Précision vinyasa

Depuis le début d’année, j’ai été assez souvent questionnée sur la « rapidité », le rythme des cours vinyasa.
La peur des élèves est de ne pas pouvoir suivre le tempo du cours ainsi que les enchainements de postures. Mais bien souvent à la fin de leur premier ou deuxième cours, ils reviennent me voir pour me signifier leur étonnement quant au rythme de la classe. Certains sont agréablement surpris d’avoir pu suivre sans trop de problème, d’autres sont même un peu déçus que le rythme ne soit pas plus soutenu. Ils s’attendaient à quelque chose de plus « physique », de plus « cardio ».
Ces conversations sont toujours intéressantes car elles relèvent les idées préconçues et les préjugés qui sont véhiculés dans le vinyasa yoga.
Souvent on imagine un yoga très puissant et très rapide, comme une sorte de chorégraphie connue par cœur par tous les participants, qui ne laisse pas de place aux temps de pause ou aux explications, aux ajustements.

Alors depuis le temps que je pratique ce yoga, je peux dire que ceci est une vision erronée et très loin de la réalité. Je prends des cours d’ashtanga à présent mais je continue de pratiquer le vinyasa pour moi-même et les cours que je dispense sont des cours de vinyasa. J’ai rencontré aussi beaucoup de professeurs différents avec chacun leur façon d’enseigner. Et jamais je n’ai eu l’impression d’un cours où la rythme s’emballait. Parfois oui, certaines classes sont plus soutenues que d’autres mais c’est plutôt une question de postures proposées que de rapidité d’enchainement – je crois.
Le vinyasa, même s’il s’agit d’une pratique dite « dynamique », n’est pas un yoga brouillon dans lequel le corps est dans les ajustements/ alignements est oublié. AU CONTRAIRE.
Car afin de créer de la fluidité et des enchainements dans les transitions, il FAUT pouvoir s’ajuster et s’aligner de manière précise et correcte – c’est juste LA BASE.
Donc il n’est pas étonnant – et surtout dans les cours débutants – de faire des pauses et des focus sur certaines postures afin d’en vérifier le placement. On peut parfois intégrer des krama – qui sont des « éducatifs » pour aller vers une posture intermédiaire ou avancée. Pendant ces temps, le rythme du cours se suspend légèrement mais l’état de yoga reste, la concentration est forte et l’attention est dédiée à l’apprentissage de/des posture/s.

yogavinyasa

Le yoga vinyasa n’est pas une course vers la transpiration ou vers l’entrainement cardiovasculaire. Le yoga vinyasa est un enchainement entre des asanas qui se cale sur le rythme de la respiration. Sur une inspiration un mouvement, sur une expiration un autre mouvement. Et si on prend le temps de ralentir sa respiration, les mouvements se font de façon plus lente et plus gracieuse, sans effort – ou presque.

Si c’est un yoga qui vous fait peur, que vous n’avez jamais essayé par crainte d’être « largué », faites-vous confiance et testez, vous serez surpris – croyez-moi !

Publicités

Se mettre en colère

Alors voilà, depuis que je pratique le yoga, certaines personnes s’accordent à penser que je suis plus calme qu’avant, plus posée, plus sereine. Evidemment pour pouvoir comparer, il faut me fréquenter depuis plus de 4 ans… Mes meilleurs témoins sont sans aucun doute les membres de ma famille, ceux qui ne sont pas braqués sur le mode repeat « le yoga c’est un truc pour les gens perchés »…. OK, une fois qu’on a trié, il ne reste plus énormément de proches capables d’émettre une opinion sur le avant/après yoga !

Peu importe, je crois être encore un suffisamment objective pour avoir un avis sur la question. Je trouve effectivement que la pratique régulière du yoga et l’intégration de certains principes liés à cette « discipline » influent sur mon comportement et mon état d’esprit. Je ne sais pas si on peut vraiment dire que la pratique me rend plus calme mais il est évident qu’elle me permet de ressentir et de vivre les choses différemment.

Un jour on m’a dit une phrase qui depuis me revient souvent à l’esprit  – et qui est même parfois mon intention au moment d’un cours : On ne peut pas prévoir la réaction des gens mais on peut influer sur notre façon de la recevoir. En d’autres termes, peu importe que les gens s’énervent ou ne te comprennent pas, tu as le pouvoir de décider et de faire en sorte que cela n’ai pas d’emprise sur toi. Tu as la possibilité de prendre de la distance vis à vis des réactions d’autrui et des tiennes et de raisonner afin de tempérer les emportements. Je vois cela comme un exercice pour économiser mon énergie pour ensuite la redistribuer sur quelque chose qui en vaille la peine…

acf370bb

Cependant, à bien y réfléchir, ce n’est pas si simple de ne pas se mettre en colère, de rester cool et sereine tous les jours, devant toutes les situations. La fatigue, le stress, les changements… sont autant de facteurs qui jouent et influent sur notre moral et notre capacité à résister aux évènements.

Quand quelque chose ne tourne pas rond ou que la vie se charge de me rappeler que rien ou presque rien ne se passera comme je l’avais imaginé (un job qui tombe à l’eau, une méchante personne croisée le matin et qui gâche ma journée, un ex qui rappelle, une panne, l’ordi qui plante, la batterie HS, le nez qui coule – ouai je sais j’ai d’énormes problèmes….) je me dis toujours : Est-ce que cela mérite que tu passes ton énergie là-dedans ??? 99% du temps, la réponse est NON…. Quel intérêt de s’énerver parce qu’on a le nez qui coule???!!!! 1/ ça n’arrange rien, 2/ ça donne mal à la tête….

Mais la vie serait trop belle s’il suffisait de pouvoir regarder une situation avec distance et objectivité et être suffisamment mature pour décider de laisser-couler!!! Et puis récemment je me suis rendue compte d’une chose, à force de ne jamais ou si peu souvent me mettre en colère, certaines personnes ont tendance à abuser de ma « bonne humeur », de ma compréhension… Les gens qui ne se mettent jamais en colère se font-ils marcher sur les pieds plus que les autres ? Le fait de râler est-il l’assurance de pouvoir obtenir gain de cause dans certaines situations ? Ou d’être tranquille ???

Un exemple très (trop) perso : Il y a peu, un ex qui m’a jetée de façon peu subtile me contacte pour qu’on se voit (pas pour discuter bien entendu), je n’ai pas répondu…. Quelques semaines plus tard il me recontacte avec la même proposition…. Toujours pas de réponse de mon côté (à ce stade je pensais que c’était clair et que je n’aurais plus de nouvelles). Moi je me dis, « ne réponds pas, il va se lasser et de toute façon tu as mieux à faire qu’à perdre ton énergie sans cette conversation inutile » (oui je me parle souvent). Et là je reçois un dernier message visant apparemment à excuser les deux premiers !!! A ce moment là, cela faisait longtemps que je n’avais pas ressenti une telle colère. J’ai donc décroché mon téléphone pour mettre les choses au clair… Je pense que toute mon énergie de la journée est passée dans ce coup de fil car après cela je me sentais épuisée, vidée. Sans aucun doute mon message a été entendu, je n’ai plus reçu de sms depuis mais il a fallu que je n’énerve vraiment alors que mon attitude de laisser-couler du départ me semblait être plus appropriée….

Je crois qu’il faut le plus possible lutter contre cette colère latente qu’il y a en chacun de nous. Nous sommes par nature anxieux, stressés et il faut essayer tant que faire se peux de maintenir la « jauge énervement » au plus bas afin de se préserver, de ne pas se polluer inutilement et de vivre vieux 😉

Mais il y a malgré tout des gens qui ne comprennent le discours que lorsqu’on hausse le ton, pour ceux-là malheureusement je n’ai pas de solution si ce n’est de vous en éloigner le plus possible !!

 

J’avais envie de partager cela avec vous, non pas pour me dévoiler mais pour accepter que malgré tous nos efforts, il y a des situations contre lesquelles on ne peut rien faire !