Voyage en INDE, on avance !

Ca y est les choses se mettent en place, on vient de définir notre route et nos arrêts. L’excitation pointe le bout de son nez !
Au programme de mon prochain séjour en Inde – qui se déroulera au mois d’août – il y aura un stop de 2 nuits à GOA, un stop de 3 nuits à HAMPI et un dernier long stop à MYSORE afin de pratiquer le yoga dans une école.
Cet article a donc pour but de solliciter votre aide !
Car voilà, nous cherchons :
– un logement à GOA
– un logement à HAMPI
– une école de yoga à MYSORE qui propose /OU PAS l’hébergement
– un moyen de transport entre GOA ET HAMPI ET ENTRE HAMPI ET MYSORE !!!

goa-india

hampi

> OUI OUI on en cherche des choses…. Je vous demande vos conseils car je crois qu’un voyage est plus intéressant lorsqu’il sort un peu des sentiers battus et rebattus et surtout lorsque les logements ou les shala de yoga sont conseillés par une personne les ayant déjà testés !
Donc nos yeux et nos oreilles sont grands ouverts pour accueillir les conseils, les idées, les retours d’expériences.

mysore-street

Evidement ce projet m’excite comme une puce et me permet de me projeter un peu sur cette année 2017 – qui pour le moment n’est pas ultra tendre avec moi.
J’ai vraiment hâte que le voyage se dessine un peu plus précisément.

Dites-moi tout ! Envoyez-moi vos suggestions, vos idées, vos conseils, vos histoires de voyages là-bas… tout… J’adore vous lire, surtout sur ce sujet qui me passionne !
Merci

Publicités

Back to India

Ca y est la décision est prise, je retourne en Inde à l’été 2017 !
Oui je vous en parle si tôt et je suis déjà pressée comme un citron à la perspective de ce nouveau voyage 🙂
Pourquoi je vous en parle dès maintenant?? Parce que je sollicite vos conseils !
Voilà l’idée,
avec ma copine Joanna, on voudrait partir au mois d’août 2017 pendant quelques semaines.
J’avais en tête le Kerala mais je ne suis pas bloquée sur cette destination particulière. J’aimerais beaucoup pouvoir faire des découvertes pendant une dizaine de jours et ensuite me poser dans un centre yoga pour pratiquer. Evidemment MYSORE serait le top pour poser nos valises et pratiquer le yoga – d’où le fait de passer la première partie du séjour en Inde du sud pour ne pas allonger le trajet.
J’avais pensé à Cochin au départ et puis en questionnant des proches, on me l’a un peu déconseillée. Si l’occasion se présente, j’y passerai mais je n’ai donc plus l’envie d’y rester 10 jours.

s7-inde-bangalore-espere-se-liberer-des-tuks-tuks-trop-polluants-72713

Je n’ai pas forcément envie d’être proche de l’océan mais bon pas trop loin quand même ça pourrait être cool.
J’ai envie de ville à taille humaine à partir de laquelle on pourrait rayonner un peu et se balader.
Pour le centre de yoga, si là aussi vous avez des conseils n’hésitez pas, nous étudierons tout ça avec beaucoup de précision.

Ce nouveau voyage me fait très envie. Lors de mon premier séjour, j’étais « jeune » 😉 et l’idée du voyage me terrorisait un peu. J’avais décidé de passer 15 jours au même endroit avec CASA YOGA (souvenez-vous) et de pratiquer tous les jours. Les autres participants – pour la plupart – venaient pour une semaine de pratique et poursuivaient leur voyage ailleurs en Inde.
Je me souviens qu’une fois sur place la perspective d’enchainer avec des découvertes me séduisait mais je n’avais pas été suffisamment courageuse à l’époque et ne connaissant pas les autres participants, je n’avais pas pris contact afin de poursuivre l’aventure avec des « collègues » de voyage.
Je ne regrette pas car j’ai adoré ce premier séjour et je sais que j’aurais été incapable de faire plus ou autrement. Mais aujourd’hui, avec ce nouveau projet, c’est différent. Je vais partir avec ma copine et le fait d’y être allée déjà une première fois me met plus à l’aise avec l’idée du « parcours ». Ne pas rester au même endroit tout le temps et accepter de faire des étapes.
D’autre part, si nous pratiquons dans une école indienne, les cours seront sans doute dispensés en anglais. Là aussi c’est ce qui m’avait freiné en 2015 – moi et mon anglais déplorable nous n’étions pas tout à fait capables de nous débrouiller. Une fois sur place j’avais découvert que devant la nécessité je ne m’en sortais pas si mal.
Donc maintenant, l’anglais ne me freine plus autant, je trouverai bien une manière de me faire comprendre…. Et l’avantage c’est que Joanna, elle, parle très bien l’anglais 😉 #helpmejoanna

Donc voilà, je suis à l’écoute de vos bons conseils, de vos idées, de vos souvenirs de voyages là-bas.
Je ne manquerai pas de vous informer de l’avancement de ce nouveau projet 🙂
Merci beaucoup

Yoga Mala de Sri K. Pattabhi Jois

Nous connaissons tous Sri K. Pattabhi Jois…. De nom en tous cas ! J’ai récemment fait une grosse razzia de livres yoga et YOGA MALA était en haut de ma pile.

QUI EST PATTABHI JOIS ? Pattabhi Jois est né le 26 juillet 1915 dans le village de Kowshika, près de Hassan, Karnataka, Inde du Sud.
Dès l’âge de 5 ans, Pattabhi Jois a été instruit en sanskrit et a appris les rituels grâce à son père qui était astrologue, prêtre et propriétaire terrien.
En 1927, à l’âge de 12 ans, après avoir assisté à une manifestation donnée par Tirumalai Krishnamacharya, il devient son élève, et pratiqua chaque jour pendant deux ans. En 1932, après avoir fait du chemin chacun de leur côté, les deux hommes sont de nouveau réunis à Mysore, où Krishnamacharya était devenu le protégé du Maharaja, Krishna Rajendra Wodeyar. Pattabhi Jois et Krisnamacharya enseignèrent dans la Yoga Shala du palais jusqu’en 1941, date de la mort du Maharaja.
Krichnamacharya quitta Mysore et Pattabhi Jois resta et épousa une jeune femme du nom de Savitramma (mais qui est plus connue sous le nom de Amma).
Il occupa un poste d’enseignant de yoga au Sanskrit College du Maharaja et fut professeur honoraire au Collège de médecine du Gouvernement indien. En 1973, il quitta le Sanskrit College pour se consacrer pleinement à l’enseignement du yoga dans sa Shala et, en 1948, il créa l’Institut de recherche sur l’Ashtanga Yoga.

En 1964, un Belge nommé André Van Lysebeth passa deux mois avec Jois et écrivit un livre sur son apprentissage du yoga. Cette parution déclencha l’intérêt des occidentaux pour Mysore, qui ne cesseront d’y venir de plus en plus nombreux afin d’étudier le yoga. .

Son premier voyage en Occident en 1974 fut pour se rendre en Amérique du Sud. En 1975, il resta quatre mois à Encinitas, en Californie, marquant le début de l’Ashtanga yoga aux États-Unis. Il revint aux États-Unis à plusieurs reprises au cours des 20 années qui suivirent.
Il écrivit son unique livre Yoga Mala en 1958 et il fut publié en 1962, (première parution en anglais en 1999).
Jois continua d’enseigner à l’Ashtanga Yoga Research Institute de Mysore, situé dans le quartier de Gokulam, avec sa fille unique Saraswathi Rangaswamy (née en 1941) et son petit-fils Sharath (né en 1971), jusqu’à son décès (2009) de causes naturelles, à l’âge de 93 ans, à Mysore.

Pattabhi-Jois

QUE TROUVE T-ON DANS YOGA MALA ?
Ce guide témoigne de l’intemporalité du yoga ashtanga. Basé sur le vinyasa, c’est à dire la coordination du souffle et du mouvement, l’ashtanga est aujourd’hui un des styles de yoga les plus pratiqués à travers le monde. Yoga mala est donc une sorte de traité qui en expose les principes éthiques et philosophiques. Il explique les termes et les concepts liés à cette discipline. Dans la deuxième partie du livre, Pattabhi Jois décrypte les 42 asanas composant les premières séries d’ashtanga ainsi que la salutation au soleil. Il les explique pas à pas et précise leurs vertus.

MORCEAUX CHOISIS : « Nous pouvons donc pratiquer le yoga. C’est uniquement par le contrôle de notre esprit et de nos organes sensoriels que nous arrivons à connaître notre vraie nature, et non par notre connaissance intellectuelle, ou encore simplement en mettant notre tenue de yogi. »

‘Nous pensons que la nourriture que nous mangeons se transforme en une seule goutte de sang au bout de trente-deux jours. Après que 32 gouttes de sang de sont distillées, il faut attendre 32 jours pour que ces gouttes deviennent à leur tour une goutte de vitalité. Après que 32 gouttes de vitalité se sont propagées et que 32 jours se sont écoulés, une goutte de amrita bindu, que l’on appelle le nectar de l’immortalité est produite. »

« On croit que la pratique du yoga dans une vie antérieure amènera à la pratique dans une vie présente ; en d’autres mots, pour arriver au yoga, un désir, une envie pour le yoga doit déjà exister dans la conscience. »

« Notre vouloir n’a aucune influence dans ce monde, c’est certain. Tout dans cet univers arrive selon le bon vouloir du Soi universel et non selon le désir des hommes ».

« La pratique du Surya Namaskara, ou salutations au soleil, nous vient d’un passé lointain, et est capable de rendre la vie paradisiaque et pleine de bonheur. Les gens deviennent joyeux, n’ont que du bonheur et de la satisfaction et évitent ainsi de se laisser aller dans la vieillesse et la mort. »

‘Pour ceux qui pratiquent les asanas, le Surya Namaskara doit d’abord être pratiqué et ensuite seulement suivent les asanas. C’est la règle. Ceux qui suivent cette règle obtiendront ce qu’ils désirent. »

« Si les débutants suivent bien ces conseils et pratiquent prudemment les asanas décrites plus haut, alors ils deviendront prospère, tant matériellement que spirituellement. »

CE LIVRE EST FAIT POUR QUI ? Pour tous les pratiquants de yoga – ashtanga ou pas – qui désirent découvrir l’univers et la manière de penser d’un très grand maitre yoga contemporain. Qu’on pratique l’ashtanga ou tout autre style de yoga, les postures « de base » sont les mêmes, et, dans ce traité, elles sont bien expliquées, détaillées et décrites au-delà de la « simple » exécution corporelle. De mon point de vue, ce livre devrait faire partie de la bibliothèque de tout élève voulant pousser un peu plus loin sa connaissance du yoga et désirant comprendre son expansion de l’orient à l’occident.

J’espère que cet article vous donnera envie de foncer dans une librairie pour vous procurer ce livre. J’ai pris beaucoup de plaisir à le lire, a essayer de comprendre aussi entre les lignes afin de saisir l’esprit de Pattabhi Jois et de me familiariser avec son discours de maître yoga.

Portrait yoga…. Patrick Frapeau

Vous connaissez maintenant mon AMOOOUUUUR pour mon professeur de yoga – Patrick Frapeau. Vous savez à quel point j’aime suivre ses cours, ses ateliers, partir en week end yoga avec lui…. Je vous ai chaudement recommandé de prendre ne serait-ce qu’un cours avec lui afin de pouvoir vous faire votre propre opinion (et ne pas penser que je suis son attachée de presse) !

J’ai longuement hésité avant de demander à Patrick de répondre à ces quelques questions. Car même si j’aimerais jeter son talent à la face du monde pour que chaque personne sur cette terre puisse savoir quel excellent professeur il est, parfois j’aimerais le cacher, afin de le garder pour moi toute seule… Oui je vois, vous pensez que je suis folle, et vous n’avez sans doute pas tord, mais voilà, c’est comme ça, les cours de Patrick sont souvent bondés et je me dis que si je continue d’en parler comme cela sur le blog (avec ma petite audience), il faudra bientôt investir dans un hangar pour suivre ses cours !!!!

– Patrick lira certainement ces lignes et je vois déjà sa tête – il est si humble qu’il ne se rend pas compte de l’influence qu’il a sur moi.

Enfin bon, je ne sais pas si vous partagez mon excitation, mais voici en quelques lignes, le portrait de MON professeur de yoga – PATRICK FRAPEAU.

Patrick

Peux-tu te présenter en quelques mots ?
– Je suis professeur de yoga , j’enseigne depuis 10 ans l’Ashtanga et le Vinyasa. Je suis aussi masseur, je pratique le massage thai et la réflexologie. J’ai été danseur, comédien, acrobate aérien pendant 20 ans. J’ai co-géré deux bars, j’ai été attaché de presse…
Je viens de Paris et sa région.

Quand et comment as-tu commencé le yoga ?
– J’ai commencé le yoga il y a 15 ans avec ma prof de danse de l’époque qui suivait une formation de yoga Iyengar. Elle incorporait dans sa barre au sol certains asanas qui ont éveillé ma curiosité. Puis s’en suit une période dans le Hatha yoga  avec la méthode Nil Hahoutoff. A l’époque j’avais des insomnies… Et j’entends parler du Mysore style qui se pratique très tôt le matin. L’Ashtanga ne m’était pas totalement inconnu car j’avais acheté quelques mois auparavant le manuel de John Scott grâce auquel je pratiquais seul chez moi.
L’Ashtanga reste depuis ce temps ma pratique quotidienne.

Est-ce que tu penses que le yoga t’a changé / Qu’est-ce que cela t’apporte de pratiquer le yoga ?
– Je pense que les changements sont déjà là, en place, prêts à éclore. Pour paraphraser Eric Baret, c’est un pressentiment qui s’exprime. Le yoga a été pour moi l’expression du changement qui s’opérait en moi depuis longtemps ; comme une fête.

Penses-tu que le yoga ait pénétré d’autres sphères de ta vie ? Si oui, de quelle manière ?
– Le yoga a pénétré toutes les sphères de ma vie mêmes les plus obscures. Le yoga m’invite à plus d’écoute.

Est-ce que tu as une posture préférée ?
– Ma posture préférée est sirsasana (la posture sur la tête).

Qu’est-ce qui te challenge, ou te semble compliqué dans le yoga ?
– Certains préceptes sont difficiles à appliqués dans nos sociétés modernes. Je prends ces obstacles comme des cadeaux qui me permettent de me questionner, de me réajuster, de m’aligner.
Mais ce qui me paraît le plus compliqué est l’enseignement.

Portait-Patrick-Frapeau-Bio Mysore-practice-in-Paris

Comment et pourquoi t’est venu l’envie d’enseigner le yoga?
– Mon professeur de l’époque m’a proposé de suivre la formation qu’il mettait en place. Comme je n’avais pas les moyens de me l’offrir, en échange je donnais des cours dans le centre ou avait lieu la formation. J’ai adoré et j’ai continué.

Peux-tu parler en quelques mots de ta formation ? De tes professeurs ?
– Cette formation était de 200 heures et calquée sur le modèle Yoga Alliance. J’ai eu la chance de la faire avec mon professeur qui me suivait depuis quelques années et dont je continuais à suivre l’enseignement pendant les modules de formation. J’ai continué à le suivre après.
Tout en enseignant moi même, je continuais de l’assister sur des stages, des ateliers. Nous avons même partagé un programme de Mysore. J’ai suivi d’autres formations notamment en Anusara, en Pranayama, en Hatha yoga… Parallèlement à tout cela j’ai fait de nombreux voyages en Inde et notamment à la kpjayi de Mysore ou j’ai étudié plus d’une année auprès de Sharat.
En 2013 je suis  devenu professeur autorisé niveau 2 (autorized teacher level 2). A cette occasion je l’ai assisté tous les matins.
Tous les ans j’y retourne pour pratiquer.

Quel(s) style(s) de yoga pratiques-tu et enseignes-tu ?
– Je pratique l’Ashtanga , j’enseigne l’Ashtanga et le Vinyasa.

Quel est le meilleur conseil qu’on t’ait donné ?
– Relax (Sharat)

Quel(s) conseil(s) donnes-tu à tes élèves ?
– Un conseil est personnel il ne peut pas s’appliquer à tous.

Un dernier mot pour la route ?
– Santé