Monblogyoga et moi

Et voilà… le temps est venu pour moi de vous raconter mon histoire avec ce blog, depuis sa création en 2014 jusqu’à aujourd’hui, date à laquelle je choisi de le fermer – en douceur.

J’ai commencé la rédaction du blog alors que le yoga prenait de plus en plus de place dans ma vie, avec le désir de partager mes émotions, mes découvertes et sans doute aussi, comme un journal « intime » pour conserver mes souvenirs, une trace de ce chemin.
Je travaillais à Paris à l’époque et j’avais la chance de découvrir une offre ultra riche et fournie pour pratiquer et découvrir tous les styles de yoga possibles et inimaginables. Et devant toute cette offre, qui en banlieue n’existait pas du tout, j’ai voulu partager et peut être donner mon avis afin de permettre à d’autres yogis « débutants » de s’y retrouver un peu.
Donc j’ai rédigé des articles sur les différents studios de yoga parisiens et sur les professeurs que je rencontrais au gré de mes découvertes.
Après seulement quelques semaines, je rencontrais Patrick Frapeau et décidais de suivre son enseignement – même si cela me demandait – à l’époque – de traverser tout Paris. Les articles « j’ai testé pour vous » se sont fait plus rares donc…
Mais le choix de me former professionnellement à l’enseignement du yoga, mon voyage en Inde, mon changement de vie progressif, mes prises de consciences…. etc… méritaient d’être partagés avec vous, lecteurs, toujours dans l’idée que mes tentatives, mes essais pourraient servir à d’autres et donner des pistes.

Les articles sur les formations ont d’ailleurs beaucoup plu et j’ai reçu énormément de commentaires sur mes choix et les différentes formations proposées à Paris. J’ai toujours pris le temps de répondre et de donner mon avis franchement aux questions sur ces sujets.

Depuis 3 ans, je prends le temps de rédiger pour ce blog, je crée des séquences « yoga maison », je partage mes recettes végétariennes, je vous parle de mes humeurs au sujet de l’univers yoga et de ma blessure… etc…
Mais il y a un an, j’ai pris la décision de réduire le nombre d’articles publiés par semaine. Je suis passée de 3 articles par semaine à 2 puis seulement 1.
En septembre 2016, j’ai senti le besoin de passer moins de temps derrière cet écran et plus de temps à développer mes cours, à accompagner mes élèves et à toujours me former.
Je ne pouvais plus dédier autant de temps à MONBLOGYOGA mais je n’acceptais pas de tout stopper.

Aujourd’hui, mes semaines sont très remplies, je donne beaucoup de cours et je travaille pour les préparer, pour construire des séquences intéressantes pour mes élèves. J’ai de nombreux projets yoga pour l’année 2018 et il faut absolument que j’y dédie du temps pour pouvoir les construire.
Je continue de pratiquer chez moi et je vois Patrick régulièrement. Je poursuis le protocole de traitement de la blessure et je prends du temps pour me former et toujours apprendre.
Ma vie personnelle a beaucoup évolué également et il devient presque impossible de TOUT concilier. J’ai le sentiment que je ne suis pas en mesure de tout concilier correctement.

Donc je prends la décision aujourd’hui de stopper la rédaction de ce blog qui m’aura accompagnée, qui aura servi de témoin durant ces trois dernières années et demi.
J’ai pu échanger avec quelques uns d’entre vous et se fut toujours de super discussions. J’ai eu l’occasion de rencontrer certains lecteurs en chair et en os et c’était top !

Ce blog a été un support, une vitrine, un lien, un outil me mettant en relation avec des yogis vivant très loin de chez moi…
Ce blog est le carnet de voyage de ma vie yogi depuis mars 2014 et c’est dingue tout ce qui s’est passé !
Alors merci encore une fois, merci d’avoir lu et d’avoir répondu, d’avoir posé des questions et d’avoir participé, merci aux professeurs et aux amis yogis d’avoir joué le jeu des « portraits yoga », merci à tous, vraiment.

On se croisera probablement ailleurs, dans la vraie vie 🙂
Namaste

Publicités

Portrait yoga… Emilie

Retour sur le blog d’une rubrique un peu en stand by depuis plusieurs mois…
Aujourd’hui, je vous propose de rencontrer une super yogini. Vous la connaissez peut-être d’ailleurs si vous lisez d’autres blogs yoga car elle est la créatrice du blog MY HAPPY YOGA sur lequel elle raconte sa vie yoga et dispense ses bons conseils lifestyle et pratique yoga 🙂
Alors ce n’est pas moi qui vous la présente, c’est elle ! Emilie s’est gentiment prêtée au jeu des questions-réponses et nous permet d’en apprendre un peu plus sur sa vision du yoga.

QUI ES-TU ?
Une yogini blogueuse, curieuse et baroudeuse. Je m’appelle Emilie Leduc, j’ai 32 ans et j’ai décidé de changer de vie il y a 2 ans et demi. Depuis je passe 100% de mon temps à transmettre le yoga.

TES DEBUTS YOGA ?
J’ai croisé le yoga plusieurs fois sur mon chemin avant de tomber complètement dedans en 2012. Cette année-là, j’ai rencontré le Kundalini Yoga, une histoire intense et nécessaire. Puis je me suis tournée vers le ViniYoga, le yoga de Desikachar. Depuis, je suis sans cesse partagée entre tradition et modernité, mélangeant différents styles (vini, kundalini, vinyasa, hatha etc.) mais cherchant à transmettre tous les aspects du yoga (respiration, méditation, philosophie etc.)

UNE POSTURE PREFEREE ?
Sirsasana, la posture sur la tête.
J’aime les postures inversées de manière générale parce qu’elles me remettent les idées en place.

QU’EST-CE QUI TE CHALLENGE DANS LE YOGA ?
Mes élèves. Ce sont eux aussi ma plus grand source d’inspiration.

LA PLUS GRANDE « QUALITE » ET LE PLUS GROS « DEFAUT » DES YOGIS ?
En yoga il n’y a ni bien ni mal, ni qualité ni défaut. En revanche, la plus grande force que m’aura procuré le yoga est probablement d’avoir appris à faire la paix avec moi-même.

PENSES-TU QUE LES YOGIS SONT « BIZARRES » ?
Non je ne pense pas que les yogis soient bizarres. Mais peut être parce que je suis moi même bizarre ahah ! J’ai toujours aimé être un peu à contre-courant et j’ai toujours aimé ceux qui l’étaient.

QUI SONT TES PROFESSEURS OU LES YOGIS QUI T’INSPIRENT ?
Je puise mon inspiration partout et n’ai pas particulièrement de professeur ou de « star » du yoga fétiche.

QUEL EST LE MEILLEUR CONSEIL RECU ?
« Forget the idea of achieving. Keep the idea of practicing ». Oublie l’accomplissement, attache-toi plutôt à la pratique.

QUEL CONSEIL AS-TU ENVIE DE DONNER ?
Si tu as un rêve, donne toi les moyens de le réaliser et fonce.

UNE CITATION ?
La citation de mon compte IG, d’Oscar Wilde: Be yourself, everyone else is already taken.

UN DERNIER MOT POUR LA ROUTE ?
Merci Alex pour cette interview 🙂

Les futurs projets d’Emilie :
En octobre 2017, Emilie organisera une retraite yoga en Tunisie. Ce projet lui tient énormément à cœur.
Cette retraite s’adresse aux yogis débutants comme aux confirmés. Pendant le séjour, tous les aspects du yoga seront aborder à travers la découverte de différents styles de pratique (Hatha Yoga, Vinyasa, ViniYoga et Restorative Yoga etc.).
Du 11 au 15 octobre, Emilie vous propose une déconnexion totale. Yoga et méditation en plein air, excursions pour visiter les alentours, du stand-up paddle, des soirées enrichissantes et surtout repos, relaxation, tranquillité…
Vous trouverez toutes les informations sur cette retraite en cliquant ici.
Et je vous conseille aussi d’aller faire un tour sur son blog très inspirant !

Technologies et dépendance

Et me revoilà après 15 jours d’absence. La cause est très simple, mon ordinateur avait plus ou moins rendu l’âme. Plus ou moins car grâce à un réparateur, j’ai pu le récupérer sans être obligée de vendre un organe pour payer la remise en état !
Je n’étais pas totalement privée de connexion ou de technologie et j’ai pu gérer les mails depuis un téléphone. Pour ce qui est du blog en revanche, j’ai bien tenté d’écrire un post depuis mon smartphone mais en vain, écran trop petit, manque de facilité pour écrire et pour se relire sans parler de la recherche d’iconographie pour illustrer l’article…. J’ai renoncé devant ce qui s’annonçait comme une grosse galère 🙂
J’ai continué d’utiliser les réseaux sociaux et de les alimenter du mieux possible – d’ailleurs si vous n’êtes pas encore abonné(e)s à mes fils d’actualité, mon compte instagram est ici et le Facebook ici.

C’était une période un peu compliquée et en même temps très calme car comme vous le savez ou le présupposez sans doute, la rédaction d’articles pour le blog est très chronophage. C’est un vrai boulot à part entière pour lequel il faut faire des recherches, lire, réfléchir et préparer des séquences yoga, des thèmes d’articles, des recettes… Il faut aussi chercher des images ou les faire soi-même… tout cela prend énormément de temps et d’énergie.
Ces quelques jours sans écrire ici m’ont donné l’occasion de réfléchir un peu et de prendre du recul au sujet du blog notamment.
J’avais déjà pris la décision il y a un an de publier un peu moins fréquemment en passant d’un article tous les deux jours à deux articles par semaine. Cela m’a donné l’occasion de mieux travailler mes contenus et de les préparer en avance. Cela m’a aussi permis de passer moins de temps derrière mon ordinateur et un peu plus à l’extérieur avec des vrais gens 😉

Il y a quelques mois, j’aurai pété un câble de ne pas pouvoir écrire pour le blog pendant 15 jours, j’aurai cherché un ordinateur de façon frénétique afin d’assouvir mon besoin de rédiger et de partager avec vous.
Cette fois-ci, pas de stress à ce sujet, j’étais certes un peu embêtée de ne pas pouvoir mettre à jour le blog mais j’étais surtout ennuyée de ne plus avoir mon ordinateur. Et il est un peu là le problème.
Cet outil a trop d’importance à mes yeux et je viens de m’en rendre compte. Mon ordinateur, en plus de me servir pour les emails, le blog et le site web pro, contient toute ma comptabilité professionnelle, des images pro et perso, des tonnes de documents ultra importants qui me manqueraient énormément si mon ordi venait à me lâcher.
Cette dépendance est vraiment mauvaise je crois.
Est-ce qu’elle pourrait être évitée ? Je n’en sais rien, je vous demande votre avis….

Toujours est-il que j’ai pris plusieurs décisions dans ces deux dernières semaines.
La première : effectuer une sauvegarde de mes fichiers pro et perso indispensables – just in case :/
La seconde : écrire encore un peu moins ici sur le blog et passer à un article/semaine afin de me laisser du temps pour choisir et préparer mes posts.

Un jour viendra où j’arrêterai d’écrire sur le yoga. C’est une évidence. Non pas parce que je n’ai plus rien à dire mais parce qu’échanger sur le yoga en vrai avec des personnes réelles qui répondent c’est quand même vachement mieux ! 🙂
Nous n’en sommes pas là, je prends toujours beaucoup de plaisir à écrire en pensant que vous me lirez et que certains commenteront. J’apprécie toujours vous donner mon avis sur les studios ou les professeurs « essayés » bien qu’à présent cela tourne beaucoup autour de Patrick Frapeau qui est mon unique enseignant.
C’est toujours chouette de construire des séquences pour les partager ici et de parler de mes états d’âmes en rapport avec cette discipline et son évolution…. Donc je n’ai pas encore déposé la souris, mais j’y pense de plus en plus souvent et j’ai le sentiment que cette période d’écriture sur le yoga s’approche de la fin, en ce qui me concerne.

Donc je vais m’arrêter ici pour aujourd’hui et aller au contact du réel… Je vous retrouve d’ici une semaine pour un nouvel article – restez connecté(s) !
NAMASTE

Les risques du métiers

Etre professeur de yoga et bloggeur comporte quelques risques dont on ne parle jamais dans les magazines ou articles sur le web, je m’explique….
Dans les articles qui parlent des premières années d’un professeur de yoga on va détailler les différents statues juridiques qui permettent de lancer notre activité, on va aussi faire la liste des clients potentiels (asso, studios de yoga, particuliers..) et parfois on aborde la question de la communication. Car comme à peu près n’importe quel métier, celui de professeur de yoga est devenu un peu « tendance » depuis quelques années. Les formations professionnalisantes se multiplient (j’ai prévu un article là-dessus dans quelques jours) ainsi que les diplômes ET les diplômés – de fait. La place est devenue très concurrentielle et faire « son trou » n’est plus aussi simple qu’il y a 10 ans (je reprendrais tout cela dans le prochain article).
Donc pour se démarquer, on fait de la communication. On se crée un site web professionnel – selon moi, c’est la base – et parfois on imagine des supports variés pour se faire connaître (carte postale, blog, affiche, réseaux sociaux…)…
Je sais très bien de quoi je parle puisque j’utilise tous ces supports et je bloggue depuis plus de 3 ans sur le yoga.
Mais pour nourrir tous ces outils de com, il faut du contenu et c’est là que cela se complique. Créer du contenu, ce n’est pas évident. Alimenter un compte INSTAGRAM ou FACEBOOK tous les jours, c’est un vrai boulot et c’est très chronophage !

Et on ne parle pas assez de cet aspect de notre métier. Attention, on le choisi, certains professeurs travaillent très bien en se passant de réseaux sociaux. Mais pour la jeune génération de prof, dont je fais partie, il est rare de ne pas communiquer avec ces outils.
Cet aspect comporte des risques ! VRAIMENT !!!

Voilà où je veux en venir : Pour alimenter mes comptes, je prends des photos de postures (entre autres) de yoga. Je me filme en train de pratiquer puis je fais des captures d’écran pour obtenir un instantané sur un asana.
Et récemment, je me suis blessée en voulant à tout prix poster une photo dans une posture que je travaille actuellement (ci dessous). Je me suis vautrée en beauté et retourner plus ou moins le gros orteil sur mon tapis.

C’était drôle – au départ – puis un peu douloureux, donc pitoyable – après quelques minutes. A l’heure où j’écris ce post, ça va mieux, mon pied est de nouveau opérationnel, je pense que c’était une simple foulure avec un hématome en dessous mais rien de méchant, cependant ça m’a immobilisée pendant 10 jours !!! Tout ça pour une photo !
C’est en discutant avec Patrick Frapeau que j’ai décidé d’écrire ce post car au delà de la blague il en est ressorti un constat évident. Les blessures se produisent régulièrement lorsqu’on n’est pas concentré et pas suffisamment conscient du corps. Je voulais tellement poster cette image et montrer mon évolution que j’ai « forcé » sans faire attention et le résultat est que je me suis fait mal.

C’est vrai pour cette fois-ci mais je crois que c’est aussi ce qui s’est passé pour ma blessure à l’ischio-jambier. Vouloir faire une posture, vouloir montrer qu’on évolue, qu’on progresse… sans s’écouter, sans respecter ses limites…
Parfois on tombe sur des images très impressionnantes sur les réseaux sociaux et on se challenge en voulant les reproduire, mais on ne connaît pas le making-off de ce qu’on nous donne à voir et aujourd’hui je peux témoigner qu’en souhaitant sortir du lot avec cette photo, j’ai passé 10 jours sans pratiquer (ou peu) car mon pied ne suivait plus le mouvement. C’est dommage d’en arriver là pour comprendre que ce qu’il faut préserver, ce n’est pas son image de marque ou sa notoriété sur les réseaux sociaux mais bien son corps afin qu’il nous accompagne le plus longtemps possible dans les meilleures conditions.

Sur ce, je vous laisse, je vais photographier mon bowl cake du matin…. moins de risque 😉