Bêtisier yoga

Yoga et photographie font de plus en plus bon ménage. Il suffit de faire une recherche sur INSTAGRAM du style #yogapicture ou #yogapose et vous verrez qu’une vie entière ne suffira pas à regarder toutes les photos disponibles !!
Le seul truc, et on en avait déjà parlé ici sur le blog, c’est que souvent ces photographies sont à tomber par terre de beauté et d’esthétisme. Les « yogi/yogini modèles » sont toujours très beaux, les postures immortalisées très impressionnantes et il y a en prime cette petite touche de luminosité évanescente qui fait que la photo te colle un whaou d’admiration et/ou jalousie (??) sur les lèvres pendant 5 minutes…

alessandra-ambrosio-yoga-pose-700_1 3_1447407675 092514-cc-dangerous-yoga-7
Mais mais mais…
Depuis quelques mois aussi on voit sortir sur les réseaux sociaux des photos et des vidéos un peu « bêtisier » de postures yoga. Des animaux de toutes sortes qui se collent, l’air nonchalant, devant les objectifs pendant que le yogi fait sa salutation au soleil.. Ou encore des personnes qui tentent des postures dans des endroits tout à fait inappropriés – qui a déjà eu l’idée de faire le pont sur une table de pique-nique????!!!^^ je vous le demande ?!
Bref, ces images un peu loose de pratiquants de yoga maladroits font sourire voire rire – à condition que personne ne se blesse – et font un peu retomber la pression en comparaison à ces cartes postales yoga qui inondent les flux d’actualités en permanence !
C’est bien de prouver que les yogis ont de l’humour et qu’ils acceptent de se montrer sous des angles parfois pas très « vendeurs ». Bon et ne nous voilons pas la face, on sait très bien qu’à travers ces images, ce qu’on recherche toujours c’est de faire un peu le buzz et que la photo/vidéo tourne bien sur internet !!!

chat-ruine-video-yoga-drole-lolcat-psychopathe main_5200_56bb99213e93c

Tenant un blog, je ne fais pas exception à la règle, je suis « contrainte » de prendre quelques photos de moi pendant mes pratiques afin de les poster en illustration d’article.
Et comme pour tout le monde j’imagine – j’espère – je me retrouve parfois avec des photos moches, râtées, dans des positions qui ne m’avantagent mais alors PAS DU TOUT, ou encore avec des morceaux de vidéos dans lesquels on ne peut qu’apprécier la dextérité de mes pieds dans les postures…. lol….
Souvent lors de séances photos pour le blog je me marre beaucoup !
Alors voici quelques images un peu foirées prises lors des dernières séances pour le blog !

DSC00390 DSC00718
Les photos « ha bon, y’avait un cadre??? »

DSC00713 DSC00370
« Les photos « nan nan nan, j’étais pas prête!!!! »

DSCN5425 DSC00737
Et enfin, mon préféré, les photos que tu n’utiliseras jamais tellement elles te désavantagent !

Namaste 😉

Publicités

Obsession…. Inde

Avouez, cela faisait longtemps qu’on avait pas parlé de l’Inde ici…. Obsession, obsession…. Des images que je n’ai pas eu la chance de prendre moi-même car
– 1° : je n’ai pas assez de talent
– 2° : je n’ai pas eu la chance de voir tout ça (pas encore)
Alors rêvons en nous plongeant dans ces magnifiques photographies qui appartiennent à des photographes et ne sont pas libres de droit.

INDE-rue-emplie-de-monde-photo-steve-McCurry

_THI7867 inde-nepal-photo-22

photographie-inde-6

Danae-photographie-Inde-Blue-101

Photographie-de-voyage-Varanasi-Inde  Danae-photographie-Inde-Blue-92

Tamil-Nadu-0368

couleurs-de-linde-47f0f60e-3551-417b-b408-c2470ca70bdc

india-04

#Yogastepbystep – 3

J’ai mis 1000 ans à poster ce nouvel article STEP BY STEP ! Pour rappel, ce projet a été lancé par Mathilde Piton ainsi que d’autres yoginis et consiste à apprécier l’évolution d’une posture en la prenant en photo à intervalles régulières. C’est un peu un « anti-selfie yoga » où l’on voit les pratiquants dans des poses plus hallucinantes les unes que les autres… Là il s’agit plutôt de choisir une posture qui challenge un peu, de la travailler et d’apprécier la progression, tout cela en partageant nos impressions, nos remarques….

J’avais donc décidé de participer à ce projet et les postures choisies étaient le grand écart et le tripode. Sans surprise, même si je constate une petite évolution, le grand écart reste un point sensible (comme tout ce qui touche à la souplesse j’ai envie de te dire !). La photographie est de très mauvaise qualité (pardon) et je ne sais pas si vous le verrez bien mais à présent je mets la brique sur la plus petite des hauteurs (6,5cm) sous ma jambe avant et un peu plus vers le haut de ma cuisse – vers l’entrejambe. Lors du dernier article étape, je plaçais la brique sur la moyenne hauteur vers mon genou. Cela reste un peu douloureux, je ne me roule pas à terre de joie lorsque je dois réaliser cette posture en cours ou à la maison…. Surtout que c’est lors de cette position que je me suis flinguée la rotule il y a 1 mois….. Appréhension donc méfiance. Je sais que le genou va mieux donc j’évite de trop m’écouter et de trop avoir peur mais bon, ce n’est pas si simple et j’ai un peu la trouille de lâcher mon appui des mains lorsque ma jambe droite est à l’arrière…. Avec le temps, ça ira mieux et centimètre par centimètre, je compte bien dompter cette posture d’ici quelques mois…

20150420_090758

Le deuxième asana est le tripode qui est une posture inversée, un équilibre sur la tête et les mains. Dans la position la tête et les mains forme un triangle, les bras sont ceux de chaturanga (assez proches du corps) ce qui permet d’y poser les genoux avant de se hisser vers le ciel.

J’ai eu un peu peur en la prenant ce matin car ça faisait un moment que je ne m’y étais pas entraînée et sans surprise la première tentative a été chaotique. Après m’être recentrée et avoir soufflé un bon coup, j’y suis retournée et ça a donné ça ! Chez Gérard Arnaud, dans les cours avancés, on travaille beaucoup les équilibres (mains, avant-bras, tête) et je sens que mon centre est mieux tenu, que mon bassin monte plus facilement. Je ressens moins le besoin de prendre la posture « en force », je parviens à le faire sans crisper et en respirant de façon fluide (c’est bien non ?). Aujourd’hui j’ai réussi à monter une première fois, puis à redescendre les bas de jambes pour les remonter ensuite. La descente se fait aussi de façon plus assurée moins saccadée et moins violente. « L’atterrissage » est mieux contrôlé.

Pour ma prochaine étape (dans 10 ans environ je dirais), j’aimerais réussir à être un peu plus à l’aise en grand écart de façon à pouvoir lever les mains vers le ciel et cambrer vers l’arrière (!!!!) et pour le tripode, j’aimerais passer directement en planche à partir de la posture intermédiaire : lorsque mes jambes sont pliées vers mon buste, bim direct j’impulse pour envoyer les pieds vers l’arrière en chaturanga – tu vois le truc ?! 🙂

Voilà ce que je peux dire pour cette étape 3. Comme d’habitude – et ce « défi » confirme ce que je sais déjà concernant ma pratique – les postures de souplesse restent difficiles autant pour les jambes que pour le dos (réussir à garder le dos droit) et les postures d’équilibre et de « force » sont plus simples. Je dois continuer à travailler sans faire de distinction et petit peu par petit peu ce f****** grand écart finira bien par ressembler à quelque chose 😉