Prendre des notes de yoga

Vous savez, je fais partie de ces filles qui ont toujours eu un carnet ou un journal intime – on peut appeler cela comme on veut… Dans lequel j’écris mes impressions, des souvenirs, ce que je pense de telle ou telle relation, j’y note des projets, des idées… mais aussi des conneries et j’y gribouille des petits trucs (cœurs, soleils, bonhomme qui fait un sourire ou un clin d’œil….) Ce genre de choses ! Mais comme beaucoup d’autres filles (je l’espère), je ne tiens pas longtemps, je ne suis pas très appliquée et très assidue. Je ne pense pas systématiquement à sortir mon carnet pour y noter ma journée. Et du coup j’ai tout un tas de calepins et autres cahiers d’école entamés et inachevés. C’EST MAL !

Depuis cet automne et le début de cette aventure professionnalisante yogi-esque, j’ai souhaité me doter des trois carnets de yoga. J’en avais déjà un – sur les trois – que j’avais transporté avec moi jusqu’en Grèce et qui a également fait le voyage jusqu’en Inde en février. C’est mon carnet de « retraite/stage ». J’y note ce que je fais pendant mes journées de retraite yoga ou pendant les stages ou les ateliers que je suis. Je tente de me souvenir de la séquence réalisée, de certaines postures réussies ou non, des émotions ressenties, de l’état d’esprit dans lequel je me trouvais. Je me note des remarques ou des idées à garder en fonction du contenu du cours. J’y écris aussi ce que j’ai fait dans la journée (lorsque j’étais en Grèce ou en Inde par exemple) afin de voir si certaines activités influent sur ma fatigabilité ou mon humeur…. C’est un carnet chronologique écrit au stylo bille bleu et assez bien ordonné. Comme j’ai le temps de me poser dessus pour écrire, il est très propre car j’ai le temps de réfléchir à ce que je veux y mettre, à ce que je veux garder.

IMG_20150410_145308

Mon deuxième carnet est bien plus épais et servira pendant ma formation « Gérard Arnaud ». Je souhaite y noter ce que je vais apprendre pendant ces jours de formation. A priori, nous n’avons pas le droit de prendre des notes pendant les cours (à vérifier) mais je compte bien faire marcher ma mémoire pour retranscrire ce que j’aurais retenu dès qu’un moment libre se présentera. Pour l’instant, ce carnet ne prend pas la poussière – bien au contraire. Il me sert de bloc-notes pour tout ce qui touche à la création de mon statut d’auto-entrepreneur (je vous ferai un article là-dessus prochainement car c’est une vraie joie d’avoir à faire à l’administration française). J’y note les questions relatives à mes indemnisations Pôle emploi, à ce qui va évoluer lorsque j’aurais changé de statut, à mes déclarations, à la fiscalité…. Du bonheur je vous dis. Bref, je compile là dedans et lorsque j’arrive à avoir un conseiller (n’importe qui en fait) en ligne ou en face à face, je sors l’objet et décoche mes questions comme une furie ! Dans le lot, j’obtiens deux ou trois réponses valables à chaque fois que je m’empresse de noter dans ce calepin pour ne rien oublier et m’y référer en cas de doute. J’utilise un crayon à papier et prends mon carnet à l’envers (en commençant par la fin) pour ce qui est relatif au statut et tout ça….

Le dernier carnet est celui dans lequel je note des idées de séquences. Pour moi la plupart du temps mais – depuis peu- pour les cours que je commence à donner. Construites à partir de bribes de cours ou autour d’un thème, j’écris les enchaînements, les variations, les possibilités et je dessine des bonhommes bâtons pour visualiser les postures. Je tiens beaucoup à ce carnet, j’ai presque un attachement émotionnel (on se comprend) car j’y laisse des bouts de choses que j’ai aimé faire en cours ou que j’aimerais approfondir, comprendre ou encore transmettre. Je fais appel à une mémoire corporelle pour écrire les séquences, je me rappelle de sensations physiques, de postures confortables ou inconfortables… Parfois je me remémore le geste, l’étirement, la contraction, le relâchement, la douleur aussi… C’est presque comme si c’était mon corps qui laissait une partie de lui dans ce carnet et c’est pour cela qu’il est si important, car je n’y note que ce que j’ai déjà expérimenté, comment pourrait-il en être autrement ?…

Je ne sais pas si tout le monde fonctionne comme cela, ce n’est pas très important au fond. Je ne sais pas non plus si c’est ma formation littéraire qui me pousse à écrire, à laisser des traces ou encore mon côté fi-fille qui a besoin d’extérioriser les émotions, ou bien encore la peur d’un Alzheimer précoce ou du syndrome de l’imposteur… Bref, je n’en sais rien du tout mais ces trois carnets répondent à un besoin chez moi et ils me rassurent.

Et vous, vous allez bien??? 😉 Vous écrivez aussi ???

Publicités

Edit…. Retreat pictures

Comme promis après de nombreuses semaines d’attente insoutenable… Si, si je le sais 😉 Voici quelques images de la retraite yoga en Grèce, sur l’île de Paros.

Je vous racontais ici, ici ou encore ici cette fabuleuse retraite organisée par Yoga Escape – leur site internet ici.
Alors avant de vous laisser avec ces quelques images, je voulais remercier Marion, Franck et la team : Catherine, Emy, Ana, Jenyfer, Séverine, Florence, Julian, Franck n°2, Cyril, Catherine (my english bidou), Karine.

paros1 paros2

paros3 paros6

paros4 paros21paros15

paros5 paros7

paros8 paros9

paros10 paros11

paros12 paros13

paros14 paros16

paros17 paros18

paros19 paros20

paros23 paros24

 

Les photos ont été prises par Franck Jéglot lors des cours que nous donnait Marion Souléliac. Tous droits réservés.

La Grèce 3/3 – Bilan perso

=> Je n’ai pas encore récupéré les photos de cette retraite…. Mais promis dès que je les ai, je vous les montre !!

Donc aujourd’hui on attaque la dernière partie de mon bilan de la retraite yoga que j’ai effectuée mi-juillet… C’est la dernière partie et certainement la plus difficile à rédiger. J’ai commencé en vous mettant l’eau à la bouche avec de jolies photos puis je vous ai retranscris le programme de la semaine en restant la plus objective et précise possible… Maintenant il faut se mouiller un peu, donner « sa version des faits » et parler du ressenti, pas évident. Il est parfois assez difficile de partager des expériences, de les raconter à des gens qui n’étaient pas là et d’autre part, les sentiments éprouvés, les évolutions, les changements sont intériorisés, il n’est pas du tout facile de faire passer cela et encore moins par écrit. Alors par avance excusez-moi si je vous semble confuse ou embrouillée, je ne sais pas moi-même comment dire ce qui s’est passé en moi durant ce séjour…. Je me lance tout de même !

Le postulat de départ :
1 semaine sur l’île de Paros en Grèce dans un hôtel super chouette pour pratiquer du vinyasa flow yoga. Stage ouvert à tous à raison de 2h de pratique le matin et 2h le soir. Au milieu, chacun est libre de faire ce qui lui plaît.

La prof* :
Premier contact privilégié à l’aéroport (en attendant notre vol) je me rends compte que Marion Souléliac* (c’est son nom) m’inspire beaucoup de choses. Une grande sympathie pour commencer et ça c’est cool, de la confiance aussi, de la douceur (elle voyage en famille) et un je ne sais quoi de coolitude très à propos car je vous rappelle que je suis aussi en vacances ! Elle me questionne sur « mes antécédents » yoga, sur ce qui m’amène à faire ce stage…On papote 5 min et je me sens proche d’elle pour diverses raisons liées au feeling, c’est une rencontre, mais aussi à l’âge, Marion à 30 ans (j’en ai 28), à ce qu’elle dégage de sérénité aussi… Voilà on commence à s’embrouiller !!!
Bon, première réunion de « la team » (j’appellerai les stagiaires la team), premier tour de table, présentations, explications rapides du déroulement de la semaine, conseils, Marion passe en revue chacun d’entre nous, essaies de retenir nos prénoms (on est 12) et nous questionne sur nos « niveaux yoga », nos habitudes de pratique, nos blessures éventuelles, nos attentes aussi…. Elle me plaît décidément beaucoup. Elle est gentille et déjà très à l’écoute.
Marion s’est révélée être une EXCELLENTE prof. Après avoir suivi de nombreux cours avec différents profs, je crois pouvoir faire le distinguo entre un bon et un moins bon mauvais prof.
Hyper attentive, pédagogue, concise et claire dans ses explications, ses directives, ses ajustements, ses conseils, je prends énormément de plaisir pendant les classes. Elle se lève tôt pour pratiquer seule puis nous accueille avec le sourire, un mot gentil pour tout le monde et hop dans la joie on est parti pour 2h de yoga.
Elle montre, explique, corrige, passe auprès de tous pour ajuster, préciser, réexpliquer (ce qu’on attend tous de notre prof de yoga en vrai mais qui n’arrive pas si souvent).
Je ne suis pas la seule à la trouver chouette, débutants et un peu plus confirmés s’accordent pour dire qu’elle est super, qu’elle prend le temps, qu’on comprend bien et que grâce à elle on progresse !
On dit ça quand elle n’est pas là, on n’est pas de fayots non plus 😉

Les cours
Encore un point que j’attribue à Marion. Ok c’est son job mais tout de même…. Les séquences étaient ULTRA bien pensées les unes par rapport aux autres. Chaque séquence préparait celle à venir et chaque séquence répondait et permettait d’intégrer celle qu’on avait fait précédemment. Je me suis surprise à penser que je trouvais son approche et l’articulation de ses cours très fines, très subtiles. Nos corps (le mien tout du moins) se renforçaient, s’assouplissaient, se détendaient de classe en classe. On pouvait intégrer un mouvement, un ajustement, un détail de façon très évidente grâce à l’enchaînement des séquences.
Comme je vous l’expliquait dans le 2/3, on travaillait par zone, en nous concentrant sur un ou deux chakras et en développant une pratique afférente. Du coup à la fin de la séquence on ressentait les effets de la pratique sur la zone en question, c’était très intense aussi puisque concentré.

Les autres / la team
Ouvert à tous, ce stage était donc l’occasion de pratiquer avec des débutants et des moins débutants… Dans les faits, il n’y avait pas de pratiquant confirmé. La plus grande partie des stagiaires étaient novices, l’autre partie pratiquait depuis 2 ou 3 ans maxi… Qui peut le plus peut le moins me dit Marion le premier jour et c’est tout à fait ce qui s’est passé. Mais je me suis aussi rendue compte que ceux qui partaient du début ont assez vite pris confiance et « rattrapé » les autres. A la fin du stage, chacun avec ses capacités, ses limites, ont a tous énormément appris et progressé.
Moyenne d’âge de 35 ans et essentiellement féminine, la team était composée de personnes venant d’horizons variés (plusieurs suisses, une sud-africaine, un allemand, des français, des parisiens (si Paris est un Pays)) qui partageaient tous l’envie de découvrir ou d’approfondir une pratique yoga. A partir de cela, on s’est tous très bien entendu, nous discutions énormément, nous partagions au sujet du yoga mais pas que… Et puis on faisait certaines excursions ensemble, c’était le côté très sympa aussi de pouvoir sortir en petit groupe de l’hôtel pour profiter de l’île.

Le challenge physique
4h de yoga par jour pendant 5 jours. Moi au départ : « Ouai on pourrait peut être en faire plus par jour…. » / Moi le mercredi : « je suis claquée, vite mon lit ! » C’est un peu caricaturale, car finalement le corps supporte plutôt très bien l’effort physique même en plein soleil. La fatigue se faisait sentir évidemment surtout lorsque le réveil sonnait à 7h30. Les après-midis pour le dire clairement, presque tous, nous dormions sur des transats pour récupérer. Cependant je pensais que le corps accuserait plus le coup et notamment à cause de la chaleur. Le corps humain est exceptionnel et s’adapte assez vite à des températures plus élevées, à une pratique plus fréquente. Il dose l’effort et se ménage entre les classes… Intelligent n’est-ce pas ?
Je crois avoir progressé, compris certaines choses, amélioré ma pratique à différents niveaux. Sur le plan physique je me sentais plus forte dans mes bras, mes jambes, un peu plus souple aussi…

Le challenge mental
Après je ne vous cache pas que certaines séquences ont été plus difficiles pour moi. Les étirements sont toujours redoutés…
J’ai tout de même une qualité – je le crois en tout cas – je ne lâche pas facilement, je ne me dégonfle pas et je fait preuve de persévérance. Ainsi lorsqu’une posture est difficile ou un étirement un peu plus douloureux, je respire, je réajuste mais je ne lâche pas ! Si je perds l’équilibre, je me replace, si j’ai mal, je souffle…
Un aveu : mercredi pendant la séquence du matin (twists et ouverture de hanches) j’ai craqué, complètement. Il m’a fallu quitter la classe pour aller me calmer plus loin (ici comprendre dans les toilettes). J’étais désorientée et je comprenais mal ce qu’il se passait puisque cela ne m’était jamais arrivé.
Dans ma famille on préconise de se calmer d’abord, de « s’asseoir » sur ce qui ne va pas et de reprendre le problème BIEN plus tard. C’est ce que j’ai fait. Une fois calmée je suis revenue sur mon tapis pour continuer.
A la fin du cours, toujours fragilisée, je discute avec Marion et comprends qu’il ne faut pas résister, se battre contre ça, accepter. « C’est normal » me dit-elle « et c’est bien que ça se passe maintenant ».
Je comprends que pour certaines femmes, travailler le chakra Svadhisthana (bas-ventre, élément eau, le symbole de la mère) est particulièrement difficile. Visiblement pour moi c’est le cas.
Il n’y a pas de solution si ce n’est recommencer et Marion me conseille de NE PAS FUIR le travail sur cette zone.
On verra bien.

Bon ben voilà, je crois avoir fait le tour de ce bilan perso. Il y a certainement de nombreuses choses dont je n’ai pas parlé ici mais c’est difficile d’être exhaustif. Alors si vous avez des questions plutôt, n’hésitez pas dans les commentaires, c’est avec plaisir que je répondrai.

* Marion Souléliac n’a pas encore de site web mais vous pouvez la retrouver notamment au Tigre-Yoga à Paris.

La Grèce 2/3 – yoga retreat

Voici le programme que nous avons tous reçu avant de partir en Grèce pour le stage de Yoga.
Je reprécise que je suis partie avec Yoga Escape, spécialisé dans l’organisation de séjours yoga dans le monde entier.

Programme de Vinyasa Yoga sur 5 jours

Le programme de yoga pour cette retraite est très complet et mêle du vinyasa flow (pratique dynamique) le matin et une pratique plus lente, souvent au sol, parfois de yin yoga, le soir.
Marion Souléliac, professeur de ce stage a aussi axé son enseignement autour des chakras. Nous avons travaillé un ou deux chakras par jour en fonction du programme et de la « zone » de positionnement du chakra dans le corps.

Le travail postural ést accompagné d’exercices de purification (kriyas) et d’exercices de respiration (pranayama). A chaque journée de pratique son thème dédié.

Les cours avaient lieu le matin de 08h00 à 10h00 et le soir de 17h30 à 19h30

Jour 1 matin : Apprentissage kriyas, Vinyasa Flow (dynamique) avec pour thème les salutations au soleil et variation guerrier
Jour 1 soir : Exercices de respiration (pranayama), Vinyasa flow sur les variations autour de la salutation et mantra de Ganesh
=> Chakra MULADHARA – le chakra racine situé au niveau du périnée
FOCUS : les kriyas sont des exercices de nettoyage qui se font poumons vides en contractant son ventre et en rapprochant son nombril de sa colonne le plus possible. Comme ici – attention, là il y a un sacré entraînement, au départ ça ne ressemble pas du tout à la vidéo !

Jour 2 matin : kriyas, Vinyasa flow avec pour thème les équilibres
Jour 2 soir : Pratique lente avec pour thème les équilibres, méditation « so ham », postures yin et chant « EU », yoga nidra
=> Chakra MULADHARA – le chakra racine situé au niveau du périnée
FOCUS : on a travaillé des postures comme l’Arbre ou encore Garudasana (l’aigle), Virabhadrasana 3 (le guerrier 3)

Jour 3 matin : kriyas, pranayama, Vinyasa flow avec pour thème les torsions et ouverture des hanches, chant « OU »
Jour 3 soir : Pranayama, pratique lente avec pour thème l’ouverture des hanches, chant « O », yoga nidra
=> Chakra SVADHISHTHANA – le chakra sacré situé sous le nombril
=> Chakra MANIPURA – le chakra du plexus solaire situé au dessus du nombril
FOCUS : les postures vues lors de cette séquence sont Bharadvajasana I twist ou Gomukhasana ou le triangle twisté

Jour 4 matin : kriyas, les flexions arrières, chant « A »
Jour 4 soir : Pranayama, pratique lente avec pour thème l’ouverture du cœur, mantra « GATE GATE PARASOME GATE BODHI SWAHA »
=> Chakra ANAHATA – le chakra du cœur
=> Chakra VISHUDDHA – le chakra de la gorge
FOCUS : Dhanurasana, le chameau, Urdhva dhanurasana (le pont)

Jour 5 matin : kriyas, exercices de respiration, Vinyasa flow sur le thème des inversions, chants « I » et « SI »
Jour 5 soir : Accro Yoga, inversions et pratique lente – chant du mantra Gayatri
=> Chakra AJNA – le chakra du troisième œil situé entre les deux yeux, sur le front
=> Chakra SAHASRARA – le Chakra couronne situé au dessus de nous (qui englobe tous les autres et qui s’éveillent lorsque les autres le sont aussi. On dit qu’on passe toute notre vie à essayer d’éveiller SAHASRARA).
FOCUS : Bakasana (la grue), la chandelle, le tripode, Sirsasana

 

Voilà pour le programme, je reviens dans un 3/3 pour vous parler de mon bilan à moi, avec mon expérience et mon ressenti durant ce séjour (et avec quelques photos prises pendant les cours si je les ai d’ici là).

Je ferai aussi un post spécifique sur les chakras car il y a beaucoup à dire….

Posez-moi des questions si vous souhaitez que j’aborde un point en particulier.

Le site de Yoga Escape est ici