Les raisons qui vous donneront envie de sortir avec une yogini

Vous hésitiez, vous vous posiez la question depuis quelque temps… Oui messieurs, c’est à vous que je m’adresse… Est-ce une bonne idée de sortir avec une yogini ? Nan parce qu’au-delà du cliché de la fille mince, tonique et souple, le legging, on le sait, vous fait fantasmer. Alors que pour beaucoup de filles, ce pantacourt ultra moulant n’est vraiment pas vu comme un atout séduction.. Bref, il s’agit ici d’un autre débat… Donc grâce à cette belle image de la femme yoga, vous aviez peu être l’envie d’en fréquenter une au quotidien, intiment je veux dire… Je vais donc vous dévoiler dans cet article, toutes les bonnes raisons d’aller au bout de votre envie !
Et vous mesdames, mesdemoiselles, ici vous allez enfin lire noir sur blanc, toutes les qualités qui font de vous des compagnes idéales 😉

La yogini est beaucoup plus souple que la moyenne des femmes
Lorsque je dit que je suis professeure de yoga, le premier commentaire que j’entends est « tu dois être souple », avec une variante parfois « tu dois être zen », on va y venir. C’est effectivement souvent cette image que les gens ont d’une femme qui pratique le yoga – et encore plus lorsque tu dis que c’est ton métier… Alors oui, c’est souvent le cas. Une yogini sera probablement plus souple que d’autres femmes et je n’ai pas besoin de vous expliquer en détails pourquoi cela peut plaire à un homme.

La fameuse zen attitude
le voilà le « tu dois être zen dans ta vie »…. ^^ Cette phrase me fait toujours rire car je pense que la pratique du yoga nous améliore, nous transforme et nous permet de relativiser certaines choses sur lesquelles nous n’avons aucune influence. Donc oui, une pratiquante de yoga sera peu être un peu plus « détachée » et moins stressée qu’une femme qui ne pratique pas le yoga ou la méditation… Mais attention à ne pas croire ici que le yoga peut rendre un lion aussi doux qu’un agneau 😉

coeur

Une yogini n’est pas dépendante ou dans l’attente
Grâce à la pratique du yoga qui se fait seule sur son tapis, on développe un certain sens de l’autonomie et du détachement. La dépendance à l’autre n’est pas un trait de caractère qu’on retrouve fréquemment chez les yogis. Une yogini se connaît et peut vivre sa vie sans être forcément en mode « fusion » avec son amoureux. Ce qui est plutôt apprécié par la gente masculine, en règle générale.

Le yoga maintient la forme
Avec le Yoga, on dort mieux, on fume moins, on renforce son système immunitaire, on retrouve plaisir à manger correctement… Bref, on devient quelqu’un d’à peu près équilibré. Et tout le monde sait que dans un couple, le mode de vie de l’un peut vite devenir contagieux pour le mode de vie de l’autre. L’avantage avec une fille qui pratique le Yoga, c’est que tu ne seras toujours contaminé que par du bon ! Bon après c’est sur que niveau grosse fête alcoolisée, on passera souvent notre tour, mais bon, il n’est pas nécessaire d’être ivre pour s’amuser 😉 Les yogis ont un grand sens de l’autodérision et savent apprécier pleinement l’instant présent sans se prendre la tête !

Le yoga fait de nous des meilleurs amantes
Plusieurs études ont prouvé que cette discipline stimule la libido. Le yoga permet – entre autre – de muscler le périnée, de mieux respirer, d’être plus endurant, ce qui améliore considérablement les rapports sexuels et la qualité des orgasmes…. Et puis, les yogis connaissent très bien leur corps, s’en serve assez bien, et n’hésites pas à partager leurs connaissances anatomiques 😉

Une yogini a d’autres qualités
Qui dit « Yoga » dit « bien-être » et donc : massages ayurvédiques, cuisine indienne, connaissances en médecines douces, yoga tantrique… etc… Il existe toute une culture autour du Yoga et les filles qui le pratiquent se limitent rarement à une seule discipline. Et elles auront tendance à vouloir partager leurs découvertes et tester des techniques de massage par exemple… Moi je dis ça…

J’imagine que vous ne pouvez être que convaincu ! Sortir avec une yogini n’a que des avantages ! Et vous mesdames, faites lire cet article à votre amoureux afin qu’il se rende compte de la chance qu’il a. Et si vous n’avez pas d’amoureux, soyez confiante, avec de tels atouts, vous allez déchainer des passions 🙂

Publicités

Etre un bon yogi fait-il de moi une bonne personne ?

Cet article est motivé par une phrase que j’entends parfois de la part de mes proches : « tu es très énervée aujourd’hui, tu devrais faire plus de yoga ! » WTF???? Dans la tête de mes proches donc (je ne peux pas faire de généralités, je ne connais pas les proches de tout le monde), faire plus de yoga me rendrait meilleure, plus sympathique, moins énervée…

Je trouve cette remarque agaçante et drôle en même temps, car on peut se poser la question : Pratiquer beaucoup le yoga nous rendrait-il meilleur ?

Pour commencer, voyons quelles sont les qualités d’un bon yogi : bienveillance, écoute, patience, non-jugement, acceptation, tolérance, non-violence, douceur…. Ces quelques qualificatifs relèvent tous – pour moi – des qualités que le yogi se doit de développer en lui. Sont-elles innées ou faut-il les travailler, sur ce point là, nous ne sommes pas tous égaux ! Le yoga, par sa pratique et ses valeurs, tend à nous les « inculquer » et à les faire grandir en nous… Toute personne considérant le yoga comme un peu plus que de la simple gymnastique se confrontera à certains points de blocages physiques et mentaux lors de sa pratique. Elle entendra alors son professeur lui dire des choses comme : « prenez votre temps » ; « si ce n’est pas aujourd’hui, ce sera peut être demain » ; « soyez à l’écoute de votre corps, de vos sensations » ; « ne jugez pas votre posture, faites ce que vous avez compris » ; « recherchez une qualité de douceur dans le mouvement » ; « lâchez prise »….

Et même si lorsqu’on se trouve sur son tapis, on s’efforce d’appliquer ces conseils, qu’en est-il de ces valeurs en dehors du studio de yoga ? Est-ce que nous parvenons à garder un peu de tout cet apprentissage dès que la vie reprend son rythme normal (effréné) ! En tant que personne, est-ce qu’on parvient à cultiver les mêmes qualités que lorsqu’on porte sa tenue de yoga ??? Ou faut-il un legging pour être bienveillant (ce qui est certain, c’est qu’en legging, tu vannes un peu moins les autres sur le physique déjà 😉

Et prenons les choses dans l’autre sens. Une personne douée de toutes ces qualités est-elle un meilleur yogi ? Si je suis une personne douce et aimante, vais-je être un meilleur pratiquant ?

1384329256

Personnellement, j’ai parfois du mal à être bienveillante, à l’écoute, patiente et douce dans la vie de tous les jours. Je le suis – HEUREUSEMENT – mais je suis aussi agacée, intransigeante, énervée, rugueuse, pas super cool, fatiguée…. Et pourtant je pratique le yoga tous les jours !

Ce que j’ai remarqué depuis que je pratique, c’est que la nature profonde des gens finit toujours par s’exprimer sur le tapis. Une personne impatiente – même si elle fait tout pour prendre son temps – finira systématiquement par faire preuve d’empressement, d’impatience sur le tapis. A l’inverse, une personne très calme, le restera longtemps même dans les moments intenses ou difficiles. Heureusement qu’avec le temps, on comprend quels sont nos points forts et nos points faibles (je ne parle pas de qualités physiques, c’est encore autre chose). On s’y habitue et on fait avec, parfois en luttant contre et parfois en acceptant – ça dépend des jours.

Ce que je veux dire, finalement, c’est qu’il ne faut pas être trop dur avec soi-même lorsqu’on se rend compte qu’on est agacé ou impatient (quand le train est supprimé, lorsque la guichetière prend 1000 ans pour servir la personne avant vous, quand on attend 100 ans au resto pour avoir son plat….). Certaines situations nous rendent cyniques, caustiques, langues de putes – et alors ? Doit-on rougir et se pincer parce qu’on s’éloigne pendant quelques minutes de nos élans humanistes ? On a le droit d’avoir envie d’insulter les gens qui sont grossiers ou impolis, qui vous bousculent ou qui jettent des papiers à terre. L’exigence qu’on a envers soi, on peut l’avoir pour les autres aussi.

Alors c’est certain, ce n’est pas très « YOGI » comme attitude mais être yogi ne signifie pas être parfait. Etre un bon yogi c’est aussi faire avec ce qu’on est et manœuvrer avec nos qualités et nos défauts – sur le tapis ou dans la vie de tous les jours !  

 

 

La patience

Tout vient à point à qui sait attendre… François Rabelais « Pantagruel »

La patience moissonne la paix et la hâte, le regret… Avicébron « La source de vie »

Combien pauvres sont ceux qui n’ont point de patience… William Shakespeare « Othello »

On a besoin de patience avec tout le monde, mais particulièrement avec soi-même… Saint François De Sales

La patience est le courage de la vertu… Bernardin de Saint Pierre

La patience est la plus grande des prières… Bouddha

Quelques citations sur la patience pour introduire cet article que j’ai envie d’écrire depuis un bon moment… Mais qui, je le sens, va être un peu en vrac….

La patience est une qualité, on est tous d’accord là-dessus. La patience, dans le yoga, est peut-être la qualité n°1 que doit entretenir chaque yogi. Tous les professeurs, tous les livres, tous les enseignements s’accordent sur cette notion : lorsqu’on pratique le yoga, il faut savoir être patient. C’est en étant patient qu’on comprend certaines postures, c’est en étant patient qu’on parvient à méditer, c’est en étant patient qu’on trouve la force, la souplesse, l’équilibre, c’est en étant patient qu’on évolue, qu’on progresse, c’est grâce à la patience, qu’un jour, on parviendra à faire un équilibre sans le mur, à passer le grand écart ou le pont, à s’asseoir en lotus, à harmoniser ses chakras…. Bref, il faut être patient et à l’écoute de ce que dit le corps.

Et en même temps………………………………

Il ne faut pas confondre patience avec attentisme…. Je m’explique. Personne n’est jamais parvenu à toucher ses pieds rien qu’en les regardant…. On ne risque pas de se retrouver avec un pied derrière la tête juste en imaginant que ça arrive… Tout ça pour dire que la patience est certes une grande qualité dans le yoga, mais la détermination, la persévérance et la volonté sont aussi à valoriser, si vous voulez mon avis.

chaque-chose-a-son-temps

Encore une fois, on en revient à cette histoire d’équilibre, d’union (hello yoga) entre deux énergies : le lâcher-prise d’un côté et la volonté de l’autre. Cette notion smoothie et cocooning qui nous invite à l’observation sans action et ce désir de challenge très à la mode dans nos sociétés. Dans une posture, si on est très très à l’écoute de son corps et qu’on s’arrête dès que « ça tire », on n’ira jamais plus loin – ou si, mais après de nombreuses années. Si on reste à 80% de ses capacités, on ne saura jamais jusqu’où on peut aller. Et en même temps, on n’est pas là pour se faire mal, je n’encourage personne à se mettre « en danger ». Je veux juste dire qu’il faut parfois chercher ses limites, et sans les dépasser, jouer avec, un peu, histoire de voir ce qu’on peut faire, se faire confiance, être à l’écoute mais ne pas hésiter à sortir un peu de sa zone de confort.

Je ne sais pas si vous voyez bien où je veux en venir….??

C’est un article un peu bla-bla sur cette notion qui me trotte dans la tête dès que je prends des postures de souplesse et dans lesquelles je me dis systématiquement : « si j’attends que mon expiration me permette de gagner 1 millimètre, je toucherai mes pieds à la saint glinglin! » et donc, je n’attends pas après mon expiration, non, parfois je tire sur mes bras ou dans mes jambes pour aller plus loin et sentir que je travaille. Et oui….^^ personne n’est parfait 🙂

Pour finir comme j’ai commencé, voici une dernière citation (faites-en ce que vous voulez) : Rien ne sert de courir, il faut partir à point… Jean de la Fontaine.

Et vous, vous êtes du genre ultra patient avec vous même ou plutôt à forcer les choses ????