Faites ce que je dis….

Mais pas ce que je fais….
Il m’arrive parfois de penser à ce dicton lorsque j’introduis ou termine mes cours. Il est rare que je lance une thématique ou une intention pour pratiquer mais cela peut m’arriver de partager mon état d’esprit du moment ou une phrase trouvée dans un livre…
Et de temps en temps, mes élèves partagent avec moi leur ressenti sur un cours ou me posent des questions sur le yoga ou mon parcours. Ils font des parallèles entre ce qu’ils ressentent grâce à leur pratique et les phases par lesquelles je suis passée.

Et lorsque je leur parle, je me rends compte parfois qu’entre ce que je conseille et ce que je m’applique, il y a un véritable fossé.

La difficulté de l’enseignement c’est – entre autres choses – qu’on ne peut pas trop laisser paraître ses états d’âmes. Surtout si on est triste ou si on passe par un moment compliqué. C’est d’ailleurs vrai pour tous les métiers de « représentation ». Dès qu’on est en public, il est impossible de se laisser aller.
Je suis toujours totalement sincère lorsque je conseille mes élèves ou lorsque je partage une pensée mais dès qu’on aborde les questions de bienveillance ou d’acceptation, de douceur et d’écoute…. huuuum…. je suis bien obligée d’admettre que j’ai du mal à m’appliquer la moitié de ce que je préconise !
On dit que les cordonniers sont souvent les plus mal chaussés. Je me sens un peu comme cela de temps en temps.

sticker-singes-de-la-sagesse

Je crois absolument à toutes les valeurs que nous inculque le yoga mais je suis comme tout le monde, totalement imparfaite, humaine, avec des fêlures et des choses à régler dans ma vie. La pratique m’aide et m’apaise. L’enseignement me pousse à être sincère et à m’appliquer ce que je conseille – avec juste plus ou moins de réussite en fonction des périodes.

Voilà, ce billet d’humeur était vraiment court mais je voulais partager ce truc avec vous.
NAMASTE

Publicités

Contradiction

Dans mon dernier article, je vous expliquais ma volonté de ralentir un peu le rythme de mes journées afin de me poser un peu plus, de savourer les choses avec sérénité. A notre époque, c’est un vrai luxe de pouvoir prendre le temps, de ne pas courir partout. J’espère d’ailleurs que vous ne vous êtes pas laissés happer par la frénésie du mois de septembre, vous savez cet engouement presque hystérique pour la rentrée, les fournitures scolaires, les agendas, les activités auxquelles il faut s’inscrire ou inscrire les enfants, les RDV chez le médecin pour les certificats médicaux…. etc….
Souvent septembre rime avec bonnes résolutions aussi : plus de sport, plus de sorties, plus d’activités culturelles…. plus, plus, plus…. Mais au final, parfois moins c’est mieux !

En toute honnêteté, lorsque j’ai écris le post sur la volonté de ralentir, il se passait dans ma vie quelque chose de superbe et j’avais envie de m’y consacrer pleinement donc de réduire mes autres activités. Cette rencontre fut éphémère et aujourd’hui j’angoisse un peu de ce temps libre que j’ai récupéré en mettant fin à certaines activités. Comment occuper ces moments ?
C’est une vraie question que je me pose et qui peut sembler un peu dingue et un peu ridicule.
J’ai toujours un peu peur du vide, du rien, d’être seule. Je ne sais pas si parfois vous passez par ces états d’âme mais pour moi, ces moments de doute sont insupportables. Accepter de s’ennuyer…

4241878468_622d72fb60_large

Parfois au milieu d’une journée j’ai des temps de repos, entre deux cours, mais j’ai toujours un truc à faire, que ce soit des démarches administratives ou des RDV chez le kiné….
J’ai pris la décision de quitter BIOcBON, pour ceux qui me suivent, vous savez que j’y travaille depuis un peu plus d’un an, à raison de 15 heures par semaine. Cette décision prise avant tout parce que je n’ai plus besoin de ce revenu, mais prise aussi afin de libérer du temps et me consacrer à cette rencontre dont je vous parlais plus haut, aujourd’hui me fait flipper. J’ai peur de ne pas savoir quoi faire de ce temps libre. En l’écrivant ça me semble dinguo mais c’est vraiment ce que je ressens.
Lorsque je rationnalise, je sais bien que ça va aller et que ces moments seront finalement appréciables et appréciés. Je vais pouvoir me reposer et stopper enfin ce rythme 7/7 que je me suis imposées cette année.

Alors voilà, je voulais partager avec vous ce paradoxe. Ce conseil que je vous donnais, qui me semblait tellement évident pour moi il y a encore quelques jours, celui de ralentir et de se consacrer à ce qui compte vraiment… Et malgré tout, cette peur du vide, du rien…

Pardon c’est un post un peu brouillon et pas super enjoué, je m’en rends bien compte.
Mais je me suis jurée de ne rien vous cacher dans ces billets d’humeur et en mettant tout cela noir sur blanc, j’espère avancer.

Rapide mise au point

Bonjour à tous,
Comment se sont passées les vacances ??? Alors pour ma part c’était juste super génial. Si vous me suivez sur instagram, vous avez pu voir le chalet de rêve dans lequel j’ai passé 5 jours paisibles à pratiquer, à me reposer, afin de revenir d’attaque pour cette rentrée !
Quelle ne fut pas ma surprise lorsqu’en regardant les commentaires du blog, je trouvais celui qui va suivre. Je revenais posée et détendue grâce à cette coupure bienvenue et j’ai été contrainte de redescendre un peu vite de mon nuage à la lecture de ces quelques lignes.

Avant de vous copier le commentaire, je tiens à préciser que si, comme moi, vous avez envie de capitaliser un peu sur la détente acquise pendant le break de cet été, NE LISEZ PAS CE QUI SUIT.
J’aurais préféré revenir vers vous avec autre chose, un article sympa et frais. J’avais d’ailleurs un peu décidé (à la création du blog et à la lecture de ce commentaire en particulier) de ne pas prêter attention à ces gens qui déversent quelque chose de très négatif, mais là, j’ai reçu deux commentaires de cette personne et vraiment, je ne comprends pas. Alors je vais partager avec vous afin que vous puissiez voir ce que certaines personnes sont capables d’écrire…

REACTION CONCERNANT L’ARTICLE SUR MON NOUVEAU TATOUAGE : « Si vous êtes si attachée que ça au yoga, ayez une pratique forte et discipliné. Vous devriez être en train de faire votre sadhana (pratique spirituelle personnelle) au lieu de perdre du temps à meurtrir votre corps pour aboutir à un dessin futile et inutile pour votre avancée, si ce n’est donner dans le paraître de manière indélébile.
Personne ne vous a dit que le yoga est intérieur, et non ostentatoire de manière indélébile ?
Pas facile hein de se détacher du consumérisme et du paraître ? Alors, entre autre, on se tatoue, en croyant que…
Que vous soyez ignorante du Yoga c’est une chose, votre problème d’ailleurs, mais par pitié, arrêtez, vous et tous les autres occidentaux pseudo-spirituel, d’insulter par votre attitude cette merveilleuse discipline, à mille lieu de ce que vous faîtes de votre vie. »

L’autre commentaire, dans le même ton, concerne l’article second degré que j’ai rédigé sur les yogis et les clichés qui permettent de nous reconnaître entre nous…. Vous vous souvenez
EXTRAIT : « Les vrais yogis se voient difficilement au premier coup d’œil. Les autres, ce ne sont que des consommateurs, qui sont loin du chemin qu’ils se disent emprunter, bref, des adeptes de ce qu’on appelle la spiritualité matérialiste, ceux qui, confronté à la dureté indispensable d’un vrai chemin spirituel se retrouve dans les choux ou croit être sur la bonne voie quand ils sont complètement à côté.
Et si je dis ça c’est parce-que des vrais yogis, j’en connais, et croyez-moi, ils n’ont rien à voir avec vous. L’ascétisme, ils connaissent, contrairement à l’occidental (qui ne le supporterait guère) qui tombent dans le panneau de l’illusion constamment. »

Voilà les deux commentaires que j’ai trouvé en rentrant de mes vacances. Je n’ai pas envie d’entrer dans une polémique ou d’avoir à justifier mes choix.

3168383376_1_4_K30VqG9Y

Je voudrais simplement rappeler que ce blog est un endroit où j’exprime mes impressions personnelles, qui ne sont en aucun cas parfaites. Je n’ai absolument pas la prétention de vouloir convaincre ou rattacher des gens à ma façon de vivre. Si quelqu’un passe par ici et n’y trouve pas ce qui lui convient, aucun problème, je n’oblige personne à être d’accord ou à me lire. Ce blog n’ai pas « marchant », je ne gagne ABSOLUMENT PAS d’argent avec ce blog et je refuse la plupart des demandes de partenariats qu’on me propose afin de rester libre.
Donc il s’agit ici d’un lieu d’expression libre et j’entends faire en sorte qu’il le reste. Cependant il est compliqué de se faire insulter gratuitement et de laisser couler.

Cette personne, visiblement très attachée à la culture et aux valeurs yoguiques, oublie visiblement que la tolérance et l’acceptation de la différence sont des qualités indispensables lorsqu’on choisit de vivre dans le yoga. Respecter les choix et les modes de vie des uns et des autres, leur liberté, voilà ce que cette personne devrait commencer par appliquer pour elle-même.
J’ai été quelque peu affectée par ces commentaires, non pas par leur contenu que je trouve sans intérêt, mais plutôt par la forme employée, la méchanceté et la haine avec lesquelles cette personne s’est exprimée…. Elle était très certainement dans un mauvais jour…. Cela peut arriver à tout le monde, alors je pardonne 🙂

Je reviens tout vite avec quelque chose de plus funky !
Passez une bonne journée