Souvenirs de Lyon

Aujourd’hui je voulais revenir sur une chose qui s’est produite à Lyon pendant les cours de Kundalini. Comme je vous en parlais ici, le Kundalini yoga n’est pas vraiment le type de yoga qui me correspond le mieux. Cependant, pendant le week end lyonnais, j’ai été contente de pouvoir m’y réessayer.
Une chose notamment à retenu mon attention, et c’est une chose qui me questionne et que j’aimerais mettre en pratique pendant mes cours : la répétition du geste.

Dans le Kundalini yoga, les pratiquants cherchent à se dépasser, à dépasser une sorte de sensation physique pour aller plus profondément et bien entendu aller vers une forme de transe – tout cela dans le but de faire s’élever la Kundalini*
Sur des musiques qui durent très longtemps (10 à 15 minutes), les pratiquants répètent le même geste. La fatigue s’installe au bout d’un moment, la lassitude aussi et le mental s’agite, se demande quand est-ce que l’exercice prendra fin. C’est cette sensation là que j’ai envie de tester à nouveau et de faire tester. Car en effet, lorsqu’on s’arrête, qu’on a mal quelque part, qu’on relève la tête et qu’on se met à penser à la liste de courses…. Même pendant les cours de yoga qui ne sont pas Kundalini, est-ce que c’est le corps qui réagit ou est-ce que c’est le mental ???

Ce qui joue énormément dans la répétition d’un geste pendant un moment x, c’est que si vous ne connaissez pas la chanson, vous pouvez très bien imaginer que l’exercice s’arrêtera dans 5 minutes tout comme dans 20 minutes…. Et cette notion de temps est très étrange au regard des vies que nous menons – toujours plus rapides, toujours plus instantanées. Ici, on ne sait pas quand le mouvement va se stopper, de fait il est totalement impossible d’anticiper sur ce qui vient après mais également sur la sensation et la prétendue douleur qui pourrait en résulter.
On finit par exécuter, sans réfléchir (ce n’est pas péjoratif). On se laisse guider par la musique, on entre dans une sorte de méditation active, sans savoir où elle nous mènera.

PicsArt_1433622041534
Je vous propose de faire un essai. C’est Karta Singh qui nous a fait faire ces deux exercices le premier jour :
– choisissez des musiques longues pour vous accompagner, mais que vous ne connaissez pas forcément – afin de ne pas anticiper la fin de la chanson.
EXO 1 : Allongez vous et en rythme, en suivant la chanson, vous allez lever une jambe tendue vers le ciel, puis la reposer pour lever l’autre et ainsi de suite jusqu’à la fin de la musique.
EXO 2 : Assis confortablement (sur une brique ou une couverture) et toujours en suivant le rythme (d’une autre chanson), vous allez lever les deux points vers le ciel puis plier devant la poitrine puis ouvrir les deux bras sur les côtés, puis revenir poitrine puis lever vers le ciel. Ca donne une drôle de chorégraphie digne de Claude François. Faites cela aussi longtemps que dure la musique sans vous arrêter.

Une fois l’exercice terminé, recentrez-vous en respirant, écoutez votre respiration et voyez ce que cela a produit sur vous.
Très étrange n’est-ce pas ? Et même si je ne suis pas une grande adepte de ce type de yoga, cet exercice en particulier m’a beaucoup questionnée et je l’ai bien apprécié.
Je trouve qu’il permet de réfléchir à tout un tas de choses, nos états d’esprits, notre façon de vivre, d’anticiper ou de fuir certains actions….
Je vous laisse y penser !

PS : Les photos ont été prises à Lyon entre deux cours par mon amie Emma. Elles n’illustrent pas les exercices mentionnés ci-dessus.

* Pour rappel, kundalini est un terme sanskrit qui désigne une puissante énergie lovée dans la base de la colonne vertébrale (chakra mūlādhāra), au niveau du sacrum. Elle est représentée comme un serpent enroulé sur lui-même trois fois et demi. Par la pratique de la méditation mais aussi des kriyas, la kuṇḍalinī s’éveillerait et monterait le long de la colonne vertébrale depuis l’os sacrum jusqu’à la fontanelle, progressant d’un des sept chakras à l’autre afin de les harmoniser un à un par l’intermédiaire du canal (nadi) sushumna.

Publicités

Vayus – l’énergie vitale

Aujourd’hui, on aborde une notion un peu différente, celle des vayus. Cet article n’a pas vocation à être exhaustif et je ne souhaite pas endosser le costume d’expert yogique. Au cours de mes récentes lectures, j’ai trouvé cette notion de vayus intéressante, en lien avec beaucoup d’autres notions déjà abordées ici ou ailleurs dans d’autres livres donc je me suis dit que cela pourrait vous plaire et vous interpeller. Donc on parle PRANA et VAYUS !

Dans le yoga, le prana, vous le savez, c’est l’énergie vitale, consciente qui régit les processus vitaux du corps.
La définition du Prana est vaste car c’est un terme qui recouvre énormément de notions qui elles-mêmes en englobent d’autres… Prana = énergie, vitalité, pouvoir. Le Prana c’est le fondement et l’essence de toute vie, l’énergie et la vitalité qui emplissent l’univers, le Prana circule dans tout ce qui existe et est aussi le lien qui relie le monde matériel, la conscience et l’esprit. Lorsque les yogis développent la capacité de contrôler leur Prana, ils gagnent en harmonie et santé, au niveau du corps comme de l’esprit.

Cette énergie vitale se divise en 5 aspects, les vayus, ayant chacun leurs particularités. Les 5 vayus doivent être actifs en restant en équilibre les uns avec les autres pour permettre à l’énergie de circuler librement et de façon fluide. Attention, les vayus ne sont pas des chakras.
Grâce au pranayama (exercices respiratoires) et aux asanas (postures) les 5 vayus peuvent être « travaillés » de façon équilibrée. Par exemple, les extensions, les exercices favorisant l’inspiration de même que jalandhara bandha (verrou de la gorge) active le Prana-Vayu. Les flexions avant, les exercices favorisant l’expiration ainsi que mula bandha (verrou du périnée) agissent sur Apana-Vayu. Le Samana-Vayu s’active avec les torsions, certains équilibres, kapalabhati (respiration) et uddiyana bandha (verrou du nombril). Les mudras (gestes des mains mais pas que), les mantras, Ujjayi (respiration) stimulent Udana-Vayu et enfin, Vyana-Vayu est activé par les postures dynamiques et les enchainements rapides d’asanas.

Alors une fois qu’on sait cela c’est bien mais où sont situés ces vayus et quelles sont leurs fonctions respectives????

Prana-Vayu c’est la force qui reçoit : Ce centre (on va l’appeler le point pour ne pas confondre avec les chakras) est situé au niveau du haut du thorax – voire de la tête et est responsable de tout ce qui pénètre dans le corps comme la nourriture ou les perceptions transmises par les 5 sens ou encore l’inspiration.

Apana-Vayu c’est la force qui donne : localisé au niveau du bas-ventre, il gère tout ce qui sort du corps comme les résidus de la digestion, la parole, l’expiration, le contact physique….

Samana-Vayu c’est la force qui transforme : situé au niveau du nombril, régit la digestion sous toutes ses formes, que ce soit la digestion de la nourriture ou des informations reçues, des impressions et il décide de ce qui reste et de ce qui est éliminé. Dans le Hatha, ce vayu est très important. On l’appelle aussi Agni ou le feu digestif. Il aide à brûler ce qui encombre (au sens propre et au figuré). En l’activant, le yogi engage un processus de purification, de nettoyage et permet ainsi à la Kundalini de s’élever.

Udana-Vayu – la force qui communique : situé au niveau de la gorge, il est responsable de toutes les formes de communication (verbales, corporelles…).

Vyana-Vayu c’est la force qui distribue, elle circule en permanence dans le corps et gouverne la circulation de l’énergie.

PanchaVayuImage

Si vous souhaitez approfondir cette notion, il existe de nombreux ouvrages sur le Hatha Yoga ou sur l’Ayurveda (car on retrouve ces notions aussi dans ce système médical). Le livre qui m’a soufflé l’idée d’écrire cet article est YOGA PERFECTIONNEMENT aux éditions La plage.

Chakras

Chose promise, chose due : Un article sur les Chakras (youpi youpi).
Comme je vous en parlais déjà ici et ici, j’ai commencé à m’intéresser à cette question. Jusqu’à il y a peu le mot Chakra me faisait penser à quelque chose de totalement ésotérique – très Arielle Dombasle dans « Un indien dans la ville » – OUAI je sais moi aussi je me fais flipper avec ce genre de référence….
Bref tout ça pour dire qu’à priori je ne suis pas très « sensibilisée » à cet univers. Qu’à cela ne tienne, je me documente, j’en parle autour de moi et je tombe dans un stage yoga en Grèce où justement on va pouvoir approfondir cette connaissance !
Les chakras kesako ??
Un chakra est une roue ou un disque. C’est généralement le mot sanskrit qui sert à définir un objet ayant la forme d’un disque, comme le soleil. Ce terme est également et surtout utilisé pour parler des « centres énergétiques et spirituels » mais aussi des points de jonctions des canaux énergétiques (Nadi) situés dans le corps. Il existe 7 chakras principaux et des milliers d’autres secondaires.
On utilise l’image de la roue qui tourne lorsque le chakra est équilibré et de la roue qui s’enraille lorsque le chakra est déséquilibré.
Les chakras sont représentés par des fleurs de lotus, possèdent une couleur, un élément, une qualité, une divinité associée et marquent la progression de la Kundalini.
Le premier chakra est MULADHARA situé au niveau du périnée, le dernier est SAHASRARA situé au dessus de la tête.
Pour que le dernier « tourne rond » il faut travailler les 6 autres…

MULADHARA – le Chakra racine
623px-Muladhara_svg    LordGanesh2
Situé au niveau du périnée ou du sacrum, il est le premier des 7 chakras. Son élément est la terre, sa couleur le marron, sa divinité associée est Shri Ganesha, il est lié à l’odorat et ses qualités sont la sagesse et l’innocence. Son émotion est la peur (intranquilité, le sentiment d’impuissance, et l’esprit d’objection, le manque de confiance, l’insécurité).
La terre est l’une des neuf substances élémentaires, les 8 autres étant l’eau, le feu, le vent, l’éther, le temps, l’espace, l’âme et l’esprit.
Shri Ganesha est une divinité à tête d’éléphant qui supprime les obstacles. C’est une divinité très vénérée en Inde mais également en Asie.
On dit que si vous respirez mal, si votre odorat est défaillant, si vous vous sentez effrayé, si vous avez « peur » c’est que la « roue » ne tourne pas bien. Il faut donc rééquilibrer et pour cela les exercices de pranayama dont excellents.
Le son pour éveiller ce chakra est « LAM » mais on peut aussi prononcer « va », « scha », « sha » et « sa »
On peut également pratiquer un Bandha pour l’éveiller et le maintenir.

SVADHISTHANA
457px-Swadhisthana_svg     brahma
Situé au niveau du bas-ventre ou du coccyx, il est le deuxième chakra. Son élément est l’eau, sa couleur le orange, sa divinité associée est Shri Brahma, il est lié au goût et ses qualités sont la connaissance et la créativité. Son émotion est la mélancolie.
L’eau régénère, calme et soutient l’organisme. Elle influe le psychisme en intensifiant l’émotivité et l’affectivité, la sentimentalité excessive, l’attachement et la tristesse.
Shri Brahma est le dieu créateur-démiurge de l’Hindouisme. Il est le premier de la trinité des déités hindoues majeures. Les autres membres étant Vishnou et Shiva. Il est représenté avec 4 têtes (lisez ici la légende de ses têtes) et est très peu vénéré en Asie où on lui préfère Vishnou et Shiva.
Siège des émotions, si vous vous sentez fragile, émotif, si vous avez perdu le goût des aliments mais également de « la vie » c’est qu’il faut rééquilibrer ce chakra.
Le son pour l’éveiller est « VAM » mais également « bam », « mam », « yam ». Coller son nombril vers sa colonne permet de maintenir ce chakra éveiller.

MANIPURA
401px-Manipura2_svg  vishnu_40
Situé juste au dessus du nombril, il est le troisième chakra. Son élément est le feu, sa couleur est jaune, sa divinité associée est Shri Vishnu, il est lié à la vue et relié à l’estomac et ses qualités sont la satisfaction et la paix. Son animal associé est le bélier. Son émotion est la colère.
Le feu aiguise, excite, tranche, supporte avec fermeté. il influe sur le psychisme en dirigeant l’intellect, la concentration et en développant la jalousie et la volonté de pouvoir/puissance.
Shri Vishnu/Vishnou est le deuxième dieu de la Trimurti (avec Shiva et Brahma). Vishnu est le protecteur. il est souvent représenté assis sur un lotus lui même posé sur le serpent aux mille têtes. Lorsque le monde est menacé, Vishnu s’incarne en avatar afin de le défendre. C’est un dieu très vénéré en Asie. On dit des deux premiers chakras qu’ils représentent les vies animales antérieurs. Ici Manipura est le premier chakra de la vie humaine, juste avant le cœur.
Il est lié aux désirs égoïstes, aux « je veux ». Ainsi lorsque vous êtes trop centré sur vous-même, que vous n’y « voyez plus clair », que vous avez des troubles de l’estomac, il faut travailler sur ce chakra.
Le son de Manipura est « RAM » mais également « da », « na », « ṭa », « ḍa », « ṇa », « pa ».

ANAHATA
651px-Anahata_green_svg    durga
Situé au niveau du cœur (cage thoracique), il est le quatrième chakra. Son élément est l’air, sa couleur est le vert, sa divinité associée est Shri Durga, il est lié au toucher et relié à la peau et les mains et ses qualités sont le courage, la sincérité. Son animal associé est une antilope. Son émotion est la tristesse.
L’air se disperse, se répand, souffle. Il régie la pensée, l’émoi, l’imaginaire, l’angoisse, le doute.
La tristesse apparaît lorsque l’être se perd de vue. l’oubli de soi provoque la peine. le corps se courbe, se plie, il tente de rentrer à l’intérieur de lui-même.
Le toucher est une prise de contact immédiate parfois mal accepté car relevant de l’intime, franchissant les barrières. lorsqu’il est accepté au contraire, il réconforte et apaise le cœur.
Lisez ici la légende de Shri Durga.
Le mantra pour éveiller ce chakra est « YAM » et sur chacun des douze pétales on attribue une syllabes : « kam », « kham », « gam », « gham », « ngam », « cham », « chham », « jam », « jham », « nyam », « tam » et « tham ».

VISHUDDHA
Vishuddhi_blue_svg    krishna0
Situé dans la gorge, il est le cinquième chakra. Son élément est l’éther, sa couleur le bleu clair, sa divinité associée est Shri Krishna, il est lié à l’ouïe et relié aux oreilles et aux cordes vocales. Sa qualité est la communication. Son animal associé est l’éléphant comme Manipura.
Shri Krishna est, dans la plupart des traditions hindoues, le 8ème avatars de Vishnu. Il est extrêmement vénéré en Inde. Il est souvent représenté jouant de la flûte, il est bleu ou de couleur foncée. C’est un dieu complexe.
C’est le chakra de la communication, du dire juste. Ainsi lorsque vous ne parvenez pas à dire les choses correctement à les rendre justes pour la personne qui les reçoit, ou lorsque vous même avec du mal à écouter, à recevoir ce qu’on vous dit, c’est que ce chakra ne tourne pas bien.
Le son de Vishuddha est « HAM ». Le bandha qui lui est lié est Jalandhara Bhanda qui est la compression de la gorge par inclinaison de la tête.
= J’ai lu ailleurs que la divinité associée pouvait aussi être Shiva (3ème déité de la Trimurti), dieu destructeur. Il réajuste l’être lorsqu’il dévie trop de son chemin et peut intervenir de façon guerrière en arrachant ce qu’on a de plus cher. L’élément associé peut aussi être l’Espace.

AJNA – le troisième œil
800px-Ajna_chakra_svg    LordGanesh2
Situé sur le front entre les deux sourcils, il est le sixième chakra. Son élément est l’esprit, sa couleur bleu foncé, sa divinité Shri Mahaganesha, sa qualité est le pardon, son émotion la jalousie, son animal est un hamsa (oiseau migrateur).
La jalousie révèle un problème d’identification. L’être a le désir d’être autre. L’être devient ombrageux, craintif et inquiet.
L’esprit prend pour sens : ce à quoi l’on pense, à quoi l’on aspire. Il désigne aussi le fait d’observer, de réfléchir, de comprendre.
Shri Mahaganesha c’est Ganesh (lire plus haut). Ailleurs j’ai lu que la divinité était Parama-Shiva, divinité complexe, à la fois destructrice et bienveillante qui est là pour éliminer et détruire dans la conscience ce qui aveugle.
Son son est le « OM ».

SAHASRARA – le chakra couronne
450px-Sahasrara_svg   shiva
Situé au dessus de la tête, il englobe tous les autres. Il est le septième et dernier chakra. Son élément est l’espace au-delà de l’espace ou la vibration, sa couleur est le violet, sa divinité associée Shri Paramashiva. Sa qualité est la conscience, son émotion la joie. Son animal est le serpent.
La joie exprime le plaisir de l’âme, le bien-être du corps et l’allégresse du cœur. Elle est ravissement, enjouement et présage l’extase.
Paramashiva (Shiva) est le bon, celui qui porte bonheur. Il est le créateur, le préservateur, le transformateur, le dissimulateur et le révélateur. Il est représenté soit dans une profonde méditation, soit en dansant.
La transcendance est l’état qui élève l’être au delà de tout. Il ressent un sentiment de profonde félicité.
L’espace au-delà de l’espace évoque ce que les yeux ne peuvent pas voir. L’infiniment grand et l’infiniment petit se rejoignent formant alors une seule et même chose au-delà de la perception visuelle.
Les sons attribués sont « SI » et « i ». Il y a aussi l’expression spirituelle « Tu es Cela ». En méditant sur cette expression, la conscience apparaît sous sa triple apparence : la connaissance, le sentiment et le faire. On peut aussi chanter le Gayatri Mantra.

chakras1

Et bien voilà, ce cours sur les chakras est terminé (pfiou ce fut long). Il y aurait d’autres choses à dire, à explorer pour compléter tout cela mais si ce sujet vous intéresse je vous conseille au moins 1 ouvrage (celui que j’ai lu) : Les chakras, exercices de méditation de Sylvie Verbois chez Eyrolles Pratique.

J’ai testé pour vous… Le kundalini yoga au Studio Keller

« Il n’y a pas de hasard » me dit-on lorsque j’arrive à La Maison Keller pour prendre mon premier cours de Kundalini yoga. On me dit aussi que cette pratique est TRÈS différente de ce que je peux faire habituellement (Hatha et Vinyasa)…. Effectivement, je vais très vite m’en rendre compte….

1362740144003
La Maison Keller est un des deux lieux qui composent le Studio Keller, il y a donc le studio d’un côté (plus grand me précise-t-on) et la maison (là où je suis). Situé dans une petite cour intérieure, un endroit vitré, entouré de plantes, posé comme une sorte d’oasis de verdure dans une rue plutôt chic et animée, la rue Charonne.
Je sens de suite une bonne ambiance, le sentiment très caractéristique qu’on retrouve dans certains studios, celui d’appartenir à une communauté. Évidemment c’est ma première fois, je ne me sens pas « en connexion » avec les autres personnes présentes mais c’est ce qui est véhiculé ici et c’est très agréable.
Une petite cuisine ouverte avec du thé sur les étagères, des tasses, un vestiaire mixte situé juste derrière un rideau, un espace pour pratiquer ouvert et lumineux, de l’encens qui brûle dans un coin, le tutoiement… Bref un condensé de l’image « type » du studio de yoga ! Moi qui fuis habituellement ce genre de clichés, je suis plutôt contente de me retrouver dans un lieu qui sent bon la convivialité et la communion.
On s’installe sur un tapis (prêté) et sur un bloc. A partir de là je plonge dans une pratique totalement inconnue et vraiment différente des autres.
Je dois dire qu’à 19h après être restée toute la journée assise derrière mon ordinateur, ce moment n’a pas répondu à toutes mes attentes. En fin de journée, j’ai souvent besoin d’une pratique un peu dynamique et ce soir-là, on est resté en tailleur un peu trop longtemps pour moi.

Cependant je pense que ce n’est pas le style de yoga qui ne me convenait pas mais peut-être simplement que mes attentes ET le cours donné n’étaient pas en adéquation, car pour ceux qui ne connaissent pas, voici ce qu’est le kundalini yoga :
Le kuṇḍalinī yoga désigne une énergie primordiale qui serait présente en chaque être humain et qui évoluerait le long d’un canal principal (sushumnā) situé dans la colonne vertébrale, au centre de la moelle épinière, depuis le sacrum jusqu’au sommet de la tête.
Le kuṇḍalinī yoga vise à l’éveil de la conscience du soi par la maîtrise de cette énergie. C’est une technologie holistique puissante qui travaille sur les différents plans de l’être à partir de séries (appelées « kriya ») utilisant le souffle, le rythme, des postures dynamiques ou statiques, le son (sous forme de mantra), la relaxation et la méditation.

Dans le cours que j’ai testé on s’est focalisé sur l’ouverture du chakra du cœur, on a énormément travaillé la respiration, les mudras, les bandas mais nous n’avons pas du tout fait de postures dynamiques. C’est ce point là qui m’a manqué un peu….. J’aurais aimé me bouger un peu plus et enchaîner quelques vinyasas.

pariscitymagcaroline_list.png kundalini-le-halo»-by-caroline-bénézet-photos-51982 carokun
Ce qui est plus que positif c’est que la prof Caroline Benezet est super. Elle fédère énormément et on a vraiment envie de la suivre, « d’être avec elle », ce qui fait beaucoup de bien.
On a chanté aussi, malgré le fait que je ne connaissais ni les mantras, ni les chansons, c’était très régénérant d’être au milieu de ce groupe qui psalmodie.
Je conseille cette pratique et ce studio à ceux qui ont envie/besoin de se sentir au sein d’un groupe, avec une pratique mêlant élévation spirituelle et pratique physique. Et il faut être assez ouvert d’esprit aussi.
Pendant la pratique, on a abordé des notions totalement nouvelles pour moi : l’être multidimensionnel, les chakras (je connais mais à ce point là développé, c’est la première fois), le son, le chant….
Pour terminer sur ma note très positive, cet endroit, cette prof, ces gens…. m’ont donnée envie de me renseigner davantage pour comprendre ce que je venais de faire/de vivre…. J’ai donc commencé à lire (oui je sais…..) un ouvrage qui permet de découvrir et d’approfondir sa connaissance des chakras.

Il n’y a pas de hasard, j’aime bien cette idée et effectivement je crois qu’il n’y a pas eu de hasard quant à mon envie d’essayer et de vivre cet atelier.

Plus d’informations sur le site du Studio Keller et sur le site de Caroline Benezet.

 

Les photos de cet article ne sont pas libres de droit.

A bientôt !