J’ai testé pour vous…. La pratique shiatsu

Comme vous le savez certainement, je suis blessée… J’ai l’impression que tous mes articles commencent de cette manière et que je ne vous parle que de ça !
Bref, comme je suis prête à tout essayer pour me soigner et aller mieux, je suis allée consulter une praticienne SHIATSU. J’avais envie de vous en parler car jusqu’alors je n’avais pas spécialement consulté de praticien « alternatif ». Et je ne considère pas mon ostéopathe comme un praticien « alternatif ». Donc SHIATSU, acupuncteur et médecin chinois sont devenus mes recherches préférées sur GOOGLE!!!

Alors prenons un moment pour préciser ce qu’est le SHIATSU* :
Le Shiatsu (terme japonais signifiant pression des doigts) est une discipline énergétique de détente pratiquée depuis des millénaires en Extrême-Orient qui consiste en des étirements et des pressions appliquées sur l’ensemble du corps. Le praticien effectue le plus souvent les pressions avec les doigts, plus particulièrement avec les pouces. Les étirements favorisent une meilleure circulation de l’énergie.
Il ne s’agit pas à proprement parlé d’un massage, ni d’une médecine au sens occidental du terme, le Shiatsu est une méthode de relaxation et de bien-être s’inscrivant dans le domaine de la prévention. Cependant on peut soigner ou améliorer considérablement des troubles déjà établis et reprogrammer les « schémas » corporels.
Le Shiatsu aide à : Réduire le stress et les tensions / Stimuler et renforcer le système d’autodéfense de l’organisme / Equilibrer le système énergétique dans sa globalité / Apporter une détente physique et psychique, contribuant ainsi à améliorer le bien-être…
Mais bien au delà, le Shiatsu est également et avant tout, une pratique de santé.
Reconnu médecine officielle au Japon, le Shiatsu vise à rétablir dans le corps humain, la circulation harmonieuse de ces flux vitaux que l’on appelle de façon générique « énergies ».
Il est en cela une pratique de santé étonnante. Bien avant le symptôme, l’approche énergétique orientale raisonne sa fonction en termes de terrain et d’état de santé, et non de lutte contre la maladie.
S’inscrivant dans cette vision, le Shiatsu n’est par conséquent à aucun moment en lutte, concurrence ou conflit avec la médecine moderne.
Il ne se préoccupe pas du symptôme, ce n’est pas son propos: le Shiatsu s’intéresse à la préservation de l’état de santé.
Les lignes et les points sur lesquels se fait un Shiatsu sont des méridiens et des points connus en acupuncture. Les étirements et les pressions exercés libèrent des tensions emmagasinées, témoins de déséquilibres dans les flux énergétiques.
Véritable « pratique de santé », le Shiatsu nous aide à gérer et éliminer des tensions d’ordre physiologique, celles-ci n’étant en fait bien souvent que les manifestations visibles d’autres déséquilibres intérieurs.
De par son efficacité mesurée à l’aune d’une pratique séculaire, le Shiatsu a acquis ses lettres de noblesse et fait partie des médecines énergétiques officiellement établies au Japon.
Il est l’une des 8 approches alternatives reconnues en Europe comme  » médecine non conventionnelle digne d’intérêt  » par une résolution du Parlement Européen votée le 29 mai 1997 à l’instigation de Paul Lannoye, député belge européen.

* définition récupérée sur le site web shiatsu-institut.fr

Ce qui m’a poussé à consulter une praticienne Shiatsu c’est la lecture du livre de Michel Odoul « Dis moi où tu as mal, je te dirai pourquoi ». Ce livre a résonné très fort en moi. J’ai pensé à mes proches qui développent des douleurs ou des tensions à différents endroits du corps et les pistes qui peuvent expliquer la localisation de ces troubles m’ont semblé souvent très probables. Me concernant directement, le fait que je concentre mes douleurs du côté droit du corps et au niveau de la jambe droite, n’est pas anodin.
Je ne vais pas tout détailler mais bref, cette lecture m’a totalement fascinée et m’a donné envie d’en savoir plus et de mener l’enquête sur les effets du shiatsu en commençant par ma propre personne.

reflexologieplantaire

Comment se passe une séance de SHIATSU :
On m’a proposé 3 rendez-vous d’une heure afin de « traiter » les différents points évoqués avec la praticienne. Car les séquences commencent toujours par une longue conversation, un long questionnaire pour faire le point sur le passé, les anciens troubles ou précédentes pathologies, les opérations, les tensions… etc….
Une fois le but de la séance établi, on se déshabille et on s’allonge sur le futon.
La praticienne commence alors ses manipulations. Généralement elle pratique une forme de massage par acupression en suivant le tracé des méridiens. Chaque séance est évidemment adaptée aux objectifs fixés.
Pour moi, la praticienne commençait toujours par un massage au niveau du dos, puis de l’acupuncture pratiquée avec un bâtonnet d’encens chauffé. Cette technique s’appelle MOXAS. Le but étant de faire pénétrer la chaleur à travers la peau et ainsi stimuler le point de pression.

A la fin d’une séance je me sens toujours ré-énergisée et un peu secouée il faut bien le dire. Car lorsqu’on discute, on met le doigt sur des sujets qui ne sont pas toujours évidents.
Les trois séances m’ont fait beaucoup de bien que ce soit au niveau psychologique que physique.
Je ne sais pas si à long terme les effets seront bénéfiques mais sur du court terme, je trouve que c’est tout à fait probant.

Je conseillerai vivement cette thérapie à une personne souffrant ou souhaitant trouver une alternative aux propositions conventionnelles.
Sur le site web de Michel Odoul, vous trouverez une liste de praticiens SHIATSU formés à sa technique. Et comme n’importe quelle thérapie, elle s’adaptera parfaitement ou pas à votre besoin. La réussite de ce style de traitement n’est pas assurée à 100%, cela dépend de vous, des conditions dans lesquelles elle est menée ou bien encore de l’importance du trouble que vous souhaitez traiter.
Mais pour le savoir, il faut essayer !

Publicités

Billet d’humeur…. la peur

Selon Wikipédia voilà ce qu’est la peur : La peur est une émotion ressentie généralement en présence ou dans la perspective d’un danger ou d’une menace. En d’autres termes, la peur est une conséquence de l’analyse du danger et permet au sujet de le fuir ou de le combattre, également connue sous le terme «réponse combat-fuite».
D’un point de vue neurologique, la peur est essentiellement une activation de l’amygdale (ensemble de noyaux au niveau des lobes temporaux). L’activation de l’amygdale correspond généralement à un sentiment de danger imminent. Elle peut entraîner une inhibition de la pensée et prépare l’individu à fuir ou à se défendre.
Selon certains psychologues tels que John B. Watson et Paul Ekman, la peur est créée par un flux d’émotions, dont la joie, la tristesse et la colère. La peur devrait être distinguée de l’état d’anxiété. Par ailleurs, la peur est générée par les comportements spécifiques de l’évitement et de la fuite, alors que l’anxiété est le résultat de menaces perçues comme étant incontrôlables ou inévitables.

Ce que moi j’en dis….
Je passe par un moment de ma vie où les blessures physiques s’accumulent, et cela gêne ma pratique du yoga…. J’ai déjà été blessée par le passé, c’est d’ailleurs cette même raison qui m’a amené vers le yoga(souvenez-vous). Mais à l’époque, du repos, quelques mois à rester tranquille et le mal s’éteignait doucement…. A présent les choses sont différentes. Me reposer, rester tranquille sont synonymes de moins – voire beaucoup moins – pratiquer. D’autre part, la grande différence c’est que j’enseigne, mon corps est devenu en quelque sorte mon outil de travail. L’idée que le corps est le véhicule de l’âme et qu’il faut en prendre soin est assez révolutionnaire pour moi. Je n’ai jamais pris le temps de m’écouter ou de me soigner correctement. En règle générale, J’ATTENDS, j’attends que ça passe….
Et voilà où nous en sommes, ces blessures déclenchent une peur immense en moi, celle de ne pas pouvoir pratiquer ou transmettre le yoga comme je l’espère. Evidemment j’entends les discours raisonnables et rassurants et j’aimerais tellement y croire et me sentir mieux, c’est promis. Mais je ne parviens qu’à hocher la tête tout en me faisant des trous dans le crâne avec des questionnements flippants.
Et lorsqu’on dit que la peur est mauvaise conseillère, je ne peux que confirmer…. Car en ce moment je balance entre une pratique sous l’emprise des médicaments afin d’éviter la douleur ou pas de pratique du tout car j’ai trop mal et surtout trop peur de léser la zone davantage….

Noir1

Surpasser la peur…. Ce que dit Wikipédia….
La plupart des peurs possèdent la propriété de pouvoir être surmontées. En effet pour une personne donnée, il suffit souvent de surmonter sa peur une fois pour la faire disparaître définitivement. Cette aptitude à diminuer sa peur et à gagner ainsi en courage constitue un processus de maturation de l’esprit et de l’individu qui continue durant toute la vie. Ceci explique aussi que les enfants et les jeunes adultes sont en général beaucoup plus craintifs que les adultes plus expérimentés.

Mon point de vue…
L’expérience… OUI ok, pourquoi pas…. Moi je crois que la capacité à surmonter la peur vient surtout de la connaissance. Si on réussit à trouver quels sont les objets de la peur, qu’Est-ce qui la déclenche et comment l’expliquer, je crois qu’il est plus facile de la vaincre. Dans mon cas précisément, je sais que le fait de ne pas savoir d’où vient ma blessure, ce qui la déclenche et comment la soigner, EST ce qu’il y a de plus flippant. Je suis douée de raison comme n’importe qui et si je tombe sur un médecin capable d’écoute, de compréhension, parvenant à établir un diagnostic précis et préconisant des solutions…. je suis certaine que cette peur sera surmontée. Aujourd’hui j’ai besoin d’entendre quelqu’un me dire : « OUI c’est relou ce qui vous arrive mais NON cela n’entre pas en contradiction avec votre pratique du yoga ou votre désir d’enseigner, je vais vous expliquer pourquoi et comment…. »

La peur est un mécanisme complexe, souvent irrationnel, qui peut faire des dégâts… Ce soir en écrivant ce post je lutte de toutes mes forces pour ne pas laisser la peur me tétaniser mais j’attends avec impatience le rendez-vous avec le médecin afin que la lumière se fasse dans mes petites ténèbres du moment….
Je vous tiens au jus
Namaste