, je me suis bagarrée sans cesse avec la montre. Dès que je regardais le réveil, 25 minutes s’étaient écoulées alors que dans mon esprit 5 minutes seulement étaient passées !!!!!
Du coup il m’a fallu couper franchement dans mon programme afin de pouvoir mener « à bien » les deux parties de l’atelier.
J’avais imaginé le découpage suivant : 1h45 pour la pratique et le focus sur les postures de base // 15min de pause // 1h de pratique en autonomie (avec les supports). En réalité, nous avons travaillé 2h30 sur la première partie // pas de pause (oups) // 45 min de pratique autonome // OUI tu as bien calculé, l’atelier a duré 3h15 !!!! OMG !!!!
=> Note pour plus tard : RÉDUIRE le programme ou, comme me le conseille Patrick, mon professeur, faire un atelier à tiroir avec des modules plus ou moins longs qui s’ajustent les uns en fonction des autres…. Je réfléchis encore à ce que cela peut bien vouloir dire et comment concrétiser ce conseil….

DSC00657bis

– le contenu
Cet atelier reprenait en introduction la signification du mot yoga ainsi que la description du yoga vinyasa, puis suivait un échauffement rapide.
La salutation au soleil a été notre fil conducteur et j’ai détaillé chaque posture de cet enchainement. Travail seul et en binôme, avec des supports afin de leur transmettre les bons ajustements et les bonnes sensations.
Postures debout, postures assises, postures allongées et inversions…. A chaque fois accompagnées par un exercice en binôme.
J’aurais aimé faire du pranayama et une vraie relaxation…. Bilan, pas de pranayama ou très peu et une relax express !!!!
Pour la deuxième partie, chacun était muni de ses deux supports, l’un proposant une séquence vinyasa et l’autre une séance yin (douce). Ils en ont choisi une et ont commencé à pratiquer… Je passais d’un élève à l’autre en expliquant, proposant des variations, montrant le placement d’une main, d’un pied, d’un bassin…. etc….

– le travail de préparation
Un atelier demande déjà énormément de préparation mais ayant choisi de leur remettre deux supports avec des séquences prédéfinies, il m’a fallu les imaginer, les écrire, dessiner les bonhommes bâtons afin d’illustrer…. etc. La mise au point de ces supports m’a demandé 4h – ok je suis surement nulle !
Puis la rédaction de l’atelier en lui-même, les postures que je souhaitais aborder, les exo à faire à deux, les consignes et les conseils à donner pour les aiguiller dans leur découverte… bref, j’ai beaucoup travaillé en amont ce coup-ci – beaucoup plus que pour l’atelier « détox et cocooning » du mois d’octobre.

DSC00660 noir et blanc

– En fin de compte….
En fin de compte je pense que j’ai énormément de progrès à faire sur la construction de ce genre de rendez-vous qui ne s’improvisent pas – bon, ça je le savais. Il faut aussi ne pas trop « bourrer » le programme et essayer de prévoir le temps de l’explication, de la démonstration, du travail à deux. Clairement c’est sur ce dernier point que j’ai cafouillé. Le travail en binôme est très long à expliquer et à mettre en place, et du coup le temps passé sur chaque posture est doublé car ils le font chacun leur tour….^^

– Sinon….
Sinon je suis ravie, j’étais crevée mais ravie, heureuse de pouvoir transmettre tout ça (enfin ce que j’ai pu), d’aller dans le détail de certaines postures, de prendre le temps de leur montrer les chemins et de leur faire sentir les sensations liées à un placement juste et aligné. C’était une merveilleuse expérience – encore une.
Et j’ai la sensation qu’ils étaient assez contents de leur après-midi à mes côtés. J’espère qu’ils auront appris des choses et qu’ils pourront réutiliser des tips lors de leurs prochains cours.
Je crois que tous ont apprécié pouvoir garder les supports séquences préparés. Je ferai un sondage ultérieurement afin de savoir s’ils les ont utilisé.

NOTE A MOI-MÊME : relire cet article avant le prochain atelier qui se déroulera le 3 avril sur le thème des chakras !!!!

La complexité du « décalage »

On y est, je vais démarrer ma première vraie semaine de cours de yoga. Je n’ai jamais vraiment arrêté depuis avril – ayant eu la chance de donner des cours tout l’été – mais ce n’était pas le même rythme, pas la même intensité. Depuis avril, je donnais en moyenne 3 cours/semaine. Là, vous avez vu le planning, je vais en donner plus d’une dizaine en comptant les cours collectifs, les cours en entreprises et les cours particuliers ! J’ai hâte, je trépigne car j’ai pu faire les forums associatifs et rencontré ainsi une grande partie de mes futurs élèves, donc maintenant je suis toute excitée à l’idée que cela devienne concret !!!

Je suis excitée et en même temps je ne sais pas vraiment à quoi m’attendre. Je ne sais pas si j’en avais parlé ici mais j’ai pris une activité parallèle à celle de l’enseignement du yoga. Je travaille une quinzaine d’heures par semaine chez BIO c BON pas très loin de mon domicile (et oui les temps sont durs et les revenus prévisionnels dégagés grâce au yoga encore un chouilla insuffisant). Bref, mes semaines vont donc se composer de cette activité et des cours de yoga.

J’en suis ravie, sincèrement, même si un jour – pas si lointain – j’espère pouvoir ne faire que de l’enseignement.

Qui dit nouveau planning, dit nouvelle organisation. Depuis que j’ai arrêté de « travailler » pour me consacrer à ce projet de reconversion, la question du planning a souvent été abordée – et ici aussi, on en a souvent parlé…. Je crois que c’est une chose qui me « mobilise ». Je ne veux pas dire que je suis soucieuse sur ces questions-là mais c’est important pour moi de trouver un équilibre. Un équilibre entre mes activités professionnelles (là il va falloir jongler un peu) et mes activités personnelles (pratique du yoga, sorties, vie sociale….).

L’exemple le plus frappant étant la prise de tête pour caler ma participation aux cours collectifs donnés par Patrick Frapeau, mon professeur. Je n’ai pas envisagé une seule seconde de ne plus suivre ses cours – et ce à n’importe quel prix où de n’importe quelle manière (cours collectif ou cours particulier) mais au-delà de cela, il s’agit maintenant de faire coïncider mes envies avec un emploi du temps morcelé. Ayant choisi de m’implanter dans les Yvelines, il va être plus difficile pour moi d’aller sur Paris pour prendre des cours (ce que je faisais TOUS LES JOURS). Depuis avril je pratiquais chez Yoga Village une fois par semaine et chez Gérard Arnaud presque tous les jours (dans le but de préparer la formation). Aujourd’hui je ne vois pas comment rendre cela compatible avec mon activité. J’ai donc trouvé la solution (heureusement que Patrick a un planning conséquent) en allant prendre des cours chez Le Tigre Yoga Club où Patrick enseigne le vendredi à 16h. C’est le seul jour de la semaine où je vais naturellement à Paris car j’y donne un cours à l’heure du déjeuner dans une entreprise (OUF) ! Je fais donc d’une pierre, deux coups en me « préservant » l’après-midi pour pratiquer au contact de Patrick. Les ateliers, stages ponctuels…. etc….. viendront combler mon besoin d’être à son contact ! Pendant les vacances scolaires, mon emploi du temps s’allègera ce qui me permettra également d’intensifier ma pratique au contact de professeurs expérimentés et de retourner chez Gérard Arnaud. La pratique individuelle sera ma solution pour garder une régularité.

LE TIGRE SALLE YOGA_PILATES 1

Un autre point que j’aimerais partager avec vous est la notion de décalage. Certains métiers ne sont possibles qu’en horaires décalés. C’est le cas des cours de yoga. Je vais en donner le matin, à l’heure du déjeuner, le soir et le week end. Donc en décalage avec un planning « normal » de salarié d’entreprise. C’est drôle car cela me questionne sur ma capacité à conserver une vie sociale et des relations avec mes amis mais en réalité j’ai toujours travaillé de cette façon. Dans le secteur culturel j’étais déjà amenée à travailler en soirée et le week end et ça n’a jamais été un frein à quoi que ce soit. Il n’y a pas de raison pour qu’il en soit autrement avec le yoga. La seule chose étant qu’entre le yoga ET BIO c BON, je vais travailler tous les jours, du lundi au dimanche midi.

En terme d’énergie, de fatigue, de trajets… je n’anticipe pas, on verra bien si je tiens la distance. Mais je sais que pour suivre des stages, des formations, aller à des forums ou des rencontres, il faudra que je négocie certains cours, que je trouve des solutions pour m’absenter et voilà, ça c’est typiquement un point qui peut me stresser. Ne pas réussir à combiner tout ce que je veux entreprendre. L’anticipation et une bonne préparation sont la clef, selon moi, pour parvenir à tout mener…. mais bon, on verra, il faudra peut être que je modère mes attentes et mes ambitions afin de ne pas m’user ou mettre en difficulté cette activité naissante….

L’avenir répondra à toutes ces interrogations 🙂