Ce que je vais retenir de 2016

Le voilà, tout nouveau tout beau, l’article rituel de bilan de fin d’année !
En décembre 2015, j’étalais déjà mon bonheur en long en large et en travers de cette nouvelle vie de professeure de yoga. Je vous racontais ma joie d’être devenue tatie et d’avoir voyagé en Inde. Je ne savais pas alors ce que 2016 m’apporterait mais j’étais plutôt confiante….
Je n’ai pas été déçue ! Que ce soient de bonnes ou de moins bonnes aventures, il s’en est passé… et voilà ce que je retiens :
* J’ai appris que ma sœur, mon bébé d’amour s’était fiancée. Cela signifie que je sais déjà que son mariage marquera mon année 2017 ! Je suis tellement contente de cette nouvelle, je sais que ma sœur et son futur mari sont très amoureux l’un de l’autre, ils sont ensemble depuis longtemps et construisent ce qui sera sans aucun doute une super vie à deux 🙂
* Je suis devenue tatie pour une seconde fois ! Liam, le fils d’une très bonne amie à pointé le bout de son petit nez au mois d’août. Un peu comme pour Théa, je ne suis pas vraiment la tatie mais c’est tout comme. Voir grandir ces deux enfants, sentir leur petite peau de bébé, les divertir, les consoler s’ils pleurent, changer des couches, donner le biberon…. NON, il n’y a pas à tortiller, je les adore.
* J’ai reçu mon diplôme de professeure de yoga des mains de Patrick Frapeau… Enfin techniquement je l’ai reçu par la poste mais c’est Patrick qui m’a diplômé après m’avoir formé pendant des mois et après avoir validé ma pédagogie. C’était un moment très fort pour moi. Au cours de la formation j’ai réussi à dépasser ma peur d’enseigner devant lui (enfin plus ou moins), j’ai essayé de capter le plus possible de son enseignement et j’ai écrit un cours qu’il a entendu et validé. C’était vraiment un moment très important pour moi et certainement « constituant » pour le suite de mon parcours de professeure.

bonne-annee
* J’ai dit au revoir à des amis très chers pour une durée de quelques mois… Allez savoir ce qui leur est passé par la tête, ils ont eu envie de voyager et de découvrir la Nouvelle-Zélande pendant 1 année entière !! Donc depuis février on communique via Skype ou par email et je suis impatiente à l’idée de savoir que je vais les retrouver au mois de janvier….
* J’ai décidé de partir seule en vacances cet été. Quelques jours seulement mais juste ce qu’il fallait pour me ressourcer en plein milieu du silence, marcher, nager et prendre le soleil… J’ai découvert une superbe région, j’ai rencontré une hôte généreuse. Cette pause était parfaite !
* J’ai perdu mon chien, fidèle compagnon depuis 14 ans… l’unique « homme » de ma vie comme je le disais souvent.
* J’ai compris que je pouvais me sortir d’une situation compliquée par moi-même et uniquement grâce à ma volonté. J’ai surmonté une épreuve vraiment difficile et depuis j’essaie de garder le cap. J’ai repris confiance en mes capacités à dépasser les évènements durs et à reprendre les choses en mains.
* Je me suis fait tatouée – encore. Dans le dos, un lotus réalisé d’un simple trait avec le mot ahimsa juste au dessus. Car cette qualité de non-violence – au delà d’être un des premiers piliers de ma discipline est peut être le plus grand enseignement de ma vie, chaque jour je suis confrontée à mes réactions, à mes peurs, à mes « habitudes » de comportements et c’est un challenge d’appliquer ce mantra.
* J’ai rencontré des gens fabuleux qui m’ont fait avancer. Souvent les rencontres déterminantes arrivent par surprise, elles nous cueillent sans prévenir. Du coup on est toujours un peu déstabilisé, on perd nos repères. Certaines de ces rencontres se poursuivent et nous accompagnent un peu plus longtemps et parfois certaines sont juste fugaces, temporaires… ce qui est aussi déstabilisant…. Quoi qu’il en soit, j’essaie de prendre chaque étape de vie, chaque moment, chaque rencontre, chaque découverte… comme la possibilité d’un apprentissage. C’est évidemment plus facile à écrire qu’à vivre vraiment, mais je m’applique à retenir les leçons que la vie m’apporte en espérant en sortir grandie.

Pour les évènements marquants… et « racontables », on dira que c’est tout pour 2016… et c’est déjà pas mal !
2017 m’attend avec un tas de surprises j’en suis sur.
Parfois j’ai hâte de connaître la fin afin de savoir si je prends les bonnes décisions, si j’empreinte les bons chemins… Mais une citation résonne à mon oreille ce soir : « Le bonheur n’est pas au bout du chemin, c’est le chemin lui-même qui est le bonheur » – Catherine Rambert / Petite philosophie du soir

A tous, je vous souhaite une très belle année 2017, remplie d’amour, car je suis certaine que c’est ce qui compte le plus 🙂

Publicités

De la nécessité de continuer à se former

Ayé !!! Je viens me m’inscrire à la formation professionnalisante que mon professeur de yoga dispensera en 2016 sur Paris !!! Ce n’est pas sans une certaine appréhension mais aussi une grande fierté, je m’explique :

  • L’appréhension…. La formation de Gérard Arnaud, il y a 6 mois, était ma première immersion dans le monde des enseignants / futurs enseignants de yoga. Tout était nouveau, tout était brillant et inconnu. Je découvrais, je débroussaillais, j’allais de surprise en surprise avec des yeux grands ouverts et une envie féroce d’apprendre, de me nourrir. Pas une fois je ne me suis posée la question des autres participants. Evidemment j’avais conscience que dans le lot, une grande majorité aurait un niveau de yoga bien supérieur au mien. Certains pratiquaient depuis 10 ou 15 ans !!! Mais comme c’était une première expérience pour moi, je ne m’étais pas trop mis la pression – dit-elle après avoir pratiqué tous les jours plusieurs heures par jour pendant 3 mois pour « avoir le niveau »…. halala je me fais sourire parfois…. Bref…. J’avais simplement conscience d’être un bébé yogi au début d’une route qui avait déjà été empruntée par d’autres…. Et ces mêmes pratiquants chevronnés, je ne pouvais pas m’empêcher de les regarder et d’analyser leur façon de pratiquer, d’écouter leurs discours et leurs avis sur tel ou tel studio, telle manière d’entrer dans telle posture… etc…. J’ai été impressionnée – parfois – et parfois il faut bien le dire – pas du tout. Depuis que je suis formée je donne des cours avec un immense bonheur. Et en envoyant cet email d’inscription à la formation, je n’ai pas pu m’empêcher de penser que cette appréhension des débuts, certes ne serait plus la même, mais allait refaire surface au moment où je commencerais cette formation. Nous sommes tous et pour toujours des débutants, l’appréhension qui découle de cette certitude n’est pas très confortable ni rassurante. On pourrait croire qu’il s’agit d’un manque de confiance en soi (et ça l’est certainement un peu beaucoup) mais je crois que c’est surtout un bon indicateur pour savoir que les choses comptent vraiment. Et peu importe que « les autres » soient meilleurs ou moins bons, professeurs depuis plusieurs vies ou débutants. J’ai envie de retenir – comme lors de la formation de Gérard Arnaud – que tous les participants sont réunis autour des mêmes valeurs et de la même passion, c’est tout ce qui importe au final ! J’écris ces lignes avec une petite trouille alors qu’il reste 3 mois avant le début de la formation, revenez me lire début janvier, je pense que je serais au max du stress et de l’impatience !!!!! 🙂

DSC00619blog2

  • La fierté. OMG, mon professeur de yoga, celui dont je bois les paroles chaque fois que mon chemin croise le sien, dispense ENFIN un teacher training ! Rappelons qu’une formation telle que celle-ci est une sacrée aventure. C’est évidemment le moment où on certifie un savoir et un savoir-faire, des compétences mais c’est surtout une période au cours de laquelle on fréquente assidument des professeurs expérimentés, qui ont « roulé » leur bosse et qui acceptent de livrer une partie de leur savoir, qui dévoilent des tips, qui partagent leurs expériences, leurs anecdotes, leurs aventures…. ET parfois, ces instants de conversations sont bien plus « formateurs » que de comprendre comment placer le bassin dans telle posture. Ce que je veux dire c’est que les instants de « off », les bavardages entre futurs professeurs/professeurs/élèves…. etc font entièrement partie de la formation elle-même. J’ai énormément appris au contact de Gérard Arnaud en dehors des cours, en l’observant, en l’écoutant, en écoutant ses conversations avec les autres participants. J’apprends toujours beaucoup lorsque j’entends Patrick discuter ou commenter les remarques de ses élèves, je le regarde poser une main ici, un regard là et je tente d’intégrer, de comprendre. Je suis tellement fière de me dire que je vais emprunter ce chemin un moment à ses côtés. Comme à chaque fois je souhaite ne rien louper et saisir tout ce qui sera dit, fait, montré, enseigné, expliqué…. car je sais que ce qu’il acceptera de transmettre sera précis et constructif.

Devenir enseignante était un rêve que je commence à réaliser. Mais comme je l’écrivais au moment du bilan de la formation avec Gérard Arnaud, devenir professeur est un chemin, une route qui ne se termine jamais. J’espère bien que j’aurais la possibilité d’apprendre et de me perfectionner année après année, que je pourrais suivre l’enseignement d’autres professeurs afin de développer mes compétences pour pouvoir à mon tour – tant qu’on m’en donnera la possibilité – transmettre à mes propres élèves.