Végétarien… deux ans et demi plus tard

Aujourd’hui je vous propose un article un tout petit peu « prise de position » sur le végétarisme. Loin de moi l’idée de convertir qui que ce soit ou de justifier mon alimentation.
Je voudrais plutôt partager les deux ou trois réactions que j’entends souvent lorsque je cherche un resto ou lorsque je préviens les gens de mon régime alimentaire. Ici je ne parle pas de mes proches, qui depuis deux ans se sont adaptés et acceptent très bien cette spécificité. Je voudrais d’avantage parler de ces gens qui sont carnivores et qui ne se sont jamais penchés sur la question du végétarisme comme alternative viable et équilibrée à une alimentation « classsique » qui de plus en plus – à mon avis – touche à sa fin.

Je me retrouve parfois face à des personnes qui réagissent vraiment vivement à mon choix alimentaire. J’entends des « mais c’est n’importe quoi de ne plus manger de viande, tu dois avoir des carences » ou encore des « comment ils font les éleveurs pour vivre avec des gens qui sont comme toi ? ».
Et je passe les « de toute façon c’est une mode », « c’est difficile de manger à l’extérieur lorsqu’on est végétarien, ce doit être très dé-sociabilisant » et le magnifique « mais ça ne fait pas chier ton mec que tu sois végétarienne ? »

314_1_320vintroduire_le_vegetarisme_en_famille_sans_se_casser_la_noix_-_anik_routhier_montreal_pour_enfants

Alors en règle générale, je ne réponds rien et je n’essaie pas de justifier quoi que ce soit. Mes choix ne concernent que moi et si les personnes qui m’entourent ne sont pas comme moi il n’y a aucun problème. Je ne demande pas aux gens d’arrêter de manger de la viande devant moi et je ne dis rien lorsque je vois de la charcuterie ou des plats de fruits de mer. Chacun fait comme il le sent et je n’ai rien à dire là-dessus…..
…. Donc j’apprécierai énormément que l’inverse soit vrai. Lorsque je suis en soirée et que mon régime alimentaire vient sur le tapis des discussions, je tente toujours de faire diversion – surtout si je sens autour de moi des sensibilités différentes. Car je ne veux pas devoir me justifier ni expliquer les raisons de ma décision, surtout lorsque l’oreille qui m’écoute n’est pas prête à entendre ce que j’ai à dire et cherche à me coincer sur le sujet des œufs ou des produits laitiers par exemple.
Je trouve ça dingue de demander à quelqu’un de justifier sa façon de vivre lorsqu’elle ne gêne pas les autres dans leur quotidien !!!
Je ne porte aucun jugement sur l’alimentation des gens et je n’essaie pas de les convaincre alors que la cause animale m’est de plus en plus importante et que les scandales de maltraitance sont avérés.
Je crois profondément qu’un changement d’alimentation est en marche de façon globale mais beaucoup d’entre nous ne seront jamais prêt à intégrer ses modifications… et voilà, c’est comme ça, ce n’est pas un problème pour moi.

Je ne me considère pas de tout comme militante sur le sujet. J’ai fait des choix pour moi, qui ne concernent que moi et je n’ai pas de démarche ou de discours visant à convaincre mes proches (famille, amis, petit copain) ou à les faire changer. Si un jour ils prennent conscience de la barbarie animale et qu’ils souhaitent modifier leurs habitudes, je serais ravie évidemment, mais je ne veux rien forcer. Car un changement d’alimentation, pour qu’il soit durable, doit être motivé et intérieurement voulu avec sincérité – non pas pour suivre la mode. Mais je considère que chacun fait ce qu’il veut et je ne juge absolument jamais les personnes qui mangent de la viande ou du poisson.

Il serait bien que les uns comme les autres, peu importe le « camp », arrêtent de juger, de provoquer, de discuter les moindres détails, d’essayer de rallier à leur cause, de contredire….
Personne n’est parfait et il est compréhensible que certains fassent des entorses au contrat. Alors afin que le vivre ensemble soit possible et harmonieux, il suffirait simplement de laisser les gens tranquille et de tolérer leurs choix même si on le les comprends pas.

Publicités

Galettes de légumes siiiiiiimplissimes

Amateurs de petits plats simples à réaliser mais ultra bons, cet article est pour vous !
Je vous propose une recette de galettes de légumes toute simple et très savoureuse. C’est aussi une recette anti-gaspillage puisque vous pouvez cuisiner des légumes qui se perdent. Aucun problème, ils vont devenir une purée.

INGREDIENTS (pour 4 ou 5 galettes)
2 petites aubergines
50 grammes de flocons d’avoine
épices au choix
sel et poivre
huile d’olive

RECETTE
Coupez les aubergines en tronçons pas trop épais. Faites cuire les aubergines à la poêle, avec l’huile d’olive, ou à l’eau en fonction du temps dont vous disposez. Une cuisson à la poêle est plus rapide.
Une fois les aubergines cuites, réservez-les dans un récipient à bords hauts.
Ajoutez une petite cuillère à café d’huile d’olive, le sel, le poivre et les épices que vous aimez.
Avec un plongeur ou un mixeur, mixez la préparation afin d’obtenir une purée d’aubergine.
Si vous ne disposez pas de ces appareils, vous pouvez écraser un peu les morceaux avec une fourchette.

Dans la préparation mixée, ajouter les flocons d’avoine. Plus vous en mettrez, plus le mélange sera compact alors à vous de juger et de faire en fonction de vos goûts.
Mélangez bien afin d’homogénéiser la préparation.

Sur une planche à découper ou dans une assiette, formez des galettes de la taille voulue avec la préparation. Pour cette étape, vous pouvez utiliser deux cuillères à soupe et procéder suivant la technique dite de « la quenelle ». Ou bien faire un tas de purée d’aubergine/avoine et délicatement l’aplatir avec le dos de la cuillère.

Dans une poêle chaude, faites revenir un peu d’huile d’olive ou autre huile végétale (comme vous aimez).
Et avec une spatule, prélevez les galettes de votre plat et placez les dans la poêle. Elles seront saisies rapidement alors retournez-les régulièrement afin de ne pas les laisser noircir.

Baissez le feu au bout de quelques minutes et laissez les galettes cuire tranquillement. 5 minutes devraient suffire si la poêle est bien chaude.

Vous pouvez dégustez ces galettes avec une salade verte.

dsc00964

Ce qui est très intéressant avec cette recette c’est qu’elle se décline à l’infini. Rien ne vous empêche de réaliser ces galettes avec des carottes ou du chou fleur ou des courgettes ou des poivrons, ou du panais, ou n’importe quelle courge…. etc…. Et variez les épices que vous choisissez, essayez des assemblages, ajoutez des herbes fraiches ou des graines par exemple.

Vous pouvez aussi réaliser ces galettes sous forme de petites boules – comme les fallafels – et les présenter à l’apéritif par exemple avec une sauce au yaourt dans laquelle les tremper…

Soyez créatifs !
Bon appétit

Taboulé aux raisins secs et dattes

J’ai tout un tas de choses à vous annoncer….
Mais on pourrait se dire qu’on attend un peu avant « la rentrée » ? OUI ??? 🙂
Alors quoi?…. Une recette… Avant de faire le grand saut dans la reprise !

Cet été vous n’en aviez pas marre du taboulé « classique » avec semoule, tomates, olives ??!! Aujourd’hui je vous propose une petite variante sucré/salé qui va vous plaire j’en suis certaine et qui va twister un peu vos habitudes !

INGREDIENTS (pour 4 personnes) :
Semoule – 200 grammes
Dattes – une dizaine
Raisins secs – 100 grammes
Pistaches non salées et décortiquées – 75 grammes
Persil plat haché – 25 grammes
Menthe hachée – 15 grammes
Tomate fraiche : 2
1 oignon rouge, le jus d’un gros citron, huile d’olive, sel et poivre.
// Ce jour-là, j’avais ajouté le reste d’un concombre qui vivait mal la solitude au fond de mon bac à légumes 😉

taboule

RECETTE :
Placez la semoule dans un saladier (sans la cuire). Pendant ce temps, placez les pistaches dans un autre saladier et couvrez-les également d’eau bouillante. Laissez tremper 1 minute et égouttez. Frottez les pistaches dans un torchon propre ou entre plusieurs feuilles de papier absorbant afin d’enlever le plus de peaux possible. Terminez de retirer les petites peaux à la main.
Emincez l’oignon rouge, les tomates, et mélangez avec les pistaches, les raisins, le persil et la menthe hachés dans un grand récipient. Ajoutez le jus du citron et le zeste si ça vous fait envie.
Coupez les dattes en fine lamelles et ajoutez les à votre précédent mélange.
Versez les ingrédients sur la semoules et mélangez bien.
Terminez par assaisonner avec l’huile d’olive, le sel et le poivre et placez le saladier dans un endroit frais ou au réfrigérateur jusqu’au moment de servir (assez longtemps afin que la semoule cuise au contact des liquides).

// variations, si vous n’aimez pas les pistaches, vous pouvez les remplacer par autre chose. Des noisettes, des noix de cajou feront l’affaire. Pour les dattes et les raisins, là aussi laissez parler vos envies, mettez des pruneaux ou des abricots secs à la place…. Essayez des choses et faites vous plaisir !

Alors, ça nous change du bon vieux taboulé/chipolatas des barbecues entre amis ???!!

Poireaux et poivrons braisés au balsamique

Une recette légère d’automne, une recette de transition, une recette pas chère, rapide et abordable même pour les novices de la cuisine !

Lorsque je reviens de mes cours, je n’ai pas toujours l’envie ou l’énergie de me mettre en cuisine pendant des heures pour me préparer un repas sain. La facilité serait de me jeter sur un plat tout prêt à réchauffer ou pire des cochonneries qui se grignotent…..^^ Pour remédier à ce problème, j’ai investit dans un livre de cuisine végétarienne constitué de recettes comprenant 5 ingrédients maxi ! La presque totalité des plats se prépare en moins de 30 minutes ou la veille pour le lendemain (les soupes) donc c’est tout à fait ce qu’il faut aux feignasses des fourneaux dans mon style !

Voici le dernier test en date !! 😉

Ingrédients pour 4 personnes :
2 poireaux (coupés en tronçons de 1cm)
2 poivrons épépinés et coupés en morceaux de 1cm (variez les couleurs)
Du vinaigre balsamique, huile d’olive, sel et poivre.

Recette :
Coupez vos légumes comme mentionné ci-dessus. Faites chauffer l’huile dans une poêle pour y faire revenir les légumes. Couvrez et laissez mijoter 10 minutes.
Versez le vinaigre balsamique et poursuivez la cuisson 10 minutes à découvert. Les légumes doivent être colorés par le vinaigre et le liquide entièrement absorbé.
Salez, poivrez, dégustez !

IMG_20151014_131042

// Vous pouvez ajouter des herbes comme du persil plat par exemple….

Alors qui dit plus simple – franchement !!!!