Bollywood…. Bilan vidéo

Ce film ne sera pas en compétition pour la Palme d’Or de cette année – nous en sommes conscients mais en toute humilité « filmistique » voici un petit montage de quelques images animées de mon séjour en Inde.

 

Portraits yoga…. Eric et Caroline

Aujourd’hui, c’est le retour du portrait yoga ! Je suis très heureuse de vous présenter non pas 1 mais 2 yogis rencontrés en Inde et avec qui j’ai passé une excellente semaine lors de la retraite organisée par CasaYoga.

Je vous laisse en leur compagnie 🙂

Pouvez-vous vous présenter en quelques mots (prénom, âge, profession…) ?
Eric, 44 ans, journaliste, marié, 2 enfants
Caroline, 42 ans, je travaille pour plusieurs chaînes de télévision jeunesse en tant que directrice des antennes. Je suis en couple avec Eric et j’ai 2 enfants.

Depuis combien de temps faites-vous du yoga et pour quelle(s) raison(s) avoir commencé ?
ERIC : Je m’y étais déjà un peu intéressé à l’âge de 18 ou 20 ans, mais j’ai vraiment débuté il y a environ deux ans, deux ans et demi. Ca s’est fait un peu par hasard, à la salle de sports où je suis inscrit : après une heure de renforcement musculaire particulièrement exténuante, le cours suivant était un cours de yoga. J’étais épuisé, en nage, mais la prof m’a dit que c’était une forme de yoga plutôt cool (yin ?). J’ai essayé, ça m’a plu et j’ai poursuivi jusqu’au jour où elle a été remplacée par une autre prof qui, elle, m’a fait découvrir le vinyasa.
CAROLINE : J’ai fait du yoga pour la première fois il y a 13 ans, mais à l’époque je n’ai pas accroché. Je m’y suis remise il y a un an et demi environ, et j’ai enfin compris ce que le yoga pouvait m’apporter, la connexion du corps et de l’esprit, une pratique spirituelle, une manière d’envisager la vie.

Où pratiquez-vous ? Quel(s) styles de yoga ?
ERIC : Je pratique à la salle de sports, principalement du vinyasa l’an dernier car la prof, Enora, était vraiment géniale. Avec le vinyasa, je ne faisais pas d’autre activité avant : j’arrivais juste pour les 90 minutes de cours et ça me suffisait largement. Après quelques séances j’étais accro, mais malheureusement Enora est partie à l’autre bout du monde et son cours n’est plus assuré… Du coup je fais du yoga tranquille, comme une forme de stretching après avoir couru, mais je vais essayer de trouver d’autres cours de vinyasa.
CAROLINE : Je pratique le yoga vinyasa au studio CasaYoga crée par Delphine Denis. Mon premier cours avec elle fut une révélation, j’ai tout de suite adhéré à sa pédagogie. Sa bienveillance et son exigence m’ont beaucoup fait progresser.

Qu’est-ce qui vous plaît dans le yoga ? Qu’est-ce qui vous challenge ?
ERIC : J’adore le vinyasa car c’est ultra complet. On fait travailler l’ensemble du corps avec des mouvements à la fois amples et toniques, parfois exigeants mais toujours en douceur grâce à la respiration. J’ai tout de suite aimé le côté ludique des différentes postures, notamment la série de mouvements dans la salutation au soleil, et bien sûr le challenge d’arriver à faire des trucs que je pensais réservés aux gymnastes de 12 ans, moi qui était à peu près aussi souple qu’un bâton ! J’aime aussi le fait de partager cette activité avec Caroline, même si on n’en fait que rarement ensemble.
CAROLINE : Chacun peut trouver sa place dans la pratique du yoga et peut y prendre ce dont il a besoin. Le yoga me permet avant tout de me centrer, c’est un travail d’acceptation et d’ouverture : à soi, aux autres, à la vie. J’aime l’énergie et les sensations subtiles que ça me procure. J’aime sentir que je progresse dans ma pratique et qu’à chaque fois je peux aller un peu plus loin dans la posture et dans la compréhension de ce que je vis ici et maintenant. Le yoga me permet de me dépasser en douceur, en me respectant et d’être moi-même.

IMG_2127   IMG_2570

Est-ce que l’enseignement que vous suivez a des influences sur votre façon de vivre ?
ERIC : Je ne sais pas si c’est l’enseignement du yoga en soi, mais il est clair que d’une manière générale on se sent mieux après une activité physique. Le yoga m’apporte une souplesse, une relaxation et un dynamisme que j’apprécie après une séance de course à pied, par exemple. J’aime aussi ce sentiment de pouvoir « dialoguer » avec toutes les parties du corps et de « respirer » par le dos, les bras, etc. C’est plus original que par la bouche et le nez !
CAROLINE : Parallèlement je suis une formation en Gestalt thérapie, une thérapie centrée sur la transformation et la conscience de ce qui se passe dans l’ici et maintenant. Ma façon d’envisager la vie évolue et ma pratique du yoga aussi. C’est un tout, et de manière naturelle j’en suis venue aussi à changer mon alimentation. Je prends goût à prendre soin de moi 😉

Pouvez-vous raconter un souvenir fort, une anecdote ou une expérience lié(e)s au yoga ?
ERIC : Un souvenir fort : ma première position sur la tête (coudes au sol, je ne sais jamais comment elle s’appelle), guidé par Enora (encore elle !). Au début contre un mur, par sécurité, puis très vite sans rien. Ca m’a paru tellement facile que je n’en revenais pas ! Ce n’est pas une question de force, juste d’équilibre, de volonté et de dialogue avec son corps. Il faut savoir parler calmement à son dos pour qu’il reste bien droit, trouver les mots justes pour que les pieds remontent petit à petit, etc. Et ça vient tout seul ! Une expérience récente : la découverte de l’Inde (ou plutôt d’une infime partie de l’Inde !), lors d’un stage de yoga avec Caroline, organisé par le studio où elle est inscrite (CasaYoga). C’est un pays fascinant et ça fait un mois que je ne pense qu’à y retourner dès que possible…
CAROLINE : Nous sommes partis en Inde, Eric et moi, faire une retraite de yoga avec Delphine et le studio CasaYoga. J’ai adoré pratiquer le yoga quotidiennement et en plus dans un cadre magnifique en pleine nature avec le chant des oiseaux. J’ai pris conscience de l’importance que le yoga prenait dans ma vie et du bien-être que ça me procure. C’était aussi la première fois que je faisais du yoga avec Eric et c’était chouette de partager en couple cette expérience.

Un dernier mot pour la route ?
ERIC : Namaste !
CAROLINE : Partir en Inde a été une incroyable expérience, j’ai adoré la culture indienne. Ca m’a donné très envie de découvrir d’autres styles de yoga.

Du yoga en Inde

Aujourd’hui je reviens vous parler de yoga…. Mais toujours en Inde. Comme vous le savez, les journées là-bas se découpaient de cette façon : 8h30-10h30 cours de yoga (dynamique) – Quartier libre – 20h30-21h30 cours de yoga (restorative). Nous faisions donc du yoga deux fois par jour au sein même de l’hôtel qui dispose de deux espaces prévus pour.

Mon bilan : Sur la première semaine, j’ai un avis mitigé car le groupe était très hétérogène en terme de niveau de yoga (certains n’ayant jamais ou presque jamais pratiqué) et d’autres étant plus à l’aise. Mais également en terme de différences d’âges et donc de fatigabilité. Delphine, notre professeure, a mené ses cours avec ces composantes, en s’adaptant et en proposant des séquences réalisables pour tous – avec des variations plus ou moins avancées. Cependant, à la lumière de la deuxième semaine – avec un groupe de jeunes femmes d’une moyenne d’âge de 30 ans et pratiquant toutes le yoga, je me rends compte que la première semaine était plus une mise en jambe, un apéritif pour les gens qui avaient l’habitude de pratiquer. Personnellement, même si j’ai un avis en demi-teinte, ça n’a pas été plus que ça un problème. On pratiquait tous les jours, ce qui est déjà un peu exigeant, on revoyait des bases de postures, d’alignement, d’ajustement, ce qui est très intéressant même (et surtout) pour les pratiquants avancés. Et de ma propre fenêtre (objectif : formation professorale), j’ai été assez attentive aux propositions de Delphine, à sa manière de s’adapter en fonction des groupes, des énergies, des envies, des freins…. C’est enrichissant, pour moi, d’assister à cela et de comprendre les enjeux dans la façon de mener un cours, des individualités avec leurs particularités pour en faire/constituer un groupe.
Sur la deuxième semaine, les cours étaient plus denses, les vinyasa plus intenses, le nombre de postures proposées plus important, j’ai aussi trouvé que les cours étaient plus créatifs/inventifs la deuxième semaine. Je suis donc ravie d’avoir pu rester les 15 jours – car en terme de yoga pur, la première semaine m’aurait peut-être laissé un goût de « pas fini » dans la bouche….

C’est enfin une grande leçon, pour moi. Je ne sais pas si un jour je proposerai ce genre de séjour en tant que prof, je veux dire. Mais dans le cadre de l’enseignement et de la transmission – ne serait-ce que d’un « simple » cours, il faut garder à l’esprit qu’on ne sait jamais de qui sera composé un groupe, qui sont les personnes que nous rencontrerons, quels seront leurs niveaux yoga, quelles seront leurs attentes, etc. Et au-delà d’un savoir-faire, le faire savoir (la pédagogie et l’adaptabilité) reste le plus gros enjeu d’un professeur de yoga (et pas que).

Sur ce, des images, ça vous dit ????

DSC00212

DSC00265  DSC00232

DSC00240  DSC00245

DSC00243

Je n’ai pas pris tellement de photographies pendant les cours, et pour cause, j’étais moi-même en plein boulot 😉

Pour finir, si vous avez dans l’idée de suivre une retraite yoga (ou vacances yoga – appelez-ça comme vous voulez), je vous encourage à vous renseigner auprès de l’organisme organisateur sur :
– le style de yoga dispensé
– le nombre d’heures/jour (souvent mentionné)
– le nom du prof (pour faire quelques recherches)
– la moyenne d’âge habituelle dans ce genre de stage
– le niveau moyen constaté

Surtout n’hésitez pas à demander le plus de détails possibles. Il en va de votre satisfaction et du plaisir que vous prendrez à suivre ce stage ou pas. S’il s’agit d’un organisme que vous ne connaissez pas et/ou d’un prof inconnu, essayez de suivre quelques cours avec lui avant de valider votre inscription – histoire de vous familiarisez avec sa pédagogie et son approche – et voir si cela vous convient.
S’il s’agit d’un style de yoga non pratiqué, alors là attention car les yoga dynamiques – si on n’en a jamais fait – peuvent être difficiles à suivre (postures un peu différentes, rythme soutenu…).

Voilà pour les deux, trois conseils que je peux vous glisser. Et si vous avez l’envie de faire cette démarche, je ne peux que vous y encourager vivement. On développe sa pratique et on se sent évoluer en prenant des cours chaque jour, souvent plusieurs heures par jour, en ayant la chance de ne se consacrer qu’à cela et à rien d’autre. En ayant l’esprit libéré de nos contraintes habituelles, en prenant du temps pour soi, on avance et on apprend à construire une pratique personnelle qu’on pourra reproduire chez soi, un petit peu du moins.

Inspiration…. Inde

A l’heure où vous lirez cet article, je serai arrivée à Gokarna… Le blog continue donc de fonctionner en mon absence grâce à quelques articles que je vous avais préparé en amont….

Pendant ce voyage, que j’effectue avec le Studio CasaYoga, notre petit groupe est accompagné par Eric Atlan, photographe et réalisateur. Lors des derniers voyages en Inde il était aussi de la partie et voici quelques uns de ses clichés pris sur place. J’ai évidemment envie de vous mettre l’eau à la bouche avec ces belles photos et vous montrer de jolies couleurs, des ambiances….

La vérité c’est que j’aimerais tellement avoir l’occasion de vous retranscrire au détail près ce que je vais voir et ressentir là-bas… mais c’est très difficile…. et encore plus à travers un écran…. et encore, encore plus, en sachant pertinemment que les photos que je vais faire, moi, ne seront JAAAAAMAIS aussi incroyables que celles-ci. Alors je me résigne un peu – on ne peut pas avoir tous les talents 😉 – et suis heureuse qu’Eric accepte de partager son œuvre ici, avec vous, sur ce blog.

ENJOY !!!!!

1913213_10152245354319346_380777273_o

1618623_10152892643209346_6995954138077227621_n

8940_10152830734389346_4727119149282585807_n   1532152_867449183288954_3055881491311816675_n

1939528_10152245360544346_84415566_o

HI2C9549

Si vous souhaitez découvrir le travail d’Eric, c’est par ici, sur son site web. Les photos ne sont pas libres de droit.
La photo du peintre assis est de Nathalie Fraillon, qui fait aussi partie du voyage !

On se dit à bientôt les amis !