Hello June

Je ne le fais pas souvent mais parfois en début de mois je rédige – ou mets à jour – une liste avec des envies.
Des choses que je voudrais entreprendre, des projets à initier/développer/terminer, des gens que j’aimerais recontacter et revoir, des sorties ou des lieux que je voudrais visiter mais aussi des petites phrases qui m’inspirent et des citations qui me guident…
Ce n’est pas forcément évident, car comme je vous le disais dans un article précédent, j’aimerais arrêter de faire des listes car elles ont, sur moi, un effet culpabilisant et frustrant si je ne réalise pas ce qui est noté dessus. J’ai l’impression de me décevoir, de me trahir lorsque je ne vais pas au bout.
Alors cette liste-là, j’essaie de l’aborder un peu différemment, je l’imagine comme une wish list, une liste de souhaits qui se réaliseront ou pas et qui sont très bien « décalables » dans le temps…
Je n’en fais pas toute une histoire lorsque je me rends compte que je n’irai pas au bout et que je ne cocherai pas toutes les envies, j’actualise simplement au fur et à mesure.
De nouvelles choses s’ajoutent en cours de route et d’autres perdent de leur intérêt toutes seules…

Pour juin, qui rime pour moi avec la fin de presque tous mes cours collectifs, j’ai envie de m’amuser et de prendre du temps pour moi. Ce sont les deux grands axes.
Alors voici ma liste pour juin 2017 (certaines lignes sont présentes chaque mois) :
– Proposer des cours qui sortent de « l’ordinaire » à mes élèves (ex : cours thématique inédite, initiation à un yoga en particulier… etc)
– Organiser des apéros/goûters de fin d’année pour se souhaiter un bel été
– Profiter du dernier atelier yoga pour s’amuser et préparer les cours en plein air
– Systématiser ma présence dans les cours de Yoga Mysore de Patrick Frapeau
– Poursuivre les classes Ashtanga au Tigre Yoga Club et continuer de pratique le Vinyasa à la maison
– Me faire masser et me faire couper les cheveux
– Trouver des nouveaux sentiers pour marcher
– Terminer mon livre « les intéressants » de Meg Wolitzer
– Passer un peu de temps avec mes amies (notamment une copine qui va passer une semaine en région parisienne alors qu’elle vit à Bordeaux)
– Préparer mon été, mes déplacements, mes vacances
– Visiter des jardins, des jolis lieux avec de la verdure
– Nager et marcher
– Redécorer mon appartement
– Préparer le voyage en Inde de l’hiver prochain

Voilà pour les grandes lignes, il y a de nombreux « tiroirs » pour chacune d’entre elles et des projets connexes mais globalement mon mois de juin s’articulera autour de cela !

J’aime beaucoup cette période de l’année. Il fait beau, chaud, les journées sont longues et bien qu’une année de cours se termine, on prépare ce qui arrivera l’an prochain avec son lot d’ateliers et d’envies yoga.
Je me sens toujours plus légère et plus énergisée pendant ces fins de printemps/début d’été alors j’en profite 🙂

Est-ce que vous êtes du genre à faire des listes d’envies vous ? Qu’Est-ce que vous aimeriez accomplir ou découvrir en ce mois de juin ?

Le bonheur….. Suite et fin… ?

Et voilà, notre roman fleuve sur le bonheur touche à sa fin… du moins ce que j’avais envie d’en dire et de partager avec vous.
Si vous arrivez ici pour la première fois et si vous souhaitez relire les épisodes précédents, c’est par ici, ici (2), ici (3) ou ici (4).
Nous avons donc vu les conditions nécessaires pour prendre du recul et analyser ce qui peut être améliorer dans notre vie pour aller vers plus de bonheur. Nous avons discuté de la façon dont certaines relations nous contraignent et avons passé en revue les différentes manières de traverser les conflits internes et extérieurs en prenant nos responsabilités et en arrêtant de nous cacher derrière de fausses excuses.
Tous ces changements peuvent se révéler utiles voire indispensables dans notre quête de sérénité. Mais si nous ne parvenons pas à jouir ensuite de ce que nous trouvons, des espaces que nous créons, tout ce chemin n’aura été que vain et nous retomberons dans nos travers d’insatisfaction.

Car le bonheur, au risque d’enfoncer une énorme porte ouverte, n’est-il pas le fait de savoir profiter et se délecter de l’instant présent ?
Si nous sommes sans cesse dans la projection, si nous envions constamment (ou même un tout petit peu) la condition des autres, si nous ne profitons pas de nos proches (ceux qui nous font du bien), si nous n’apprécions pas ce que nous créons, si nous n’arrivons pas à nous accepter nous-mêmes, comment être heureux ?

Et c’est ici que le YOGA intervient ! Oui vous vous doutiez bien que j’allais finir par faire le lien entre la discipline du yoga et le bonheur.
Ceux qui en font l’expérience savent que le yoga permet de se sentir mieux. Mieux dans un sens très élargi, mieux avec soi-même (la base), mieux avec les autres, mieux avec ses désirs, mieux avec son quotidien, mieux avec ses projets… MIEUX quoi !
Oui mais pourquoi ? Car qu’on pratique ou non le yoga, on est en droit d’étudier ce que cette discipline influence et crée en chacun de nous. On peut aussi décider de laisser les choses se faire sans l’analyser mais nos esprits cartésiens d’occidentaux ont souvent besoin de comprendre 🙂

Est-il très utile que je revienne sur la notion d’instant présent que nous cultivons chèrement lorsqu’on pratique le yoga ? Que nous parlions de méditation active – grâce à la pratique posturale notamment – ou de méditation de pleine conscience qui se pratique n’importe où et à tout moment, le yoga nous permet de faire l’expérience concrète du présent. Notre esprit ne peut être ailleurs lorsque nous pratiquons des postures ou lorsque nous nous asseyons pour observer ce qui se passe. Ainsi nous ne sommes pas dans la projection future ni dans le repeat du passé. Nous nous ancrons totalement dans l’instant T, sans regret et sans autre ambition que d’être là et de profiter.
Le yoga nous apprend aussi l’acceptation et la bienveillance. Nous commençons par accepter nos limites (parfois on les découvre très tôt) et digérons à notre manière notre « impuissance » à faire bouger les choses. Le corps avance à son rythme et bien qu’une pratique régulière permette d’évoluer, le corps avancera toujours à son rythme et nous n’avons pas d’autre choix que de l’accepter.
Ces « qualités » transpirent aussi dans notre rapport aux autres. Lorsque quelque chose n’avance pas comme nous le souhaiterions, nous pouvons choisir de nous y confronter ou nous avons le choix d’accepter un rythme différent du nôtre et de patienter.
Nous apprenons à regarder les « défauts » des autres avec plus de compréhension. Il ne s’agit pas toujours de défauts d’ailleurs, il s’agit simplement de différences. Le yoga nous permet d’être en accord avec cette vision et nous aide à comprendre que l’autre n’est pas moi.

Mais le yoga ce n’est pas que cela évidemment. Le yoga n’est pas que pratique posturale, méditation et culture de la bienveillance.
Le yoga est un chemin qui englobe TOUS les aspects de la vie. Ca va de l’alimentation jusqu’à notre hygiène et notre rapport à la mort…. Dire ce que le yoga englobe est très difficile et très vaste, une liste exhaustive est presque impossible à écrire. Pour ceux qui font le choix de vivre DANS le yoga, tout se modifie, tout change. La perception du Monde et de notre environnement évolue. C’est ce que je peux dire avec certitude puisque c’est exactement ce que j’ai vécu.
Le yoga nous donne la sensation d’être libre car il nous permet de mieux nous connaître nous-mêmes. Une fois mieux connectés à notre intérieur, nous sommes plus capables d’identifier, de discriminer ce qui est ok de ce qui ne l’est pas et donc nous avons la possibilité de poursuivre ou de stopper. Je ne dis pas que cela se fait en trois semaines ni que c’est aisé. Cela fait 7 ans que je pratique et 3 ans que le yoga m’enveloppe intégralement et je suis certaine que le chemin est encore long et qu’il me reste des tonnes de leçons à apprendre.
Mais cette liberté que nous apporte le yoga nous rend responsables. Responsables de notre vie, de nos choix, des décisions que nous prenons et de celles que nous évitons de prendre… et nous aide à vivre avec.

C’est pour cette raison que yoga et notion de bonheur sont intimement liés – à mon avis – car à ce titre, et comme nous l’avons vu depuis quelques semaines, c’est l’idée même de responsabilité personnelle qui est le cœur de cette recherche du bonheur. Si nous comprenons que nous sommes les seuls à POUVOIR faire notre propre bonheur et si nous mettons tout en œuvre pour y parvenir, la moitié du chemin est déjà parcourue.

Je ne suis ni psy, ni experte en recherche du bonheur – si je l’étais, aurais-je eu besoin d’écrire cet article ? ^^ Je voulais juste partager avec vous ces questionnements récurrents et quotidiens qui trouvent parfois quelques réponses partielles grâce au yoga. N’hésitez pas à donner vos astuces ou à carrément révéler vos recettes pour être plus heureux, toutes les idées sont bonnes à prendre 🙂

NAMASTE

Révolution #2

Vous le savez, cela fait maintenant 1 mois que je me suis lancée dans l’aventure de la diminution de mes déchets.
Après ce premiers mois de tests, je peux confirmer – vous n’avez pas besoin de moi pour le savoir mais bon – qu’on vit dans une société où rien n’est fait pour réduire la taille de nos poubelles !!! De l’emballage du tube de dentifrice aux tickets de caisse…. tout est imprimé, empaqueté, emballé….
Je ne m’étais pas fixé des objectifs trop ambitieux afin de pouvoir tenir ces engagements sur la durée. Et bien même comme cela, ce n’est pas évident, par exemple il y a des jours où, dans le feu de l’action, je zappe de refuser le ticket de caisse ou l’emballage du pain…. etc…. Je ne trouve pas toujours des yaourts sans emballage…. et le vrac ne propose pas tous les produits…. Sinon, oui, mais il faut faire 3 ou 4 magasins différents, chose que j’évite car je pense aussi à mon empreinte carbone et à l’essence de ma voiture !!! V
Bref, pas simple….
Voici les constatations de ce premier mois zerowasteproject…..inprogress 😉

Les magasins bio/vrac à côté de chez moi :
Day by Day – Situé à 200m de chez moi, il est assez petit – ça peut faire l’affaire pour l’épicerie salée (riz, pates, farine, légumineuses…) et pas il n’est pas trop mal non plus pour l’épicerie sucrée mais très insuffisant pour l’hygiène et produits d’entretien et absence totale de produits frais. D’autre part, il était fermé tout le mois d’août.

Naturéo – Magasin bien plus grand que le vrac du quartier, il est situé à 10min de voiture. Le rayon vrac salé et sucré est assez bien mais petit en comparaison de la surface totale de vente. Ce n’est pas leur priorité. Ils sont dans le bio avant tout. Par rapport à ce que je m’attendais, pas tellement de proposition en produits d’hygiène et produits d’entretien et encore une fois TOUT est emballé – même le bloc de savon de Marseille ou le shampoing solide. Sinon c’est très bien pour les légumes et les fruits.

Bio c Bon – situé à 20min de voiture. Idem que pour Day By Day ou Naturéo. Le vrac salé est très bien, les fruits et légumes aussi mais pour le vrac sucré et le reste c’est bof ! Super pour les légumes et les fruits. On peut utiliser des cagettes pour rapporter le tout chez soi !

Le marché de ma ville reste un endroit parfait pour acheter des fruits et légumes variés et sans emballage !

Pour le moment, Day by Day de mon quartier est bien plus engagé sur le zéro déchet que les autres structures. C’est un peu normal aussi, il ne dispose pas de produits frais (pas de frigo, pas de nécessité de stockage…) et les autres sont avant tout estampillés BIO, le zéro déchet n’est pas leur créneau. Cependant, un consommateur soucieux d’acheter bio le sera peut être aussi au sujet des emballages. Alors ce serait bien que ces structures se mettent aussi à repenser leur politique d’emballage (ex : demander au client si il désire sont ticket de caisse et pouvoir décider manuellement de l’imprimer ou pas).

biocbon  day-by-day-Fontenay-le-Fleury-intérieur

Les autres remarques / c’est un peu le bazar mais bon…. j’ai noté au fur et à mesure pour ne rien oublier…
Remplacement du déo classique par la pierre d’alun.
OK pour l’application. Ok pour l’effet anti transpirant mais je ne transpire pas beaucoup en temps normal. Pendant la pratique du yoga, je me vide de mon eau (avec les deux types de déo) donc je ne peux pas comparer.

Remplacement du savon à main liquide pour savon solide.
OK RAS, simple pas de souci. C’est tellement basic que j’ai hésité à écrire ce point mais bon….

Utilisation de microfibres pour remplacer l’essuie-tout et les lingettes du chien.
A priori ok pour remplacer l’essuie-tout, ça fonctionne même plutôt pas mal. Je suis un peu plus sceptique pour les lingettes du chien car elles sont imbibées de lotions nettoyantes alors que le chiffon microfibres NON…. A voir et peut être fabriquer un produit nettoyant maison dont je pourrais imbiber le chiffon microfibre…

Presser son propre jus de citron au lieu d’acheter en bouteilles.
OK pour le goût, délicieux même ! Rien à voir avec les trucs chimiques du commerce, c’est vraiment meilleur mais pas de solution pour la quantité d’épluchures que cela génère et pas de possibilité de composter donc à réfléchir.

Utilisation de l’éponge réutilisable.
OK pour laver, même les restants de nourriture un peu accrochés (pas de face grattante). S’essore bien et donc sèche assez vite. Elle est lavable et est sensée résister à 10 passages en machine. On verra.

Shampoing solide à la place du shampoing liquide.
Pas ultra facile à faire mousser (habitude des shampoings liquides). Je me concentre sur les racines essentiellement et laisse les longueurs. Assez long à rincer pour ne plus avoir de résidus. J’ai aussi voulu faire un masque avec de l’huile sur les longueurs. Au moment de laver mes cheveux, de les rincer, le shampoing solide n’était pas de taille !!! J’ai du recourir à ma bouteille de shampoing liquide pour éliminer le gras de l’huile. Je vais chez le coiffeur la semaine prochaine, je ne me vois pas lui ramener mon bloc pour lui demander de me laver les cheveux avec… On verra ! Je vais peut être essayer de tester un coiffeur bio ou zéro déchet… Ca existe ?

Gant de toilette à la place des cotons démaquillants.
C’est une bonne alternative à condition de ne pas avoir la peau autour des yeux trop sensible. Pour ma part, cela m’irrite un peu l’œil donc je vais investir dans des lingettes réutilisables qui seront plus douces.

Cuisine.
Vous l’avez vu, j’ai testé une recette de bonbons à la menthe pour éviter d’en acheter, ce ne fut pas une réussite. En revanche la moutarde maison a un franc succès – bien qu’elle soit un peu forte à mon goût.

20150722_101208   20150722_101222

BILAN
Lorsqu’on ne vit pas seul(e), faire accepter ces changements n’est pas simple. Je m’en rends compte. On m’a demandé de ne pas « garder » les sacs pour faire les courses par exemple – j’avais conservé des sacs réutilisables (papier kraft) pour les fruits et légumes ou encore sac en tissu pour le pain ou le vrac…
Idem pour ma tentative de compost sauvage dans un bac à fleur inutilisé du balcon. « Tu me jettes ça sinon ça va attirer les bêtes !!! » Alors oui, je veux bien admettre que ce n’était certainement pas la meilleure idée du monde mais bon, faut essayer, non ?
Pour les autres changements, ceux qui impacte ma routine soin ou les recettes cuisine, aucun souci. Elles ne modifient pas réellement la façon de vivre. Elles ne me prennent pas plus de temps, ne sont pas contraignantes donc elles sont durables ! Et c’est vraiment cela l’objectif!!

Je vais continuer en gardant systématiquement à l’esprit ces 4 points qui me semblent de bons indicateurs :
– refuser les emballages ou les tickets inutiles
– me demander si j’ai besoin de tel ou tel truc avant de faire un achat
– voir pour remplacer un produit par quelque chose de durable ou de fait maison
– réassortir un aliment terminé par du vrac et non pas par un nouveau paquet acheté en grande surface

Je n’ai pas de tips miracle, j’essaie de faire au mieux sans fixer des objectifs inatteignables ! Je reste réaliste et je vise le long terme !
Pour les initiatives à venir : Utiliser une cup menstruelle pour remplacer les tampons, donner les emballages de médicaments à la pharmacie pour recyclage, fabriquer des produits d’entretien maison, cuisiner des compotes maison et faire des bocaux !

Mais il y a des choses pour lesquelles je ne trouve pas de solutions :
– enlever le vernis à ongle sans coton
– les cotons tiges
– les pubs qui continuent d’arriver dans la boite aux lettres malgré le STOPPUB
– ….

Voilà pour ce point à j+30 !!!
Et vous, ça vous parle ce type de consommation ou pas du tout ??

J’ai testé pour vous… Le Studio Omm Yoga

Dimanche 10 mai, pour fêter le premier mois d’existence du Studio Omm Yoga, les professeurs avaient organisé une journée portes ouvertes avec plusieurs cours. Cet évènement fonctionnait sur donation – plutôt cool non ??

Que dire de ce coquet petit studio situé dans le 3ème arrondissement ? On arrive par un porche puis on se dirige au fond d’une cour pavée où se trouvent des galeries, des ateliers… et sur la gauche, on découvre le studio. En arrivant, j’ai été accueillie par une femme sympathique qui m’a pointée (il fallait s’inscrire pour participer) et m’a dirigée vers les vestiaires. Je m’étais inscrite pour suivre un cours d’1h30 de Jivamukti avec Klara Puski. Une fois changée, j’ai donc pu accéder à la salle et unique salle du studio pour suivre le cours de Klara entourée par une vingtaine d’autres personnes.

Le lieu : Le lieu est très bien situé (métro Chemin vert ou Bastille à proximité), l’environnement est plutôt classieux et un peu bo-bo. Le studio est petit, certes, mais très beau et on voit qu’il a été ouvert il y a peu de temps. Les peintures sont encore propres, les casiers pour ranger les affaires sont en très bon état, le mobilier est coquet, épuré et invite à une forme de sérénité (teintes de beige, blanc, bleu glacé, vert amande…). La salle est de taille moyenne et peut contenir – je pense – une trentaine de personne sans être trop « touche-touche ». Il y a des tapis sur place et de quoi les nettoyer (vous connaissez mon obsession). La salle est très lumineuse, il y a une porte-fenêtre qui donne sur la cour et des ouvertures tous le long d’un grand mur. Elle est également équipée d’un miroir. Bon, c’est vrai que la présence d’un miroir peut parfois gêner les gens. On n’a pas toujours envie de se mater lorsqu’on fait des postures et cela peut même déconcentrer…. L’idée du miroir ne m’emballe pas plus que ça, mais d’autres personnes trouveront sans doute cela très chouette.

Photo-ommstudio-  c700x420bis

Le cours et la prof : J’avais déjà pris un cours de Jivamukti il y a quelques mois au Studio Be Yoga (près de Montparnasse). J’avais plutôt apprécié mais sans plus, ne voyant pas la corrélation entre la musique diffusée et le cours. Dimanche, j’ai ADORÉ le cours de Klara. Je suis arrivée un peu « chafouin ». Je n’avais pas pratiqué depuis deux jours (la formation Gérard Arnaud s’était terminée vendredi 8) et j’avais l’impression de manquer d’énergie. Au bout de quelques minutes de pratique, Klara a mis de la musique et je me suis sentie emportée, motivée par le son qu’elle proposait. Les postures s’enchaînaient comme dans le vinyasa et la température est très vite montée de quelques degrés. Mais avec la musique dynamisante en toile de fond, j’ai trouvé le flow et me suis laissée porter. C’était très agréable, très fluide…… même si le cours était en anglais (outch). A la fin, j’avais le sentiment de pouvoir en faire encore pendant 1h, j’étais powerfull, énergisée à mort et prête à sourire à tous ceux qui croiseraient mon chemin !!!! N’est-ce pas ce qu’on attend d’une bonne pratique ???? 😀

35026e4

Le principe de la journée portes ouvertes sur donation : Je trouve cette idée super géniale. En Inde, ça fonctionne un peu comme ça. La plupart des cours sont gratuits ou fonctionnent grâce à ce que les gens veulent bien donner. Evidemment, à Paris, un Studio pourrait difficilement vivre uniquement grâce aux donations des élèves mais pour des évènements comme celui-ci, j’apprécie vraiment l’initiative. Je ne suis pas une spécialiste et je ne saurai jamais la somme récoltée mais je crois que les pratiquants connaissent le prix d’un bon cours et savent se montrer généreux et reconnaissants de ce qu’on leur a offert. Je n’imagine pas une seule seconde un yogi prenant un cours et laisser seulement 5 euros ! Ca ne me semble pas envisageable du tout.

Mon bilan : Le lieu est cool et neuf et propre et tout et tout…. Les gens qui y travaillent ont l’air tous ultra sympas. J’ai été voir sur leur site, le studio propose aussi des cours de Pilates, de Barre au sol, de Qi gong, plusieurs types de yoga et j’ai l’impression qu’ils programmeront ce genre d’évènement régulièrement. Les tarifs sont en moyenne ceux qu’on trouve ailleurs : 12 euros le cours d’essai, 22 euros le cours à l’unité, puis des formules qui vont de trois cours à 20 cours (60 à 340 euros – dégressifs) ou des illimités (3 mois 430 euros). Je ne vais pas vous dire que c’est ultra abordable car je fréquente d’autres studios où les tarifs sont un peu moins élevés mais bon, il n’y a pas que le prix des cours qui joue lorsqu’on décide de fréquenter tel ou tel lieu. Chacun fait bien comme il veut !

Par contre j’ai l’impression que le planning des cours n’est pas systématiquement le même d’une semaine sur l’autre. Il y a un planning en ligne et on peut réserver son cours depuis la plateforme mais je n’ai pas pu accéder à un planning « régulier ». Je ne sais pas trop quels sont leurs horaires. Il faudra vérifier par vous-même 😉

c700x420

Voilà, j’ai passé un excellent moment, énergisant, sympathique, intense, tout cela dans une très bonne ambiance ! Je suis ravie de ma journée alors je ne peux que vous conseiller d’aller y faire un tour pour tester vous aussi – et puis c’est super chouette de découvrir de nouveaux endroits et de participer à l’expansion du yoga à Paris 😉