Confiture de pêches

Le fruit de saison, je ne vous l’apprend pas c’est la pêche, et plus particulièrement la pêche plate 🙂
Elle est partout sur les étals des marchés et dans les rayons des supermarchés.
Parfois, lorsque je fais des courses alimentaires et surtout lorsque je vais au marché, je suis prise d’une sorte de frénésie, une fièvre acheteuse car je trouve que tous ces fruits et légumes disposés harmonieusement, toutes ces couleurs, donnent vraiment l’eau à la bouche et invite à imaginer des recettes, des associations, des petits plats…
Sauf que….. Sauf que je vis seule et que lorsque j’achète une cagette de fruits, je finis systématiquement par devoir les consommer en masse pour qu’ils ne se perdent pas. Cela devient presque un défi à relever – car comme vous le savez, je fais attention à mes déchets et j’évite de gaspiller (zero waste home) – et j’avale parfois deux ou trois fruits par repas + au goûter pour ne pas gâcher !!! Oui je le sais, ma vie est TRES difficile 😉

Bref, après une énième crise d’achat compulsif sur mon petit marché qui avait pour cible les pêches plates (cf le titre de l’article, on y vient !) j’ai cherché une façon de cuisiner/préparer les fruits que j’avais en trop et qui commençaient doucement à tirer une sale tête. Je suis tombée sur cette recette de confiture de pêches, ultra facile et ultra rapide à réaliser.
Alors il faut savoir, je vous raconte un peu ma vie, que je déteste (historiquement) les fruits cuits. Je fais comme une sorte de blocage sur la texture d’un fruit en bouche une fois qu’il a été cuit. Ce petit côté mou, sans mâche et gélatineux, comment dire…. NON…. je ne suis pas fan !
Mais devant ce problème de fruits plus que mûrs voire à deux doigts de pourrir, j’ai surmonté mon traumatisme monkien (du mot Monk, agent de police bourré de tocs dans une série du même nom) et j’ai pris le parti de faire cuire mes pêches afin de les conserver un peu plus longtemps.
Et beh devine quoi ?! C’est vachement bon en fin de compte et j’ai tout mangé sans faire la grimace 🙂 #victoiresurmoimeme

Alors la voici, la voilà, la recette de la confiture de pêches :
INGREDIENTS :
Pour 500g de pêches / 500g de sucre / 1/2 jus de citron (petit citron) – On adapte en fonction du poids des pêches
Il faudra aussi penser à avoir un ou plusieurs pots sous la main pour la conservation de la confiture. Si vous n’avez pas de pots à couvercles hermétiques, la recette fonctionne mais il faudra consommer la confiture sous 3 jours.

RECETTE :
Lavez, épluchez et coupez les pêches. Déposez-les dans une casserole avec leur jus, couvrez de sucre et du jus de citron et mélangez un peu.
Laissez macérer à couvert, à température ambiante pendant 12 heures.

12 heures plus tard, portez à ébullition à feu vif. En cuisant rapidement la confiture va conserver tous ses arômes.
Après 10 à 15 minutes, quand la confiture est prête, versez-là de suite dans des pots, à ras bord.

Serrez à fond le couvercle, nettoyez le pot et retournez-le. Le vide d’air qui va se créer permet la pasteurisation et la conversation prolongée. De cette façon, on peut conserver la confiture plusieurs semaines voire plusieurs mois à condition que le processus ait fonctionné. Si à l’ouverture de votre bocal, l’odeur ou la couleur de la confiture ne sont pas top, soyez prudents et ne la consommez pas.

Si vous faites sans pots hermétiques, versez la confiture dans le récipient choisi et laissez-la refroidir à température ambiante. Une fois refroidie, couvrez avec un couvercle ou un papier d’aluminium et conservez-la au frigo, elle devra être consommée dans les 3 jours.

Evidemment, cette recette marche avec beaucoup d’autres fruits. Alors si comme moi vous avez la main lourde chez le primeur, peu importe, car vous connaissez à présent un moyen pour ne pas perdre vos fruits !

A vous d’essayer !

Publicités

Terrine aux noix

Puisque visiblement l’hiver n’est pas prêt de finir, une petite recette bien rustique se fait la bienvenue!
Classique des classiques de la cuisine végétarienne/vegan, le pâté végétal nous offre de nombreuses variantes, plus ou moins fermes, et disons le clairement plus ou moins réussies.
Que celui qui n’a jamais acheté, plein d’espoir un pâté végétal dans le commerce pour se retrouver, dépité, avec un truc innommable et sans nom lève la main!
Aujourd’hui j’avais envie d’essayer une nouvelle sorte de terrine, à base de tofu soyeux, ingrédient tellement magique, que l’on met rarement en valeur et qui pourtant nous offre de nombreuses possibilités. J’ai obtenu une terrine toute fondante et moelleuse avec des éclats de noix qui ont gardé juste ce qu’il faut de croquant. Avec un pain grillé, le jeu de textures est vraiment top !
Une recette simple (et funky) pour peu que vous ayez tout sous la main et qui saura égayer un repas sur le pouce ou vous sauver pour un apéro improvisé ! Et petit plus : elle est facilement déclinable, il vous suffit de remplacer les noix par des champignons, un légumes ou des graines pour avoir une nouvelle recette !

ingre_dients_terrine_noix

Ingrédients pour 4 personnes
400g de tofu soyeux / 1 c à s d’huile d’olive / 40g de cerneaux de noix / 4 oignons/ciboules/cébettes / 2 gousses d’ail / 1 c à s de tamari / 2 c à s de shiro miso / 1 c à s de barley miso (orge) / 1 c à s de vin blanc (facultatif) / 1 c à c d’agar-agar / 2 c à s de ciboulette hachée

Recette
• Hacher finement les oignons, l’ail, la ciboulette, et concasser grossièrement les noix.
• Dans une casserole faire chauffer à feu moyen l’huile d’olive, et y faire revenir les oignons et l’ail. Lorsqu’ils sont dorés, ajouter le tamari puis le vin blanc pour déglacer (l’alcool s’évapore à la cuisson), verser enfin le tofu soyeux, préalablement débarrassé de son eau.
• Bien mélanger au fouet. Ajouter les deux miso et fouetter à nouveau, le mélange doit être grumeleux mais homogène, et le miso bien incorporé.
• Porter à feu vif, ajouter l’agar-agar en pluie et fouetter vivement aussitôt. Porter à ébullition en remuant pendant 2 minutes, sortir du feu et ajouter les noix et la ciboulette hachée.
• Huiler un plat de votre choix (chez moi un mini plat à cake) et verser la préparation. Laisser refroidir puis placer au réfrigérateur 1h avant de démouler (ou pas).

terrine-noix3 terrine-noix4

Alors c’est bon ??? hein ??? Ne vous faites pas tout un monde des ingrédients mentionnés ci-dessus. Ils se trouvent très facilement dans une épicerie Bio.
Bon appétit !

Révolution #2

Vous le savez, cela fait maintenant 1 mois que je me suis lancée dans l’aventure de la diminution de mes déchets.
Après ce premiers mois de tests, je peux confirmer – vous n’avez pas besoin de moi pour le savoir mais bon – qu’on vit dans une société où rien n’est fait pour réduire la taille de nos poubelles !!! De l’emballage du tube de dentifrice aux tickets de caisse…. tout est imprimé, empaqueté, emballé….
Je ne m’étais pas fixé des objectifs trop ambitieux afin de pouvoir tenir ces engagements sur la durée. Et bien même comme cela, ce n’est pas évident, par exemple il y a des jours où, dans le feu de l’action, je zappe de refuser le ticket de caisse ou l’emballage du pain…. etc…. Je ne trouve pas toujours des yaourts sans emballage…. et le vrac ne propose pas tous les produits…. Sinon, oui, mais il faut faire 3 ou 4 magasins différents, chose que j’évite car je pense aussi à mon empreinte carbone et à l’essence de ma voiture !!! V
Bref, pas simple….
Voici les constatations de ce premier mois zerowasteproject…..inprogress 😉

Les magasins bio/vrac à côté de chez moi :
Day by Day – Situé à 200m de chez moi, il est assez petit – ça peut faire l’affaire pour l’épicerie salée (riz, pates, farine, légumineuses…) et pas il n’est pas trop mal non plus pour l’épicerie sucrée mais très insuffisant pour l’hygiène et produits d’entretien et absence totale de produits frais. D’autre part, il était fermé tout le mois d’août.

Naturéo – Magasin bien plus grand que le vrac du quartier, il est situé à 10min de voiture. Le rayon vrac salé et sucré est assez bien mais petit en comparaison de la surface totale de vente. Ce n’est pas leur priorité. Ils sont dans le bio avant tout. Par rapport à ce que je m’attendais, pas tellement de proposition en produits d’hygiène et produits d’entretien et encore une fois TOUT est emballé – même le bloc de savon de Marseille ou le shampoing solide. Sinon c’est très bien pour les légumes et les fruits.

Bio c Bon – situé à 20min de voiture. Idem que pour Day By Day ou Naturéo. Le vrac salé est très bien, les fruits et légumes aussi mais pour le vrac sucré et le reste c’est bof ! Super pour les légumes et les fruits. On peut utiliser des cagettes pour rapporter le tout chez soi !

Le marché de ma ville reste un endroit parfait pour acheter des fruits et légumes variés et sans emballage !

Pour le moment, Day by Day de mon quartier est bien plus engagé sur le zéro déchet que les autres structures. C’est un peu normal aussi, il ne dispose pas de produits frais (pas de frigo, pas de nécessité de stockage…) et les autres sont avant tout estampillés BIO, le zéro déchet n’est pas leur créneau. Cependant, un consommateur soucieux d’acheter bio le sera peut être aussi au sujet des emballages. Alors ce serait bien que ces structures se mettent aussi à repenser leur politique d’emballage (ex : demander au client si il désire sont ticket de caisse et pouvoir décider manuellement de l’imprimer ou pas).

biocbon  day-by-day-Fontenay-le-Fleury-intérieur

Les autres remarques / c’est un peu le bazar mais bon…. j’ai noté au fur et à mesure pour ne rien oublier…
Remplacement du déo classique par la pierre d’alun.
OK pour l’application. Ok pour l’effet anti transpirant mais je ne transpire pas beaucoup en temps normal. Pendant la pratique du yoga, je me vide de mon eau (avec les deux types de déo) donc je ne peux pas comparer.

Remplacement du savon à main liquide pour savon solide.
OK RAS, simple pas de souci. C’est tellement basic que j’ai hésité à écrire ce point mais bon….

Utilisation de microfibres pour remplacer l’essuie-tout et les lingettes du chien.
A priori ok pour remplacer l’essuie-tout, ça fonctionne même plutôt pas mal. Je suis un peu plus sceptique pour les lingettes du chien car elles sont imbibées de lotions nettoyantes alors que le chiffon microfibres NON…. A voir et peut être fabriquer un produit nettoyant maison dont je pourrais imbiber le chiffon microfibre…

Presser son propre jus de citron au lieu d’acheter en bouteilles.
OK pour le goût, délicieux même ! Rien à voir avec les trucs chimiques du commerce, c’est vraiment meilleur mais pas de solution pour la quantité d’épluchures que cela génère et pas de possibilité de composter donc à réfléchir.

Utilisation de l’éponge réutilisable.
OK pour laver, même les restants de nourriture un peu accrochés (pas de face grattante). S’essore bien et donc sèche assez vite. Elle est lavable et est sensée résister à 10 passages en machine. On verra.

Shampoing solide à la place du shampoing liquide.
Pas ultra facile à faire mousser (habitude des shampoings liquides). Je me concentre sur les racines essentiellement et laisse les longueurs. Assez long à rincer pour ne plus avoir de résidus. J’ai aussi voulu faire un masque avec de l’huile sur les longueurs. Au moment de laver mes cheveux, de les rincer, le shampoing solide n’était pas de taille !!! J’ai du recourir à ma bouteille de shampoing liquide pour éliminer le gras de l’huile. Je vais chez le coiffeur la semaine prochaine, je ne me vois pas lui ramener mon bloc pour lui demander de me laver les cheveux avec… On verra ! Je vais peut être essayer de tester un coiffeur bio ou zéro déchet… Ca existe ?

Gant de toilette à la place des cotons démaquillants.
C’est une bonne alternative à condition de ne pas avoir la peau autour des yeux trop sensible. Pour ma part, cela m’irrite un peu l’œil donc je vais investir dans des lingettes réutilisables qui seront plus douces.

Cuisine.
Vous l’avez vu, j’ai testé une recette de bonbons à la menthe pour éviter d’en acheter, ce ne fut pas une réussite. En revanche la moutarde maison a un franc succès – bien qu’elle soit un peu forte à mon goût.

20150722_101208   20150722_101222

BILAN
Lorsqu’on ne vit pas seul(e), faire accepter ces changements n’est pas simple. Je m’en rends compte. On m’a demandé de ne pas « garder » les sacs pour faire les courses par exemple – j’avais conservé des sacs réutilisables (papier kraft) pour les fruits et légumes ou encore sac en tissu pour le pain ou le vrac…
Idem pour ma tentative de compost sauvage dans un bac à fleur inutilisé du balcon. « Tu me jettes ça sinon ça va attirer les bêtes !!! » Alors oui, je veux bien admettre que ce n’était certainement pas la meilleure idée du monde mais bon, faut essayer, non ?
Pour les autres changements, ceux qui impacte ma routine soin ou les recettes cuisine, aucun souci. Elles ne modifient pas réellement la façon de vivre. Elles ne me prennent pas plus de temps, ne sont pas contraignantes donc elles sont durables ! Et c’est vraiment cela l’objectif!!

Je vais continuer en gardant systématiquement à l’esprit ces 4 points qui me semblent de bons indicateurs :
– refuser les emballages ou les tickets inutiles
– me demander si j’ai besoin de tel ou tel truc avant de faire un achat
– voir pour remplacer un produit par quelque chose de durable ou de fait maison
– réassortir un aliment terminé par du vrac et non pas par un nouveau paquet acheté en grande surface

Je n’ai pas de tips miracle, j’essaie de faire au mieux sans fixer des objectifs inatteignables ! Je reste réaliste et je vise le long terme !
Pour les initiatives à venir : Utiliser une cup menstruelle pour remplacer les tampons, donner les emballages de médicaments à la pharmacie pour recyclage, fabriquer des produits d’entretien maison, cuisiner des compotes maison et faire des bocaux !

Mais il y a des choses pour lesquelles je ne trouve pas de solutions :
– enlever le vernis à ongle sans coton
– les cotons tiges
– les pubs qui continuent d’arriver dans la boite aux lettres malgré le STOPPUB
– ….

Voilà pour ce point à j+30 !!!
Et vous, ça vous parle ce type de consommation ou pas du tout ??

Moutarde…. miam

Dans la suite de mon projet zéro déchet, je me suis penchée sur les aliments que j’achète et que je pourrais éventuellement remplacer par du fait maison. Les bonbons à la menthe, vous vous en souvenez étaient ma première tentative – comment dire…. pas totalement aboutie…. Et la moutarde vient en second !
J’ai trouvé cette recette sur le blog « Les cuisines de Garance » que je vous invite à visiter si vous aimer faire les choses par vous même !

On peut préparer la moutarde à toutes les sauces , forte , vinaigrée , colorée et sucrée…
Aux herbes fraiches , au moût de raisin , à la violette ou au miel…

Cela peut aussi faire l’objet d’un cadeau original , peu cher, naturel et qui mettra vos atouts de cuisinière imaginative en lumière…

INGREDIENTS : (pour 600g de moutarde- divisés en 2 pots)
– 150 g de graines de moutarde blondes (pas les noires) – (vous pourrez en trouver dans les épiceries asiatiques , orientales , les magasins à bio parfois , sur les marchés ou sur le net …)
– 150 ml de vinaigre de cidre ou de vin blanc (vous pouvez tenter des vinaigres un peu originaux si vous voulez)
– 150 ml d’eau de source (+ou-)
– 30 ml d’huile neutre (colza ou tournesol mais aussi un mix huile d’olives et colza par exemple)
– 50 g de miel (FACULTATIF et + ou – en fonction de votre goût)
– 100 g de farine semi complète (genre épeautre) ou blanche T45
– 3 g de sel
– un peu de curcuma ou de safran (moi j’ai mis du curcuma acheté en Inde 🙂 )

20150819_093517

RECETTE :
Faire tremper les graines de moutarde dans le vinaigre une nuit.
Dans un mixer mélanger les graines, le reste de vinaigre s’il n’est pas tout absorbé puis l’eau. Et mixer.
Ajoutez petit à petit l’huile choisie, le miel et le sel puis incorporez la farine et le curcuma qui donne sa couleur jaune à la moutarde.
Mixer jusqu’à obtenir une pâte lisse (la mienne n’est pas totalement lisse car je n’ai pas un très bon mixer)
Mettre en pot et couvrir d’huile avant de mettre au frais.
Cette moutarde se conserve bien couverte d’huile (la même que vous avez utilisé pour la recette) et fermée par le couvercle.

20150819_093628 20150819_093733

Cette moutarde mérite d’attendre 2 ou 3 jours avant d’être consommée , elle se bonifie avec le temps…
La moutarde est une plante du bassin Méditerranéen, on consomme ses feuilles et fleurs jaunes et les graines.
La moutarde est purgative, révulsive , antiseptique et ouvre l’appétit, elle stimule la digestion également.
Elle est riche en calcium, fer, soufre, phosphore, potassium, vitamine A et C.
Elle est donc un condiment très recommandé en hiver par exemple.

Si vous essayez d’en faire une vous même, n’hésitez pas à partager votre expérience en commentaires ou de m’envoyer une photo !!

20150819_093716