Le jour où j’ai réalisé un fantasme yoga

L’autre jour je reçois un mail du responsable de Yoga Village – le studio de Yoga dans lequel je prends habituellement mes cour – qui dit : « Alexandra, j’ai un créneau lundi 31 août à 17h pour un vinyasa, est-ce que tu veux faire le remplacement ? » Moi de répondre : « (off : OMG) OUI ! »

C’est comme ça que j’ai réalisé un de mes fantasmes yoga, donner un cours chez Yoga Village. C’est très étrange ce sentiment, car de suite je me suis sentie très excitée par la perspective de voir la salle d’un autre angle et très stressée aussi. Qu’allais-je proposer, qui seraient les élèves présents, est-ce que je pourrais – si besoin – revoir mon plan de cours au dernier moment, est-ce que j’allais réussir à faire tenir mon programme en 1h15????….. Bref, un mélange entre euphorie totale et légère tétanie.

Ce n’était pas mon premier cours collectifs mais le fait que cela se passe dans le studio où j’ai mes repères d’élève, de pratiquante, était un peu déstabilisant. Mais comme à mon habitude, j’ai gardé à l’esprit que toute expérience est bonne à prendre, surtout pour moi, en tout début de « carrière » et hop, j’ai foncé.

La veille, j’ai dormi ultra mal. Je tournais toutes les possibilités dans ma tête et essayais des choses différentes…. Je me suis réveillée avec le visage de travers et aucune réponse à mes questions nocturnes.

J’arrive sur place, je retrouve deux amis (j’avais communique sur les réseaux sociaux) qui viennent me soutenir, je ne les remercierai jamais assez pour leur présence. Je vais donc faire cours à 4 personnes – ouitch, le créneau de 17h un lundi 31 août n’est pas facile-facile…. OK ! Don’t worry.

Salle-Yoga-Village-Paris-salle-principale

J’installe mon tapis…. à la même place que Patrick Frapeau, mon professeur. Et là, tu vois, non, ce n’est pas possible. Je tremble, je ne peux pas faire ça. Je décale donc mon tapis pour ne pas être à SA place. J’espère que ce moment de panique ne s’est pas vu.

Je fais un tour des élèves présents :

  • Laura, ma copine a fait la formation Gérard Arnaud avec moi (off : je ne dois pas la décevoir)
  • Eric, mon copain de la retraite en Inde pratique régulièrement et aime les challenges physiques (off : faut que j’assure)
  • La troisième personne a déjà fait du yoga vinyasa et connaît le studio (off : ok, ça devrait le faire)
  • La dernière personne n’a jamais fait de yoga, c’est son premier cours ever !!! (off : OMG, F….., !!!!)

Le grand canyon est devant moi. Ils sont 4 et ont des niveaux très différents, moi j’ai comme une nausée subite mais il va falloir assurer pendant les prochaines 1h15 ! OK, je suis une femme de défis (j’aime le croire), je vais y arriver.

Le cours se passe plutôt bien. Evidemment, il n’est pas parfait. Il aurait pu être plus intense pour certains et peut être un peu plus pédagogique pour d’autres… Mais bon… J’ai essayé d’être présente pour chacun, de faire du mieux possible et de proposer un cours où les novices ne seraient pas paumés et les avancés pourraient intégrer leurs variations. Je ne sais pas si j’y suis parvenue mais j’ai tout fait pour.

A la fin du cours, je suis contente, fatiguée mais heureuse. Plusieurs jours après, j’en discute avec Patrick et je me rends compte que quoi qu’il arrive, réaliser un fantasme ce n’est pas toujours comme on se l’était imaginé !

J’espère avoir l’occasion de recommencer, en ayant débroussaillé le terrain et changé de point de vue sur cette salle, j’aimerais pouvoir y retourner pour enseigner sans que mes genoux jouent des castagnettes !

C’est bien la peur aussi, ça prouve que ça compte…

Atelier avec Patrick Frapeau, le debrief !

Chakras Sadhana et Thai yoga massage, tel était l’intitulé de l’atelier que j’ai suivi dimanche 28 juin chez Yoga Village, avec Patrick Frapeau….. et…… de nombreuses autres personnes ! Nous étions plus de 30 ! C’était super, il faisait chaud mais c’était super !

Donc l’idée de l’atelier était de voir les chakras un par un, de les identifier, de les « sentir » physiquement et de les ouvrir… histoire que la Kundalini puisse s’élever le long de la Sushumna, le nadi central du corps humain.

Donc nous avons commencé par Muladhara Chakra (le chakra du périnée) – J’avais déjà rédigé un article sur les chakras, je vous invite à y retourner car là je ne vais pas entrer dans le détails. Donc nous l’avons « cherché », puis contracté et relâché afin de ressentir les effets sur le corps. Nous avons aussi fait des exercices de pranayama avec des rétentions et en engageant Mulabandha pour réveiller la Kundalini lovée à peu près dans le même espace. Puis nous avons enchaîné quelques asanas qui mobilisent particulièrement la zone du plancher pelvien et le bas-ventre.

Ensuite nous sommes passés à Svadhishthana Chakra, le chakra situé juste sous le nombril. Puis Manipura situé au dessus du nombril. Ses trois chakras sont dits « inférieurs ». Nous avons à chaque fois fait le même travail : « localisation » dans le corps, pranayama et asanas.

Nous avons ensuite vu les chakras supérieurs : Anahata (au niveau du cœur), Vishuddha (situé dans la gorge) et Ajna (entre les deux yeux).

C’était bien entendu très intense, riche et intéressant. Nous avons passé 3h à détailler ces 6 chakras et on aurait pu y passer 3h de plus ! Ce que je veux dire c’est qu’on n’a jamais fini d’explorer ces points d’énergie que sont les chakras.

11406969_835569659846219_613449326843179615_n

Puis après une pause, nous avons commencé une initiation au massage Thai. Le massage thaï est une thérapie ancienne et traditionnelle asiatique pratiquée en Thaïlande. Le massage thaïlandais permet de stimuler la circulation sanguine et la flexibilité. Celui-ci était, jadis, pratiqué par des ermites considérés comme médecins de Bouddha originaires d’Inde.

Le massage thaïlandais recouvre le corps entier. La théorie du massage thaïlandais se fonde sur le concept de lignes d’énergie liées au corps. Si ces lignes d’énergie sont bloquées, cela provoque un problème de santé, comme le stress, la tension artérielle élevée ou de la fièvre. Quand le corps ne va pas bien, l’esprit est aussi faible. Pour guérir de telles maladies, le massage traditionnel thaï a vocation à libérer des lignes d’énergie bloquées. Les parties souffrantes sont pressées avec les pouces, les paumes de mains mais aussi les bras, les pieds…. toutes les parties du corps…. pour favoriser les circulations d’énergie. Avec Patrick nous avons eu le temps de voir le massage des pieds et des jambes. C’était un peu rapide car un massage traditionnel peut durer 2h30 mais c’était une excellente introduction qui donne envie de creuser un peu et d’en savoir plus.

thai-banderole4

En conclusion, j’ai passé 4h géniales. Entre explications, exercices respiratoires, asanas et massage… C’était juste super ! Je ne peux que vous conseiller de guetter les actualités de Patrick et de suivre un jour un atelier avec lui !

Portrait yoga…. Patrick Frapeau

Vous connaissez maintenant mon AMOOOUUUUR pour mon professeur de yoga – Patrick Frapeau. Vous savez à quel point j’aime suivre ses cours, ses ateliers, partir en week end yoga avec lui…. Je vous ai chaudement recommandé de prendre ne serait-ce qu’un cours avec lui afin de pouvoir vous faire votre propre opinion (et ne pas penser que je suis son attachée de presse) !

J’ai longuement hésité avant de demander à Patrick de répondre à ces quelques questions. Car même si j’aimerais jeter son talent à la face du monde pour que chaque personne sur cette terre puisse savoir quel excellent professeur il est, parfois j’aimerais le cacher, afin de le garder pour moi toute seule… Oui je vois, vous pensez que je suis folle, et vous n’avez sans doute pas tord, mais voilà, c’est comme ça, les cours de Patrick sont souvent bondés et je me dis que si je continue d’en parler comme cela sur le blog (avec ma petite audience), il faudra bientôt investir dans un hangar pour suivre ses cours !!!!

– Patrick lira certainement ces lignes et je vois déjà sa tête – il est si humble qu’il ne se rend pas compte de l’influence qu’il a sur moi.

Enfin bon, je ne sais pas si vous partagez mon excitation, mais voici en quelques lignes, le portrait de MON professeur de yoga – PATRICK FRAPEAU.

Patrick

Peux-tu te présenter en quelques mots ?
– Je suis professeur de yoga , j’enseigne depuis 10 ans l’Ashtanga et le Vinyasa. Je suis aussi masseur, je pratique le massage thai et la réflexologie. J’ai été danseur, comédien, acrobate aérien pendant 20 ans. J’ai co-géré deux bars, j’ai été attaché de presse…
Je viens de Paris et sa région.

Quand et comment as-tu commencé le yoga ?
– J’ai commencé le yoga il y a 15 ans avec ma prof de danse de l’époque qui suivait une formation de yoga Iyengar. Elle incorporait dans sa barre au sol certains asanas qui ont éveillé ma curiosité. Puis s’en suit une période dans le Hatha yoga  avec la méthode Nil Hahoutoff. A l’époque j’avais des insomnies… Et j’entends parler du Mysore style qui se pratique très tôt le matin. L’Ashtanga ne m’était pas totalement inconnu car j’avais acheté quelques mois auparavant le manuel de John Scott grâce auquel je pratiquais seul chez moi.
L’Ashtanga reste depuis ce temps ma pratique quotidienne.

Est-ce que tu penses que le yoga t’a changé / Qu’est-ce que cela t’apporte de pratiquer le yoga ?
– Je pense que les changements sont déjà là, en place, prêts à éclore. Pour paraphraser Eric Baret, c’est un pressentiment qui s’exprime. Le yoga a été pour moi l’expression du changement qui s’opérait en moi depuis longtemps ; comme une fête.

Penses-tu que le yoga ait pénétré d’autres sphères de ta vie ? Si oui, de quelle manière ?
– Le yoga a pénétré toutes les sphères de ma vie mêmes les plus obscures. Le yoga m’invite à plus d’écoute.

Est-ce que tu as une posture préférée ?
– Ma posture préférée est sirsasana (la posture sur la tête).

Qu’est-ce qui te challenge, ou te semble compliqué dans le yoga ?
– Certains préceptes sont difficiles à appliqués dans nos sociétés modernes. Je prends ces obstacles comme des cadeaux qui me permettent de me questionner, de me réajuster, de m’aligner.
Mais ce qui me paraît le plus compliqué est l’enseignement.

Portait-Patrick-Frapeau-Bio Mysore-practice-in-Paris

Comment et pourquoi t’est venu l’envie d’enseigner le yoga?
– Mon professeur de l’époque m’a proposé de suivre la formation qu’il mettait en place. Comme je n’avais pas les moyens de me l’offrir, en échange je donnais des cours dans le centre ou avait lieu la formation. J’ai adoré et j’ai continué.

Peux-tu parler en quelques mots de ta formation ? De tes professeurs ?
– Cette formation était de 200 heures et calquée sur le modèle Yoga Alliance. J’ai eu la chance de la faire avec mon professeur qui me suivait depuis quelques années et dont je continuais à suivre l’enseignement pendant les modules de formation. J’ai continué à le suivre après.
Tout en enseignant moi même, je continuais de l’assister sur des stages, des ateliers. Nous avons même partagé un programme de Mysore. J’ai suivi d’autres formations notamment en Anusara, en Pranayama, en Hatha yoga… Parallèlement à tout cela j’ai fait de nombreux voyages en Inde et notamment à la kpjayi de Mysore ou j’ai étudié plus d’une année auprès de Sharat.
En 2013 je suis  devenu professeur autorisé niveau 2 (autorized teacher level 2). A cette occasion je l’ai assisté tous les matins.
Tous les ans j’y retourne pour pratiquer.

Quel(s) style(s) de yoga pratiques-tu et enseignes-tu ?
– Je pratique l’Ashtanga , j’enseigne l’Ashtanga et le Vinyasa.

Quel est le meilleur conseil qu’on t’ait donné ?
– Relax (Sharat)

Quel(s) conseil(s) donnes-tu à tes élèves ?
– Un conseil est personnel il ne peut pas s’appliquer à tous.

Un dernier mot pour la route ?
– Santé

S’occuper avant le module 2 de formation

Comme vous le savez, je suis une formation certifiante en Vinyasa yoga auprès de Gérard Arnaud. Cette formation se déroule en deux parties : la première à eu lieu fin avril/début mai et la seconde commence le 13 juin.

J’en parlais dans le bilan du module 1, le rythme que nous avons eu était intense avec plusieurs heures de pratique tous les jours – sans journée off. Quand la première session s’est terminée, je me suis accordée deux jours sans pratique (j’avais des résidus de douleur dans ma hanche gauche) puis je suis allée à la journée Portes Ouvertes du Studio Omm Yoga (mes impressions à lire ici).

Ensuite il s’est aussi passé 3 jours sans pratique. Pour diverses raisons, je n’ai pas déroulé mon tapis, ni chez moi, ni en studio. Le jeudi, soit 6 jours après la fin du module 1, je suis retournée prendre un cours au Studio Gérard Arnaud avec Gérard Arnaud. Ca m’a fait un bien fou !

Voilà pour le petit « retour sur terre » suite à ce premier moment de formation…. Car pendant plus de 15 jours, tout tournait autour de ça et l’atterrissage en terre « habituelle » a été tâtonnant (??? je ne savais pas trop comment le formuler).

A la fin de ce module, je me suis posée la question : « que faire avant que le module 2 démarre ? ». Du yoga, bien entendu, lire des livres (j’en ai encore 10 en attente – qui sont conseillés dans la biblio fournie par le studio G.A), pratiquer seule à la maison, donner des cours…. Oui mais comment ?? Car le fait de pratiquer quotidiennement pendant 15 jours fatigue, certes, mais crée un rythme, une cadence. Dans tous les cas, je ne peux pas me rendre tous les jours dans un studio – c’est financièrement et logistiquement impossible. Donc je peux pratiquer seule. C’est un peu ça le gros avantage de ces aventures condensées (retraites, stages, formations…). Cela te donne la possibilité de refaire des séances par toi-même.

Mais est-ce que je veux – pour autant – reprendre exactement le même rythme que j’avais avant la formation ??? En fait, non, je ne crois pas. Je souhaite développer ma pratique personnelle, seule, chez moi et réduire un peu mes visites dans les studios parisiens. Question de coût mais aussi de challenge perso. Aller dans un studio et suivre un cours collectif, c’est assez simple. Tu mets tes fesses dans les transports en commun (je l’accorde c’est peut être ça le plus dur) et une fois sur place, tu te laisses guider pendant 1h30.

Dérouler son tapis à la maison, c’est une autre paire de manches ! Il y a 1000 sollicitations lorsqu’on est chez soi – 1000 tentations devrais-je dire ! Internet, la TV, un thé, un café, le chien, le chat, les enfants, les tâches ménagères…. Bref, autant de distractions qui nous font repousser la séance. Mais c’est justement ça le challenge : réussir à dégager un vrai temps – immuable – quotidien ou quasi quotidien pour pratiquer. Un de mes objectifs étant de pouvoir enseigner, je ne suis pas certaine – si ça fonctionne – d’avoir le temps pour me rendre dans des studios pour pratiquer. Le développement de la pratique à la maison est donc indispensable.

Donc j’ai un mois. Un mois entre les deux modules pour accentuer ma pratique autonome. J’aimerais thématiser mes séances pour travailler des points précis (Inversions, ouverture des hanches, assouplissement, back bends… etc…). En terme de cours collectifs, je continue évidemment de me rendre au Studio Gérard Arnaud (mais un peu moins souvent), je vois toujours Patrick chez Yoga Village avec qui j’ai également prévu un atelier au Tigre Yoga Club. Puis je partirai à Lyon pour participer aux Rencontres Internationales de Yoga.

Voilà vous savez tout ! J’étais contente que ce premier module se finisse, mais à présent j’ai hâte que ça recommence 😉