Règle n°1, ne jamais fréquenter une yogini ;)

Souvenez-vous, il y a peu de temps, je rédigeais un article sur les bonnes raisons de fréquenter une pratiquante du yoga. Juste ici, pour ceux qui veulent se rafraîchir la mémoire 😉
Parmi ces raisons, certaines sont très connues (partie visible de l’iceberg) et d’autres un peu cachées, qu’on découvre lorsqu’on passe du temps avec une yogini.

Aujourd’hui, afin d’être toujours dans l’objectivité (vous me connaissez un peu maintenant ;p ), je propose de dresser la liste des gros défauts à sortir avec une femme yogi…

Le premier problème : le régime alimentaire
Assez souvent les yoginis sont végétariennes. Nous ne mangeons ni viande, ni poisson, ni produit fabriqué à partir de chair animale. Ce n’est pas le cas pour toutes, mais c’est fréquent. Du coup, adieu resto de viandes et barbecue entre potes ; bye bye les sushis en livraison et les pizzas cow boy ; hasta la vista plateaux de fruits de mer et hamburgers « faits maison » ; adios sandwichs au pâté et charcuterie à l’apéro….
A la place, vous trouverez des bâtonnets de concombre et du houmous ; des tartes aux légumes et des makis fromage/avocat ; vous chercherez les restos vegan où le tofu est à la carte ; vous apprendrez à aimer la spiruline, le seitan et les panés de lupin…
Et attendez, je ne vous parle pas de celles qui sont vegan (sans miel, sans lait, sans œufs) ou de celles qui ne mangent pas de gluten (pas de blé)…. Un bonheur à vivre au quotidien 😉
Problème 1, petit b : elles essayent de cuisiner
Afin de se préparer des repas qui leur conviennent, les pratiquantes de yoga cuisinent… Mais bon, la cuisine c’est comme le reste, parfois on est doué et parfois un peu moins…. :/

Deuxième problème : les horaires de lever et de coucher
Généralement nous nous levons de bonne heure afin de pratiquer le yoga le matin avant tout le reste de la journée. Cet horaire est variable en fonction des unes et des autres mais c’est souvent tôt (vers 6h/7h du matin). Même en week-end, même pendant les vacances…. hum hum
Alors même en prenant toutes les précautions du monde, il se peut que vous soyez réveiller, soit par la respiration ujjayi, très sonore, si vous vivez en studio, soit par votre femme yogini qui se lève du lit pour aller dans une autre pièce et commencer sa journée par sa pratique. Du coup, vous vous levez une ou deux heures plus tard, la tête un peu dans le gaz alors qu’elle aura déjà l’énergie suffisante pour déplacer des montagnes…. Synchronisation des biorythmes compliquée !
L’heure du coucher…. Si on vit selon les principes de l’ayurvéda, on devrait se coucher en même temps que le soleil. ET c’est vraiment tôt ! Mais même sans être pile poil dans les clous des principes ayurvédiques, étant donné qu’on se lève vers 6h, il parait compliqué de se coucher à 1h du matin. Souvent nous sommes au lit vers 22h et il est vrai qu’avec les vies que nous menons, 22h ce n’est pas si tard (on rentre du travail vers 19h, on dine, on traine un peu… et hop, il est 22h super vite). Encore une fois, c’est difficile de vivre en harmonie « pendulaire » !

Troisième problème : les conversations
Les sujets de conversations ses pratiquants de yoga, et ce n’est pas spécifique aux femmes, sont dans l’ordre :
– les postures
– les blessures
– les cours ou professeurs testés récemment
– les retraites yoga qu’on aimerait faire
– la nourriture
– l’Inde
– les thérapeutes qui nous soignent
Voilà, voilà…. On a l’impression que cela fait beaucoup de sujets différents mais non ! Et c’est très excluant si on n’est pas de la partie, si tu vois ce que je veux dire 😉

L-amour-est-dans-le-pre-les-10-ans-M6-Les-3-romances-qui-nous-ont-marque_news_full

Quatrième problème : Vous serez mis à contribution
Essayez une nouvelle posture n’est pas toujours chose simple. Alors il faudra peut être tenir ici une jambe ou un bras, maintenir un dos ou apporter un coussin, allumer un bâton d’encens ou poser du parquet dans la chambre d’ami car c’est mieux pour pratiquer, donner votre avis sur un asana ou sur l’évolution de la pratique de votre bien-aimée… l’accompagner passage Brady à Paris afin d’acheter des épices et vous taper tous les corner yoga qui ouvrent dans toutes les rues afin de trouver THE brassière qui maintient sans comprimer – bon, ce n’est certainement pas la partie la moins sympa pour vous 😉

Cinquième problème : les photographies
Que vous soyez ultra connecté ou non, vous allez découvrir que beaucoup de yoginis capturent toutes les images possibles et inimaginables. Cela va de leurs pieds jusqu’à ce qu’elles ont dans leurs assiettes en passant par un sachet de thé ou encore un arbre dans la forêt. le moindre coup de crayon sur une feuille de papier devient un mandala à garder en mémoire, le moindre bol de céréales devient le prétexte « good morning » d’un instagram…. Mais au-delà de cette frénésie de flash, vous deviendrez photographe officiel de postures toutes plus élaborées les unes que les autres et il faudra être sacrément au taquet pour prendre votre chérie en train de faire adho mukha vriksasana sur la plage !

Alors maintenant que vous savez tout, les bons et les moins bons côtés du fait de fréquenter une yogini, à vous de décider… Mais ne venez pas dire que vous n’étiez pas prévenu 😉

Publicités

Images d’inspiration

Si on met de côté les images instagram qui fleurissent et qui montrent des yogis ultra avancés en train de faire des postures de foufou dans des lieux magnifiques (non je ne suis pas jalouse), on trouve sur la toile (oui j’ai envie de dire la toile) de nombreuses images d’inspiration yoga. De la citation spirituelle au chat trop mimi qui « prend la pause yoga », il y en a pour tous les goûts et pour tous les « besoins ». De temps en temps j’aime bien fureter pour trouver des jolies images, de belles photographies en lien avec mon état d’esprit du jour. Evidemment, je ne suis pas trop le genre oh-le-chat-qui-fait-adhomukha-trop-cut mais malgré tout j’aime bien me remotivée ou me sentir connectée avec la planète en trouvant des photos yoga. Et vous, Est-ce que vous cherchez « l’inspiration » sur Google images ???

Voici une petite sélection des trouvailles récentes :

La série « estampe »

YOGISTE guernik_diseño_Yoga dessin+pinceau+asana+LR- il_570xN.674907232_6sb1

La série « bavarde »

patience-2  10423750_329622693885901_1408152340886822978_n

10525388_302308976617273_7112488281251221012_n  1176253_190067077841464_1823500509_n

1661341_248509095330595_1654825381_n

La série « esthétique »

b350a35c34dec94815db81d3215f9abe     b85ab3ddb33d6c4d3e93e5997e281612

La série « dessinée »

2318af2f3f1d047775c66c7e9967bab0    2d0949ee4d1b8d48005c3c1fd579667c  yoga_headstand2

La série « photo »

10641143_622833057839243_247660603641313013_n  10478665_290925747755596_6134753268513365738_n

La série « mandala »

10734091_351718848342952_1836274085829270435_n    10154900_283651958482975_6612943921255886503_n

La série « les autres »

Illustration-Yoga-Men-Oleg-Gert-1     bigstock_YOGA_Word_collage_on_white_ba_13233875

 

 

J’ai testé pour vous… Le Studio Omm Yoga

Dimanche 10 mai, pour fêter le premier mois d’existence du Studio Omm Yoga, les professeurs avaient organisé une journée portes ouvertes avec plusieurs cours. Cet évènement fonctionnait sur donation – plutôt cool non ??

Que dire de ce coquet petit studio situé dans le 3ème arrondissement ? On arrive par un porche puis on se dirige au fond d’une cour pavée où se trouvent des galeries, des ateliers… et sur la gauche, on découvre le studio. En arrivant, j’ai été accueillie par une femme sympathique qui m’a pointée (il fallait s’inscrire pour participer) et m’a dirigée vers les vestiaires. Je m’étais inscrite pour suivre un cours d’1h30 de Jivamukti avec Klara Puski. Une fois changée, j’ai donc pu accéder à la salle et unique salle du studio pour suivre le cours de Klara entourée par une vingtaine d’autres personnes.

Le lieu : Le lieu est très bien situé (métro Chemin vert ou Bastille à proximité), l’environnement est plutôt classieux et un peu bo-bo. Le studio est petit, certes, mais très beau et on voit qu’il a été ouvert il y a peu de temps. Les peintures sont encore propres, les casiers pour ranger les affaires sont en très bon état, le mobilier est coquet, épuré et invite à une forme de sérénité (teintes de beige, blanc, bleu glacé, vert amande…). La salle est de taille moyenne et peut contenir – je pense – une trentaine de personne sans être trop « touche-touche ». Il y a des tapis sur place et de quoi les nettoyer (vous connaissez mon obsession). La salle est très lumineuse, il y a une porte-fenêtre qui donne sur la cour et des ouvertures tous le long d’un grand mur. Elle est également équipée d’un miroir. Bon, c’est vrai que la présence d’un miroir peut parfois gêner les gens. On n’a pas toujours envie de se mater lorsqu’on fait des postures et cela peut même déconcentrer…. L’idée du miroir ne m’emballe pas plus que ça, mais d’autres personnes trouveront sans doute cela très chouette.

Photo-ommstudio-  c700x420bis

Le cours et la prof : J’avais déjà pris un cours de Jivamukti il y a quelques mois au Studio Be Yoga (près de Montparnasse). J’avais plutôt apprécié mais sans plus, ne voyant pas la corrélation entre la musique diffusée et le cours. Dimanche, j’ai ADORÉ le cours de Klara. Je suis arrivée un peu « chafouin ». Je n’avais pas pratiqué depuis deux jours (la formation Gérard Arnaud s’était terminée vendredi 8) et j’avais l’impression de manquer d’énergie. Au bout de quelques minutes de pratique, Klara a mis de la musique et je me suis sentie emportée, motivée par le son qu’elle proposait. Les postures s’enchaînaient comme dans le vinyasa et la température est très vite montée de quelques degrés. Mais avec la musique dynamisante en toile de fond, j’ai trouvé le flow et me suis laissée porter. C’était très agréable, très fluide…… même si le cours était en anglais (outch). A la fin, j’avais le sentiment de pouvoir en faire encore pendant 1h, j’étais powerfull, énergisée à mort et prête à sourire à tous ceux qui croiseraient mon chemin !!!! N’est-ce pas ce qu’on attend d’une bonne pratique ???? 😀

35026e4

Le principe de la journée portes ouvertes sur donation : Je trouve cette idée super géniale. En Inde, ça fonctionne un peu comme ça. La plupart des cours sont gratuits ou fonctionnent grâce à ce que les gens veulent bien donner. Evidemment, à Paris, un Studio pourrait difficilement vivre uniquement grâce aux donations des élèves mais pour des évènements comme celui-ci, j’apprécie vraiment l’initiative. Je ne suis pas une spécialiste et je ne saurai jamais la somme récoltée mais je crois que les pratiquants connaissent le prix d’un bon cours et savent se montrer généreux et reconnaissants de ce qu’on leur a offert. Je n’imagine pas une seule seconde un yogi prenant un cours et laisser seulement 5 euros ! Ca ne me semble pas envisageable du tout.

Mon bilan : Le lieu est cool et neuf et propre et tout et tout…. Les gens qui y travaillent ont l’air tous ultra sympas. J’ai été voir sur leur site, le studio propose aussi des cours de Pilates, de Barre au sol, de Qi gong, plusieurs types de yoga et j’ai l’impression qu’ils programmeront ce genre d’évènement régulièrement. Les tarifs sont en moyenne ceux qu’on trouve ailleurs : 12 euros le cours d’essai, 22 euros le cours à l’unité, puis des formules qui vont de trois cours à 20 cours (60 à 340 euros – dégressifs) ou des illimités (3 mois 430 euros). Je ne vais pas vous dire que c’est ultra abordable car je fréquente d’autres studios où les tarifs sont un peu moins élevés mais bon, il n’y a pas que le prix des cours qui joue lorsqu’on décide de fréquenter tel ou tel lieu. Chacun fait bien comme il veut !

Par contre j’ai l’impression que le planning des cours n’est pas systématiquement le même d’une semaine sur l’autre. Il y a un planning en ligne et on peut réserver son cours depuis la plateforme mais je n’ai pas pu accéder à un planning « régulier ». Je ne sais pas trop quels sont leurs horaires. Il faudra vérifier par vous-même 😉

c700x420

Voilà, j’ai passé un excellent moment, énergisant, sympathique, intense, tout cela dans une très bonne ambiance ! Je suis ravie de ma journée alors je ne peux que vous conseiller d’aller y faire un tour pour tester vous aussi – et puis c’est super chouette de découvrir de nouveaux endroits et de participer à l’expansion du yoga à Paris 😉

 

 

Etre un bon yogi fait-il de moi une bonne personne ?

Cet article est motivé par une phrase que j’entends parfois de la part de mes proches : « tu es très énervée aujourd’hui, tu devrais faire plus de yoga ! » WTF???? Dans la tête de mes proches donc (je ne peux pas faire de généralités, je ne connais pas les proches de tout le monde), faire plus de yoga me rendrait meilleure, plus sympathique, moins énervée…

Je trouve cette remarque agaçante et drôle en même temps, car on peut se poser la question : Pratiquer beaucoup le yoga nous rendrait-il meilleur ?

Pour commencer, voyons quelles sont les qualités d’un bon yogi : bienveillance, écoute, patience, non-jugement, acceptation, tolérance, non-violence, douceur…. Ces quelques qualificatifs relèvent tous – pour moi – des qualités que le yogi se doit de développer en lui. Sont-elles innées ou faut-il les travailler, sur ce point là, nous ne sommes pas tous égaux ! Le yoga, par sa pratique et ses valeurs, tend à nous les « inculquer » et à les faire grandir en nous… Toute personne considérant le yoga comme un peu plus que de la simple gymnastique se confrontera à certains points de blocages physiques et mentaux lors de sa pratique. Elle entendra alors son professeur lui dire des choses comme : « prenez votre temps » ; « si ce n’est pas aujourd’hui, ce sera peut être demain » ; « soyez à l’écoute de votre corps, de vos sensations » ; « ne jugez pas votre posture, faites ce que vous avez compris » ; « recherchez une qualité de douceur dans le mouvement » ; « lâchez prise »….

Et même si lorsqu’on se trouve sur son tapis, on s’efforce d’appliquer ces conseils, qu’en est-il de ces valeurs en dehors du studio de yoga ? Est-ce que nous parvenons à garder un peu de tout cet apprentissage dès que la vie reprend son rythme normal (effréné) ! En tant que personne, est-ce qu’on parvient à cultiver les mêmes qualités que lorsqu’on porte sa tenue de yoga ??? Ou faut-il un legging pour être bienveillant (ce qui est certain, c’est qu’en legging, tu vannes un peu moins les autres sur le physique déjà 😉

Et prenons les choses dans l’autre sens. Une personne douée de toutes ces qualités est-elle un meilleur yogi ? Si je suis une personne douce et aimante, vais-je être un meilleur pratiquant ?

1384329256

Personnellement, j’ai parfois du mal à être bienveillante, à l’écoute, patiente et douce dans la vie de tous les jours. Je le suis – HEUREUSEMENT – mais je suis aussi agacée, intransigeante, énervée, rugueuse, pas super cool, fatiguée…. Et pourtant je pratique le yoga tous les jours !

Ce que j’ai remarqué depuis que je pratique, c’est que la nature profonde des gens finit toujours par s’exprimer sur le tapis. Une personne impatiente – même si elle fait tout pour prendre son temps – finira systématiquement par faire preuve d’empressement, d’impatience sur le tapis. A l’inverse, une personne très calme, le restera longtemps même dans les moments intenses ou difficiles. Heureusement qu’avec le temps, on comprend quels sont nos points forts et nos points faibles (je ne parle pas de qualités physiques, c’est encore autre chose). On s’y habitue et on fait avec, parfois en luttant contre et parfois en acceptant – ça dépend des jours.

Ce que je veux dire, finalement, c’est qu’il ne faut pas être trop dur avec soi-même lorsqu’on se rend compte qu’on est agacé ou impatient (quand le train est supprimé, lorsque la guichetière prend 1000 ans pour servir la personne avant vous, quand on attend 100 ans au resto pour avoir son plat….). Certaines situations nous rendent cyniques, caustiques, langues de putes – et alors ? Doit-on rougir et se pincer parce qu’on s’éloigne pendant quelques minutes de nos élans humanistes ? On a le droit d’avoir envie d’insulter les gens qui sont grossiers ou impolis, qui vous bousculent ou qui jettent des papiers à terre. L’exigence qu’on a envers soi, on peut l’avoir pour les autres aussi.

Alors c’est certain, ce n’est pas très « YOGI » comme attitude mais être yogi ne signifie pas être parfait. Etre un bon yogi c’est aussi faire avec ce qu’on est et manœuvrer avec nos qualités et nos défauts – sur le tapis ou dans la vie de tous les jours !