#Yogastepbystep – 3

J’ai mis 1000 ans à poster ce nouvel article STEP BY STEP ! Pour rappel, ce projet a été lancé par Mathilde Piton ainsi que d’autres yoginis et consiste à apprécier l’évolution d’une posture en la prenant en photo à intervalles régulières. C’est un peu un « anti-selfie yoga » où l’on voit les pratiquants dans des poses plus hallucinantes les unes que les autres… Là il s’agit plutôt de choisir une posture qui challenge un peu, de la travailler et d’apprécier la progression, tout cela en partageant nos impressions, nos remarques….

J’avais donc décidé de participer à ce projet et les postures choisies étaient le grand écart et le tripode. Sans surprise, même si je constate une petite évolution, le grand écart reste un point sensible (comme tout ce qui touche à la souplesse j’ai envie de te dire !). La photographie est de très mauvaise qualité (pardon) et je ne sais pas si vous le verrez bien mais à présent je mets la brique sur la plus petite des hauteurs (6,5cm) sous ma jambe avant et un peu plus vers le haut de ma cuisse – vers l’entrejambe. Lors du dernier article étape, je plaçais la brique sur la moyenne hauteur vers mon genou. Cela reste un peu douloureux, je ne me roule pas à terre de joie lorsque je dois réaliser cette posture en cours ou à la maison…. Surtout que c’est lors de cette position que je me suis flinguée la rotule il y a 1 mois….. Appréhension donc méfiance. Je sais que le genou va mieux donc j’évite de trop m’écouter et de trop avoir peur mais bon, ce n’est pas si simple et j’ai un peu la trouille de lâcher mon appui des mains lorsque ma jambe droite est à l’arrière…. Avec le temps, ça ira mieux et centimètre par centimètre, je compte bien dompter cette posture d’ici quelques mois…

20150420_090758

Le deuxième asana est le tripode qui est une posture inversée, un équilibre sur la tête et les mains. Dans la position la tête et les mains forme un triangle, les bras sont ceux de chaturanga (assez proches du corps) ce qui permet d’y poser les genoux avant de se hisser vers le ciel.

J’ai eu un peu peur en la prenant ce matin car ça faisait un moment que je ne m’y étais pas entraînée et sans surprise la première tentative a été chaotique. Après m’être recentrée et avoir soufflé un bon coup, j’y suis retournée et ça a donné ça ! Chez Gérard Arnaud, dans les cours avancés, on travaille beaucoup les équilibres (mains, avant-bras, tête) et je sens que mon centre est mieux tenu, que mon bassin monte plus facilement. Je ressens moins le besoin de prendre la posture « en force », je parviens à le faire sans crisper et en respirant de façon fluide (c’est bien non ?). Aujourd’hui j’ai réussi à monter une première fois, puis à redescendre les bas de jambes pour les remonter ensuite. La descente se fait aussi de façon plus assurée moins saccadée et moins violente. « L’atterrissage » est mieux contrôlé.

Pour ma prochaine étape (dans 10 ans environ je dirais), j’aimerais réussir à être un peu plus à l’aise en grand écart de façon à pouvoir lever les mains vers le ciel et cambrer vers l’arrière (!!!!) et pour le tripode, j’aimerais passer directement en planche à partir de la posture intermédiaire : lorsque mes jambes sont pliées vers mon buste, bim direct j’impulse pour envoyer les pieds vers l’arrière en chaturanga – tu vois le truc ?! 🙂

Voilà ce que je peux dire pour cette étape 3. Comme d’habitude – et ce « défi » confirme ce que je sais déjà concernant ma pratique – les postures de souplesse restent difficiles autant pour les jambes que pour le dos (réussir à garder le dos droit) et les postures d’équilibre et de « force » sont plus simples. Je dois continuer à travailler sans faire de distinction et petit peu par petit peu ce f****** grand écart finira bien par ressembler à quelque chose 😉

Publicités

Être au tapis

En me fâchant avec mon tapis (le vert) de yoga l’autre jour en plein milieu d’un cours… OUI je suis du genre à me fâcher avec les objets qui m’entourent…. ^^ Je me suis posée la question de son intérêt. Je vous résume brièvement la situation : lui étendu sur un sol parquet, moi dessus, les mains et le corps légèrement moites de sueur (glamoooouuur)…. Lui qui n’adhère pas au sol et qui se tord, ondule sous mes mouvements, moi qui fait patinoire dès que je me retrouve en adhomukha! Et l’agacement qui monte – en total contradiction avec ce que j’espère lorsque je prends un cours…. A ce moment-là je me suis dit « pourquoi ne pas pratiquer à même le sol??? », parfois cela m’arrive lorsque je fais des équilibres, par exemple, je « descends » de mon tapis…. Alors pourquoi ne pas généraliser et pratiquer sur le parquet???

tapis-3 tapis-yoga

La question du tapis de yoga est très complexe, je vous laisserai lire les articles de Mathilde Piton ou Laurence Gay à ce sujet. Chacune résume bien les attentes liées au tapis, qu’elles soient pratiques et objectives (épaisseur, poids, taille, matière, utilisation…) ou un peu plus subjectives (extension de soi, relation d’habitude, trace/témoin d’un parcours, amour pour son tapis…)…. Mathilde aborde aussi la question de pratiquer sans…

Alors dans certains studios c’est tout simplement impossible de pratiquer sans tapis, ce n’est pas autorisé. Dans d’autres, on vous en prêtera et il faudra le nettoyer, dans d’autres encore, il faudra obligatoirement vous munir du vôtre… Et encore dans certains, on vous le prête et on ne vous donne rien à la fin pour le nettoyer (outch)….

Pour ma part, lorsque j’ai commencé le yoga, le studio dans lequel je prenais mes cours m’a proposé de louer un tapis (le vert) sur lequel mon nom était inscrit et que je pouvais laisser sur place. Cool, c’est exactement ce que j’ai fait mais sans me poser la question de l’épaisseur, de l’adhérence, de la qualité…. A force de pratiquer et de ne pas toujours remettre la main dessus lorsque j’allais au studio, j’ai fini par acheter mon tapis et je le laissais au travail (à l’époque je prenais des cours à l’heure du déjeuner). Le studio a fermé ses portes et je suis restée avec mon tapis dans une sorte d’errance yogique – à la recherche du bon prof…

J’ai commencé à pratiquer seule à la maison…. J’ai acheté un livre puis plusieurs afin d’avoir des idées de séquences yoga à reproduire chez moi… Dans l’attente de trouver THE studio… En faisant toutes ces recherches, je me suis intéressée à tout ce qui entoure le yoga, les accessoires notamment : coussin de méditation, habillement, sangle, briques…. Et en naviguant sur le web je suis tombée sur CHIN MUDRA qui est peut être le site marchant de yoga le mieux référencé sur Google. Et voyant des tapis légers et à bas prix, j’ai craqué pour un tapis de couleur marron que vous avez pu voir dans certaines vidéos ou photos à 15 ou 18 euros (je ne sais plus).

Mais voilà, avec ma pratique qui a sensiblement augmenté ces derniers temps, aucun de mes deux tapis ne répond vraiment à mes attentes…. Donc comme tout le monde, je scrute, j’observe les tapis que les autres pratiquants apportent en cours. Manduka, Jade, Chin Mudra, bio ou non, en PVC ou en matière écolo…. Lourds ou légers… Je vois de tout et c’est bien normal puisque chaque utilisation est différente et les attentes des uns ne sons pas celles des autres. Toujours est-il que ça ne m’aide pas à faire un choix ! Et puis, à l’image de mon achat du tapis marron, je ne veux pas mettre 40 ou 80 euros dans un nouveau tapis et me rendre compte à l’usage qu’il ne m’est pas adapté !!!

Non ce qu’il faudrait, c’est pouvoir faire du leasing de tapis…. On pourrait louer un tapis pour une durée déterminée (3 ou 6 mois) et à la fin soit on a suffisamment payé et il est à nous, soit on le change pour un autre et on recommence la location…. Un peu comme avec les voitures ou les sacs de luxe. Qu’en pensez-vous ???

p1040779

Sinon pour revenir à la relation que j’ai avec mon/mes tapis et qui peut être un peu houleuse, c’est très spécial. J’aurais du mal à me passer de la sensation du tapis sous mes pieds, son épaisseur, son amorti qui quelque part me rassure lorsque je monte sur la tête ou son « confort » au moment de la relaxation… J’ai parfois une légère appréhension lorsque mes membres ne sont plus en contact avec et en même temps, c’est déstabilisant de s’en remettre à cet unique objet, ça peut aussi devenir limitant pour la pratique et source d’agacement…

En conclusion, je pense que trouver le bon tapis de yoga c’est comme trouver le bon professeur… Il faut prendre le temps et chercher un peu… Car on va faire un bout de chemin ensemble…. 🙂

#yogastepbystep – 2

Aujourd’hui deuxième partie du projet yoga stepbystep. Donc pour rappel, je participe à un projet lancé par Mathilde du blog « mathildefaitduyoga » avec d’autres blogueuses. L’idée étant – un peu à contre-courant de ce qu’on a l’habitude de voir sur les réseaux sociaux avec toutes ces photos de postures plus impressionnantes les unes que les autres – de partager l’évolution d’une posture ou d’une transition. De parler du chemin plutôt que du résultat.

Alors même si – à priori – ce n’est pas en totale adéquation avec  ce qu’est le yoga – j’aime bien le fait d’avoir un « objectif » et de pouvoir constater une évolution, grâce notamment aux photos ou aux vidéos que je prends pour vous en parler ici.

Alors pour mémoire j’ai décidé de travailler sur le tripode avec une transition pour passer en planche et Hanuman asana (le grand écart) pour faire évoluer ma souplesse.

Aujourd’hui je partage donc cette vidéo du tripode avec une tentative de transition 🙂

Je constate que cette posture m’effraie de moins en moins. Je « monte » plus facilement à la verticale. Pour cette séquence, j’avais choisi de m’aider de la sangle afin d’immobiliser mes bras et de tenir mes coudes l’un prêt de l’autre. Ca m’a réellement aidé.

Concernant Hanuman, qui est l’autre posture que je travaille dans le cadre de ce projet, je ne vous ai pas mis de photo car je vous réserve un focus dans le prochain article sur cette posture donc on aura l’occasion d’en reparler.

Je vous souhaite une excellente semaine !

#yogastepbystep – 1

Je vous en parlais ici, j’ai décidé de m’associer au « défi » yogastepbystep lancé par Mathilde du blog Mathildefaitduyoga.

Alors avant d’aller plus loin et de vous montrer le step1 de ce projet, je voulais préciser que j’ai changé d’avis concernant les deux postures que je souhaite faire évoluer (oui je suis comme ça moi). La première reste le tripode avec une transition, comme ici.

La seconde est Hanuman (le grand écart). Lors de mon dernier cours de yoga, nous avons essayé cette posture et je l’ai trouvé très chouette et parfaite pour mon objectif de travailler ma souplesse.

Alors voici la première vidéo de mon tripode…. Il reste du chemin à parcourir, et j’aime l’idée. J’ai noté de nombreuses choses à améliorer, à corriger afin d’être plus stable dans la posture car même si on a trois points d’appui au sol, il n’en reste pas moins qu’il faut supporter la partie la plus lourde de son corps (son tronc et ses jambes). La stabilité est donc essentielle. Par exemple, je vois que mes bras s’écartent lorsque je commence à monter mes jambes. Je sens que je n’engage pas suffisamment mulabandha et les abdominaux…. Car même si je parviens à monter et dresser mes jambes, je suis très loin de maîtriser la situation. Et la descente, n’en parlons pas, la transition réussie n’est pas pour demain. Cependant, je suis très contente de m’y essayer, et la vidéo permet de garder une trace de l’évolution de cette posture.

 

Pour Hanuman, j’ai pris des photos. Grand écart droit et grand écart gauche donc… Lorsqu’on est souple comme une branche (et c’est mon cas), on a tout de même un côté qui est plus souple que l’autre, pour ma part c’est le côté droit…. Ce n’est pas flagrant ici, je l’accorde mais quand même !! Cela faisait très longtemps que je n’avais pas tenté d’entrer en grand écart et bien je suis surprise de ne pas être restée sur les genoux et d’avoir pu descendre un peu… Le travail de mardi dernier en cours de yoga a préparé le terrain 😉

DSCN5495  DSCN5497

Voilà pour ce step1 du yogastepbystep. Vivement le step2 !

Sur le blog de Mathilde, vous découvrirez les articles des autres blogueuses qui se prêtent au jeu, allez y jeter un œil !

Et si vous voulez vous aussi participer à ce « challenge », no problemo !! Pas de sélection, c’est pour tout le monde 😉