J’ai testé pour vous…. Le strala yoga

Comment ça j’arrive après la bataille ??? Vous avez tous/toutes testé le strala yoga ??? Ha bon bah…. Je vais quand même vous dire ce que j’en pense…. et ouiiiiii ! 😉

Le Strala Yoga, c’est une méthode de yoga inventée par Tara Stiles, une New Yorkaise un peu mannequin, prof de yoga suivie par des millions de personnes dans le monde. Comme quasiment toutes les « stars » yoga, elle possède un compte Twitter, un profil Instagram et une chaine YouTube. Elle collabore avec Reebok et elle a sorti des DVD et un livre sur sa méthode il y a quelques mois… Voici le tableau… On aime ou pas. Vous commencez à me connaître – je crois – et de prime abord ce genre de « personnalité » ultra médiatisée qui transforme le yoga traditionnel pour en faire un truc à la mode… ce n’est pas pile poil mon délire… Mais bon, comme tout le monde je peux me tromper alors plutôt que de critiquer sans connaître, je suis allée tester un cours à Paris.
Le Strala est donc un yoga tout en « mouvement et en ressenti ». Ce qui signifie qu’on ne tient aucune posture et qu’on « bouge » pendant certains asanas. Dans Adho-Mukha on bouge le bassin, dans Bhujangasana on ondule les épaules… Le virabbhadrasana 2 se fait en tendant et pliant la jambe au rythme de la respiration…. La prof avait prévenu dès le début du cours : « si vous n’êtes pas pile dans la posture, ce n’est pas grave. Faites-la avec votre ressenti, je vous donnerai simplement les alignements principaux afin de préserver les articulations. »
L’approche de Tara Stiles est assez déconnectée de la philosophie du yoga, elle privilégie le corps, l’approche physique – le weight loss. Il en faut pour tous les goûts.

strala-book-banner

Le cours que j’ai suivi durait 1h15 avec une playlist qui accompagne la classe tout le long. Là aussi, c’est une question de goût. Je ne suis pas spécialement gênée par la musique, sans y tenir particulièrement. Je suis en générale assez concentrée sur ma respiration donc la musique ne me perturbe pas. Je serai presque incapable de citer les titres entendus…

Alors comme annoncé, on ne tient pas les postures, on enchaine dans une sorte de chorégraphie rythmée mais pas trop rapide. Les jambes sont très sollicitées car les postures debout occupent une grande part du cours (environ 50min sur 1h15).
Le fait de tendre et plier les jambes et d’ajouter du mouvement dans chaque asana ne me parlaient pas trop… J’ai l’habitude de l’ashtanga et du vinyasa dans lesquels on reste entre 3 et 5 respirations dans les poses. J’ai essayé de suivre mais j’avais vraiment la sensation de perdre mes alignements et mes ajustements dans cette « danse ».

A la sortie, j’avais chaud, je sentais que le corps avait travaillé et j’ai eu quelques courbatures dans les cuisses le lendemain.

vue-de-face-yoga-paris_1924054f_large

BILAN
Vous l’aurez sans doute compris, ce n’est pas une approche qui correspond totalement à mes attentes. On est un peu loin de ce qui compte pour moi dans cette discipline, c’est à dire l’union entre les pratiques corporelle et spiriturelle. Je ne pense pas reprendre un cours de strala. En même temps, si ce n’est pas Patrick Frapeau pour moi c’est compliqué…
POUR QUI ALORS ??
Si vous aimez le yoga fluide et dynamique,
Si pour vous l’approche physique est importante,
Si la dimension spirituelle du yoga n’est pas indispensable à votre pratique,
Si vous aimez avoir chaud et transpirer,
Si la musique vous porte pendant la classe….
Alors c’est une méthode qui pourra vous plaire 🙂

J’ai pris ce cours chez YOGA VILLAGE à Paris pendant ces vacances de Noël et ce cours était donné par HERMINE PRUNIER.
N’hésitez pas à commenter cet article, si vous avez également tester cette méthode, ou si suite à cet article, vous décidez de tester 🙂

Publicités

La yoga nous rend beaux !

Comme vous le savez, pour valider la formation suivie chez Gérard Arnaud, il a fallu que je rédige un mémoire…. Enfin « mémoire » est un bien grand mot puisqu’il s’agit plutôt d’une dizaine de pages (un dossier) sur notre rapport au yoga. J’ai décidé – pour sortir du côté « journal intime » ou « carnet de bord » d’aborder un thème qui me porte depuis que j’ai commencé à pratiquer le yoga : l’acceptation de soi.

Donc aujourd’hui je voulais aborder avec vous la notion de beauté et comprendre ensemble comment/pourquoi le yoga nous rend plus beaux. Car c’est un fait, le yoga est la meilleure crème beauté au monde ! N’avez-vous jamais entendu quelqu’un vous dire (depuis que vous pratiquez) : « tu as l’air plus détendu(e) », « ça te va bien le yoga », « tu sembles plus zen, plus relax »…..????? Moi je l’entends tous les jours ! Faut dire que je pars de loin. Je suis – de nature – une boule de nerfs stressée, anxieuse et mal dans sa peau, donc je ne peux qu’aller mieux !!!

Pour commencer je crois qu’il faut d’abord donner une sorte de définition de la beauté. Il ne s’agit évidemment pas de celle – retouchée – que l’on voit dans les magazines ou sur les affiches publicitaires. Celle-ci n’existe pas, de fait, et n’est absolument pas représentative de ce que les humains trouvent beau – réellement je veux dire. Il ne s’agit pas d’une taille écrite sur une étiquette ou d’une longueur de cheveux ou d’une couleur de peau…. Une personne belle, peut importe son aspect physique est une personne qui s’accepte et qui est en paix avec ce qu’elle est. Celle-là rayonne, irradie autour d’elle comme un champ magnétique de bonheur et de positivité. La sérénité qu’on parvient à trouver lorsqu’on s’accepte tel(le) que l’on est – c’est ça le secret de la beauté. Essayez, vous verrez que cette harmonie intérieure vous permettra de vous sentir plus beau et que fatalement votre entourage vous trouvera plus beau !

Venons-en au cœur du sujet, comment/pourquoi le yoga amène t-il cela? J’ai envie de dire ENFONSSONS UNE PORTE OUVERTE DES LE DÉPART : le yoga est la recherche de l’union du corps et de l’esprit. Une fois unis, ils ne sont plus en opposition ou en guerre. L’esprit accepte le corps, ses potentialités, ses limites, ses forces…. et le corps apaise l’esprit grâce à une pratique concentrée et conscientisée. A la fin d’une séance, il est très rare de penser qu’on a été nul ou qu’on aurait pu mieux faire. Généralement, après la relaxation, c’est une sensation apaisante qui envahit le corps et le mental. On se sent parfois vidé ou fatigué mais en paix, serein.

D’autre part, le yoga nous invite à ressentir intérieurement les choses et non pas à les constater physiquement. Dans mes cours, j’insiste souvent sur le fait de ressentir et non pas de regarder. Il faut arrêter de se regarder, de se comparer et commencer à s’écouter. Je crois que cette notion est fondamentale lorsqu’on commence une démarche d’acceptation de soi. Le diktat des apparences est très fort et la notion d’écoute intérieure est parfois vécue comme une marque de faiblesse dans nos sociétés compétitives. On tait les sensations (maladies, dépression, blessures) pour ne pas PARAITRE faible aux yeux des autres. Tout le monde le fait ! Nous sommes éduqués comme cela.

kung_fu_panda_2_LA%20PAIX%20INTERIEURE

Lorsque la vapeur s’inverse – avec le yoga notamment – on lâche un peu ces désirs de beauté, de force, de courage, de pouvoir…. et on devient plus cool, moins drastique, moins intransigeant avec soi-même, avec les autres. On trouve une forme de paix, de sérénité, de bienveillance et on s’apaise.

C’est aussi pour cela que je suis un peu réfractaire aux selfies yoga et autres photos « performance » qui pullulent sur la toile. La plupart du temps, elles ne sont pas source d’inspiration mais plutôt vécues comme frustrantes et démoralisantes pour les pratiquants qui n’ont pas les possibilités de faire la même chose. Méfions-nous de ces soi-disant comptes instagram ou Facebook « motivants » qui publient des photos toujours plus impressionnantes. Car l’effet recherché – ne l’oublions jamais – est le marketing. Ces comptes sont souvent alimentés par des marques et elles ont toutes quelque chose à vendre ! Lorsqu’il s’agit de yogis ou de yoginis qui postent ce genre de photos, je suis d’accord à condition que le but recherché soit le témoignage mais là encore méfions-nous des discours en apparence positifs qui ne sont en fait que l’expression d’un égo pas totalement maitrisé !

Le yoga est une quête intérieure et non pas une démonstration de force ou de souplesse sur fond de coucher de soleil ! J’arrête là mon combat anti-selfies yoga. Il m’arrive d’en faire pour le blog ou pour les réseaux sociaux, afin d’illustrer un propos mais ce n’est vraiment pas ma tasse de thé (de yogi tea – non? ok ? la vanne est pourrie??!).

Pour conclure et de façon très objective, je pourrais aussi vous dire que le yoga, pratiqué régulièrement, crée une silhouette harmonieuse, développe une force physique qui permet de prendre confiance en soi, détend les traits du visage (les rides en gestation), améliore la capacité respiratoire, le maintien du dos, dessine de jolis abdominaux….. et rend plus beau….. Tout cela est vrai et aide à se sentir mieux dans son corps, dans sa peau. Mais ce ne sont que des effets, des suites logiques à une pratique consciente  – au fait de vivre dans le YOGA.

DONC CONCLUSION, PRATIQUEZ ET VOUS VOUS SENTIREZ MIEUX !

 

Vayus – l’énergie vitale

Aujourd’hui, on aborde une notion un peu différente, celle des vayus. Cet article n’a pas vocation à être exhaustif et je ne souhaite pas endosser le costume d’expert yogique. Au cours de mes récentes lectures, j’ai trouvé cette notion de vayus intéressante, en lien avec beaucoup d’autres notions déjà abordées ici ou ailleurs dans d’autres livres donc je me suis dit que cela pourrait vous plaire et vous interpeller. Donc on parle PRANA et VAYUS !

Dans le yoga, le prana, vous le savez, c’est l’énergie vitale, consciente qui régit les processus vitaux du corps.
La définition du Prana est vaste car c’est un terme qui recouvre énormément de notions qui elles-mêmes en englobent d’autres… Prana = énergie, vitalité, pouvoir. Le Prana c’est le fondement et l’essence de toute vie, l’énergie et la vitalité qui emplissent l’univers, le Prana circule dans tout ce qui existe et est aussi le lien qui relie le monde matériel, la conscience et l’esprit. Lorsque les yogis développent la capacité de contrôler leur Prana, ils gagnent en harmonie et santé, au niveau du corps comme de l’esprit.

Cette énergie vitale se divise en 5 aspects, les vayus, ayant chacun leurs particularités. Les 5 vayus doivent être actifs en restant en équilibre les uns avec les autres pour permettre à l’énergie de circuler librement et de façon fluide. Attention, les vayus ne sont pas des chakras.
Grâce au pranayama (exercices respiratoires) et aux asanas (postures) les 5 vayus peuvent être « travaillés » de façon équilibrée. Par exemple, les extensions, les exercices favorisant l’inspiration de même que jalandhara bandha (verrou de la gorge) active le Prana-Vayu. Les flexions avant, les exercices favorisant l’expiration ainsi que mula bandha (verrou du périnée) agissent sur Apana-Vayu. Le Samana-Vayu s’active avec les torsions, certains équilibres, kapalabhati (respiration) et uddiyana bandha (verrou du nombril). Les mudras (gestes des mains mais pas que), les mantras, Ujjayi (respiration) stimulent Udana-Vayu et enfin, Vyana-Vayu est activé par les postures dynamiques et les enchainements rapides d’asanas.

Alors une fois qu’on sait cela c’est bien mais où sont situés ces vayus et quelles sont leurs fonctions respectives????

Prana-Vayu c’est la force qui reçoit : Ce centre (on va l’appeler le point pour ne pas confondre avec les chakras) est situé au niveau du haut du thorax – voire de la tête et est responsable de tout ce qui pénètre dans le corps comme la nourriture ou les perceptions transmises par les 5 sens ou encore l’inspiration.

Apana-Vayu c’est la force qui donne : localisé au niveau du bas-ventre, il gère tout ce qui sort du corps comme les résidus de la digestion, la parole, l’expiration, le contact physique….

Samana-Vayu c’est la force qui transforme : situé au niveau du nombril, régit la digestion sous toutes ses formes, que ce soit la digestion de la nourriture ou des informations reçues, des impressions et il décide de ce qui reste et de ce qui est éliminé. Dans le Hatha, ce vayu est très important. On l’appelle aussi Agni ou le feu digestif. Il aide à brûler ce qui encombre (au sens propre et au figuré). En l’activant, le yogi engage un processus de purification, de nettoyage et permet ainsi à la Kundalini de s’élever.

Udana-Vayu – la force qui communique : situé au niveau de la gorge, il est responsable de toutes les formes de communication (verbales, corporelles…).

Vyana-Vayu c’est la force qui distribue, elle circule en permanence dans le corps et gouverne la circulation de l’énergie.

PanchaVayuImage

Si vous souhaitez approfondir cette notion, il existe de nombreux ouvrages sur le Hatha Yoga ou sur l’Ayurveda (car on retrouve ces notions aussi dans ce système médical). Le livre qui m’a soufflé l’idée d’écrire cet article est YOGA PERFECTIONNEMENT aux éditions La plage.