Burn out

Ma sœur, qui travaille dans un milieu professionnel stressant, est en charge des ressources humaines de son entreprise et se retrouve parfois confrontée au mal-être de ses collaborateurs. Comme dans de nombreuses entreprises, certains collègues sont épuisés par les tâches à accomplir et les plannings à respecter. La compétitivité et la concurrence obligeant à être toujours plus performant, il arrive qu’elle se retrouve face à des personnes en souffrance psychologique, n’ayant plus d’autre solution que l’arrêt de travail.
Elles souffrent parfois d’un trouble nommé le burn out, qui signifie littéralement « crâmé ». Mais qu’Est-ce que le burn out et le yoga (puisque c’est de cela dont il s’agit ici) peut aider à l’éviter ou à le vaincre ?

LE BURN OUT 
Aujourd’hui on ne parle plus tellement de pénibilité physique mais bien de pénibilité psychologique. Une fatigue nerveuse, une pression de presque tous les instants ressenties dans de nombreuses entreprises.
En 1993, le Bureau International du Travail (BIT) estimait que le stress était devenu l’un des plus graves problèmes de santé de notre temps. Les vagues de suicides dans certaines grandes entreprises ont mis en exergue ce problème et ont ouvert la voie à des études.
Il n’est pas forcément facile de définir le burn out et en France, nous sommes un peu en retard sur le sujet… ^^
Mais on peut chercher des synonymes comme : surmenage / souffrance au travail / dépression / épuisement professionnel… Il s’agit de risques psycho-sociaux.

Mais que sont ces risques psycho-sociaux précisément ?
Les risques psychosociaux sont souvent résumés par simplicité sous le terme de « stress », qui n’est en fait qu’une manifestation de ce risque en entreprise.

Ils recouvrent en réalité des risques professionnels d’origine et de nature variées, qui mettent en jeu l’intégrité physique et la santé mentale des salariés et ont, par conséquent, un impact sur le bon fonctionnement des entreprises (ex: harcèlement professionnel).

Comme la définition n’est pas évidente, la reconnaissance des symptômes liés à cette maladie n’est pas simple à reconnaître non plus. La limite entre une déprime passagère et un burn out est compliquée à établir pour les médecins du travail. Il faut aussi comprendre que la reconnaissance de cette maladie entraine un coût médical, social et économique qui est très inquiétant pour l’équilibre de nos sociétés.
Pour vous donner une petite idée de ce dont on parle, en Europe, le coût économique annuel du stress au travail dépasserait les 20 milliards d’euros…
On peut tenter tout de même une distinction :
Le stress est ponctuel, là où le Burn Out est une réaction à un stress chronique.
Le Burn-Out trouve ses racines, en réponse à une quantité de facteurs stressants s’inscrivant dans la durée. Le burn-out serait une conséquence de réactions et un état psychologique et physiologique résultant de l’accumulation de stress quotidiens ayant usé l’individu.

Comment le reconnaître ? Le Burn Out concerne généralement des personnes fortement investies dans leur travail. Cela peut être des overarchievers, des hustlers, des personnes très ambitieuses et ayant sans cesse peur de l’échec et de ne pas être à la hauteur.
Le burn-out est donc un état d’épuisement psychologique (émotionnel), mais aussi cognitif (avec une perte de motivations et des difficultés de concentration) et physique (« coup de pompe »), qui se présente sous forme de symptômes traduisant une réaction de détresse à une situation de stress en milieu professionnel.

Ceci explique la fréquence de manifestations affectant le système cardiovasculaire (risque coronarien), la fonction sommeil, l’appareil musculo-squelettique (douleurs chroniques), la sphère affective (humeur dépressive, mauvaise estime de soi), les relations interpersonnelles (détachement, indifférence, irritabilité).
La perte de mémoire, la baisse de libido, des infections fréquentes (rhume, grippe….), des difficultés de concentration sont aussi des signaux possibles témoignant d’un Burn Out.

Les personnes en Burn Out ont souvent recours, en désespoir de cause, au café, voire aux anti-dépresseurs, aux somnifères ou stimulants, ou même à l’alcool ou aux drogues pour tenir le coup. Mais tout cela ne fait que soulager momentanément les symptômes, sans traiter les causes profondes à l’origine de la situation à risque.

Ces différentes informations (qui ne sont pas du tout exhaustives) peuvent vous permettre de déceler un burn out chez vous ou chez une personne de votre entourage. Et rien ne sert d’attendre qu’il soit trop tard pour se prendre en main et réagir, alors si vous vous sentez concernés par ce que j’ai écrit plus haut, il est peut être temps de consulter et de se faire aider.

ET LE YOGA
Je ne fais qu’enfoncer une porte ouverte si je vous dis que le yoga a des effets bénéfiques sur le corps et l’esprit.
Quelques rappels – même si cous savez déjà tout ça 😉
– Cette discipline permet de dénouer des tensions corporelles grâce à des pratiques posturales adaptées et des exercices de respiration (pranayama) à effectuer sous la guidance d’un professeur.
– Le yoga dénoue les tensions mentales et apaise les esprits surchargés de pensées parasites. La pratique physique et les exercices de respirations créent un état de conscience modifié, calment le mental et aident à se concentrer. Lorsque l’esprit « se tait » un peu, il est plus facile de faire le point et d’avancer.
– Le yoga est un formidable outil pour apprendre à se connaître, à découvrir et à comprendre son corps et les réactions qui se logent dans les différentes parties de celui-ci.
– Le yoga développe une écoute intérieure plus fine et permet ainsi d’anticiper ou de sentir assez tôt lorsque quelque chose se dérègle et perturbe l’équilibre global.
– Cette discipline aide à dépasser une période stressante ou un traumatisme émotionnel.
– Elle aide à prendre du recul et de la distance par rapport aux évènements.
– Le yoga redonne confiance en soi
– La pratique régulière nous donne un cap à tenir, un rythme, un ancrage… qui se ressent dans le quotidien.
…. etc….

Evidemment, pratiqué en entreprise et à plusieurs, le yoga crée des liens entre les salariés, fait tomber certaines barrières et apporte une meilleure ambiance, contribuant ainsi à rendre le milieu professionnel plus « cool ».

Mais attention, je ne dis pas que le yoga à lui seul permet de guérir un Burn Out. Une thérapie sera sans aucun doute un bon début et une réorientation professionnelle, probablement la solution…
Le yoga peut cependant être prescrit en même temps qu’un traitement médical et/ou psychologique. Le yoga ne guérit pas mais il peut aider à prévenir ce type de risque en entrant dans les entreprises ou en étant conseillé par un médecin qui décèlerait un mal-être chez un patient. Il peut aussi aider à se « remettre sur pieds » et à retrouver une confiance en soi perdue au moment de cette maladie – comme une nouvelle voie, une nouvelle vie d’avantage axée sur le bien-être et l’écoute intérieure.

Publicités

Une semaine en été

Un petit billet d’humeur, comme ça, rapido, en passant…

Cette année, mon été fut moins « mouvant » que l’année dernière. Alors qu’il y a un an – à la même époque, j’avais vu l’Ile de Paros en Grèce, l’Ile d’Oléron et Barcelone, cet été, je n’ai presque pas bougé de mon département yvelinois préféré ! Une escapade tourangelle de trois jours a constitué mon unique voyage de l’été. Vous le savez j’ai travaillé, j’ai préparé la rentrée dans le but de développer cette toute nouvelle activité de professeure de yoga. Et puis avec l’Inde qui date de février et mon planning de ces derniers mois un peu plus « souple » que ce que je connaissais jusqu’alors – dans le monde salarié – je n’ai pas ressenti le même besoin de prendre l’air qu’habituellement. Mon porte-monnaie non plus n’en avait pas vraiment le désir !

Je suis donc restée sagement en région parisienne pour donner des cours en plein air et prospecter afin de constituer une activité correcte pour la rentrée. D’ici quelques jours, je publierai mon planning. Pour ceux qui ne peuvent pas attendre, il est disponible sur mon site web professionnel.

Résultat de ce travail, je suis contente. J’ai un planning prévisionnel qui semble honorable pour une première année…. A condition que tous les cours se maintiennent – évidemment ! Je vais donc pouvoir dispenser des cours collectifs au sein de deux associations situées à côté de chez moi, mais aussi au sein d’une salle de sports. Les cours en entreprises se sont eux aussi étoffés et je continue de donner des cours à une petite poignée de clients particuliers. Sur le papier, tout cela semble idyllique et je savoure franchement chaque bonne nouvelle, chaque nouveau contact… Mais je garde les pieds sur terre, il faudra faire mes preuves et accompagner mes élèves sur le chemin du yoga de façon à ce qu’ils souhaitent poursuivre en ma compagnie… Remplir des cases sur un excel est facile ; Se dire que derrière il y a des gens qui attendent de découvrir une discipline, de s’enrichir, de progresser, d’évoluer… Ca c’est autre chose.

Et de façon très pragmatique, une case dans un tableau excel représente aussi un revenu ! Et oui !!! Point ultra important et sensible de cette démarche. Car même si j’ai tout quitté pour vivre ce qui me faisait vraiment envie, je ne perds pas de vue qu’on ne vit pas simplement en se nourrissant de passion… Non il faut y mettre des légumes aussi ! Mes indemnisations chômage arrivent à terme et il faudra que le reste suive pour continuer à vivre ce rêve !

Arrêtons de détailler les potentielles situations stressantes. Pour le moment, le planning est svelte, ni trop mince, ni trop dodu, il est de taille normale pour un début d’activité ! Et j’en suis TRES CONTENTE !!!

20150806_184909

Cet été fut aussi l’occasion pour moi de faire de jolies rencontres, en commençant par les élèves qui ont suivi les cours en plein air tout l’été. Une poignée de personnes enthousiastes, motivées et désireuses de se faire du bien en pratiquant le yoga au soleil, j’ai adoré donner ces cours !

J’ai aussi teaché en plein air pour le compte d’un C.E d’une société basée à côté de chez moi. Public différent mais tout aussi curieux et ravi à l’idée de découvrir une activité pendant leur pause déjeuner ! C’était stimulant de les retrouver chaque semaine.

J’ai fait LA rencontre de mon été : la fondatrice d’une association avec laquelle je travaillerai dès septembre. Véritable rencontre sincère, logique, naturelle. Au-delà du fait que nous allons collaborer, c’est une personne qui (je ne sais pas si elle lira cet article) me répond, qui est dans une énergie très similaire à la mienne et avec qui je vais – sans aucun doute – développer bien plus qu’une relation de travail !

Voilà pour ce billet d’humeur, ou d’étape, on peut le voir comme on veut. Cet été marque un tournant dans la construction de mon activité et annonce une année 2015-2016 plutôt réjouissante ! Je ne manquerai pas de vous donner des nouvelles de tous ces projets dans le courant de l’année.

Belle rentrée à vous !