Contradiction

Dans mon dernier article, je vous expliquais ma volonté de ralentir un peu le rythme de mes journées afin de me poser un peu plus, de savourer les choses avec sérénité. A notre époque, c’est un vrai luxe de pouvoir prendre le temps, de ne pas courir partout. J’espère d’ailleurs que vous ne vous êtes pas laissés happer par la frénésie du mois de septembre, vous savez cet engouement presque hystérique pour la rentrée, les fournitures scolaires, les agendas, les activités auxquelles il faut s’inscrire ou inscrire les enfants, les RDV chez le médecin pour les certificats médicaux…. etc….
Souvent septembre rime avec bonnes résolutions aussi : plus de sport, plus de sorties, plus d’activités culturelles…. plus, plus, plus…. Mais au final, parfois moins c’est mieux !

En toute honnêteté, lorsque j’ai écris le post sur la volonté de ralentir, il se passait dans ma vie quelque chose de superbe et j’avais envie de m’y consacrer pleinement donc de réduire mes autres activités. Cette rencontre fut éphémère et aujourd’hui j’angoisse un peu de ce temps libre que j’ai récupéré en mettant fin à certaines activités. Comment occuper ces moments ?
C’est une vraie question que je me pose et qui peut sembler un peu dingue et un peu ridicule.
J’ai toujours un peu peur du vide, du rien, d’être seule. Je ne sais pas si parfois vous passez par ces états d’âme mais pour moi, ces moments de doute sont insupportables. Accepter de s’ennuyer…

4241878468_622d72fb60_large

Parfois au milieu d’une journée j’ai des temps de repos, entre deux cours, mais j’ai toujours un truc à faire, que ce soit des démarches administratives ou des RDV chez le kiné….
J’ai pris la décision de quitter BIOcBON, pour ceux qui me suivent, vous savez que j’y travaille depuis un peu plus d’un an, à raison de 15 heures par semaine. Cette décision prise avant tout parce que je n’ai plus besoin de ce revenu, mais prise aussi afin de libérer du temps et me consacrer à cette rencontre dont je vous parlais plus haut, aujourd’hui me fait flipper. J’ai peur de ne pas savoir quoi faire de ce temps libre. En l’écrivant ça me semble dinguo mais c’est vraiment ce que je ressens.
Lorsque je rationnalise, je sais bien que ça va aller et que ces moments seront finalement appréciables et appréciés. Je vais pouvoir me reposer et stopper enfin ce rythme 7/7 que je me suis imposées cette année.

Alors voilà, je voulais partager avec vous ce paradoxe. Ce conseil que je vous donnais, qui me semblait tellement évident pour moi il y a encore quelques jours, celui de ralentir et de se consacrer à ce qui compte vraiment… Et malgré tout, cette peur du vide, du rien…

Pardon c’est un post un peu brouillon et pas super enjoué, je m’en rends bien compte.
Mais je me suis jurée de ne rien vous cacher dans ces billets d’humeur et en mettant tout cela noir sur blanc, j’espère avancer.

Publicités

Un mois de juillet bien rempli

C’est un post de Laurence Gay qui m’a fait réfléchir à la notion de temps-libre et suite à la lecture de son article je me suis posée pour revoir un peu mon mois de juillet…

Contrairement à Laurence, mon mois de juillet a été plutôt mieux « rempli » que les autres mois…. Normal me direz-vous, je n’enseigne que depuis 4 mois ! Ceeeeeertes…… Pour le moment ça ne peut qu’être de mieux en mieux en terme d’activité yoga (espérons tous très très fort que cela continue). Je prospecte, je fais des rencontres, j’ai négocié la possibilité de donner des cours en plein air, j’ai un nouveau contrat avec une société, mes élèves particuliers ne sont pas encore en vacances….. Bref, juillet a rimé pour moi avec augmentation de l’activité – contrairement à d’autres professeurs qui, donnant des cours de façon très régulière le reste de l’année, se retrouvent avec des plannings à trous… Je serai ravie le jour où je ferai moi aussi ce constat, cela prouvera « la stabilité/régularité » de mon activité sur la « saison scolaire »…..

resize

Mais son article a surtout raisonné en moi en ce qu’il parle de temps libre. Drôle de notion que le temps libre, drôle d’expression aussi. Si on se base sur les mots, « temps libre » serait donc l’opposé de « temps occupé ». Temps occupé signifie « occupé à faire quelque chose ». Peut importe quoi mais une certaine activité…. Donc si on continue de jouer avec/sur les mots, en opposition avec la notion d’occupation, pendant notre temps libre, cela signifie qu’on ne fait rien. Hors dans une société où il faut toujours FAIRE quelque chose ou – du moins – donner l’impression qu’on fait quelque chose (travail, ciné, expo, sortie, vacances…. ) à grand renfort de post sur Instagram ou Facebook, c’est très compliqué de ne rien faire. Comment JUSTIFIER qu’on ne fasse rien, qu’on prenne du temps (comme si on le volait d’ailleurs – le mot PRENDRE est aussi très bizarre dans cette tournure). Bref, cette expression de temps libre devient anxiogène car elle ne recouvre rien de précis, c’est équivalent à du vide…. Et on le sait bien, l’être humain à horreur du vide, il faut toujours qu’il le remplisse. Ainsi une sieste au soleil peut devenir une activité car elle fait l’objet d’un selfie posté sur les réseaux sociaux = « regardez ce que je suis en train de faire » alors que – concrètement – on ne fait rien !

Avez-vous déjà remarqué qu’une personne finit toujours par justifier le fait de ne rien faire….. Ex : je vais en profiter pour me reposer, prendre du temps pour moi, FAIRE ce que je n’ai pas le temps de faire d’habitude….. etc….. Très rares sont les personnes qui assument le fait de NE RIEN FAIRE DU TOUT. On évolue dans une société où tout doit avoir une consistance et un but, un objectif précis à remplir….

Même si mon mois de juillet a vu mon activité évoluer, je ressens aussi – comme tout le monde je pense – cette angoisse du planning à trous, des vides dans mon emploi du temps (expression chelou : comment employer son temps?^^bref). Quand on exerce une activité « libérale », les vides du planning représentent aussi et surtout des revenus en moins = gros stress ! Donc comme n’importe qui, on cherche à remplir, à combler – peut être plus pour taire le stress financier que pour « avoir l’air d’être occupé »…..