être un yogi

J’entends parfois dire que nous (les yogis) sommes des gens un peu bizarres, voire perchés, que nous regardons les choses différemment et que nous abordons les sujets de la vie de façon déroutantes au regard des autres.
Evidemment lorsque je dis « les autres », je parle de personnes qui ne pratiquent pas ou pas encore très souvent le yoga.
Je ne cherche pas particulièrement la compagnie d’autres yogis même si c’est apaisant de me retrouver au contact de personnes semblables. Je trouve que la différence est très riche d’enseignements. Le fait d’évoluer dans une famille et d’avoir des proches qui n’y connaissent rien en matière de yoga ne m’est pas désagréable, bien au contraire. Leur point de vue – toujours très novice – me permet de clarifier mes propos et d’affiner ma pensée lorsque je veux leur expliquer ou leur transmettre des valeurs liées à la pratique du yoga. Cela m’aide aussi à questionner mon enseignement et ma façon d’aborder les choses avec mes élèves (pour la plupart débutants ou intermédiaires).


Cependant je suis bien obligée de constater que je suis un peu étrange et que la pratique du yoga a fait émerger dans ma vie quotidienne des éléments que je ne retrouve pas dans la vie de mes proches.

Et lorsque je prends un peu de recul, ces différences me font sourire…

Car moi, ce que j’aime dans la vie c’est :
– Inspirer et expirer en contrôlant ma respiration et en l’allongeant au maximum
– Tenir mon tapis de yoga dans mes mains et le dérouler au sol… même si je ne vais faire que le regarder 😉
– Imaginer une séquence pour mes élèves et la tester sur moi
– Dévier du programme de ma séquence perso et tester de nouvelles postures, de nouvelles transitions
– Me casser la figure sur mon tapis et recommencer
– Expliquer ma philosophie de vie et les transformations opérées à mes proches
– Lire des livres sur l’anatomie (je détestais la biologie et les sciences de manière générale)
– Enchainer des salutations au soleil pour chauffer mon corps
– Préparer un thé après la séance pour « prolonger » la pratique
– Répéter des mots sanskrit et chercher le nom des postures
– Regarder des photos yoga sur tous les réseaux sociaux possibles
– Poster des photos yoga sur tous les ….. idem….
– Avoir des courbatures dans des endroits insoupçonnés du corps après une grosse séance
– Chanter un OM, à voix haute ou dans ma tête
– Les 10 premières minutes sur mon tapis, lorsque je m’échauffe
– Changer mon alimentation et sentir ce qui me fait vraiment du bien à l’intérieur
– Me faire ajuster par mon professeur dans une posture et sentir que « ça bouge »
– Redécouvrir une posture
– Marcher en pleine conscience et dérouler ma pensée en avançant
– La shoot de plénitude après un cours de yoga
– Avoir la sensation d’être ancrée, de sentir la force du sol….
– …. Et en même temps, me sentir très légère et confiante
– Repérer les blessures chez mes élèves et chez les gens de mon entourage
– Le silence

Voilà, Est-ce que ces petits kiffs sont bizarres, Est-ce qu’ils font de moi une personne vraiment différente ??
Je ne sais pas si en commençant le yoga il y a 7 ans, je soupçonnais toutes ces choses… Probable que non, car j’aurais pu démarrer bien plus tôt si j’avais pu savoir le bonheur de cette vie 🙂

Publicités

L’estime de soi…. vaste programme !

Je ne sais pas si cet article parle du yoga… Ou peut être que si finalement.
Depuis que j’ai découvert le yoga, je suis passée par des hauts et des bas, que ce soit au niveau de ma pratique ou dans ma vie privée. En 7 ans, j’ai vécu des aventures formidables, d’autres un peu moins, comme tout le monde. Et avec ces aventures, il m’a fallu faire face à des baisses de moral – à me trouver encore plus nulle que la plus nulle de toutes les personnes jamais croisées dans ma vie – et parfois aussi à des moments de kiff intense où je me suis sentie invincible, telle une winneuse de la life!!!
Je ne sais pas si c’est un point que je partage avec vous mais, sans ménager le suspens, il y a évidemment eu plus de moments où je me suis sentie nullarde que des moments de win.
Ce que j’ai découvert avec le yoga et que je découvre encore chaque jour, c’est que cette discipline, même si ce n’est pas tous les jours simple (blessures, fatigue, doutes, attentes…), me permet de toucher du doigt une notion indispensable à ma vie – pour la vivre mieux s’entend – qui est l’estime de soi.
Dit comme ça, cela parait un peu nigaud, mais essayer d’améliorer l’estime qu’on a de soi est très important pour vivre plus heureux.
Car avoir une faible estime de soi dans la vie, c’est comme rouler en voiture avec le frein à main remonté.

Voici 5 idées qui m’aident au quotidien et que je tente d’appliquer de mon mieux.

1 – C’est en forgeant qu’on devient forgeron…
Personne n’est parfait. Alors au lieu de nous concentrer sur nos nombreux défauts, utilisons plutôt toute cette énergie à agir. Faire des petites séances d’entrainement pour sortir de notre timidité, nous libérer de notre recherche d’approbation,… Faire comme les entreprises, les politiciens et les chefs d’entreprise : engageons-nous dans un “processus d’amélioration continue” et d’auto-coaching.
Mais quoi qu’il en soit, apprenons à nous aimer tel que nous sommes maintenant et ne pas chercher à progresser avec l’idée de notre imperfection en tête. Si on ne fait que penser à son imperfection, c’est contre-productif. Voyons comment améliorer doucement ce qui nous « dérange » en pensant de façon positive.

2 – Moins de critique et moins de jugement !
Pour changer notre perception de nous-même, arrêtons de nous juger à tout bout de champ et changeons de vocabulaire.
Au lieu de dire :
– “je suis stupide”, dire plutôt : “désormais, je vais réfléchir avant de parler”,
– “je suis nulle” => “j’ai fait une erreur”,
– “je suis incompétente” => “je débute : j’ai tout à apprendre”,
– “je suis incapable d’être à l’heure” => “il est temps que je m’organise autrement pour devenir une personne ponctuelle.”
Vous souvenez-vous de cette pub, où une femme écoutait la conversation d’un couple. Lui balançait des horreurs pendant qu’elle écoutait sans broncher. On découvrait à la fin que ce que l’homme disait n’était ni plus ni moins que ce que la troisième femme (celle qui écoute) avait dit quelques heures auparavant lorsqu’elle était interrogée au sujet de la vision qu’elle a d’elle-même.
Pensez-vous que les stars, chefs d’entreprise, grands scientifiques, prix nobels, politiciens archi-diplomés ne font jamais d’erreurs ou ne sont jamais en retard ?
Avant que les autres parlent de nous en termes élogieux, commençons par le faire nous-même pour nous-même. Les jugements ultra négatifs et les critiques gratuites ne font avancer personne !

estime-rognee_0

3 – Un peu de bisounours-attitude envers les autres aussi
Si nous ne parvenons pas à estimer nos proches, nos collaborateurs, nos amis… comment imaginer pouvoir nous estimer nous-même ?
Plus nous critiquons les autres, plus nous avons tendance à nous autocritiquer.
Je n’ai aucune preuve scientifique de ce que j’avance, mais c’est d’une logique implacable. J’ai réalisé en effet qu’en essayant de moins de critiquer et juger mes proches, je deviens moins critique avec moi et je peux ainsi me consacrer à réaliser le point n°1 plus facilement.
Loin de moi l’idée de vous dire que tout est rose, qu’il faut tout accepter et être bienveillant à tout bout de champ (on en reparlera) mais le cynisme et les railleries au sujet des autres ne font de bien à personne – ni à ceux qui en sont victime of course – ni à celui qui les prononce !

4 – Humilité vs modestie
Améliorer son estime personnelle ne signifie pas se sentir supérieur aux autres par son intelligence, sa réussite ou son physique. Ca ne veut pas dire déborder de suffisance (beuuuuurk).
Ca signifie reconnaitre lucidement ses qualités comme ses points faibles. Gardez en tête les réalisations dont nous sommes fiers et éviter les remarques de « fausse modestie ». La fausse modestie énerve tout le monde et nous fait paraître encore plus agaçant, sans parler qu’elle ne permet pas d’améliorer la vision qu’on a de soi-même.
Et bien sûr, nous nous attacherons à fuir comme la peste les gens négatifs qui nous rabaissent et nous donnent une mauvaise image de vous d’une façon subtile ou pas.

5 – Donnons le change sans mentir
Imaginons pendant un instant la personne que nous serions si nous débordions d’estime pour nous-même. Visualisons et essayons de projeter cette image.
Regardons les gens franchement dans les yeux, affirmons-nous, parlons avec une voix forte et calme, serrons les mains fermement, sourions à pleines dents, exprimons-nous en public, tenons-nous droit, soignons notre image. Il ne s’agit pas de mentir mais ça revient un peu au point n°1, c’est en forgeant qu’on devient forgerons. C’est en ayant confiance en soi et en s’estimant qu’on aura confiance en soi et qu’on pourra s’estimer – vous me suivez ?
Il faut mettre en marche le processus et ne jamais s’excuser d’exister !

Rome ne s’est pas faite en un jour ! Soyons patients. Enclenchons le processus et voyons ce qu’il se passe. Il y aura des jours avec où se sera plus facile, et des jours sans où on reprendra nos vieux schémas de auto-jugement négatif.
Avoir une meilleure estime de soi c’est comme travailler une nouvelle posture de yoga. Si on ne s’y confronte pas, si on ne cherche pas à la comprendre et comment l’aborder petit à petit, on passera toujours à côté et on gardera ce sentiment d’inachevé.
Une meilleure estime de soi – j’en suis certaine – permet d’être plus heureux et plus en paix.

Les raisons qui vous donneront envie de sortir avec une yogini

Vous hésitiez, vous vous posiez la question depuis quelque temps… Oui messieurs, c’est à vous que je m’adresse… Est-ce une bonne idée de sortir avec une yogini ? Nan parce qu’au-delà du cliché de la fille mince, tonique et souple, le legging, on le sait, vous fait fantasmer. Alors que pour beaucoup de filles, ce pantacourt ultra moulant n’est vraiment pas vu comme un atout séduction.. Bref, il s’agit ici d’un autre débat… Donc grâce à cette belle image de la femme yoga, vous aviez peu être l’envie d’en fréquenter une au quotidien, intiment je veux dire… Je vais donc vous dévoiler dans cet article, toutes les bonnes raisons d’aller au bout de votre envie !
Et vous mesdames, mesdemoiselles, ici vous allez enfin lire noir sur blanc, toutes les qualités qui font de vous des compagnes idéales 😉

La yogini est beaucoup plus souple que la moyenne des femmes
Lorsque je dit que je suis professeure de yoga, le premier commentaire que j’entends est « tu dois être souple », avec une variante parfois « tu dois être zen », on va y venir. C’est effectivement souvent cette image que les gens ont d’une femme qui pratique le yoga – et encore plus lorsque tu dis que c’est ton métier… Alors oui, c’est souvent le cas. Une yogini sera probablement plus souple que d’autres femmes et je n’ai pas besoin de vous expliquer en détails pourquoi cela peut plaire à un homme.

La fameuse zen attitude
le voilà le « tu dois être zen dans ta vie »…. ^^ Cette phrase me fait toujours rire car je pense que la pratique du yoga nous améliore, nous transforme et nous permet de relativiser certaines choses sur lesquelles nous n’avons aucune influence. Donc oui, une pratiquante de yoga sera peu être un peu plus « détachée » et moins stressée qu’une femme qui ne pratique pas le yoga ou la méditation… Mais attention à ne pas croire ici que le yoga peut rendre un lion aussi doux qu’un agneau 😉

coeur

Une yogini n’est pas dépendante ou dans l’attente
Grâce à la pratique du yoga qui se fait seule sur son tapis, on développe un certain sens de l’autonomie et du détachement. La dépendance à l’autre n’est pas un trait de caractère qu’on retrouve fréquemment chez les yogis. Une yogini se connaît et peut vivre sa vie sans être forcément en mode « fusion » avec son amoureux. Ce qui est plutôt apprécié par la gente masculine, en règle générale.

Le yoga maintient la forme
Avec le Yoga, on dort mieux, on fume moins, on renforce son système immunitaire, on retrouve plaisir à manger correctement… Bref, on devient quelqu’un d’à peu près équilibré. Et tout le monde sait que dans un couple, le mode de vie de l’un peut vite devenir contagieux pour le mode de vie de l’autre. L’avantage avec une fille qui pratique le Yoga, c’est que tu ne seras toujours contaminé que par du bon ! Bon après c’est sur que niveau grosse fête alcoolisée, on passera souvent notre tour, mais bon, il n’est pas nécessaire d’être ivre pour s’amuser 😉 Les yogis ont un grand sens de l’autodérision et savent apprécier pleinement l’instant présent sans se prendre la tête !

Le yoga fait de nous des meilleurs amantes
Plusieurs études ont prouvé que cette discipline stimule la libido. Le yoga permet – entre autre – de muscler le périnée, de mieux respirer, d’être plus endurant, ce qui améliore considérablement les rapports sexuels et la qualité des orgasmes…. Et puis, les yogis connaissent très bien leur corps, s’en serve assez bien, et n’hésites pas à partager leurs connaissances anatomiques 😉

Une yogini a d’autres qualités
Qui dit « Yoga » dit « bien-être » et donc : massages ayurvédiques, cuisine indienne, connaissances en médecines douces, yoga tantrique… etc… Il existe toute une culture autour du Yoga et les filles qui le pratiquent se limitent rarement à une seule discipline. Et elles auront tendance à vouloir partager leurs découvertes et tester des techniques de massage par exemple… Moi je dis ça…

J’imagine que vous ne pouvez être que convaincu ! Sortir avec une yogini n’a que des avantages ! Et vous mesdames, faites lire cet article à votre amoureux afin qu’il se rende compte de la chance qu’il a. Et si vous n’avez pas d’amoureux, soyez confiante, avec de tels atouts, vous allez déchainer des passions 🙂

A quoi reconnaît-on un yogi ?

A quoi reconnaît-on un yogi lorsqu’il n’est pas sur son tapis ??
>>>>>> Cet article est à prendre au second degré 🙂 <<<<<<

Parfois, lorsque je suis dans la rue, je me prends à observer les gens et j’imagine leur vie. J’essaie de construire un scénario un peu original dans lequel la personne observée devient un témoin protégé par le FBI avec une double identité ou encore elle pourrait être une chanteuse des années 80 devenue has been…
J’aime bien échafauder des histoires de vie un peu loufoque lorsque je regarde les gens. Non, Non, je vous rassure tout va très bien 😉
Mais la question que je me pose le plus souvent c’est : « Est-ce que cette personne a déjà pratiqué – ou pratique – le yoga? ». Et parfois, je me marre seule car en voyant certains détails j’en conclue que OUI EVIDEMMENT cette personne est un(e) yogi(ni).

UN YOGI SE REPERE A :
– sa tenue vestimentaire. A mi-chemin entre un prof de sport et un baba-cool sorti tout droit de l’Ardèche. Souvent on pourra repérer un yogi dans la foule à son pantalon. Au choix, ce dernier sera un legging pour la plupart des femmes ou une sorte de sarouel et pour les hommes c’est souvent un sarouel court (genre mi-mollet). D’autre part, il peut arriver que certains hommes portent des pantalons conçus pour le yoga dans la rue. Il s’agit de pantalons souvent de couleur blanche avec un gros OM (tellement discret – on va y revenir) sur le côté d’une jambe!
Autre détails vestimentaire important, le top. N’importe quel tee-shirt ou sweat avec un imprimé BIEN VISIBLE à texte style citation ou un symbole à tendance mystico-hindouiste fera l’affaire !
Mes préférés :
– Don’t loose yourself in your fear
– Live everithing
– Yoga is life
– Namaste… etc….
– Le OM ou l’éléphant (Ganesh) déclinés de toutes les couleurs
– N’importe quel triangle inséré dans un rond lui-même inséré dans un carré !!! lol

– On pourra identifier un yogi à ses bijoux. Les femmes portent régulièrement une chaine de cheville. La plupart du temps, une chaine de cheville peut vous renseigner sur le récent voyage de la yogini en Inde. Une fois revenue en France, il faudra 1 mois avant de retirer ce bijou de cheville (qui objectivement est très gênant au quotidien). Les femmes portent aussi des sautoirs avec des symboles variés en pendentifs (OM encore, ou une étoile, ou un cœur….) ou bien – et ceci n’est pas vraiment un bijou mais peut être perçu comme tel – le mala. Mixte, le mala convient aussi bien aux hommes qu’aux femmes; Il n’est pas du tout discret puisqu’il est constitué de 108 perles de couleur ou en bois. Il est visible sous les tee-shirts et à la naissance de la nuque !
Une dernière chose, les femmes porteront des bagues un peu ethniques ou des bagues d’orteils (j’adore écrire cela ici) et les hommes pourront pousser jusqu’à porter un OM en pendentif !^^

d96a2dea7de3d183e2b107c8f873a704

– Dernier point qui nous permet de nous rallier et de nous saluer tels des fans de Star Wars dans la rue : le tatouage !
Oui le yogi est très souvent tatoué. Il se sent libre dans son corps et dans la société alors il décide, parce qu’il connaît profondément son corps, de se faire tatouer. Alors là, tout est ok. Que ce soit le bouddha ou le lotus ou encore un mantra ou un Ganesh, tout peut devenir une sorte de marque de fabrique, une identité. A travers son tatouage, le yogi envoie plusieurs messages.
– Je suis libre et je décide de vivre à ma façon
– j’ai voulu marquer sur ma peau mon appartenance, mon amour pour la vie yoguique
– Avant j’étais banquier et depuis que je suis professeur de yoga, je me lâche
– … etc…..

Bref vous l’aurez compris, il est très facile de reconnaître un yogi lorsqu’on en croise un !
J’aurais pu citer encore d’autres points communs comme le régime alimentaire (composé de graines et de verdure), la musique écoutée (il aura forcément une playlist « zen » ou « yoga » dans son téléphone). Je pourrais parler aussi de sa façon de respirer, plus lente et plus sonore qu’une personne « normale » ou bien encore son odeur…. Un yogi sent toujours un peu l’encens ou l’huile essentielle de Gaulthérie ou encore le curry !
>>>>>> Je rigole toute seule en écrivant ce dernier paragraphe car je pense à des vrais gens que j’ai rencontré dans la vraie vie !!! <<<<<<

Evidemment je suis exactement comme cela et tout l’inverse en même temps. J’aime constater que certains clichés se vérifient parfois et j’apprécie encore plus rencontrer des yogis tout à fait différents de ces derniers. Chacun évolue et vie comme il l’entend et c’est ce qui fait la richesse de cette vie yoga.

Et vous, Est-ce que vous vous reconnaissez dans ces descriptions un peut rigolotes ?
Pensez-vous que les clichés se vérifient ??