Avocado toast and egg

Cela fait longtemps que je voulais partager avec vous une recette que je cuisine parfois lorsque j’ai envie de me faire plaisir mais que j’ai peu de temps pour préparer mon repas.
J’ai découvert grâce aux réseaux sociaux les toast à l’avocat qu’on peut décliner de 1000 façons en fonction de ce qu’on veut manger ou de ce qui traine dans le frigo !
Les tartines à l’avocat sont un repas complets en fonction de ce qu’on y mets et sont tellement mais alors tellement bonnes !

Voilà un exemple de recette, mais soyez créatifs et n’hésitez pas à décliner ! Autre chose, les toast à l’avocat fonctionnent bien à l’apéro aussi s’ils sont déclinés en bouchées plus petites 🙂

INGREDIENTS pour deux personnes :
4 œufs / 4 tranches de pain de mie ou mieux du pain Poilane (je n’en avais pas le jour où j’ai fait cette recette) / 2 avocats bien mûrs / 2 c. à soupe de crème de soja cuisine / 2 c. à soupe de jus de citron vert / 4 gouttes de Tabasco / quelques feuilles de menthe et de coriandre / 1 gousse d’ail / Sel, poivre

RECETTE :
ÉTAPE 1
Pelez et écrasez l’ail. Pelez, dénoyautez et écrasez la chair des avocats à la fourchette. Lavez et ciselez les herbes.

ÉTAPE 2
Mélangez à la fourchette l’avocat, les herbes ciselées, le jus de citron, le Tabasco, l’ail pressé, la crème, du sel et du poivre.

ÉTAPE 3
Toastez les tranches de pain de mie au grille-pain.

ÉTAPE 4
Portez une casserole d’eau à ébullition. Cassez un œuf dans une louche et immergez doucement la louche, puis laissez cuire 3 min en ramenant le blanc autour de l’œuf. Égouttez et réservez au chaud. Procédez de même avec les autres œufs.

ÉTAPE 5
Nappez les tartines de mélange à l’avocat, déposez un œuf poché sur chacune, ajoutez quelques tomates cerises coupées en deux et un filet de crème de balsamique et servez aussitôt !

Je suis certaine que ça vous fait envie 🙂
Cependant attention à ne pas en manger trop souvent, n’oublions pas que l’avocat est très riche et assez gras donc calorique….
Et si vous appréciez l’avocat dans toutes ces formes, j’avais publié il y a quelques mois une recette de guacamole à retrouver ici !
Bon appétit

Publicités

Billet d’humeur…. alimentaire

« Arrêter la viande, j’pourrais pas ! » C’est cette petite phrase qui induit la rédaction d’un article complet ! C’est fou comme il m’en faut peu pour parler avec vous 🙂

Pour revenir un peu en arrière, je suis végétarienne depuis presque 2 ans. J’ai fait ce choix lors d’une retraite yoga en Grèce, dont je vous avais parlé ici d’ailleurs – comme le temps passe… Avant ce voyage j’étais ce qu’on peut vraiment appeler une mangeuse de viande. Steak tartare, burgers, poulet, dinde, mais aussi poissons et crustacés, j’adorais ça, vraiment. Je trouvais ces aliments très savoureux, très bons, rassasiants bien entendu. J’ai même eu l’occasion de faire un régime hyper protéiné pendant lequel je ne me nourrissais presque exclusivement que de blanc de dinde, de crevettes et de surimi – OUI OUI !!!

Et puis ma pratique et ma connaissance du yoga évoluant, cette alimentation m’est apparue comme « en décalage » avec ma façon d’envisager à présent ma vie. Je n’imaginais plus pouvoir mettre dans ma bouche la chair d’un animal tout simplement. Même un animal « élevé » pour ça, élevé pour nourrir, je trouve ça un peu dingue maintenant.

Mais je ne fais pas vraiment partie de ces gens qui ont eu un déclic en voyant des documentaires. Pour être totalement honnête, j’essaie de ne pas regarder ces documentaires, ces reportages flippants sur l’élevage des animaux destinés à la consommation. Je crois que je n’ai pas besoin d’ajouter d’argument à une décision que j’ai déjà prise. Je ne ferme pas les yeux sur ces atrocités mais pourquoi ajouter de la violence à mes yeux alors que – pour d’autres raisons certes – je suis déjà persuadée qu’il est mieux de ne pas se nourrir de chair animale ?!

Autre chose, les modes alimentaires évoluent et – travaillant dans un magasin bio, j’en entends de bien belles parfois, bref…^^ – aujourd’hui on nous dit qu’il faut [REDUIRE] sa consommation de chair animale. Que les viandes rouges sont trop grasses ou je ne sais quoi, que les poissons sont pollués par les eaux dans lesquelles ils nagent, que le corps humain adulte n’est pas tout à fait équipé pour digérer correctement certains aliments…. etc… Bref, ces éléments là non plus n’entrent pas dans mon choix de régime alimentaire.

végétarien

Je suis intimement persuadée que le corps est suffisamment intelligent et évolué pour se faire comprendre si un ingrédient ou une famille d’ingrédients ne lui convient pas. Les dogmes véhiculés par les médias ne peuvent pas être appliqués de manière générale, c’est absurde. Chaque individu sur cette planète est différent et à ce titre chacun possède un régime alimentaire différent de son voisin. Ca me semble aussi naturel et unique que l’ADN propre à chacun.

Alors ai-je eu des carences alimentaires ? – NON

Est-ce que j’ai faim ? – NON

Est-ce que ces aliments me manquent ? – DE MOINS EN MOINS

Est-ce que je comprends le régime omnivore de mon entourage ? – BIEN ENTENDU (chacun fait ce qu’il veut)

Est-ce que ça me dérange de cuisiner de la chair animale ? – NON (mais si je peux éviter, c’est mieux)

Alors quand on me dit « Arrêter la viande, j’pourrais pas », je comprends. Ce n’est pas un choix qu’on fait comme ça. Je crois que c’est le cheminement global qui, à un moment donné, entraine cette décision. Comme une sorte d’évidence qui ne se justifie pas vraiment. Par contre, je suis la preuve vivante, comme énormément d’autres végétariens, que ce régime alimentaire n’entraine pas de problème de santé. Je ne mange pas que des haricots verts et des pois chiches et je peux sortir au restaurant. Je suis en pleine forme, je n’ai pas perdue ma masse musculaire, je n’ai pas de problème de fer ou de vitamine – TOUT ROULE !

Est-ce qu’il existe des yogis ou professeurs de yoga qui mangent de la viande ? Bah oui évidemment. Tout comme il existe des profs de yoga qui fument et qui boivent du café – OMG !! Je finirai là-dessus, en soulignant le fait que le régime alimentaire est quelque chose de personnel. C’est un choix de l’ordre de l’intime, un peu comme une confession religieuse. Je n’ai jamais entendu personne dire « tu es juif ? Et Est-ce que Jésus ne te manque pas trop ? » Bon, je tire le truc un peu par les cheveux mais voilà, c’est l’idée que chacun est libre et qu’il faut – à défaut de comprendre – accepter.