J’ai testé pour vous… La série B Ashtanga

Hello,

je suis de retour pour vous raconter le dernier atelier yoga que j’ai suivi. Il s’agissait d’une introduction à la deuxième série Ashtanga proposée au Tigre Yoga Club. C’est l’excellentissime Patrick Frapeau qui était aux commandes ! Je vous vois venir, certains diront que j’en fais des caisses avec ce prof, mais prenez une fois un cours avec lui et si vous n’êtes pas contents, je m’engage à vous dédommager ! Sans blague !!!

Bref toujours est-il que le décors est posé…. Ha non j’oubliais, lorsque je suis ce type d’atelier, j’ai toujours peur de me retrouver avec des monstres qui arrivent à se nettoyer les oreilles avec leurs orteils…. En arrivant, je n’étais – à priori – pas déçue, puisque les participants à l’atelier avaient tous l’air de sortir d’une boite de contorsionnistes ! Heureusement pour moi, que ce soit vrai ou pas, j’ai tellement été prise par le contenu du cours que j’en ai très vite oublié de mater les autres tapis 😉

Le Tigre Yoga Club est un studio situé près du métro Iéna, assez classieux (SPA, petite restauration, massages…) qui propose des cours de yoga, pilates…. Je vous laisse visiter leur site ici.

Je vous avais aussi déjà parlé de l’Ashtanga. Discipline exigeante et immuable dans sa façon d’être pratiquée. Composée en séries, rassemblant des postures qui se pratiquent systématiquement dans le même ordre. On dit qu’une posture prépare à la suivante et ainsi de suite… On dit aussi que cet ordre permet au yogi de ne pas avoir à « réfléchir » à ce qui vient après et peut donc plus facilement se concentrer sur son alignement, voire entrer en méditation à mesure qu’il effectue les asanas. Tout cela est plutôt vrai. On dit aussi que c’est un peu difficile – plus difficile que les autres types de yoga – et que lorsqu’on connaît bien la ou les séries, cela favorise la pratique autonome (Mysore).

11303696_10153419622723690_1065066438_n       11271137_10153419622743690_205097230_n

11287306_10153419622293690_719861735_n

Je ne connais pas la première série par cœur. Ce n’est pas le yoga que je pratique habituellement. Par contre, toutes les postures de l’Ashtanga se retrouvent dans le vinyasa yoga. Je n’ai donc pas découvert réellement les asanas. Ce qui change, c’est la façon dont on les enchaine (il n’y a pas de « liant » entre les postures). Evidemment la difficulté des séries est crescendo. La seconde est donc plus difficile que la première. Patrick nous a expliqué que c’était la série de purification du système nerveux – série appelée également Nadi Shodana qui nettoie donc les canaux (Ida et Pingala essentiellement) énergétiques.

La chose que je reproche à cet atelier et que je reproche à chaque fois lorsque je prends un cours où on chante des mantras au départ…. PERSONNE , AUCUN PROF n’explique jamais ni ce qu’on chante, ni ce que cela signifie ! Du coup, personnellement, je me retrouve à baragouiner un truc incompréhensible dans lequel j’ai du mal à mettre une intention puisque JE NE SAIS PAS ce que je suis en train de dire ! Par pitié, si vous lisez ce blog et que vous êtes professeurs, ne laissez pas vos élèves sur le bord de la route des mantras…. Commencez par leur expliquer même en deux mots ce qu’ils signifient. Après ils feront ce qu’ils pourront pour répéter après vous mais au moins, un petit éclaircissement ce serait cool!

Nous avons donc travailler des postures en commençant par leur préparation. Nous nous sommes aidés de supports (murs, sangles, tapis….) et nous avons parfois travaillé à deux. Nous avons étudié Pasasana (le nœud), Shalabasana A, B, Bhekasana (la grenouille en français je crois), Dhanurasana (l’arc), Ushtrasana (le chameau), Kapotasana, Bakasana A et B (la grue), Bharadvajasana et Ardha Matsyendrasana (torsions), Eka Pada Shirsasana et Yoga Nidrasana….

nadi_sodhana_serie_page_1

C’était intense mais dosé. C’était surtout très intéressant de voir des postures avancées qu’on ne retrouve pas systématiquement lorsqu’on prend des cours collectifs. C’est ça qui – de plus en plus – me plait. Qu’on me propose des postures – que je ne parviens pas encore à prendre on est d’accord – qui me challengent, qui me questionnent et me font découvrir des chemins inconnus dans mon corps ou dans mon esprit.

Voilà ce que je peux dire de cet atelier. Je suis ravie de l’avoir suivi bien entendu et je suis contente de constater que ma pratique évolue, se modifie.

Publicités

Etre un bon yogi fait-il de moi une bonne personne ?

Cet article est motivé par une phrase que j’entends parfois de la part de mes proches : « tu es très énervée aujourd’hui, tu devrais faire plus de yoga ! » WTF???? Dans la tête de mes proches donc (je ne peux pas faire de généralités, je ne connais pas les proches de tout le monde), faire plus de yoga me rendrait meilleure, plus sympathique, moins énervée…

Je trouve cette remarque agaçante et drôle en même temps, car on peut se poser la question : Pratiquer beaucoup le yoga nous rendrait-il meilleur ?

Pour commencer, voyons quelles sont les qualités d’un bon yogi : bienveillance, écoute, patience, non-jugement, acceptation, tolérance, non-violence, douceur…. Ces quelques qualificatifs relèvent tous – pour moi – des qualités que le yogi se doit de développer en lui. Sont-elles innées ou faut-il les travailler, sur ce point là, nous ne sommes pas tous égaux ! Le yoga, par sa pratique et ses valeurs, tend à nous les « inculquer » et à les faire grandir en nous… Toute personne considérant le yoga comme un peu plus que de la simple gymnastique se confrontera à certains points de blocages physiques et mentaux lors de sa pratique. Elle entendra alors son professeur lui dire des choses comme : « prenez votre temps » ; « si ce n’est pas aujourd’hui, ce sera peut être demain » ; « soyez à l’écoute de votre corps, de vos sensations » ; « ne jugez pas votre posture, faites ce que vous avez compris » ; « recherchez une qualité de douceur dans le mouvement » ; « lâchez prise »….

Et même si lorsqu’on se trouve sur son tapis, on s’efforce d’appliquer ces conseils, qu’en est-il de ces valeurs en dehors du studio de yoga ? Est-ce que nous parvenons à garder un peu de tout cet apprentissage dès que la vie reprend son rythme normal (effréné) ! En tant que personne, est-ce qu’on parvient à cultiver les mêmes qualités que lorsqu’on porte sa tenue de yoga ??? Ou faut-il un legging pour être bienveillant (ce qui est certain, c’est qu’en legging, tu vannes un peu moins les autres sur le physique déjà 😉

Et prenons les choses dans l’autre sens. Une personne douée de toutes ces qualités est-elle un meilleur yogi ? Si je suis une personne douce et aimante, vais-je être un meilleur pratiquant ?

1384329256

Personnellement, j’ai parfois du mal à être bienveillante, à l’écoute, patiente et douce dans la vie de tous les jours. Je le suis – HEUREUSEMENT – mais je suis aussi agacée, intransigeante, énervée, rugueuse, pas super cool, fatiguée…. Et pourtant je pratique le yoga tous les jours !

Ce que j’ai remarqué depuis que je pratique, c’est que la nature profonde des gens finit toujours par s’exprimer sur le tapis. Une personne impatiente – même si elle fait tout pour prendre son temps – finira systématiquement par faire preuve d’empressement, d’impatience sur le tapis. A l’inverse, une personne très calme, le restera longtemps même dans les moments intenses ou difficiles. Heureusement qu’avec le temps, on comprend quels sont nos points forts et nos points faibles (je ne parle pas de qualités physiques, c’est encore autre chose). On s’y habitue et on fait avec, parfois en luttant contre et parfois en acceptant – ça dépend des jours.

Ce que je veux dire, finalement, c’est qu’il ne faut pas être trop dur avec soi-même lorsqu’on se rend compte qu’on est agacé ou impatient (quand le train est supprimé, lorsque la guichetière prend 1000 ans pour servir la personne avant vous, quand on attend 100 ans au resto pour avoir son plat….). Certaines situations nous rendent cyniques, caustiques, langues de putes – et alors ? Doit-on rougir et se pincer parce qu’on s’éloigne pendant quelques minutes de nos élans humanistes ? On a le droit d’avoir envie d’insulter les gens qui sont grossiers ou impolis, qui vous bousculent ou qui jettent des papiers à terre. L’exigence qu’on a envers soi, on peut l’avoir pour les autres aussi.

Alors c’est certain, ce n’est pas très « YOGI » comme attitude mais être yogi ne signifie pas être parfait. Etre un bon yogi c’est aussi faire avec ce qu’on est et manœuvrer avec nos qualités et nos défauts – sur le tapis ou dans la vie de tous les jours !  

 

 

Portraits yoga…. Eric et Caroline

Aujourd’hui, c’est le retour du portrait yoga ! Je suis très heureuse de vous présenter non pas 1 mais 2 yogis rencontrés en Inde et avec qui j’ai passé une excellente semaine lors de la retraite organisée par CasaYoga.

Je vous laisse en leur compagnie 🙂

Pouvez-vous vous présenter en quelques mots (prénom, âge, profession…) ?
Eric, 44 ans, journaliste, marié, 2 enfants
Caroline, 42 ans, je travaille pour plusieurs chaînes de télévision jeunesse en tant que directrice des antennes. Je suis en couple avec Eric et j’ai 2 enfants.

Depuis combien de temps faites-vous du yoga et pour quelle(s) raison(s) avoir commencé ?
ERIC : Je m’y étais déjà un peu intéressé à l’âge de 18 ou 20 ans, mais j’ai vraiment débuté il y a environ deux ans, deux ans et demi. Ca s’est fait un peu par hasard, à la salle de sports où je suis inscrit : après une heure de renforcement musculaire particulièrement exténuante, le cours suivant était un cours de yoga. J’étais épuisé, en nage, mais la prof m’a dit que c’était une forme de yoga plutôt cool (yin ?). J’ai essayé, ça m’a plu et j’ai poursuivi jusqu’au jour où elle a été remplacée par une autre prof qui, elle, m’a fait découvrir le vinyasa.
CAROLINE : J’ai fait du yoga pour la première fois il y a 13 ans, mais à l’époque je n’ai pas accroché. Je m’y suis remise il y a un an et demi environ, et j’ai enfin compris ce que le yoga pouvait m’apporter, la connexion du corps et de l’esprit, une pratique spirituelle, une manière d’envisager la vie.

Où pratiquez-vous ? Quel(s) styles de yoga ?
ERIC : Je pratique à la salle de sports, principalement du vinyasa l’an dernier car la prof, Enora, était vraiment géniale. Avec le vinyasa, je ne faisais pas d’autre activité avant : j’arrivais juste pour les 90 minutes de cours et ça me suffisait largement. Après quelques séances j’étais accro, mais malheureusement Enora est partie à l’autre bout du monde et son cours n’est plus assuré… Du coup je fais du yoga tranquille, comme une forme de stretching après avoir couru, mais je vais essayer de trouver d’autres cours de vinyasa.
CAROLINE : Je pratique le yoga vinyasa au studio CasaYoga crée par Delphine Denis. Mon premier cours avec elle fut une révélation, j’ai tout de suite adhéré à sa pédagogie. Sa bienveillance et son exigence m’ont beaucoup fait progresser.

Qu’est-ce qui vous plaît dans le yoga ? Qu’est-ce qui vous challenge ?
ERIC : J’adore le vinyasa car c’est ultra complet. On fait travailler l’ensemble du corps avec des mouvements à la fois amples et toniques, parfois exigeants mais toujours en douceur grâce à la respiration. J’ai tout de suite aimé le côté ludique des différentes postures, notamment la série de mouvements dans la salutation au soleil, et bien sûr le challenge d’arriver à faire des trucs que je pensais réservés aux gymnastes de 12 ans, moi qui était à peu près aussi souple qu’un bâton ! J’aime aussi le fait de partager cette activité avec Caroline, même si on n’en fait que rarement ensemble.
CAROLINE : Chacun peut trouver sa place dans la pratique du yoga et peut y prendre ce dont il a besoin. Le yoga me permet avant tout de me centrer, c’est un travail d’acceptation et d’ouverture : à soi, aux autres, à la vie. J’aime l’énergie et les sensations subtiles que ça me procure. J’aime sentir que je progresse dans ma pratique et qu’à chaque fois je peux aller un peu plus loin dans la posture et dans la compréhension de ce que je vis ici et maintenant. Le yoga me permet de me dépasser en douceur, en me respectant et d’être moi-même.

IMG_2127   IMG_2570

Est-ce que l’enseignement que vous suivez a des influences sur votre façon de vivre ?
ERIC : Je ne sais pas si c’est l’enseignement du yoga en soi, mais il est clair que d’une manière générale on se sent mieux après une activité physique. Le yoga m’apporte une souplesse, une relaxation et un dynamisme que j’apprécie après une séance de course à pied, par exemple. J’aime aussi ce sentiment de pouvoir « dialoguer » avec toutes les parties du corps et de « respirer » par le dos, les bras, etc. C’est plus original que par la bouche et le nez !
CAROLINE : Parallèlement je suis une formation en Gestalt thérapie, une thérapie centrée sur la transformation et la conscience de ce qui se passe dans l’ici et maintenant. Ma façon d’envisager la vie évolue et ma pratique du yoga aussi. C’est un tout, et de manière naturelle j’en suis venue aussi à changer mon alimentation. Je prends goût à prendre soin de moi 😉

Pouvez-vous raconter un souvenir fort, une anecdote ou une expérience lié(e)s au yoga ?
ERIC : Un souvenir fort : ma première position sur la tête (coudes au sol, je ne sais jamais comment elle s’appelle), guidé par Enora (encore elle !). Au début contre un mur, par sécurité, puis très vite sans rien. Ca m’a paru tellement facile que je n’en revenais pas ! Ce n’est pas une question de force, juste d’équilibre, de volonté et de dialogue avec son corps. Il faut savoir parler calmement à son dos pour qu’il reste bien droit, trouver les mots justes pour que les pieds remontent petit à petit, etc. Et ça vient tout seul ! Une expérience récente : la découverte de l’Inde (ou plutôt d’une infime partie de l’Inde !), lors d’un stage de yoga avec Caroline, organisé par le studio où elle est inscrite (CasaYoga). C’est un pays fascinant et ça fait un mois que je ne pense qu’à y retourner dès que possible…
CAROLINE : Nous sommes partis en Inde, Eric et moi, faire une retraite de yoga avec Delphine et le studio CasaYoga. J’ai adoré pratiquer le yoga quotidiennement et en plus dans un cadre magnifique en pleine nature avec le chant des oiseaux. J’ai pris conscience de l’importance que le yoga prenait dans ma vie et du bien-être que ça me procure. C’était aussi la première fois que je faisais du yoga avec Eric et c’était chouette de partager en couple cette expérience.

Un dernier mot pour la route ?
ERIC : Namaste !
CAROLINE : Partir en Inde a été une incroyable expérience, j’ai adoré la culture indienne. Ca m’a donné très envie de découvrir d’autres styles de yoga.

En novembre j’ai…

Arrêté de travailler…. Enfin pas totalement :

IMG_20141128_152456 IMG_20141128_152410

Pris des cours de yoga, de plus en plus et pratiqué à la maison :

IMG_20141108_170456 IMG_20141114_094832

Pu suivre un atelier sur les alignements (Casa Yoga) et un sur les équilibres (Le Tigre Yoga club) :

IMG_20141128_151648 IMG_20141128_151611

Mangé et cuisiné, pas forcément dans ce sens d’ailleurs :

IMG_20141120_201606 IMG_20141127_140008

Commencé à suivre une formation en anatomie :

IMG_20141128_151547 IMG_20141128_151523

Vu un concert que j’attendais depuis lOOOOOOngtemps et des expos :

IMG_20141116_090851 IMG_20141112_192430

Shoppé des petites choses pour Noël, profité de mon chez-moi, été au ciné voir Respire le dernier film de Mélanie Laurent (que je conseille), vu des spectacles….

 

Et vous, en novembre, c’était quoi le programme ??