L’art du doute

Il y a quelques semaines, je suis tombée sur un « souvenir » FACEBOOK….
Je ne sais pas si tout le monde sait ce que c’est :
Vous ouvrez votre compte FACEBOOK et celui-ci vous montre ce que vous aviez publié il y a plusieurs années.
…. Et la dernière fois, en ce qui me concerne, FACEBOOK me propose une photo « vieille » d’il y a 3 ans : ma retraite yoga en Grèce.
Ce souvenir est heureux, aucun doute là-dessus, c’est même ce séjour qui m’a poussée à franchir le pas et à entamer une formation pour devenir professeur.
Et au final je crois que c’est ça le problème. En voyant cette photo, plutôt que de penser : « ouha génial, c’était il y a trois ans et depuis je kiff ma vie », j’ai plutôt pensé : « ha ok, c’était il y a SEULEMENT trois ans et depuis qu’est-ce que j’ai fait ? »….
J’aimerais vous le mimer en direct car je ne suis pas certaine que vous saisissiez bien le côté péjoratif de ma pensée (la vraie, la deuxième) et si vous aviez ma tête en face de vous, vous comprendriez tout de suite la désespérance liée à ce constat…. 😦
Je sais que j’ai tendance à me dévaloriser et à me comparer aux autres – croyez-moi je travaille dessus – mais même si depuis cette retraite j’ai évolué, j’ai suivi trois formations et obtenu mes certifications, parfois il n’y a que le côté « négatif » qui me saute aux yeux ! C’est humain n’est-ce pas ?? Mais c’est chiant d’être toujours dans ce schéma….
Mes proches diront que je suis trop exigeante et que je dois me laisser le temps – ils ont raison – mais la vérité c’est que j’ai des dizaines d’idées qui fourmillent dans ma tête et que je ne parviens pas à mettre en place pour diverses raisons.

Alors plutôt que de me plaindre et de tourner en rond, je vais faire avec vous un tableau des « POUR » et des « CONTRE » de ces trois dernières années. Il s’agit d’ailleurs d’une technique que je vous conseille pour aplanir les choses et y voir plus clair !

LES « POUR » // ce qui est super depuis trois ans :
– Les formations que j’ai suivi – au nombre de 3 – et les certifications obtenues
– Les « contrats » que j’ai trouvé et le nombre de cours que je donne par semaine, me permettant de vivre de cette passion
– Les élèves que je croise chaque année et que je vois évoluer
– Les stages et ateliers que je suis régulièrement
– Les projets, les idées qui donnent de la perspective et une direction à suivre
– Les apprentissages divers qui me permettent de développer mon enseignement
– La pratique (cf conclusion)

LES « CONTRE » // ce qui est plus difficile à gérer :
– Les blessures qui m’handicapent depuis 1 an et demi
– La pratique qui, à cause de ces blessures, est compliquée et redoutée, donc un peu évitée
– La précarité des contrats. Entre septembre 16 et juin 17, les clients ont beaucoup changé. J’ai commencé des cours dans des studios qui n’ont pas fonctionné, un de mes clients a déposé le bilan avec pour conséquence l’arrêt des classes, un client en entreprise a préféré proposer de la zumba plutôt que du yoga à ses employés…
C’est la première fois que les choses bougent autant sur une saison mais je n’ai pas suffisamment de recul pour savoir si c’est normal ou non… On verra bien l’an prochain.
– Les projets qui fourmillent dans ma tête et que j’ai du mal à organiser et à mettre en œuvre

Les points qui sont les plus compliqués à gérer en ce moment pour moi sont :
– la pratique : ces blessures qui trainent et qui me gâchent littéralement la vie (j’ai mal rien qu’en étant assise), m’empêchent de pratiquer comme je le voudrais. J’essaie de me tourner vers des yoga plus doux et du pranayama, de la méditation, mais le pratique dynamique avec son rythme me manque – même si elle est devenue pénible. Ce sentiment d’abandon et de clarté de l’esprit, je le ressens vraiment avec une pratique fluide. Mais mes blessures ne sont pas compatibles avec ce type de séquence. Car je dois sans cesse faire attention, prendre le temps lorsque je me place pour éviter l’étirement des ischio-jambiers, et chacun sait que les ischios sont tout le temps sollicités par la pratique du yoga 😦
Le fait de ne pas pouvoir pratiquer à ma guise entraine un léger sentiment d’illégitimité, je voudrais pratiquer d’avantage et évoluer mais mes jambes – et mes médecins – me freinent, ce qui me frustre. Car comme tout le monde, je déteste avoir envie de quelque chose et que cela me soit refusé…
Je travaille sur ma patience et sur d’autres formes de pratique en espérant trouver un équilibre et un contentement.

– Les projets yoga : Depuis plusieurs mois, je réfléchis à des projets en lien avec le yoga que j’aimerais développer. Ce ne sont pour le moment que des ébauches mais j’essaie au fur et à mesure de les éclaircir, de les poser afin de voir leur faisabilité. Ce qui est compliqué en réalité c’est de déterminer le bon moment pour les mettre en œuvre. Est-ce que c’est trop tôt, ai-je suffisamment de recul au niveau de mon enseignement pour proposer de tels projets, Est-ce que j’ai les épaules pour mener à bien ces idées… ??…
Vous voyez le genre ! Toutes ces questions – qui sont nécessaires soyons honnêtes – ternissent un peu l’enthousiasme de départ et deviennent comme des sortes d’obstacles qu’il me faudra franchir… Ce qui rend la visibilité moins bonne et me fait hésiter avant de me lancer…
Je crois qu’il est indispensable de se poser toute les questions au moment de la construction d’un projet, c’est ce qui le rendre viable et pérenne. Mais depuis que le yoga est entré dans ma vie, je tente de cultiver une spontanéité par rapport aux propositions que je reçois et à mes envies de travail… Et lorsqu’il s’agit de choses plus conséquentes, la spontanéité devient impossible…. Vous voyez le dilemme !

– – – – – – – – – –

De l’écrire ici, aujourd’hui, je suis certaine que cela va m’aider et que – comme par magie – les choses vont s’éclaircir d’elles-mêmes, c’est toujours comme cela que ça se passe, non ? 😉

Est-ce qu’il vous arrive à vous aussi de passer par des moments un peu délicats, de confusion, de doute ? Au sujet du yoga ou bien d’autre chose ??? Le travail, les projets de vie… etc… ??
Est-ce que vous pratiquez la technique des POUR/CONTRE pour vous aider à avancer ?
Dites-moi tout, les commentaires sont ouverts sur cet article !

Publicités

Portrait yoga… Emilie

Retour sur le blog d’une rubrique un peu en stand by depuis plusieurs mois…
Aujourd’hui, je vous propose de rencontrer une super yogini. Vous la connaissez peut-être d’ailleurs si vous lisez d’autres blogs yoga car elle est la créatrice du blog MY HAPPY YOGA sur lequel elle raconte sa vie yoga et dispense ses bons conseils lifestyle et pratique yoga 🙂
Alors ce n’est pas moi qui vous la présente, c’est elle ! Emilie s’est gentiment prêtée au jeu des questions-réponses et nous permet d’en apprendre un peu plus sur sa vision du yoga.

QUI ES-TU ?
Une yogini blogueuse, curieuse et baroudeuse. Je m’appelle Emilie Leduc, j’ai 32 ans et j’ai décidé de changer de vie il y a 2 ans et demi. Depuis je passe 100% de mon temps à transmettre le yoga.

TES DEBUTS YOGA ?
J’ai croisé le yoga plusieurs fois sur mon chemin avant de tomber complètement dedans en 2012. Cette année-là, j’ai rencontré le Kundalini Yoga, une histoire intense et nécessaire. Puis je me suis tournée vers le ViniYoga, le yoga de Desikachar. Depuis, je suis sans cesse partagée entre tradition et modernité, mélangeant différents styles (vini, kundalini, vinyasa, hatha etc.) mais cherchant à transmettre tous les aspects du yoga (respiration, méditation, philosophie etc.)

UNE POSTURE PREFEREE ?
Sirsasana, la posture sur la tête.
J’aime les postures inversées de manière générale parce qu’elles me remettent les idées en place.

QU’EST-CE QUI TE CHALLENGE DANS LE YOGA ?
Mes élèves. Ce sont eux aussi ma plus grand source d’inspiration.

LA PLUS GRANDE « QUALITE » ET LE PLUS GROS « DEFAUT » DES YOGIS ?
En yoga il n’y a ni bien ni mal, ni qualité ni défaut. En revanche, la plus grande force que m’aura procuré le yoga est probablement d’avoir appris à faire la paix avec moi-même.

PENSES-TU QUE LES YOGIS SONT « BIZARRES » ?
Non je ne pense pas que les yogis soient bizarres. Mais peut être parce que je suis moi même bizarre ahah ! J’ai toujours aimé être un peu à contre-courant et j’ai toujours aimé ceux qui l’étaient.

QUI SONT TES PROFESSEURS OU LES YOGIS QUI T’INSPIRENT ?
Je puise mon inspiration partout et n’ai pas particulièrement de professeur ou de « star » du yoga fétiche.

QUEL EST LE MEILLEUR CONSEIL RECU ?
« Forget the idea of achieving. Keep the idea of practicing ». Oublie l’accomplissement, attache-toi plutôt à la pratique.

QUEL CONSEIL AS-TU ENVIE DE DONNER ?
Si tu as un rêve, donne toi les moyens de le réaliser et fonce.

UNE CITATION ?
La citation de mon compte IG, d’Oscar Wilde: Be yourself, everyone else is already taken.

UN DERNIER MOT POUR LA ROUTE ?
Merci Alex pour cette interview 🙂

Les futurs projets d’Emilie :
En octobre 2017, Emilie organisera une retraite yoga en Tunisie. Ce projet lui tient énormément à cœur.
Cette retraite s’adresse aux yogis débutants comme aux confirmés. Pendant le séjour, tous les aspects du yoga seront aborder à travers la découverte de différents styles de pratique (Hatha Yoga, Vinyasa, ViniYoga et Restorative Yoga etc.).
Du 11 au 15 octobre, Emilie vous propose une déconnexion totale. Yoga et méditation en plein air, excursions pour visiter les alentours, du stand-up paddle, des soirées enrichissantes et surtout repos, relaxation, tranquillité…
Vous trouverez toutes les informations sur cette retraite en cliquant ici.
Et je vous conseille aussi d’aller faire un tour sur son blog très inspirant !

Couleurs de l’Inde…. Bilan

On commence en douceur ce bilan de mon séjour en Inde avec quelques photographies qui – à mon sens – montrent toutes les jolies couleurs que j’ai pu voir là-bas. Des ocres, des rouges, des bleus, des jaunes, des verts, des roses….
J’ai essayé de capturer ces nuances avec mon appareil, bien que je ne sois pas une pro ni une excitée de la prise de vue. J’ai emmagasiné avec mes propres yeux et tenté de vivre toutes ces belles choses en direct et pas uniquement au travers de mon objectif…. Vous me pardonnerez, j’en suis certaine.
J’ai un vrai coup de cœur pour ce pays, du moins ce que j’en ai vu. Je sais que toute l’Inde n’est pas à l’image du petit coin de paradis dans lequel j’ai atterri…
Je vous laisse rêver….

DSC00156 (600x800)   DSC00129 (600x800)

DSC00160 (800x600)

DSC00126 (800x600)   DSC00109 (800x600)

DSC00176 (800x600)

DSC00321 (600x800)

DSC00082 (800x600)  DSC00198 (800x600)

DSC00092 (800x600)

DSC00094 (800x600)

DSC00279 (600x800)   DSC00336 (600x800)

DSC00074 (800x600)

DSC00060 (600x800)

On se retrouve vite avec la suite de cette aventure…

La Grèce 1/3 – holiday

Et me voilà de retour de Grèce avec quelques photos sympas à partager avec vous. Afin d’être complète sur le sujet « retraite yoga en Grèce » j’ai divisé le post en 3 parties.
Aujourd’hui, les photos qui font baver d’envie !!!
L’île de Paros, où se déroulait le stage est une toute petite île très mignonne qui reprend l’architecture typique de la Grèce, maisons blanches et toits bleus. Les maisons sont souvent basses, avec un étage grand max et il n’y a pas de constructions élevées même pour les hôtels. Cela permet de conserver l’aspect « carte postale » de l’île, ce qui est très agréable.
Les quelques plages que j’ai fréquentées étaient très belles, l’eau turquoise et chaude.
J’ai extrêmement bien mangé (végétarien tout le long du séjour) pour des prix raisonnables (entre 8 et 12 euros le plat principal).
J’ai trouvé les habitants de l’île très avenants, sympathiques. Il y a de très jolies petites villes à visiter dans les terres (Lefkes par exemple) et des villes portuaires (Parikia). J’ai également fait un tour sur l’île d’Antiparos qui selon l’histoire serait un out de l’île de Paros qui se serait décroché par le passé.

Je vous laisse avec quelques clichés et je reviens vite pour vous parler de la pratique du yoga 😉
IMG_20140720_114342   IMG_20140720_114246

IMG_20140720_114754   IMG_20140720_114645

IMG_20140720_191136   IMG_20140720_114518

IMG_20140722_084404   IMG_20140722_084236

IMG_20140720_190955   IMG_20140720_191321

IMG_20140720_114018   IMG_20140722_084608

 

A très vite pour la suite….