Confiture de pêches

Le fruit de saison, je ne vous l’apprend pas c’est la pêche, et plus particulièrement la pêche plate 🙂
Elle est partout sur les étals des marchés et dans les rayons des supermarchés.
Parfois, lorsque je fais des courses alimentaires et surtout lorsque je vais au marché, je suis prise d’une sorte de frénésie, une fièvre acheteuse car je trouve que tous ces fruits et légumes disposés harmonieusement, toutes ces couleurs, donnent vraiment l’eau à la bouche et invite à imaginer des recettes, des associations, des petits plats…
Sauf que….. Sauf que je vis seule et que lorsque j’achète une cagette de fruits, je finis systématiquement par devoir les consommer en masse pour qu’ils ne se perdent pas. Cela devient presque un défi à relever – car comme vous le savez, je fais attention à mes déchets et j’évite de gaspiller (zero waste home) – et j’avale parfois deux ou trois fruits par repas + au goûter pour ne pas gâcher !!! Oui je le sais, ma vie est TRES difficile 😉

Bref, après une énième crise d’achat compulsif sur mon petit marché qui avait pour cible les pêches plates (cf le titre de l’article, on y vient !) j’ai cherché une façon de cuisiner/préparer les fruits que j’avais en trop et qui commençaient doucement à tirer une sale tête. Je suis tombée sur cette recette de confiture de pêches, ultra facile et ultra rapide à réaliser.
Alors il faut savoir, je vous raconte un peu ma vie, que je déteste (historiquement) les fruits cuits. Je fais comme une sorte de blocage sur la texture d’un fruit en bouche une fois qu’il a été cuit. Ce petit côté mou, sans mâche et gélatineux, comment dire…. NON…. je ne suis pas fan !
Mais devant ce problème de fruits plus que mûrs voire à deux doigts de pourrir, j’ai surmonté mon traumatisme monkien (du mot Monk, agent de police bourré de tocs dans une série du même nom) et j’ai pris le parti de faire cuire mes pêches afin de les conserver un peu plus longtemps.
Et beh devine quoi ?! C’est vachement bon en fin de compte et j’ai tout mangé sans faire la grimace 🙂 #victoiresurmoimeme

Alors la voici, la voilà, la recette de la confiture de pêches :
INGREDIENTS :
Pour 500g de pêches / 500g de sucre / 1/2 jus de citron (petit citron) – On adapte en fonction du poids des pêches
Il faudra aussi penser à avoir un ou plusieurs pots sous la main pour la conservation de la confiture. Si vous n’avez pas de pots à couvercles hermétiques, la recette fonctionne mais il faudra consommer la confiture sous 3 jours.

RECETTE :
Lavez, épluchez et coupez les pêches. Déposez-les dans une casserole avec leur jus, couvrez de sucre et du jus de citron et mélangez un peu.
Laissez macérer à couvert, à température ambiante pendant 12 heures.

12 heures plus tard, portez à ébullition à feu vif. En cuisant rapidement la confiture va conserver tous ses arômes.
Après 10 à 15 minutes, quand la confiture est prête, versez-là de suite dans des pots, à ras bord.

Serrez à fond le couvercle, nettoyez le pot et retournez-le. Le vide d’air qui va se créer permet la pasteurisation et la conversation prolongée. De cette façon, on peut conserver la confiture plusieurs semaines voire plusieurs mois à condition que le processus ait fonctionné. Si à l’ouverture de votre bocal, l’odeur ou la couleur de la confiture ne sont pas top, soyez prudents et ne la consommez pas.

Si vous faites sans pots hermétiques, versez la confiture dans le récipient choisi et laissez-la refroidir à température ambiante. Une fois refroidie, couvrez avec un couvercle ou un papier d’aluminium et conservez-la au frigo, elle devra être consommée dans les 3 jours.

Evidemment, cette recette marche avec beaucoup d’autres fruits. Alors si comme moi vous avez la main lourde chez le primeur, peu importe, car vous connaissez à présent un moyen pour ne pas perdre vos fruits !

A vous d’essayer !

Publicités

Une maison plus écolo

Il y a deux ans, j’entreprenais la lecture du livre ZERO DECHET de Béa Jonhson qui impulsa une nouvelle dynamique dans mon quotidien et une nouvelle façon de consommer. Depuis, j’essaie de mettre en place de bons comportements, plus respectueux de l’environnement et plus « durables ». Ce n’est pas une entreprise aisée car la société dans laquelle nous évoluons nous pousse à consommer sans cesse et crée des « gadgets » dont nous n’avons pas besoin mais qui réussissent tout de même à se rendre « indispensables » !
Alors moi je procède étape par étape, je n’ai pas tout mis à la poubelle d’un seul coup pour tout remplacer par des choses plus « éco-friendly », ce ne serait d’ailleurs pas en accord avec la démarche.
Systématiquement je vais au bout d’un produit ou d’un objet et avant d’en changer ou d’en acheter de nouveau, je me demande si j’en ai vraiment besoin et par quoi d’autre je pourrais le remplacer.
C’est comme pour le bio – rien à voir mais je vous en parle quand même – je ne suis pas capable de passer au TOUT bio d’un coup. Je termine les produits que j’ai commencé et petit à petit je change en me dirigeant vers des produits biologiques. C’est peut être le changement qui m’effraie alors j’y vais petit peu par petit peu !

Donc aujourd’hui, je vais vous donner 3 ou 4 petits conseils pour remplacer ce que nous pensons être indispensable par des choses plus durables et plus écologiques/économiques – et ce dans deux pièces de la maison auxquelles on ne pense pas assez pour modifier nos habitudes :

LA SALLE DE BAIN :
– Remplacer le flacon-pompe lave-mains par un savon solide dans une coupelle. La durée de vie est bien plus longue, on ne jette pas le flacon plastique à chaque fois qu’il est vide (même combat avec les recharges) et on fait moins de déchet.
– Dans la même idée, on prendra des bouteilles de gel douche ou de shampoing en grand format afin d’en acheter moins souvent et de réduire les déchets. Pour les plus « engagés », le shampoing solide et le savon solide pour le corps sont aussi une bonne alternative aux flacons en plastiques.
– Remplacer la lessive en bidon par des copeaux de savon de Marseille et des huiles essentielles. Sur le net on trouve des tonnes de recettes pour fabriquer sa propre lessive – et c’est simplissime !
– Diminuer le nombre de produits d’entretien et se « rabattre » sur le vinaigre blanc et la javel pour le nettoyage. Additionnés à quelques huiles essentielles antibactériennes, blanchissantes et qui sentent bon, ça fera largement le job !

LA CUISINE :
– Remplacer les ustensiles de cuisine en plastique par des ustensiles en bois. Ils durent plus longtemps et ne se détériorent pas au contact de la chaleur.
– Remplacer le liquide vaisselle par un bloc de savon de Marseille. Pas d’emballage (on peut même en trouver dans les magasins VRAC sans plastique autour). Ce bloc servira aussi pour se laver les mains.
– NE PLUS ACHETER D’ESSUIE-TOUT. Cela n’a pas d’utilité propre. Tout ce que l’essuie-tout fait, une éponge ou un chiffon microfibres peuvent le faire. Si on veut essuyer du liquide, on passe l’éponge et si c’est pour ramasser des miettes, le chiffon fera l’affaire… Et si c’est pour se moucher, on peut utiliser un mouchoir !
– Essayer d’acheter des produits qui ne sont pas sur-emballés. Parfois on se rend compte qu’un aliment est contenu dans un emballage qui lui-même est emballé pour être mis par paquet et le paquet parfois est emballé pour faire un lot !!! Genre les gâteaux : le gâteau est emballé dans un sachet fraîcheur, recouvert du carton du paquet et filmé sous plastique pour faire un lot de 2 ou 3 !! L’hallucination !!!
Privilégiez donc les produits bruts qui ne génèrent pas d’emballage inutile. Et ne succombez pas au chant de la nouveauté, souvent très gadget !
– Cuisinez d’avantage. Ca parait bête mais en achetant des produits frais et en les cuisinant, on génère moins de déchets. Une purée maison engendre moins de déchet qu’une purée MOUSLINE par exemple. Alors oui cela prend du temps et nous ne sommes pas tous des as des fourneaux mais c’est tout de même agréable de faire son propre gâteau au chocolat que d’acheter une préparation toute faite (paquet carton + emballage aluminium).
– Même conseil que pour la SDB, ne multipliez pas les produits d’entretien. Le vinaigre blanc dégraisse très bien les vitres, pas besoin d’un spray pour nettoyer les miroirs et autres fenêtres.

Ici ce ne sont que quelques propositions assez simples à mettre en place sans modifier votre style de vie fondamentalement. Peut être que ces changements vous donneront envie d’aller plus loin dans la démarche écoresponsable. Et si vous êtes déjà au max de ce que vous pouvez entreprendre, c’est mieux que de ne rien faire du tout 🙂

Je vous laisse, je vais coudre mes sacs pour mettre mes fruits et légumes et arrêter de prendre des sachets en grande surface !