Être au tapis

En me fâchant avec mon tapis (le vert) de yoga l’autre jour en plein milieu d’un cours… OUI je suis du genre à me fâcher avec les objets qui m’entourent…. ^^ Je me suis posée la question de son intérêt. Je vous résume brièvement la situation : lui étendu sur un sol parquet, moi dessus, les mains et le corps légèrement moites de sueur (glamoooouuur)…. Lui qui n’adhère pas au sol et qui se tord, ondule sous mes mouvements, moi qui fait patinoire dès que je me retrouve en adhomukha! Et l’agacement qui monte – en total contradiction avec ce que j’espère lorsque je prends un cours…. A ce moment-là je me suis dit « pourquoi ne pas pratiquer à même le sol??? », parfois cela m’arrive lorsque je fais des équilibres, par exemple, je « descends » de mon tapis…. Alors pourquoi ne pas généraliser et pratiquer sur le parquet???

tapis-3 tapis-yoga

La question du tapis de yoga est très complexe, je vous laisserai lire les articles de Mathilde Piton ou Laurence Gay à ce sujet. Chacune résume bien les attentes liées au tapis, qu’elles soient pratiques et objectives (épaisseur, poids, taille, matière, utilisation…) ou un peu plus subjectives (extension de soi, relation d’habitude, trace/témoin d’un parcours, amour pour son tapis…)…. Mathilde aborde aussi la question de pratiquer sans…

Alors dans certains studios c’est tout simplement impossible de pratiquer sans tapis, ce n’est pas autorisé. Dans d’autres, on vous en prêtera et il faudra le nettoyer, dans d’autres encore, il faudra obligatoirement vous munir du vôtre… Et encore dans certains, on vous le prête et on ne vous donne rien à la fin pour le nettoyer (outch)….

Pour ma part, lorsque j’ai commencé le yoga, le studio dans lequel je prenais mes cours m’a proposé de louer un tapis (le vert) sur lequel mon nom était inscrit et que je pouvais laisser sur place. Cool, c’est exactement ce que j’ai fait mais sans me poser la question de l’épaisseur, de l’adhérence, de la qualité…. A force de pratiquer et de ne pas toujours remettre la main dessus lorsque j’allais au studio, j’ai fini par acheter mon tapis et je le laissais au travail (à l’époque je prenais des cours à l’heure du déjeuner). Le studio a fermé ses portes et je suis restée avec mon tapis dans une sorte d’errance yogique – à la recherche du bon prof…

J’ai commencé à pratiquer seule à la maison…. J’ai acheté un livre puis plusieurs afin d’avoir des idées de séquences yoga à reproduire chez moi… Dans l’attente de trouver THE studio… En faisant toutes ces recherches, je me suis intéressée à tout ce qui entoure le yoga, les accessoires notamment : coussin de méditation, habillement, sangle, briques…. Et en naviguant sur le web je suis tombée sur CHIN MUDRA qui est peut être le site marchant de yoga le mieux référencé sur Google. Et voyant des tapis légers et à bas prix, j’ai craqué pour un tapis de couleur marron que vous avez pu voir dans certaines vidéos ou photos à 15 ou 18 euros (je ne sais plus).

Mais voilà, avec ma pratique qui a sensiblement augmenté ces derniers temps, aucun de mes deux tapis ne répond vraiment à mes attentes…. Donc comme tout le monde, je scrute, j’observe les tapis que les autres pratiquants apportent en cours. Manduka, Jade, Chin Mudra, bio ou non, en PVC ou en matière écolo…. Lourds ou légers… Je vois de tout et c’est bien normal puisque chaque utilisation est différente et les attentes des uns ne sons pas celles des autres. Toujours est-il que ça ne m’aide pas à faire un choix ! Et puis, à l’image de mon achat du tapis marron, je ne veux pas mettre 40 ou 80 euros dans un nouveau tapis et me rendre compte à l’usage qu’il ne m’est pas adapté !!!

Non ce qu’il faudrait, c’est pouvoir faire du leasing de tapis…. On pourrait louer un tapis pour une durée déterminée (3 ou 6 mois) et à la fin soit on a suffisamment payé et il est à nous, soit on le change pour un autre et on recommence la location…. Un peu comme avec les voitures ou les sacs de luxe. Qu’en pensez-vous ???

p1040779

Sinon pour revenir à la relation que j’ai avec mon/mes tapis et qui peut être un peu houleuse, c’est très spécial. J’aurais du mal à me passer de la sensation du tapis sous mes pieds, son épaisseur, son amorti qui quelque part me rassure lorsque je monte sur la tête ou son « confort » au moment de la relaxation… J’ai parfois une légère appréhension lorsque mes membres ne sont plus en contact avec et en même temps, c’est déstabilisant de s’en remettre à cet unique objet, ça peut aussi devenir limitant pour la pratique et source d’agacement…

En conclusion, je pense que trouver le bon tapis de yoga c’est comme trouver le bon professeur… Il faut prendre le temps et chercher un peu… Car on va faire un bout de chemin ensemble…. 🙂

Publicités

Les bienfaits de l’eau chaude

Alors on connaît depuis très longtemps les bienfaits de l’eau chaude sur le corps et notamment sur les rhumatismes grâce aux nombreuses cures thermales qui existent. C’est un fait, et cela ne date pas d’hier (les romains construisaient déjà des bassins d’eau chaudes dans les villes qu’ils bâtissaient), l’hydrothérapie orientale ou occidentale est prescrite pour soigner de nombreux maux comme des allergies, des troubles du système respiratoire, des contractures musculaires, de l’eczéma….

J’ai lu un article récemment qui parle de tous les nombreux bienfaits de l’eau chaude pour le corps et j’ai découvert deux ou trois astuces que j’aimerais partager avec vous.

donne romane al bagno

L’eau chaude pour calmer une contracture musculaire :
Si vous faites du sport (pas forcément du yoga, on n’est pas des extrémistes), vous avez certainement déjà eu des contractures musculaires ou simplement des crampes. Dans un cas, comme dans l’autre, se masser la zone douloureuse avec une huile type arnica est très utile mais vous pouvez aussi faire chauffer de l’eau et l’appliquer – grâce à un linge humidifié ou une bouillotte – sur la zone douloureuse. La chaleur va détendre les fibres musculaires et ainsi dissiper la contracture. C’est une bonne astuce qui évite de prendre des médicaments. Et puis vous pouvez renouveler le linge ou l’eau chaude de la bouillotte autant que vous le voulez – pas comme avec les médicaments pour lesquels il faut attendre 4h entre chaque prise ! L’application d’eau chaude est très utile aussi pour celles qui ont des règles douloureuses (au lieu de prendre un doliprane)…

L’eau chaude pour nettoyer l’organisme :
En boisson donc et sans ajouter un sachet de thé 😉
Pour bien faire, il faudrait boire 6 verres d’eau chaude par jour. Un verre avant le repas (30 min avant) et un autre 2h après le repas… Bue dans ces condition (sans rien y ajouter), l’eau dépure et soigne un grand nombre de dysfonctionnements métaboliques ou digestifs. Alors ce n’est pas forcément évident de boire un verre d’eau chaude avant et après le repas alors moi ce que je vous conseille c’est de boire au moins un grand verre d’eau chaude le matin au réveil avant de prendre votre petit déjeuner. Cela va éliminer les toxines de la nuit et vous mettre sur pieds pour démarrer votre journée.

L’eau chaude pour se déstresser :
Toujours en boisson, sans rien ajouter. Il est conseillé de boire un grand verre d’eau chaude lorsqu’on se trouve en situation de stress ou de fatigue car ces situations déshydratent le corps plus vite que d’habitude. Lorsque vous sentez monter la pression, l’anxiété, le stress ou la fatigue, buvez un grand verre d’eau chaude, cela calmera ces sensations et vous apaisera.

Lorsque vous décidez de voire de l’eau, plutôt que de faire couler de l’eau chaude de votre robinet ou de la chauffer simplement au micro-onde, vous pouvez la « cuire » dans une casserole. En faisant bouillir l’eau une dizaine de minutes puis en la laissant décanter 5 min, le calcaire et les impuretés contenus dans l’eau se déposent et vous pouvez ainsi filtrer votre eau avant de la boire.

8fdc6bcac650609bc620be26922d4b17    BOIRE-DE-LEAU-

SI ON RÉSUME : L’eau chaude soigne les rhumatismes articulaires et musculaires, l’anxiété et le stress, mais aussi le surpoids, les congestions nasales et pulmonaires, améliore la circulation sanguine, défatigue les muscles, traite certains problèmes dermatologiques et certaines inflammations.

 

#yogastepbystep – 2

Aujourd’hui deuxième partie du projet yoga stepbystep. Donc pour rappel, je participe à un projet lancé par Mathilde du blog « mathildefaitduyoga » avec d’autres blogueuses. L’idée étant – un peu à contre-courant de ce qu’on a l’habitude de voir sur les réseaux sociaux avec toutes ces photos de postures plus impressionnantes les unes que les autres – de partager l’évolution d’une posture ou d’une transition. De parler du chemin plutôt que du résultat.

Alors même si – à priori – ce n’est pas en totale adéquation avec  ce qu’est le yoga – j’aime bien le fait d’avoir un « objectif » et de pouvoir constater une évolution, grâce notamment aux photos ou aux vidéos que je prends pour vous en parler ici.

Alors pour mémoire j’ai décidé de travailler sur le tripode avec une transition pour passer en planche et Hanuman asana (le grand écart) pour faire évoluer ma souplesse.

Aujourd’hui je partage donc cette vidéo du tripode avec une tentative de transition 🙂

Je constate que cette posture m’effraie de moins en moins. Je « monte » plus facilement à la verticale. Pour cette séquence, j’avais choisi de m’aider de la sangle afin d’immobiliser mes bras et de tenir mes coudes l’un prêt de l’autre. Ca m’a réellement aidé.

Concernant Hanuman, qui est l’autre posture que je travaille dans le cadre de ce projet, je ne vous ai pas mis de photo car je vous réserve un focus dans le prochain article sur cette posture donc on aura l’occasion d’en reparler.

Je vous souhaite une excellente semaine !

Litterature Yoga

Aujourd’hui je voulais vous parler de deux livres de yoga que je conserve à portée de main tout le temps.
Il s’agit de «Mon année yoga» qui est devenu un indispensable dans ma bibliothèque yoga depuis quelques années et un petit nouveau «Le yoga malin» qui a fait son entrée au top 5 des livres qui restent en permanence sur ma table de nuit 😉

IMG_20140507_081122

Lorsqu’on commence le yoga ou n’importe quelle autre activité (j’ai l’impression que cela se vérifie systématiquement) on a besoin/envie de s’instruire davantage, de lire des choses sur le sujet et d’avoir une sorte de support, de «manuel de survie» auquel se référer.

Pour moi ce livre c’est « Mon année yoga ». Je l’ai depuis 2 ans et le consulte ultra régulièrement. Il est très complet. Il commence par une bonne introduction au yoga avec les préceptes qui constituent cette pratique (physiques et mentaux…). L’objectif de cet ouvrage est de fournir des séances clefs en main à suivre pas à pas (petits dessins explicatifs) afin de réaliser une posture.
Les postures ne sont pas montrées comme ça de but en blanc, elles sont expliquées, décortiquées et il y a un petit enchainement pour pouvoir «s’installer» dans la posture.
Il y a 52 séances soit une pour chaque semaine de l’année. Bon en vérité, certaines séances se font, s’apprennent rapidement et d’autres sont bien plus compliquées à exécuter. Mais dans l’idée c’est ça !

IMG_20140507_081001      IMG_20140507_081228

L’autre livre qui ne me quitte plus est «Le yoga malin» de Mathilde Piton. Ce livre est parfait lorsqu’on commence – ou pas – le yoga…. Il reprend pas mal de bases comme pourquoi se mettre au yoga, les bénéfices de la pratique, choisir un tapis, la question du végétarisme…..
Mais il y a aussi quelques petites séances rapides – entre 10 et 25 min – pour différents moments de la journée :
– Démarrer sa journée avec une petite «mise en route»
– Comment gérer son stress
– Se préparer à dormir….
Il est très bien fait, pratique à transporter (oui parce que Mon année yoga est certes très chouette mais ne rentre pas dans votre sac à main), rapide à lire et on peut très facilement s’y référer.

IMG_20140507_080914      IMG_20140507_080819

Il y a bien entendu d’autres ouvrages qui m’ont aidée dans ma découverte et ma pratique du yoga mais ces deux-là sont en haut de la pile !